La finance contre la dette française : spéculation facilitée dès le 16 avril

« Quel hasard ! Quelle coïncidence. 13 ans après la disparition du Matif, le marché à terme des instruments financiers, une semaine avant les élections françaises, tous les spéculateurs du monde entier pourront facilement vendre à découvert de la dette française. Facilement. À coûts bas. Et avec un effet de levier maximum. Non, bien sûr, la « Finance » ne se prépare pas à la guerre contre François 2. » L’avertissement est signé Marc Fiorentino, conseiller financier quinquagénaire qui s’y connaît en spéculation : ancien trader, il était millionnaire à 26 ans ! « A partir du 16 avril, tout le monde pourra spéculer contre la dette française, explique-t-il. C’est une annonce qui est passée relativement inaperçue. Le 16 avril, soit, quelle coïncidence, une semaine avant le premier tour des élections françaises, le marché des dérivés, l’Eurex, va ouvrir un contrat à terme sur les emprunts d’État français.. Qu’est ce que cela veut dire ? Très simplement. Jusqu’à présent, si vous vouliez spéculer contre la dette française, vous n’aviez que deux moyens : acheter des CDS, ces fameux contrats d’assurance contre la faillite, ou vendre à découvert des emprunts d’État français, deux moyens destinés aux grandes institutions financières et aux gros fonds spéculatifs et qui nécessitaient de gros moyens. Avec l’ouverture de ce contrat, ce sera plus facile. Tout le monde ou presque pourra acheter ou vendre à découvert des emprunts d’Etat Français. Facilement. Et en plus avec un effet de levier de 20. C’est-à-dire qu’avec 50 000 euros seulement vous pourrez vendre à découvert 1 million d’euros d’emprunts d’État Français. C’est l’arme idéale pour attaquer la France. »

En faisant quelques recherches sur le sujet, nous sommes tombé sur une analyse claire et percutante que nous vous livrons sans autocensure, puisqu’elle est de… Jacques Cheminade, candidat à la présidentielle : « Ce nouveaux contrat, portant sur un montant de seulement 100 000 euros au minium (joué grâce à une effet de levier de 10 à 20, c’est-à-dire un apport nominal autant de fois plus faible), livrera encore plus la dette française aux marchés financiers spéculatifs. Alors que les fameux Credit Default Swaps (CDS) étaient le plus souvent réservés à des investisseurs institutionnels disposant d’un minimum de 10 millions de dollars comme ticket d’entrée, les FOATs seront accessibles à des spéculateurs de tout acabit. Le lancement de ce nouveau produit indique clairement qu’Eurex « anticipe » une importante spéculation sur la dette française dans les mois à venir lui permettant de faire des profits grâce aux juteux frais de commission sur chaque transaction effectuée. »

Plus simplement encore, sans qu’il soit question de complot, la loi de la finance, c’est celle du profit. Si le profit peut se dégager en spéculant contre la dette souveraine française, elle ne va pas se gêner.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *