La ligne droite

Je suis assis dans un train qui se prépare a engager un ligne droite sans virages de 480 kilomètres. Paysage à gauche, une sorte de reg, un autre mot pour dire « rien ». A droite, même chose. Nullarbor est le nom qu’a donné à cet espace un type qui a pensé que c’est ainsi en latin qu’on devrait dire qu’il n’y a pas d’arbres… Alors je pense au temps qui passe. A notre société qui va en ligne droite vers sa fin prévisible, maintenant qu’il n’y a plus, ni à gauche ni a droite, la moindre trace d’une pensée politique vivante.

La fin que tout appartienne à quelques-uns, puis, inexorablement que les autres brutalement le leur reprennent. J’ai retrouvé ce texte que j’ai publié le 8 0ctobre 1997. Un fait divers mais qui marque qu’on est bien sur la ligne droite… Depuis 15 ans, rien n’a changé. La route s’étire,  on est presque  arrrivé     pjca

Les vautours à charte

Il semble qu’il n’y a pas de limite au nombre de couleuvres que ceux qui nous gouvernent peuvent faire avaler au monde ordinaire. Ainsi, la Banque du Canada vient d’annoncer froidement qu’elle augmente les taux d’intérêts pour “contrer une reprise économique trop rapide qui POURRAIT créer un risque d’inflation”. Personne ne s’inquiète. Les médias sont muets.

Muets encore, les médias, quand les banques a charte annoncent qu’elles vont refiler à leurs clients le DOUBLE de l’augmentation du taux d’intérêts que leur impose la Banque du Canada.

Silence encore, et personne ne rigole, quand la Banque du Canada se dit “surprise” par la décision des banques. Décision, bien sûr, dont il faut croire qu’elle n’a pas été concertée entre les banques – concurrence oblige – et que la Banque du Canada n’en a pas été préalablement avisée.

Ce qui est choquant, ce n’est pas tant que les possédants soient à quatre pattes sous la table pour ramasser les miettes avant que Lazare ne s’en nourrisse, c’est qu’ils se donnent si peu de mal pour dissimuler l’opération. Il semble que nous ayons atteint le point où le système n’a plus ni la peur ni le respect d’une population que son apathie condamne à une descente progressive aux enfers.

En langage clair, voici ce que la Banque du Canada, les banques et le gouvernement viennent de faire: virer sur le compte des possédants environ 1% par année d’une dette publique et privée d’environ 1,2 TRILLION, soit 12 milliards, dont une partie significative restera aux mains des banques a charte.

Ces 12 milliards sortent des goussets du monde ordinaire. Ce sont les intérêts supplémentaires que vous allez payer pour votre maison, pour votre auto… et sur le solde impayé de vos cartes de crédits, car une hausse du taux de base se répercute à travers toute la structure.

Ces 12 milliards iront dans les goussets de ceux dont les besoins sont satisfaits et n’entraineront donc pas une plus grande consommation. En fait, on vient de décider de NE PAS augmenter la consommation de 12 milliards. On vient de décider de NE PAS CRÉER LES 150 000 EMPLOIS qui auraient été nécessaires pour produire ces 12 milliards de produits de consommation.

Ne pas créer ces emplois, c’est ce qu’on appelle freiner une croissance trop rapide. Virer 12 milliards aux riches, pour les rassurer que tout gain de productivité finira bien dans leur poche et non dans celle des miséreux ou de la classe moyenne, c’est ce qu’on appelle “contrer les risques d’inflation”.

La principale activité de nos gouvernants n’est PAS de lutter contre le chômage; c’est, au contraire, de garder le chômage au niveau le plus élevé qui n’entraîne pas de désordre civil incontrôlable. Vous ne le croyez pas? Regardez comment la Bourse BAISSE chaque fois que les chiffres de l’emploi s’améliorent. Regardez et comprenez. Croyez-vous que l’objectif de nos gouvernants soit de réduire le chômage, même au prix d’une baisse des valeurs en Bourse… ou de maintenir le prix des valeurs en Bourse en faisant en sorte que le chômage ne diminue pas?

Nous venons d’avoir la réponse – encore une fois – de la Banque du Canada: on vient de faire en sorte qu’il n’y ait pas de reprise de la croissance… On vient de relancer le chômage au profit des banques – les vautours à charte –  et de ceux qui vivent de leurs intérêts.

Pierre JC Allard

6 pensées sur “La ligne droite

  • avatar
    6 février 2012 à 8 08 18 02182
    Permalink

    Nous aimons quans vous écrivez ainsi M. Allard. Voilà une bonne description des décisions des oligarques économiques – de la classe capitaliste que vous résuez par cette simple phrase : « Ne pas créer ces emplois, c’est ce qu’on appelle freiner une croissance trop rapide. Virer 12 milliards aux riches, pour les rassurer que tout gain de productivité finira bien dans leur poche et non dans celle des miséreux ou de la classe moyenne, c’est ce qu’on appelle “contrer les risques d’inflation”.

    VOILA LE CAPITALISME : Pas d’emploi, mais besoin d’emplois mais si vous créez des emplois vous augmentez le coût de la production des biens alors qu’il y a surplus de biens disponibles (ref Visitez un ou dix méga centres d’achats en périphérie immédiate de Montréal – vous comprendrez ce que je dis» Par contre vous pouvez toujours sans emploi achetrez quand même à crédit – mais le crédit un jour a un coût très .levé et une fin… le jour ou vous êtes déclaré insolvable – alors la banque perd son dépôt (une expression à moi) alors on compense cette perte par une hausse des intérêts à tout le monde dans le tas il en reste toujours qui ont encore une petite marge de jeu – le noeud n’ayant pas encore totalement strangulé le client – et qui paieront pour la perte decelui qui est déjà économiquement mort… dans la rue sans papiers.

    Il reste à éclaircir le mystère que vous soulevez une nouvelle fois « Pourquoi tous ces patients-clients semblent-ils indifférents…? J’ai bien écrit SEMBLE…»
    Ce sera l’objet de notre éditorial cette semaine, merci de m’isnpirer Pierre J-C…

    Robert

    Répondre
  • avatar
    6 février 2012 à 8 08 56 02562
    Permalink

    @ RB

     » le noeud n’ayant pas encore totalement strangulé le client… »

    N’oubliez pas que j’ai écrit cet article il y a 15 ans. Maintenant, c’est fait…

    pjca

    Répondre
  • avatar
    6 février 2012 à 19 07 30 02302
    Permalink

    @Pierre JC Allard
    Bonjour,

    Quelle tristesse que cet engrenage démoniaque et mesquin, sans vision, sans partage, sans vouloir que les autres AIENT PLUS. Peut-être même que ces «possédants» désirent ardemment que les autres aient moins …

    Et pendant ce temps, on divague aussi dans bien d’autres secteurs. Celui de la santé. Mon acupunctrice me disait cette semaine qu’une de ses amies qui devait passer D’URGENCE un test (j’ai oublié le nom) pour l’estomac devait attendre 4 ans avant d’avoir rendez-vous dans un hôpital, ou des hôpitaux. Finalement, elle est allée au privé. Comme le dit mon acupunctrice, dans quelques années, nous ne pourrons plus voyager, il faudra prendre notre argent mis de côté pour les voyages pour payer nos tests, les scans, et tout le machin.

    Bienvenue à un monde plus solidaire. Je crois que lorsque la pomme est pourrie, elle est tombe de l’arbre d’elle-même.

    Carolle

    Répondre
  • avatar
    7 février 2012 à 9 09 51 02512
    Permalink

    @ CAD

    S’il ne s’agit que de renoncer a des voyages, Quidam Lambda va serrer les poings, mais va payer. Si on passe à l’étape suivante et qu’il n’y a plus rien auquel il puisse renoncer sauf à la vie elle même, il cognera. LA RÉVOLTE DE L’INDIVIDU, SI ELLE DEMARRE, EST UNE MACHINE INFERNALE QUE PERSONNE NE POURRA ARRÊTER.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2011/06/26/quand-lindividu-se-fache-2/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • Ping : MYSTÉRIEUSE APATHIE DES PEUPLES MORTIFIÉS ! | Les 7 du Québec

  • Ping : MYSTÉRIEUSE APATHIE DES PEUPLES MORTIFIÉS ! | CentPapiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *