La dette ? Mais payez-la, Bon Dieu !

 

 

On vit dans un monde d’images et de symboles, de croquemitaines et de fantômes. Ainsi, les USA sont à vivre une terrible déprime, parce qu’on leur dit qu’on ne croira plus qu’ils peuvent rembourser leur dette… Ah bon ! Vraiment ? Avec les nouvelles règles qu’ils se sont eux-mêmes imposées, après un psychodrame télévisuel loufoque qui a duré des jours, les Américains vont sans doute bientôt devoir environ USD $ 15 000 000 000 000, (que j’appelerai ci dessous 15 trillions (15 T), n’en déplaise à l’Académie qui voudrait que je parle de milliers de milliards)

Revenant aux choses sérieuses, 15 trillions est beaucoup d’argent, bien sûr, mais ne disons pas de bêtises. On évalue les actifs des USA à 59 trillions de dollars. C’est environ 4 fois le montant de sa dette. On ne fait pas faillite parce qu’on est endetté du quart de son patrimoine. C’est sans doute le moment, toutefois de se demander à quoi on joue. Aux USA, aujourd’hui, on joue a nier la réalité et à se faire peur.

Il faut comprendre d’où sort cette dette. Le systeme capitaliste américain, basé sur la production et la consommation d’un masse de biens industriels, a compris depuis Roosevelt qu’il ne survivrait pas sans que les consommateurs aient l’argent nécessaire pour acheter ce qui est produit. Il n’était pas possible de permettre une concentration de la richesse qui ne garderait plus la demande effective.

De « libéral » au sens strict, le système est donc devenu « néolibéral », reprenant et donnant aux « Perdants » du jeu de la production la part de l’argent des Gagnants nécessaire pour que les roues continuent de tourner. Après l’échec d’abord du Fascisme puis du Communisme, on en a fait autant dans tous les autres pays développés. Par la fiscalité, les services sociaux et autres mécanismes de « péréquation » au sens littéral du terme, on a ajusté l’offre et la demande de biens et services pour que cette dernière soit effective.

Évidemment c’est du socialisme, mais aux USA on préfère ne pas le dire trop fort, pour ne pas choquer la population qu’on a convaincue de ne PAS vouloir partager. On a donc mesquiné plus qu’ailleurs sur la part du travailleur au moment du partage du revenu découlant de la production. On a calculé sa part au plus serré, de sorte qu’année après année, on ne lui a pas donné ce qu’il fallait pour que sa demande soit parfaitement effective.

Il n’en fallait pas moins que la production soit entièrement vendue, sans quoi ce n’est pas seulement la valeur de l’excédent non vendu que perdrait le producteur; c’est son captal investi dans la production qui ne vaudrait plus rien s’il apparaissait que la demande serait insuffisante pour que ses produits s’écoulent à profit.

Comment rendre la demande effective ? La réponse qui saute au yeux est de payer davantage les travailleurs qui sont l’essentiel des consommateurs. Mais les Capitalistes ne voulaient pas du tout. Les payer plus ? Vous rigolez ! Si on ne va pas chercher tout ce qu’on peut, on ne s’amuse plus !

Comment concilier, alors, que le revenu du consommateur reste bas, mais qu’il achète de plus en plus ? Simple. ON LUI OFFRE UN CREDIT ! Au lieu de rémunérer justement son travail, on va PRÊTER de l’argent aux consommateurs jusqu’à ce que leur demande soit effective. On va leur faire crédit.

Cet argent qu’on leur prête vient naturellement de ceux qui ont plus d’argent que de besoins à satisfaire. Les « Gagnants » du jeu… Comment convaincre les Gagnants de prêter leur argent ? En leur offrant un intérêt; en leur disant qu’on leur donnera plus dans un an ou dans dix ans. Le Gagnant inscrit sa créance dans ses livres et il est heureux: il a gagné plus !

Il a sacrifié un pouvoir de consommer immédiat dont il n‘avait pas besoin, en échange d’un bout de papier qui confirme qu’il a gagné davantage. On passe dans un monde d’IMAGES ET DE SYMBOLES. La dette que crée le credit passe à la Banque, puis à l’État et le jeu continue…

Mais il y a un os. Les biens consommés ne sont plus là. Le travailleur à qui l’on a prêté les a VRAIMENT consommés, car il en avait besoin. Si le débiteur remboursait sa dette, le créancier verrait qu’il n’y a plus rien à acheter avec cet argent. On peut compliquer indéfiniment l’équation – on enseigne comment le faire à Harvard et ailleurs – mais si on la simplifie et qu’on supprime les parenthèses il ne reste que des biens réels qui ont la valeur de leur utilité…. Et du papier.

Du papier qui atteste la propriété d’une richesse fantôme et qui concède le POUVOIR, mais seulement si on maintient la foi du charbonnier qu’ont les débiteurs en ce que disent les médias et la crainte révérentielle envers les riches qui subsiste d’une époque préindustrielle où il y avait pénurie plutôt qu’abondance. Si la confiance disparait, on risque l’anarchie. La société peut exploser en individus dont chacun voudra s’occuper de ces affaires « à la Tea Party », mais aussi peut-être regler ses comptes « à la Kackzynski ». Si ça commence, nos enfants n’en verront pas la fin de leur vivant.

Aujourd’hui, la confiance craque Pourquoi et a cause de qui est une autre histoire, dont nous parlerons un autre fois, mais il y a un problème urgent à régler. La solution est simple et facile : REMBOURSER LA DETTE. Il faut le faire en se souvenant que cette dette représente l’écart entre ce qu’il aurait fallu payer au travailleur pour rendre la demande effective et ce qu’on lui a versé. Doivent la rembourser ceux qui en ont profité.

On rembourse donc la dette en imputant à chaque citoyen ou personne morale sa quote-part de la dette publique, au prorata de sa richesse La dette publique des USA est d’environ 15 T (USD$ 15 000 000 000 000) et la valeurs totale du patrimoine d’environ 60 T. On peut faire les calculs exacts sur Internet, mais on n’en est pas à un milliard près. Si on réclame de chacun 25% de ses actifs, on peut rembourser intégralement la dette. Et ce n’est pas une coïncidence si ceux qui rembourseront seront largement les même que ceux qu’on remboursera..

Les détenteurs de la dette seront remboursés par ceux qui détiennent la richesse. Ceux qui n’ont rien ne payent rien. Injuste ? Simple constat de l’évidence que vouloir réclamer des pauvres est une mauvaise plaisanterie. Ceux qui n’ont rien que leur travail à donner ne rembourseront rien, car tout ce qu’on leur donne pour leur travail est le minimum indispensable pour consommer ce qui est produit et qui doit être consommé. Si on triche, la structure industrielle s’effondre et les riches n’ont plus en main que des monceaux de ferraille pour produire des biens qui ne se vendent pas et des liasses de papiers-créances.

C’est la même classe socio-économique qui remboursera et qui sera remboursée – sauf la dette aux détenteurs étrangers qui exigera une autre négociation – mais il y aura des ajustements. Tous les nantis ne sont pas également exposés à la dette publique, mais ils doivent tous en supporter le fardeau au prorata de leur richesse. Une perte pour certains, mais entre riches on se prête les uns les autres; c’est une partie importante du jeu…. Et ils auront tous une paix sociale qui risquerait autrement de devenir une illusion.

Ceux qui ont beaucoup, bien sûr, feront les frais de l’opération à la hauteur de leur richesse, mais n’oublions pas que cette richesse s’est accumulée en sous-payant le travail…. ce qui a été la cause principale du credit consenti pour équilibrer la consommation a la production. Y a-t-il d’ailleurs vraiment une autre solution ?

Tout se fera en douceur, car la dette est une série d’échéances à rencontrer. Si l’État reprend son pouvoir régalien de battre monnaie – comme il devrait le faire – la perception de la taxe sur le capital pour rembourser la dette n’aura pas à se plier aux échéances de remboursement ce celle-ci. Une inflation sagement contrôlée pourra permettre les ajustements qui semblent opportuns.

De plus, même si l’imputation aux contribuables est immédiate, le paiement de leur contribution à l’État peut être fixé sur 5 ans, 10 ans, voire plus… en échange d’un intérêt à payer sur le solde. Ne serait-il pas jouissif qu’au lieu d’une dette publique sur laquelle les citoyens payent des intérêt, l’État dispose désormais d’une CRÉANCE sur ses citoyens bien nantis qui constituerait pour tous une rente ?

Pierre JC Allard

64 pensées sur “La dette ? Mais payez-la, Bon Dieu !

  • avatar
    8 août 2011 à 2 02 16 08168
    Permalink

    Cher Dr Pierre,
    Je suis nul en économie, et j’ai bien hâte de voir les commentaires de ceux qui ont compris.
    J’aimerais bien être guéri de mon ignorance.
    Je comprends pourquoi votre NS – bien que plus claire – est plus ou moins prise au sérieux.
    Bien des gens qui fouinent sur les 7 ou sur CP, disent souvent que le « journal » populaire est merdique.
    Vous ne risquez pas d’être à la une demain…
    Voici le passage qui est marquant et compréhensible:

     » Il n’en fallait pas moins que la production soit entièrement vendue, sans quoi ce n’est pas seulement la valeur de l’excédent non vendu que perdrait le producteur; c’est son captal investi dans la production qui ne vaudrait plus rien s’il apparaissait que la demande serait insuffisante pour que ses produits s’écoulent à profit.

    Comment rendre la demande effective ? La réponse qui saute au yeux est de payer davantage les travailleurs qui sont l’essentiel des consommateurs. Mais les Capitalistes ne voulaient pas du tout. Les payer plus ? Vous rigolez ! Si on ne va pas chercher tout ce qu’on peut, on ne s’amuse plus !

    Comment concilier, alors, que le revenu du consommateur reste bas, mais qu’il achète de plus en plus ? Simple. ON LUI OFFRE UN CREDIT ! Au lieu de rémunérer justement son travail, on va PRÊTER de l’argent aux consommateurs jusqu’à ce que leur demande soit effective. On va leur faire crédit.  »

    Dans les passages suivants, le pauvre s’est fait floué par les « riches » méchants Dr en économie, mais les riches sont aussi en mode Titanic.

    Il suffirait de les payer plus pour que le bateau flotte.
    Pas question.
    Finalement, l’arnaque des « riches » fait en sorte qu’ils se sont pris à leur propre stratégie ou piège.
    À se demander s’ils en ont été vraiment conscients.
    Je vais dormir…

    Répondre
    • avatar
      8 août 2011 à 11 11 38 08388
      Permalink

      @ GP

       » À se demander s’ils en ont été vraiment conscients. » Sans doute, ils étaient conscients, mais leur priorité ne sont pas les nôtres, ni celles qu’on leur prête. Ceux qui manquent de fric veulent du fric, mais ceux qui en ont veulent autre chose. Trouver un sens. S’amuser… En fait, s’amuser a trouver un sens. Nous somme pour eux les « Carthaginois » dans une vieille version de « Civilization’.

      http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/09/04/loisivete/

      PJCA

      Répondre
      • avatar
        8 août 2011 à 17 05 27 08278
        Permalink

        Merci Pierre,
        Je suis allé revoir votre texte.
        Un délice, parce que intemporel.
        Pour quelqu’un dont les priorités sont – il me semble – celles que nous partageons, il est difficile de « comprendre » de telles conduites.
        C’est sans doute de la naïveté de ma part.
        Il y a une question que je me pose sur « les dommages collatéraux » extérieurs à l’Amérique ( les ricains) et à toutes ces opérations qui minent les sociétés « riches ».
        QUI DONC PEUT AIDER LES PAYS PAUVRES?
        Y aurait-il du fric à faire par « la paix »?
        Mais qui en veut? 🙂

        Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 3 03 11 08118
    Permalink

    Mes sincères félicitations.

    Vous êtes aussi conscient que les ultra-riches n’accepterons pas ces solutions. Ce qui leur procure un sens à la vie est justement ce jeu… ou la guerre.

    Reconnaissant les principes que vous exposez, il faut avouer qu’il est difficile maintenant de le vulgariser pour mon voisin. Avec toute sa bonne volonté, je le perd dès votre troisième paragraphe. Alors le principe du dividende monétaire façon Allais ou Hamilton théorisant un système de crédit régi par l’amélioration du bien-être général ou encore à s’engager à payer plus tard quelque chose que l’on a pas encore?
    Seule une méthode pédagogique populaire tel un certain ‘livre vert’ pourrait y arriver. (Déjà L’Argent-Dette de Grignon est hardu pour la majorité).

    Depuis 1973, le jeu de la cupidité tire son profit du système financier au détriment de l’économie. Vous l’écrivez autrement. Les bienfaits du système financier de la révolution industrielle n’ont plus cours et sont même nuisibles. L’outil étant plus important que son utilité, une autre révolution s’impose.
    En comité international les ‘Indignados’ choisissent les meilleurs plans pour la situation actuelle en transition de ce qui vient. La remise en place d’une règlementation Glass-Steagall, comme Gilles Gervais l’a souligé ici même sur Centpapiers suite au comité du 2 août à NY, est sur la table tout comme la nationalisation des banques et la mise en place d’une chambre de compensation internationale policée contre les blanchisseurs et les spéculateurs.
    Le sérieux de la démarche impressione les activistes notoires des Amériques qui participent aux comités.

    Pour la suite, au buffet des propositions de solution, les jeunes Indignados font tabula rasa des partis politiques des syndicats et de toute association politique, suivant l’appel du Conseil national de la Résistance de 2004.

    Vous débutez avec images et symboles, je termine avec.

    DG

    Répondre
    • avatar
      8 août 2011 à 12 12 00 08008
      Permalink

      @ DG

      Dans ce monde auquel la révolution industrielle a apporté l’abondance matérielle, ce qu’on demande avant tout à nos dirigeants c’est de gérer cette abondance. Pas de la distribuer également, mais équitablement.

      Pas également, car, au moment où les dieux sont morts, ils ont été enterrés avec la notion d’éternité sans laquelle le sens de la vie n’apparaît plus que comme une consolante construction mentale; il serait donc bien bête de nous priver de notre passe-temps favori qui est de trimer dur, de frauder un peu et de comploter sans arrêt pour avoir plus que le voisin. Surtout que cette émulation conduit parfois, hélas, – mais le plus souvent remplace – la tendance primaire de l’homme qui est de sauter à la gorge de ce voisin pour prendre ce qu’il a. Faites du busines, pas la guerre… et pour l’amour, revenez après 17 heures.

      Donc, pas l’égalité : on le regretterait. Mais un peu d’équité, tout de même, pour que tout le monde bouffe et ait un toît, ait accès à la santé et à l’éducation. La richesse globale et la capacité d’enrichissement que nous avons désormais devraient rendre cet objectif facile à atteindre et le reste est un jeu. On passe le temps et on ne pense pas trop. Un jeu. ( Voyez mon lien en réponse a GP)

      Malheureusement, ce jeu, pour ceux qui y gagnent, est devenu plus important que la vie des autres… ce qui peut justifier des ripostes brutales.

      Vivement Thésée ou Persée. Ce n’est pas parce que Sarkozy a bien déçu qu’il faut oublier la complémentarité de la démocratie et de l’autoritarisme

      http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/171-karcher/

      PJCA

      Répondre
      • avatar
        8 août 2011 à 17 05 37 08378
        Permalink

        Là, ça se clarifie. Et c’est bien ce que j’avais compris.
        « Dans ce monde auquel la révolution industrielle a apporté l’abondance matérielle, ce qu’on demande avant tout à nos dirigeants c’est de gérer cette abondance. Pas de la distribuer également, mais équitablement. »
        Alors, quand la démocratie cesse d’exister – une réelle – ça n’aide pas.
        Le pouvoir s’en va aux mains des banquiers et d’une clique qui brassent le libéralisme jusqu’à ce qu’on ne voit plus que la « broue » ou la mousse sur le plan d’eau.
        Un peu d’équité…
        Je croyais que c’était une « norme » ;-(

        Répondre
        • avatar
          8 août 2011 à 21 09 35 08358
          Permalink

          @PJCA

          Les conpepts d’équité et d’égalité adoptés par une civilisation sont à la base de la notion de Justice(la sienne).

          Votre développement sur l’équité a la particularité de faire sourire l’esprit d’un Zénon de Cition sur la cruelle réalité de la gestion du parc de la ressource humaine et matérielle: L’esclavage contemporain, ou la servitude socialisée pour dettes préservée par la justice des armes.

          L’humaniste qui prend la valeur de la vie et non la valeur de la propriété comme fondement de la justice argumentera la crise des valeurs: un autre sujet.

          DG

          Répondre
        • avatar
          8 août 2011 à 23 11 34 08348
          Permalink

          @ GP 17:37

          La vraie démocratie n’existe pas encore. Celle que nous avons conduit a une augmentation progressive de la corruption et seul un régime autoritaire peut faire le ménage de la démocratie. A mesure que l’interdépendance croit, les périodes d’autoritarisme durent moins longtemps, toutefois, et laissent chaque fois la place à une meilleure démocratie, plus consensuelle.

          http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/171-karcher/

          Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 6 06 31 08318
    Permalink

    Pierre,
    Bonjour,
    je ne partage pout du tout cette position, sur un plan comptable « strict » la faillite sur les O.D (opérations diverses » peut intervenir à chaque moments, tenter de vouloir faire croire que l’on est riche alors que l’on habite chez ses voisins est un leurre:
    Revenant aux choses sérieuses, 15 trillions est beaucoup d’argent, bien sûr, mais ne disons pas de bêtises. On évalue les actifs des USA à 59 trillions de dollars. C’est environ 4 fois le montant de sa dette. On ne fait pas faillite parce qu’on est endetté du quart de son patrimoine. C’est sans doute le moment, toutefois de se demander à quoi on joue. Aux USA, aujourd’hui, on joue a nier la réalité et à se faire peur.

    Je ne sais pas si les U S A se font peur ou s’ils sont complices de la préparations des prochaines échéances politiques et affaiblir la base qui n’aura pas d’autre issue que de suivre ou de périr.
    Amicalement,
    Le Panda

    Répondre
    • avatar
      8 août 2011 à 12 12 28 08288
      Permalink

      @ Le Panda.

      On inverse ici la cause et l’effet. Si on peut faire faillite avec un bilan positif, c’est justement que la comptabilité a été inepte en se gourant dans les échéances … ou carrément véreuse.

      PJCA

      Répondre
      • avatar
        9 août 2011 à 13 01 45 08458
        Permalink

        PJCA,

        C’est excatement le cas ou bien nous avons de la « merde » à la place du cerveau et c’est peut-être le cas.
        Nous sommes effectivement en pleine inversion, que ceux qui osent le contester mettent des bouées de sauvetage(s)
        « Les morpions » il n’y pas 36 façons de s’en débarsser, sauf si quelqu’un posséde une idée différente de la logique.
        Amicalement,
        Le Panda
        Patrick Juan

        Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 7 07 03 08038
    Permalink

    Il faudrait refaire les calculs, car la dette totale et combinée est de plus de 200 TRILLIARDS de beaux dollars. On est loin du 25%…

    NPR: A National Debt Of $14 Trillion? Try $211 Trillion!

    Laurence J. Kotlikoff, President Reagan’s senior economic adviser, explains to NPR why the real national debt is not $14 trillion but a whopping $211 trillion.

    Les États-Unis sont en banqueroute. C’est terminé. La seul chose qui les maintenait en vie est le fait que le dollar US était encore jusqu’à aujourd’hui la devise d’échange internationale. Ses jours sont maintenant comptés. La bourse iranienne du pétrole est ouverte et va bientôt commencer à vendre son pétrole en d’autres devises. La Chine a dû retirer 30 000 Chinois de la Libye et a perdu ses ententes d’exploitation de pétrole. Bref, la Chine est en beau fusil contre les USA. Pensez pas qu’ils vont être gentils lorsque va venir le temps de laisser le dollar US. Ils se préparent depuis déjà un bon moment. La Russie aussi.

    La source du problème aux États-Unis et en Europe, est que notre système bancaire et monétaire est basé sur le système fractionnaire et la DETTE. Dès que ce système entre en fonction, il y a toujours plus d’argent qui est dû qu’il n’en existe!

    D’où la spirale sans fin vers les bas fonds. De plus en plus en accéléré. Le crash économique est inhérent et indissociable comme conséquence de ce système. C’est sa nature même, son essence.

    La classe moyenne n’est pas en train de disparaitre pour rien. Les terroristes financiers nous tiennent par la gorge avec ce système basé sur la dette et les intérêts composés.

    C’est un vol en plein jour, un transfert massif et historique de la fortune public vers les poches de ces quelques banquiers privés à qui on a laissé le pouvoir de création de la monnaie, notre pouvoir le plus précieux, en tant que peuple qui aspire à la liberté et la dignité humaine.

    Un banquier de la côte ouest avait déjà avoué d’ailleurs qu’il était IMPOSSIBLE de rembourser ces dettes nationales, tôt ou tard, c’est le crash inévitable. C’est un jeu d’illusions pour nous faire croire que nous sommes libres alors que nous sommes des esclaves économiques.

    Mais comme disait si bien Orwell, la liberté c’est l’esclavage.
    L’ignorance est la force.
    La guerre est la paix.

    Elle s’en vient cette Troisième guerre mondiale. C’est de cette manière que les États-Unis ont essayé de se sortir des dernières dépressions. C’est une constante historique, en fait.
    La Libye et le reste de l’Afrique était sur le point se s’affranchir de ce système et créer leur propre monnaie basée sur l’or et leur propre banque centrale, indépendante de Wall Street et de la City de Londres.

    Bang! Les frappes militaires. Saddam Hussein avait commencé à vendre son pétrole en euro, bang! Pendu au bout d’une corde.
    Même chose en Yougoslavie sous Milosévich. Idem pour le fascisme allemand et italien qui avaient basé leur monnaie sur le travail, un succès tel que Hitler fut nommé « Man Of The Year » par le Times Magazine. Mais c’était s’éloigner du système des banquiers internationaux privés et cela aurait pu donner des mauvaises idées… bang! un boycotte international fut monté contre l’Allemagne et elle fut réduite en poussière.

    Pensez à cela quelques minutes. Pensez-vous vraiment maintenant que l’économie américaine et mondiale s’écroule par magie, ou par « hasard » ?

    « Les crises financières seront dorénavant scientifiquement planifiées. »
    – Charles Lindbergh, membre du Congrès US, 1913

    Nous avons à faire à des terroristes financiers.

    Dealons avec la réalité. Le plus tôt serait le mieux.

    Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 7 07 24 08248
    Permalink

    Il faudrait refaire les calculs, car la dette totale et combinée est de plus de 200 TRILLIARDS de beaux dollars. On est loin du 25%…

    NPR: A National Debt Of $14 Trillion? Try $211 Trillion!

    Laurence J. Kotlikoff, President Reagan’s senior economic adviser, explains to NPR why the real national debt is not $14 trillion but a whopping $211 trillion.

    Les États-Unis sont en banqueroute. C’est terminé. La seul chose qui les maintenait en vie est le fait que le dollar US était encore jusqu’à aujourd’hui la devise d’échange internationale. Ses jours sont maintenant comptés. La bourse iranienne du pétrole est ouverte et va bientôt commencer à vendre son pétrole en d’autres devises. La Chine a dû retirer 30 000 Chinois de la Libye et a perdu ses ententes d’exploitation de pétrole. Bref, la Chine est en beau fusil contre les USA. Pensez pas qu’ils vont être gentils lorsque va venir le temps de laisser le dollar US. Ils se préparent depuis déjà un bon moment. La Russie aussi.

    La source du problème aux États-Unis et en Europe, est que notre système bancaire et monétaire est basé sur le système fractionnaire et la DETTE. Dès que ce système entre en fonction, il y a toujours plus d’argent qui est dû qu’il n’en existe!

    D’où la spirale sans fin vers les bas fonds. De plus en plus en accéléré. Le crash économique est inhérent et indissociable comme conséquence de ce système. C’est sa nature même, son essence.

    La classe moyenne n’est pas en train de disparaitre pour rien. Les terroristes financiers nous tiennent par la gorge avec ce système basé sur la dette et les intérêts composés.

    C’est un vol en plein jour, un transfert massif et historique de la fortune public vers les poches de ces quelques banquiers privés à qui on a laissé le pouvoir de création de la monnaie, notre pouvoir le plus précieux, en tant que peuple qui aspire à la liberté et la dignité humaine.

    Un banquier de la côte ouest avait déjà avoué d’ailleurs qu’il était IMPOSSIBLE de rembourser ces dettes nationales, tôt ou tard, c’est le crash inévitable. C’est un jeu d’illusions pour nous faire croire que nous sommes libres alors que nous sommes des esclaves économiques.

    Mais comme disait si bien Orwell, la liberté c’est l’esclavage.
    L’ignorance est la force.
    La guerre est la paix.

    Elle s’en vient cette Troisième guerre mondiale. C’est de cette manière que les États-Unis ont essayé de se sortir des dernières dépressions. C’est une constante historique, en fait.
    La Libye et le reste de l’Afrique était sur le point se s’affranchir de ce système et créer leur propre monnaie basée sur l’or et leur propre banque centrale, indépendante de Wall Street et de la City de Londres.

    Bang! Les frappes militaires. Saddam Hussein avait commencé à vendre son pétrole en euro, bang! Pendu au bout d’une corde.
    Même chose en Yougoslavie sous Milosévich. Idem pour le fascisme allemand et italien qui avaient basé leur monnaie sur le travail, un succès tel que Hitler fut nommé « Man Of The Year » par le Times Magazine. Mais c’était s’éloigner du système des banquiers internationaux privés et cela aurait pu donner des mauvaises idées… bang! un boycotte international fut monté contre l’Allemagne et elle fut réduite en poussière.

    Pensez à cela quelques minutes. Pensez-vous vraiment maintenant que l’économie américaine et mondiale s’écroule par magie, ou par « hasard » ?

    « Les crises financières seront dorénavant scientifiquement planifiées. »
    – Charles Lindbergh, membre du Congrès US, 1913

    Nous avons à faire à des terroristes financiers.

    Dealons avec la réalité. Le plus tôt serait le mieux.

    Répondre
    • avatar
      8 août 2011 à 7 07 49 08498
      Permalink

      François,
      Bonjour ainsi que les autres, votre commentaire correspond à la « puanteur » que dégagent tous ces financiers plus que véreux.

      Nous sommes dans un « crak » çà la hauteur du « systéme » qui s’écroule mais pas assez vite à mon goût.
      La noblesse de la banqueroute les U S A savent le faire comme des « escrocs » financiers de bas étages.
      Nous ne pouvons vider les comptes bancaires dans leurs intégralités, c’est dommage mais nous, nous ne sommes pas en « virtuel ».
      Merci autant pour cet article que pour les commentaires qui l’accompagnent.

      Cordialement,
      Le Panda
      Patrick Juan

      Répondre
        • avatar
          9 août 2011 à 13 01 50 08508
          Permalink

          Je ne peux partager cette position lorsque l’on constate que la liberté des armes fugure dans la Constitution à la 1ere place.
          Une nouvelle journée de folie ! Qui ressemble à un « cataplasme » sur une jambe de « bois » attention cela brûle.

          Puis il suffit de se trourner et vous êtes directement concernés par ce qui se passe en Angleterre, pardon vous parlez d’un Royaume ?
          On ne négocie pas tout, deux exemples que nous subissons tous, LA VIE ET LA MORT dans un cycle normal.
          A moins que je ne me trompe 😉
          Amicalement,
          Le Panda
          Patrick Juan

          Répondre
    • avatar
      8 août 2011 à 12 12 25 08258
      Permalink

      @ FM

      Je suis d’accord avec a peu près tout ce que vous dites, sauf deux choses.

      1, le calcul de la dette. On ne peut pas mêler une dette exigible – environ 15 trillions, aulourd’hui – avec la dette qui résulterait de la tentative d’application de mesures dont un calcul, justement, montrerait qu’elles sont inapplicables. Il n’y aura jamais 200 trillions de dettes – à moins qu’une inflation ne ramene a une vingtaine de trillions en monnaie constante d’aujourd’hui ces 200 trillions – parce que la valeur de 59 trillions du patrimoine actuel ne le permet pas.

      2. On ne peut pas dire que Hitler ait fait quoi que ce soit de bien. Anticipez une extension de la loi Gayssot qui l’interdira et établlra que s’il souriait à un enfant, c’est qu’il était pédéraste et que s’il caressait son chien c’était de la bestialité refoulée. Vous pourriez devenir rétroactivement un criminel.

      PJCA

      Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 8 08 27 08278
    Permalink

    François M je suis 100% d’accord. On est réveillés et on deal avec la réalité mais rien à faire tant que la révolution ne sera pas dans la rue, que nous devrons nous battre avec la police puis l’armée, nous, les désarmés que nous sommes. Qui aura le courage du premier sacrifice de sa vie ?

    Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 10 10 19 08198
    Permalink

    Ce qui fascine, c’est de constater que plus souvent qu’autrement, les Perdants redonnent le pouvoir aux Gagnants du jeu.

    Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 10 10 34 08348
    Permalink

    Bonjour, je sais que mon commentaire paraîtra hors contexte, mais je pense qu’il présente un sujet hyper chaud et très important. C’est la dette que nous avons contracté envers la planète et envers nous même… envers toute notre humanité, en quelque sorte…

    Samedi passé, le 6 août, j’ai filmé et questionné la gardienne de la Cloche de la Paix d’Hiroshima de Montréal, au Jardin botanique.

    La Cloche de la Paix d’Hiroshima, don de la ville d’Hiroshima à Montréal pour son Jardin Botanique, a résonné 66 fois le 6 août 2011, 66 ans après que la première bombe fut larguée sur Hiroshima, le 6 août 1945, à 8h15…

    À 10h15, le 6 aout 2011, cette cloche a résonné 6 fois en ma présence (visionnez la vidéo. En fait, j’ai mis 2 vidéos sur Youtube sur cet vidéo-entrevue magique. Une vidéo courte de 3:49 et une de 9:51 minutes).

    Les 2 vidéos sont sur : http://hiroshima.horsdutemps.info avec infos, photos et +.

    La vidéo version courte :
    http://www.youtube.com/watch?v=UfG1gLAaZFs

    La version de 9:51 min :
    http://www.youtube.com/watch?v=UKp68crrbtM

    Je ne vous cache pas que je considère ce moment magique, capté avec ma caméra, comme un grand cadeau de la vie…

    Pierre Girard

    Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 15 03 39 08398
    Permalink

    Voici le texte de l’Appel émis le 7 août par mes associés aux Etats-Unis, en Allemagne et en France sur l’urgence de la situation et les mesures à prendre :

    APPEL TRANSATLANTIQUE POUR UNE SOLUTION D’URGENCE À L’EFFONDREMENT GLOBAL

    Déclaration commune de Lyndon LaRouche, Helga Zepp-LaRouche et Jacques Cheminade.

    le 7 août 2011

    L’ensemble du système financier mondial s’est effondré et, bien que l’épicentre de ce krach soit la zone transatlantique, aucune région du monde n’est immunisée contre cette désintégration en cours. Un changement radical de politique est la seule manière d’éviter un effondrement total de civilisation, commençant par la région transatlantique, qui ramènera la population mondiale à moins de deux milliards d’individus en très peu de temps.

    Il n’y a plus aucune distinction entre la désintégration du système monétaire et financier européen et la faillite totale des banques « Too big to fail » de Wall Street. Une estimation modérée montre que les six grandes banques de Wall Street sont exposées à hauteur de 1500 milliards de dollars aux seules dettes espagnoles et italiennes, dont la valeur est en grande partie proche de zéro. La semaine dernière, lorsque le marché interbancaire européen s’est tari, c’est la Réserve fédérale américaine qui leur a ouvert en urgence une « fenêtre d’escompte ». Le président Obama a promis à la chancelière allemande Angela Merkel que les Etats-Unis joueront le rôle de prêteur en dernier ressort pour toute l’Union monétaire européenne.

    Cette promesse du président Obama est inconstitutionnelle et représente un acte de trahison contre le peuple des Etats-Unis ; c’est de surcroît un engagement pour une hyperinflation à la Weimar, à l’échelle mondiale cette fois. De tels plans de renflouement hyper inflationnistes permettront peut-être de rallonger de quelques semaines la vie d’un système en faillite, mais le prix en sera un effondrement dramatique vers le chaos social et la dictature.

    Même à ce stade avancé, il y a des solutions. Elles ont été continuellement énoncées depuis des années par l’économiste américain Lyndon LaRouche. Cependant, aucune de ces mesures, qui doivent avant tout être prises par les Etats-Unis, ne pourra être mise en place à temps si Barack Obama n’est pas constitutionnellement évincé, sur le champ.

    Le président Obama a piétiné à plusieurs reprises la Constitution.

    Non seulement la guerre en Libye a été lancée sans autorisation du Congrès, une violation flagrante de l’article 1 section 8 de la Constitution américaine. Mais son accord pour un « Super Congrès » est une violation encore plus flagrante de la loi constitutionnelle américaine qui donne l’autorité exclusive à la Chambre des représentants pour la politique fiscale et la dette. Les abus anticonstitutionnels du président sont reconnus. Au moins deux candidats déclarés à l’élection présidentielle – Jon Huntsmann et Ron Paul – ont clairement énoncé ces crimes passibles de destitution. De nombreux membres du Congrès et de l’aile progressiste du Parti démocrate ont fait des déclarations similaires, dont d’importants membres de la communauté afro-américaine. Il est indéniable que le président a perpétré des crimes contre la Constitution exigeant son éviction immédiate, avant qu’il ne soit trop tard.

    Les dirigeants de l’Union européenne ont eux aussi violé leurs constitutions nationales en promouvant le renflouement illégal des méga banques, pendant que la BCE viole ses principes fondateurs en rachetant aux banques et aux compagnies d’assurances la dette qu’elles détiennent vis-à-vis d’États souverains en faillite de fait. Le Fonds européen de stabilité financière, qui prête directement aux États en faillite, va être autorisé à racheter également des obligations sur le marché secondaire. Cette émission de monnaie-confetti va non seulement contre la loi, mais en agissant comme des faussaires, les chefs d’États européens mènent l’Europe vers une hyperinflation à la Weimar. Comme Barack Obama, ils méritent désormais d’être évincés pour haute trahison, en accord avec les principes et les règles de leurs États respectifs. La désormais tristement célèbre « troïka » composée par la Commission européenne, la BCE et le FMI, qui impose une austérité sans précédent sur les États souverains avec la complicité active du président français et de la chancelière allemande, doit être immédiatement stoppée dans sa marche pour détruire les économies et les peuples d’Europe.

    Dans les heures qui suivront le départ d’Obama – via une procédure de destitution, une démission ou en invoquant la section 4 du 25ème amendement permettant l’éviction d’un président n’étant mentalement ou physiquement capable d’exercer ses fonctions – le Congrès pourra se réunir et voter le rétablissement de la loi Glass-Steagall séparant les banques de détail de toute activité de courtage et d’assurance. Un projet de loi en ce sens a été introduit au Congrès par Marcy Kaptur, sous le nom de H.R. 1489, qui compte déjà d’importants soutiens bipartisans. Au moins 17 000 milliards de dollars de dettes de jeu ayant été mis sur le dos des contribuables américains seront renvoyés sur les bras de Wall Street. Les comptes de la nation américaine ainsi débarrassés de cette dette, le Congrès pourra immédiatement procéder à l’émission de crédit fédéral pour les projets vitaux d’infrastructure, comme le NAWAPA (Alliance nord-américaine pour l’eau et l’énergie) qui créerait immédiatement des millions d’emplois productifs. Les Etats-Unis pourront alors démarrer un processus de relance de l’économie physique, qui servirait de référence pour l’Europe. C’est seulement en recourant à ces mesures que la région transatlantique pourra inverser le cours des événements ; l’effondrement est sinon inéluctable, nous menant droit vers un nouvel âge des ténèbres. La première et incontournable étape est l’éviction du président Obama dans les jours qui viennent. Une vaste majorité des citoyens américains exigent cette action ; une vaste majorité des citoyens des pays d’Europe exigent ces mêmes choses et appellent à un changement de direction politique.

    Le temps de l’action est venu.

    Répondre
    • avatar
      8 août 2011 à 17 05 23 08238
      Permalink

      Allright. Je suis content de voir qu’on se réveille dans le monde francophone. Ça fait plusieurs années que Ron Paul sonne la sonette d’alarme. Les Américains sont très mécontents, selon les derniers sondages. À peine 20 % d’entre eux croient que le gouvernement a le consentement des gouvernés. C’est mauvais signe.

      Commentaire sur la procédure de destitution… il faudrait q’Oblabla démontre qu’il est Américain et le fils d’un Américain, ce qu’il a toujours refusé de faire…

      Mais pour le reste, quelque chose va devoir céder, car la tyrannie progresse et l’Américain moyen n’aime pas ce qu’il voit.

      De toute façon, comme rappelait François, la dette est bidon, des bouts de papier sans valeur, créés à partir de rien.

      Toute l’humanité au bord du précipice pour ça? Voyons donc!

      C’est là qu’on voit l’ampleur du troupeau de moutons sous hypnose.

      Vivement le krach, qu’on en finisse avec l’état providence.

      Peace!

      Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 17 05 29 08298
    Permalink

    L’Alliance nord-américaine pour l’eau et l’énergie ressemble étrangement au projet du grand canal qui prendrait l’eau de la Baie James et l’enverrait dans le midwest américain.

    Pas sur que j’aime cela. Pour ce qui est de refiler la dette à Wall Street. C’est une solution intéressante. À ce compte là, pourquoi perdre du temps en envoyant des factures? Pourquoi ne pas saisir tous leurs actifs et se payer? Voyez-vous le bordel? À mon avis, cette solution est impossible. Tous les problèmes découlent du fait que le système est fondé sur la création de dettes. Retournons à une monnaie réelle et bien des choses vont être réglées.

    Peace!

    Répondre
    • avatar
      8 août 2011 à 17 05 31 08318
      Permalink

      Rien nous oblige à utiliser les dollars de la réserve fédérale. On pourrait se faire des billets promissoires entre nous et s’échanger les billets. C’est comme ça qu’ils faisaient autrefois.

      Répondre
  • avatar
    8 août 2011 à 18 06 42 08428
    Permalink

    Comment Big Media démonise Ron Paul et ses supporteurs?

    Regardez ce court vidéo d’une série policière ou les détectives enquêtent un suspect dangereux en épluchant son cahier de notes.

    À 1:02 min. exactement on voit un auto collant ‘Ron Paul for President’ (pendant une milliseconde)dans le cahier de notes du dangereux suspect…

    Autrement dit, les supporteurs de Ron Paul sont des dangereux, selon le message subliminal de ce clip.

    http://www.youtube.com/watch?v=0qcXjSngRCg&feature=player_embedded#at=64

    Fuck you Big Media! (N)

    Répondre
  • avatar
    9 août 2011 à 12 12 06 08068
    Permalink

    C’est assez cocasse car si tous les pays déclaraient faillite, toutes les dettes seraient annulées et on pourrait reprendre à zéro.

    Qui sont ceux qui ne veulent pas faire faillite?

    😉 😉

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      9 août 2011 à 12 12 21 08218
      Permalink

      Tiens, tiens!!!

      L’orbite exacte de Nibiru prévu par Zitchin en 1973???

      Comment pouvait-il savoir il y a 38 ans???

      Si les « Puissants » arrivent au mois d’août, ceux qui souhaitent un régime autoritaire, pour régler les problèmes, vont être servis. 😀

      Mais que ce soient les « Puissants » qui arrivent, ou un comète qui approche, qu’est-ce que vous voulez que les « bibittes terrestres » y fassent.

      Le philosophe répondrait:

      « Sachez que tout passe dans la vie, »

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
      • avatar
        9 août 2011 à 12 12 33 08338
        Permalink

        André,

        Tu peux nier tant que tu veux. On saura bientôt avec certitude absolue. Mais les preuves commencent à s’accumuler. Un des vidéos affiché montre une étude publiée sur la question. Lorsque ces objets sont enlignés avec la Terre et le Soleil, nous subissons des tremblements de Terre, comme on a vu depuis quelques années. Cela semble assez clair qu’une ou plusieurs comètes et peut-être aussi une planète s’en viennent vers la Terre. Peut-être que c’est un canular, mais je ne crois pas. Je crois que tout le reste est un canular… le plafond de la dette, le réchauffement climatique, l’instabilité politique, tout cela est une distraction pour ce qui s’en vient. Mais c’est juste mon instinct qui me dit cela. On verra bien, assez tôt.

        Peace!

        Répondre
        • avatar
          9 août 2011 à 12 12 52 08528
          Permalink

          Je ne nie pas du tout.

          Je dis simplement que je ne peux rien y faire, et personne d’autre non plus.

          Quant à moi, brasser le monde actuel ne fera qu’améliorer les choses.

          Amicalement

          Elie l’Artiste

          Répondre
          • avatar
            9 août 2011 à 14 02 41 08418
            Permalink

            Ça brasse en masse comme ça, tu ne trouves pas. Tous ceux qui sont endormis vont se faire barouetter à gauche et à droite, sans jamais comprendre quoi que ce soit.

            Personnellement, j’ai tendance à croire à l’arrivée prochaine d’une planète ou d’un ou de plusieurs comètes proche de la Terre.

            Plusieurs éléments pointent dans cette direction. La Bible aussi donne plusieurs indications des signes de ‘la fin des temps’ ou de l’apocalypse, et je crois qu’on est là ou tout près.

            En tout cas, on verra bientôt. Dans un sens, tu n’y peux rien, mais en même temps tu peux être préparé.

            Moi ou je vis, je suis entouré des grands lacs dans chaque direction, et environ 7 millions de personnes vivent pas trop loin d’ou je suis. En plus je suis à moins de 100 miles de trois centrales nucléaires et pas loin de la falaise du Niagara.

            Je songe sérieusement à déménager beaucoup plus au Nord, à monter en altitude, et à m’éloigner des grands plans d’eau. En tous cas, je ne voudrais pas être dans une grande ville. Ça va être le pire endroit, peu importe qu’une autre planète s’en vient ou pas. Les villes sont beaucoup trop dépendantes, à tous les niveaux. Si le système plante, les villes vont être les premières affectées.

            (C)

          • avatar
            9 août 2011 à 19 07 29 08298
            Permalink

            Les billets de PJCA semblent déranger.

            Il est amusant de constater que sur un sujet sérieux un commentateur de longue date termine un fil de discussion par la polémique. Ajout de Bible de point Godwin et quelques fois de soucoupes et d’apocalypse avec un interlocuteur qui semble n’être que lui-même.

            Le tout dans un contexte où les articles de Philippe David, de même le manque de sérieux de celui d’André Lefebvre revisitant dernièrement le conflit palestinien, posent questions.

            Bonne balade et bon vent A.L. (vous pouvez passer GO et réclamer 200$)

            DG

          • avatar
            9 août 2011 à 19 07 41 08418
            Permalink

            C’est vrai que A.L. peut être Aimé Laliberté ou André Lefebvre. Cela a frappé tout le monde depuis longtemps; mais aucun de nous deux n’aurait choisit A.L. s’il avait voulu jouer deux personnages.

            L’important est que cela fasse se manifester D.G.

            Je remarque cependant que nous donnons notre opinion sur l’article et non sur les commentateurs.

            C’est évidemment quelque chose qu’on ne trouve pas dans les bibliothèques du Québec, même en déboursant.

            « dis-moi ton opinion, je saurai que tu réfléchis; dis-moi l’opinion que tu as des autres, je saurai que tu ne fais que penser. (André Lefebvre).

            Amicalement

            André Lefebvre

          • avatar
            9 août 2011 à 19 07 51 08518
            Permalink

            Fuck you, estie de socialiste parasitaire.

          • avatar
            9 août 2011 à 19 07 54 08548
            Permalink

            Denis Gélinas,

            Colle et copie des dessins, pauvre cloche. J’ai tellement hâte que le système s’écrase…pour les gens comme toi.

          • avatar
            9 août 2011 à 20 08 17 08178
            Permalink

            T’es un poids plume intellectuel, doublé d’un athé, triplé d’un socialiste. C’est pour ça que tu ne comprends pas mes commentaires et que tu ne vois pas la pertinence. C’est trop compliqué pour ta petite cervelle.

            Bye bye connard!

    • avatar
      9 août 2011 à 12 12 22 08228
      Permalink

      Celui quii a monté le vidéo est un fan de l’émission SG-1. 😉

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
      • avatar
        9 août 2011 à 13 01 55 08558
        Permalink

        André,
        Pour le moins que l’on puisse se poser comme questions, c’est qu’à quelques virgules proches nous disons tous plus où moins la même chose ici 🙁

        Il reste à savoir ce qui se murmure de l’autre côté, cessons de vous voiler la face et demandons la sentenc n’importe laquelle le plus rapidement posible non ?
        Amicalement,
        Le Panda
        Patrick Juan

        Répondre
  • avatar
    9 août 2011 à 16 04 03 08038
    Permalink

    JE SUIS TOMBE DANS UN PACTE DE FOUS (I)

    Les illuminé(e)s SONT REVENUS ?

    Boire un petit coup c’est agréable, mais il ne faut pas rouler dessous la table quouique

    Peace

    Répondre
  • avatar
    9 août 2011 à 16 04 26 08268
    Permalink

    M.Allard, sauf votre respect, vous n’avez pas les bon chiffres…

    Avant de lire en profonbdeur votre article, je tenais a rectifier les chiffres au plutôt !

    Excellent graphique, en temps réel de la dette Américaine et ses détails :

    http://www.usdebtclock.org/

    US National debt
    15 Trillions

    US Total debt
    55 Trillions

    US Unfunded Liabilities
    115 Trillions

    US Gross Domestic Product ( GDP )
    15 Trillions

    US Total assets
    76 Trillions

    Total des dettes ( ça frôle effectivement les 200 trillions )
    Total des « valeurs » ( GDP et Actifs totaux ) ( moins de 100 trillions )

    Répondre
  • avatar
    9 août 2011 à 17 05 29 08298
    Permalink

    Ce que je voulais surtout savoir, c’est si c’est moi que tu visais avec ton ‘pacte de fous’ et ta mention ‘d’illuminé’. Mais je crois que tu as répondu à mon questionnement. C’est toujours bon de savoir avec qui on blogue.

    Répondre
    • avatar
      10 août 2011 à 5 05 07 08078
      Permalink

      AIME LALIBERTE,

      Merci de me relire, je ne me serai pas permis ou alors je l’aurai fait en « privé »

      Il suffit de constater la vidéo que j’ai mise dessous.

      Oui nous avons bien des questions à nous poser ( et lorsque je parle d’illuminés, je fais trait à la personne qui dit et écrit n’importe quoi.
      Je pense que depuis que nous échangeons je ne me suis jamais permit de traiter quiconque de « connard »
      J’espère avoir dissipé le doute et toutes excuses si mes propos furent mal compris.
      Cordialement,
      Le Panda

      Répondre
      • avatar
        11 août 2011 à 22 10 38 08388
        Permalink

        Salut Panda,

        J’accepte ton explication. J’étais de mauvais poil ce jour là. Donc j’ai pris ça dans le mauvais sens. Ce n’est pas grave. On oublie ça. 😉

        Répondre
  • avatar
    9 août 2011 à 17 05 32 08328
    Permalink

    Anyways, je vais vous laisser discuter entre vous. J’ai des choses à faire. Merci à PJCA et François M. en particulier qui m’ont toujours laissé m’exprimer.

    Salut à Gaetan qui m’a bien fait rire, Marc Lafontaine, Phillippe, et les autres que j’oublie.

    Portez-vous bien et faites attention à vous!

    Peace!

    Répondre
    • avatar
      9 août 2011 à 20 08 40 08408
      Permalink

      Aimé,
      Je ne sais pas pourquoi tu quitterais.
      La somme de tes commentaires et leur qualité dépasse largement les quelques uns qui apparaissent comme un « dérapage » pour certains.

      J’ai visionné ta vidéo proposée. Je trouve que le type parle fort, mais il y a au moins un aspect « scientifique » dans l’alignement des comètes et du système solaire.
      Ça ne donne pas envie de rire du tout…
      J’ai le droit de me faire une opinion sur tes « offres ».
      Dans le cas de la vidéo, je fais comme tout le monde: j’attends.
      C’est pas parce que j’écris sur CP que je fais toujours de bons articles.
      J’en enverrais une foule à la poubelle de temps en temps.
      Il faut apprendre à vivre avec le risque du cynisme, de l’indifférence, etc. En plus de la différence des perceptions qui sont tout à fait normales.
      Le risque fait partie de la vie.
      Il en est qui ne le prennent pas.
      Sur un site, j’ai été ciblé comme un « poète putain ».
      Pis?
      Un commentateur a dit que la « poésie de Pelletier » l’indifférait.
      So?
      Je ne la vend pas cher, de quoi se plaint-il?
      C’est pas parce que le fromage bleu existe qu’il faut tous l’aimer.

      Répondre
      • avatar
        9 août 2011 à 20 08 53 08538
        Permalink

        Salut Gaetan,

        Tu as peut-être raison, mais aujourd’hui je ne file pas pour me faire traiter d’illuminé ou de fou. Certains jours, je m’en câlisse, mais aujourd’hui, ça ne me tente pas.

        Je n’ai rein à rajouter. Portes-toi bien Gaetan.

        Répondre
  • Ping : SOULÈVEMENT POPULAIRE AU ROYAUME-UNI | Les 7 du Québec

  • avatar
    11 août 2011 à 9 09 29 08298
    Permalink

    Monsieur Allard,

    Nonobstant les chiffres, sur lesquels achoppent les commentaires, il me semble que votre message réside dans votre dernier parapraphe.

     » Une créance sur ses citoyens les plus nantis « . Vous souvenez-vous de la récente demande d’exemption présentée par les fiduciaires Bronfman auprès du ministre du revenu de Québec ?

    Savez-vous qu’actuellement en philo au CEGEP, il est inculqué aux étudiants que la stabilité politique et sociale de la Société dépend d’une nombreuse classe moyenne, car la classe pauvre serait composée de voleurs envieux des biens d’autrui et que la classe des nantis serait composée de voleurs qui ont les moyens de mettre leurs avoirs à l’abri des voleurs et de l’État voleur…

    C’est pour circonscrire cet évitement fiscal que la TPS et la TVQ sont en place ici et qu’elles seront mise en place aux USA.

    En ce qui concerne la dette étrangère voir le lien suivant que j’ai trouvé dans un article d’Oscar Fortin http://www.debtocracy.gr/indexen.html
    sur Vigile dans lequel article sont soulevés des questions sur la dette odieuse que « Harpeur » crée pour aider un pays étranger qui nous possèdent…dans les sens propres et figurés.

    Répondre
  • avatar
    11 août 2011 à 19 07 57 08578
    Permalink

    @ Le Gaïagénaire

    « …en philo au CEGEP, il est inculqué aux étudiants que la stabilité politique et sociale de la Société dépend d’une nombreuse classe moyenne… »

    J’ignorais cela ( en mon temps, on nous apprennait autre choses ) et je ne peux m’empêcher d’avoir un sourire sarcastique en le lisant. Bien que je suis d’accord avec ce principe, notre modèle sociétaire évolue présentement dans le sens opposé ! Les faits sont là, le fossé s’aggrandit entre les classes. Il y a de plus en plus de pauvres, les riches deviennent ultra-riches et la classe moyenne est en train de disparaitre.

    C’est un paradoxe intéressant, qui une fois de plus vient nous démontrer la différence entre « ce qui devrait être appliqué » et « ce qui est appliqué ». Le problème ? Il n’y a personne pour mettre en marche « ce qui devrait ( et DOIT ! ) être appliqué. Car le gros bon sens est une conscience collective. la prise de décision se fait d’un point de vue individualiste, par une poignée d’individu. En gros, on demande a des individus, qui sont rendu là où ils sont rendu en n’ayant pensé qu’à leur propre intérêts ( et ceux de leurs ‘ptit amis ) de penser en fonction de la collectivité. Alors que la main qui nourrit, ne viens PAS de la collectivité.

    L’évolution humaine se précise ( a une vitesse hallucinante ) vers l’individualisme. Alors les choses ne vont qu’empirer… Dans le court et moyen terme a tout de moins.

    Bref, ces « goinffres » qui forment les plus nantis n’ont pas de satiété en ce qui concerne le pouvoir et l’argent. La couche juste en-dessous, sont des aspirants-goinffres, obsèdé par l’idée de monter le dernier échelon. Malheureusement pour le reste d’entre-nous ( environ 98% de la population ) ce sont ceux-ci qui tirent les ficelles. Et ils ne les tirent que dans le but de s’enrichir et de gagner en puissance. L’altruisme est une maladie pestilente pour ces gens.

    Alors il faut cesser de rêver…. RIEN, hormis une catastrophe rendant la résurrection impossible, ne pourra renverser la tendance. Car elle est vicéralement individualiste. Le 98 % de la population n’a qu’un pouvoir de représentation, de manifestation, etc. Les décisions sont et seront prises par des individus, individualiste soumis inlassablement à la tentation de s’enrichir et gagner en puissance. C’est dans la nature humaine, dès qu’elle n’est plus une collectivité.

    Là où la panique risque de s’installer, c’est justement a l’idée que la folle course a laquelle ils s’adonnent tous transforme la classe moyenne en une race en voie d’extinction. Alors qu’ils ont besoin de nous, ils ont besoin de leur « précieux payeurs ». C’est ainsi désormais, car à l’inverse de leur prédécesseur, ils ne pensent plus ni n’agissent plus a long terme ( en « générations » ) Leur individualisme, les pressent à réussir LÀ maintenant, à tout gober sur la table a buffet. Plus question de « travailler » à l’héritage des grandes familles… C’est à LEUR retraite à la quelle ils travaillent. Et indirectement, à creuser le fossé qui est en train d’éradiquer la classe moyenne.

    Ce qu’ils ne saisissent pas le risque de tout faire effondrer par leur insouciante avidité.

    P.S.: Pour ce qui est de la TPS – TVQ, l’ironie veut que justement, les pauvres en sont exempts et les riches ont les moyens de ne pas les payer… Alors c’estqui le « cave » qui se fait encore avoir ? M.Classe moyenne !

    Répondre
  • avatar
    11 août 2011 à 20 08 38 08388
    Permalink

    Votre explication est intéressante. Je suis preneur, adjugé !!! J’ai bien compris que pour se maintenir riche un pays doit produire continuellement. Donc, créer des emplois pour la cause. La cause directe étant l’investisseur/consommateur. Créer des guerres, engager des soldats, des formateurs pour former d’autres formateurs qui formeront d’autres soldats etc. La population vieilli, alors ouvrons les frontières, nous aurons des soldats parmi la population migrante, ça nous permet de créer des centaines de milliers d’emploi pour l’encadrement de cette population migrantes. Avec l’arrivée de ces derniers il faut créer des emplois nouveaux dans le domaine sécuritaire. Créer des organisations humanitaires qui peuvent nous procurer des dizaines de milliers d’emploi qu’on pourra utiliser dans les pays contre lesquels nous avons imposé l’embargo. Voyant les choses autrement : d’abord les investisseurs sont pour la plupart étrangers. Ils investissent là où il y a consommation. Les jeunes consomment plus que les personnes âgées. Les pays du sud sont peuplés de jeunes avec une croissance de plus de 5 % en moyenne contrairement aux pays du nord. La population migrante commence à rebrousser chemin. Je conclu en disant que l’acte de décès du capitalisme est signé en 2008 c’est-à-dire 18 ans après la mort du communisme. Sa mort est douce et silencieuse comme la mort du communisme.et il n’y a pas lieu de s’alarmer car ils n’ont plus les moyens du verbe.

    Répondre
  • avatar
    11 août 2011 à 22 10 43 08438
    Permalink

    POur revenir sur le sujet du billet. Voici un vidéo super intéressant d’une entrevue avec un des conseillers de l’ex-président Reagan qui explique comment les Américains ont été trahis par leur gouvernement, car les emplois traditionnels du secteur manufacturier ne sont plus là, les entreprises ayant exporté les emplois dans des pays de cheap labor, alors que les emplois promis dans la haute technologie ne sont jamais arrivés, étant aussi dans les pays dits ‘émergents’.

    Ça fait que c’est pour ça que les États-Unis sont dans la grosse merde, parce qu’ils sont dirigés par des traîtres.

    C’est pas compliqué. Faut pas chercher de midi à 14 heures. La réponse est très simple.

    http://www.youtube.com/watch?v=XIisOdwAIho&feature=relmfu

    (&)

    Répondre
  • avatar
    13 août 2011 à 4 04 41 08418
    Permalink

    Bonjour,
    Il est indiscutable que nous vous aimons bien, même si parfois nous ne sommes pas toujours en accord; c’est cela la valeur d’un site citoyen.
    Nous savons que nous sommes en période de vacances.
    Malgré cela, nous, nous faisons un plaisir de participer à CP.
    Mais avec une petite tranche d’humour nous nous permettons de vous suggerer de ne pas vivre en vase clos.
    Nous publions la majorité de vos articles, et vous ne répondez même pas alors que des centaines de lecteurs vous lisent, nous vous laissons le soin d’en tirer les « conclusions »
    le site qui reste votre ami:
    http://www.panda-france.net
    Autant que vous, vous ne répondrez pas de la même façon que nous, nous le faisons, articles et commentaires resteront « coincés » sur nos claviers.
    Il nous semble que nous avons suffussament prévenu avec tact et gentillesse.
    Le fait de participer n’est jamais une obligation, mais simplement le respect des commentaires sans réponse et le manque de vos réactions chez nous, comme nous nous venons chez vous quotidiennemeent.
    Voila il fallait que cela soit dit d’une maniére plus intense.
    En vous souhaitant une trés bonne journée à tout un chacun.
    Nous vous disons peut-être à bientôt(B)
    Amicalement,
    Le Panda
    Patrick Juan Fondateur des Voix du Panda

    Répondre
  • avatar
    13 août 2011 à 9 09 36 08368
    Permalink

    @ AL

    « Certains jours, je m’en câlisse ( me faire traiter d’illuminé) mais aujourd’hui, ça ne me tente pas. »

    Tu es encore jeune. Personnellement, si on ne me traite pas d’illuminé au moins une fois par jour c’est que je me serai éteint 🙂 J’aurais l’impression de n’avoir dit ce jour-là que des banalités. Dire que je m’en câlisse serait une litote..

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    13 août 2011 à 9 09 46 08468
    Permalink

    @ Panda/Patrick

    Le but est de diffuser des idées. Il faut que reproduire un article soit un plus en soi pour celui qui reproduit. Entre Panda et CP, la réciprocité vient de ce que CP peut reproduire de Panda à sa convenance en mettant la source et l’auteur, comme Panda de CP.

    Tes auteurs sont les bienvenus directement sur CP comme ceux de CP chez-vous. En faire plus n’est pas gérable. Un de mes articles, si je me fie à Bing, a été reproduit sur 17 sites dont une majorité que je ne connais pas… si je vais répondre partout je n’aurai plus le temps d’écrire… 🙂

    Amicalement

    Pierre JC

    Répondre
    • avatar
      13 août 2011 à 11 11 10 08108
      Permalink

      Piere JC Allard

      @Maitre Corbeau en retraite tout comme moi (C)

      Il me semble parfois entendre l’avocat économiste que tu es en fuyant la « réalité ».

      Nous en avons parlé il y pas mal de temps, diffuser des idées sans support de contreparties ne sert à rien.
      Lorsque Les Voix du Panda mettent Pierre JC Allard ou tout autre intervenant il cite son « AUTEUR » ce n’est pas cela qui fait débat.
      Ici nous ne vendons rien, nous partageons le sens de nos idées, mais lorsque quelqu’un pose une question cela mérite « réponse » enfin je le pense.
      Je trouve aussi certains de nos/mes articles en Chine c’est pas peu dire, mais désolé je peux répondre en Anglais mais pas en Chinois donc je laisse aussi filer.
      Nous avons un rôle d’informations et de convictions à échanger, une marque quelle qu’elle soit sans écho ne se vendra jamais.
      Le droit au savoir reste une des obligations essentielles que nous avons dans le cas contraire nous sommes tous à diverses échelles « des gens foutre » ce que je me refuse à crroire.
      Donc Cher Maitre (ou ex) ta fausse plaidoirie mérite une réponse mais tu perds du etrrain et des points avec toue mon Amitié cela va de soit:-) 😀

      Le Panda
      Patrick Juan (partie civile constituée plaignante recevra je ne sais quoi en fonction de l’article « 700 » du code procédure civile 😛

      Répondre
  • avatar
    13 août 2011 à 20 08 41 08418
    Permalink

    Certains commentaires sur la dette publique US globale sont plus interessant que l’article de Pierre. Sans rentrer dans les détails comptable, je pensais que la dette publique US était au moins le double de la dette fédérale US (14 T$) avec les dettes provinciales et municipal mais j’étais encore loin du compte avec cette estimation a 211 T$ !

    Les prochaines années vont être riche en événements marquants et historiques/

    Répondre
  • Ping : SOULÈVEMENT POPULAIRE AU ROYAUME-UNI | Newslibres.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *