La cure minceur du citoyen

Il y a quelques semaines, le gouvernement Marois avait annoncé la création d’un comité formé de sages qui évalueraient la pertinence des nominations à venir, suite a l’épisode André Boisclair. Pétard mouillé ou réalité… (bien sûr pas en ce qui concerne ces nouvelles nominations de gens qui feront de futures nominations pour un appareil gouvernemental déjà plein a craquer, mais plutôt en ce qui concerne le rôle qu’on a voulu leur faire jouer dans le but d’endormir la suspicion des citoyens).

Depuis, il y a eu quelques nominations, dont celles pour la Ville de Montréal (comité de surveillance des contrats) et récemment celles pour la commission d’examen qui a pour premier mandat de scruter le dossier de la réforme de l’assurance-emploi.

Québec souhaiterait ainsi freiner les ingérences du gouvernement fédéral. C’est ici qu’il faut rire ou on attend un peu?

40% des travailleurs saisonniers touchés par la réforme de l’assurance-emploi sont québécois. Cette réforme n’a pas été pondue en un jour. On a pourtant attendu qu’elle soit en place pour s’en préoccuper… comme si en fait elle servait bien les intérêts des dirigeants du Québec. Entre un Jean Charest qui raillait les étudiants en les invitant à venir travailler au Plan Nord et un gouvernement en place qui resserre les mesures d’aide sociale en même temps que le Canada coupe dans l’assurance-emploi, surtout au Québec, l’absence de déclaration favorable à la réforme ne permet pas de conclure qu’on n’y trouve pas secrètement son compte et le fait de rétorquer en dressant la table avec la venue d’une commission au mandat vague et surtout tardif a des allures de poudre aux yeux.

Se sont d’ailleurs enchaînés quelques événements dont la synchronicité démontre une planification rigoureuse en ce sens. En février dernier, le gouvernement Marois avait rencontré le premier ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward, et les discussions ont porté sur la prolongation de l’oléoduc en provenance de l’ouest Canadien jusque sur la côte est du Canada, ainsi que sur la réforme de l’assurance-emploi. Vrai qu’il fallait se gratter la tête pour savoir de quoi ils auraient pu parler n’eut été de cela. Curieusement, cette semaine, par un hasard incroyable, ces deux dossiers ont refait surface en même temps: on crée une commission pour l’assurance-emploi et Trans-Canada pipeline annonce qu’elle est a l’étape de soumissions pour prolonger l’oléoduc, soumissions qui doivent clôturer en juillet prochain.

Pourquoi aies-je cette tenace impression que nous allons devoir envisager ce prolongement comme un levier économique incontournable, vu l’état des finances et de l’économie, faisant du même coup mentir toutes les déclarations à l’effet que les élus allaient user de prudence dans le dossier oléoduc et que des responsables se pencheraient sur ce dossier pour connaître les impacts réels sur l’environnement (on ne rit pas, c’est censé être sérieux)?

On annonçait aussi cette semaine le début des mises en chantier au Québec. Bien sûr, il a fallu outrepasser un sondage mené par la Ville qui montrait que la majorité des Montréalais était en désaccord pour que celle-ci octroie des contrats aux sociétés citées comme étant contrevenantes à la Commission Charbonneau, dont plusieurs sont d’ailleurs sous enquête. Il fallait baisser les bras et faire comprendre à monsieur-tout-le-monde qu’on doit absolument continuer à transiger avec ces gens sinon aucun chantier ne serait entrepris… Il n’y a aucun entrepreneur et aucune firme (à l’extérieur de Montréal si nécessaire) capable de se charger de ces travaux? Ah oui l’économie… de la Ville!.. (on ne rit pas encore ce n’est pas le moment).

C’était donc la semaine boulot. Boulot à tout prix. On peut se tirer dans le pied, ça n’a aucune importance, parce qu’au bout du compte on aura sauvé la chèvre et le chou.

Tout ceci nous démontre à quel point les élus font ce qu’ils veulent et que lorsqu’ils n’ont pas l’intention de reculer, ils savent trouver les façons de faire qui rendront impossible tout repli. Bien sûr, ils devront avoir l’air de s’attarder à trouver des solutions pour satisfaire l’opinion publique. Mais on voit tout de même que lorsque cette opinion résiste, ils n’ont plus d’autre choix que de la casser.

Hier a eu lieu a Montréal une manifestation de la CLAC (Convergence des luttes anticapitalistes), au cours de laquelle 279 arrestations ont eu lieu, soit la quasi totalité des personnes présentes. Ainsi s’est répété le même scénario Tolérance Zéro que lors de la dernière manifestation étudiante. Souvenons-nous que le gouvernement avait récemment réitéré son appui aux mesures adoptées par la Ville de Montréal dans le cadre des manifestations. Là aussi, lorsque l’opinion résiste, on la casse. Pourtant le 5 avril, la manifestation portait ses couleurs et ne laissait planer aucun doute sur les raisons de sa tenue: lutte anticapitaliste.

Comment croire que la CLAC se trompe… exagère… soulève un tollé là ou rien ne mériterait son intervention, alors qu’on s’affaire de partout à se traîner le ventre a terre pour faire plaisir à la seule classe qui n’a pas besoin d’être honnête pour s’enrichir et encore moins de manifester parce qu’on lui coupe les vivres ou qu’on s’apprête à le faire avec désinvolture et certitude.

Il y a beaucoup d’emplois au nord… il ne faut pas l’oublier. Il y en aura beaucoup aussi sur les divers chantiers… de Montréal et bientôt pour l’oléoduc. Le Québec traversera la crise économique qui soudain est sur toutes les lèvres … , on en fait la promotion en l’aspergeant de tourmentes et d’incertitudes sur fond de conflits mondiaux (on ne rit pas) dans laquelle il a prévu précipiter ses citoyens.  Une nouvelle augmentation des tarifs de l’électricité et une hausse de la taxe sur l’essence sont venus confirmer que toutes les mesures seront prises pour laisser de moins en moins place à la prospérité de l’individu.  Vive le Québec, ses taxes, ses impôts, ses charges, son déficit et son éternel discours visant à se serrer la ceinture pour s’en sortir!  Avec ce qui est mis en place pour atteindre cet objectif, bon an mal an et depuis plusieurs années maintenant, il n’y a qu’une certitude:  tous les contribuables, qui ont le tort de n’être que des citoyens ordinaires, devront travailler plus et pour moins.  Ils sont vraiment ingénieux nos dirigeants, dont le nombre de fonctionnaires a augmenté de 1400 depuis 2012, alors que leur discours se résume en deux mots: compressions budgétaires…

Tous les jours on nous sert une publicité visant à rappeler au vilain citoyen que sa façon de se soustraire aux taxes en payant sans facture et en éludant les impôts à percevoir, fait perdre à tous les moutons plus de 3.5 milliards de dollars par an. Aucune publicité visant à rappeler aux dirigeants, aux entreprises et aux firmes que leurs magouilles font de même et pire encore n’a été envisagée.  Pourtant, dans le contexte que nous connaissons et en sachant que nous continuerons à transiger avec eux, cette publicité serait on ne peut plus pertinente. Est-ce vraiment nécessaire… après tout ils paient cher le fait d’avoir l’immunité… On ne sait pas à qui ils paient pour s’en prévaloir avec si peu de contraintes… et ce serait d’ailleurs inutile, tant qu’on ne mettra pas en pratique la devise du Québec.

ELYAN

3 pensées sur “La cure minceur du citoyen

  • avatar
    7 avril 2013 à 10 10 21 04214
    Permalink

    @ Elyan

    Vous ne nous dites pas QUAND il faudra rire. Quand Trudeau Junior sera le candidat libéral ? Quand Applebaum lancera sa campagne à la mairie ? Quand le PQ mettra n marche sa campagne « 3ème génération » pour l’indépendance ? Quand, en l’absence d’une seule firme honnête au Québec, un consortium de Californie obtiendra un contrat de 5 ans pour TOUS les projets de travaux publics à Montréal ?

    Pas assez drôle ? Attendons que Valls, Melenchon et Le Pen crée en France un gouvernement d’unité nationale. Attendons que le FMI mette en circulation sa nouvelle monnaie. Attendons qu’un tueur fou abatte Obama, lui refaisant une bonne image pour les générations à venir. Attendons que des partis « démocrates-chrétiens » remplacent la gauche marxisante velléitaire discréditée comme opposition formelle au capitalisme en place, s’appuyant sur la parole de François le Bien-aimé,la légendaire bonne foi des jésuites et les transparents réseaux de l’Orde de Malte.

    Attendons que la Corée du Nord déclare la guerre aux USA…et qu’un coup d’État « surprise » à Pyongyang y mette fin avant que trop de dommages ne soient faits. Quel suspense ! J’irai peut être passer mon prochain hiver dans ce qui sera le nouveau paradis de la démocratie et des grands projets de reconstruction donnés sans pots-de-vin.

    A moins que je ne m’esclaffe sans permission, que je ne rie trop bruyamment et qu’on ne me « chavezise » inopinément au polonium ou autrement.

    Pierre JC Allard

    Répondre
    • avatar
      7 avril 2013 à 18 06 33 04334
      Permalink

      Bonsoir Pierre, je vous suggère comme prochaine destination hivernale, afin de combler votre désir,J’irai peut être passer mon prochain hiver dans ce qui sera le nouveau paradis de la démocratie et des grands projets de reconstruction donnés sans pots-de-vin. Lisez le lien suivant et bon repos. http://french.ruvr.ru/2012_07_24/OVNI-scientifiques/

      Répondre
  • avatar
    7 avril 2013 à 13 01 45 04454
    Permalink

    Dans ma tête défilaient tant de scènes dont vous rendez bien le climat par des détails savoureux, qu’il devient clair qu’il valait mieux choisir d’amorcer le rire et de ne pas se priver de plus de rires.

    Il s’agit d’un vice contrôlé auquel il faut s’adonner régulièrement pour ne pas sombrer silencieusement dans la vie qu’on nous impose en héritage pour être nés parmi les nouveaux hommes aux destins inhumains. Un vice qu’il faut cultiver pour fortifier nos pas, parce qu’il faut bien reconnaître que la route est de plus en plus pénible et que les luttes nécessaires le sont aussi, à moins de vouloir à tout prix se taper un burn-out social, politique et économique, lequel aurait le défaut d’être inutile.

    Elyan

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *