La débacle de l’équipe de France

C’est une équipe décevante qui est sur le terrain depuis le mois de mai 2007. Elle avait suscité les plus grands espoirs, et aujourd’hui c’est la déception qui l’emporte. Le capitaine de l’équipe François Fillon porte sur lui toute la détresse du monde, ce qui n’est pas très mobilisateur pour son équipe. Il est parti, dés le début, vaincu d’avance, annonçant la couleur : nous sommes en faillite. lien Comment avec un meneur de jeu pareil (…)


Politique

3 pensées sur “La débacle de l’équipe de France

  • avatar
    27 juin 2010 à 3 03 35 06356
    Permalink

    @ OC

    J’ai l’impression d’écouter la lecture des chefs d’accusation… Je lis vos articles, ceux de Fergus, de Bonnet, de Monolecte et de tous les autres sur ce site et je ne crois pas que nous soyons en début de procès… plutôt un réquisitoire, un dernier résumé avant que ne soit prononcé la sentence…

    S’Il reste un sarkozyste en France, je serais bien heureux de l’entendre.

    PIerre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    27 juin 2010 à 8 08 13 06136
    Permalink

    @PIerre JC Allard,

    Dixit:
    S’Il reste un sarkozyste en France, je serais bien heureux de l’entendre.
    Le Panda:
    Je suis en accord avec le sus de votre commentaire.

    Mais il ne faut pas rêver, je ne suis pas sarkozyste, mais je ne le déteste pas.

    La France comme l’Europe, n’ont rien fait durant plus de 30 ans de droite à gauche et vice versa, oui c’est un personnage particulier.
    Mais il a au moins deux mérites celui d’être un « avaleur » de travail, et de tenter maladroitement de mener à bien certaines réformes.
    Il passe à côté en ne consultant pas le peuple de France, et d’Europe cela est trés grave.
    Mais une opération n’est banale ou simple le risque zéro n’existe pas.
    Je constate je ne veux pas être juge, il y aura une analyse à faire, alors la politique n’est pas une science excate, ou alors j’ai tout faux.
    En ne lance pas un plaidoyer, avant d’avoir écouté ou vécu la défense, je ne sais si j’ai répondu à votre réflexion, ni aux attentes d’Olivier, que je salue au passage.
    Patrick Juan
    Le Panda

    Répondre
  • avatar
    27 juin 2010 à 10 10 13 06136
    Permalink

    @ Panda:

    J’étais préparé a ce que Sarkozy agisse avec une certaine brutalité et écorche un peu – ou beaucoup – la démocratie. C’était dans l’esprit du temps après, comme vous le dites, que ni la droite ni la gauche n’eussent fait beaucoup depuis quelques décennies…

    Je ne m’attendais pas, cependant, à ce qu’Il préside une équipe de pillards faisant main basse sur tout ce qui est encore bon pendant que la maison brûle. On se conduit comme si la fin du monde était imminente et que plus rien n’avait d’importance…

    En fait, on m’a convaincu que la « fin du monde » – disons plus modestement la banqueroute de l’économie planétaire bâtie depuis la fin de la II eme guerre mondiale, le rejet de la structure sociale en mode démocratique acceptée depuis les Révolutions américaine et française et la fin de la primauté de la civilisation occidentale et de ses valeurs étaient tenus pour inévitables.

    Quand le « monde ordinaire » s’en rend compte, chacun à tour de rôle se joint à la curée et on plonge vers l’anarchie. On peut découvrir un beau matin que les lois ne sont plus respectées et que la société n’existe plus.

    Le sentiment qu’on dû éprouver les citoyens de la fin de l’Empire Romain…

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/03/05/le-syndrome/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/03/06/le-temps-du-desordre/

    Pierre JC Allard

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *