La mondialisation est une réussite absolument phénoménale!!!

La « Mondialisation » est une réussite absolument phénoménale!!! 

 

On se doit de le constater : C’est certainement la première fois dans l’histoire de l’humanité que la « mondialisation » réussit aussi prodigieusement et à un niveau aussi ahurissant.

Il n’y a pas un seul pays, sur toute la planète, où la population ne se soulève pas pour dévoiler son « ras-le-bol » des abus de pouvoir; que ceux-ci soient économiques, politiques, culturels ou judicaire. Partout, AU MÊME INSTANT, toutes les populations de la Terre « en sont écœurées ». C’est du jamais vu.

Les « spécialistes » relèvent partout le fait que ces soulèvements n’ont aucun lien commun; que ce sont des « réactions », plus ou moins conscientes, à plusieurs « petits détails » sans lien entre eux. C’est exactement là une vision de « spécialistes ». Ils croient qu’un soulèvement devrait s’attaquer à un sujet particulier. Leur esprit ne peut pas concevoir la possibilité que le peuple en a marre « d’absolument tout ». Les spécialistes ne peuvent pas s’imaginer que la population perçoit de plus en plus, les moins nantis comme étant des « victimes du système » et non comme des « incapables à s’adapter au système ». Ils ne peuvent pas comprendre que la population se sent manipulée, lorsqu’on prétend défendre, de façon générale, les « malades mentaux » et qu’on se serve de ce concept humain honorable pour déresponsabiliser des tueurs d’enfants, des violeurs de femmes et d’enfants, des abuseurs de personnes âgées et de toutes autres horreurs perpétrées par des antisociaux.  La population en a marre de voir des cas comme ce jeune voyou reconnu, condamné à l’expulsion du pays et qui parvient à rester ici par toutes sortes de moyens, quand une mère de quatre enfants, respectable, est expulsée en deçà d’une semaine, sans possibilité de rectifier sa situation légalement ici, sur place. Les gens en ont marre de voir des compagnies, ayant avoué leur culpabilité d’escroquerie, continuer d’obtenir des contrats publics, malgré la loi l’interdisant formellement.

Les médias officiels soulignent constamment le « cynisme » de la population envers la politique; mais parler ainsi est simplement de renverser les rôles. Les médias présentent les choses « à l’envers ». En réalité, le cynisme n’est pas du tout le trait de la population; mais bien certainement, celui des dirigeants de nos sociétés; sans oublier ce même cynisme des médias, d’inverser la situation.

On n’a qu’à constater le prix de l’essence qui reste inacceptable malgré les chutes du prix de pétrole. On n’a qu’à constater les arguments en faveur des « péages » envisagés pour les services publics, malgré l’augmentation des taxes de toutes sortes. On n’a qu’à constater la hausse constante de l’alimentation. On n’a qu’à réfléchir sur les baisses de régime de retraite envisagées pour le futur, quand les sommes prévues pour y subvenir sont détournées, depuis des décennies, vers d’autres buts. On n’a qu’à constater l’impossibilité pour un petit investisseur de parvenir à produire un seul profit sur le marché boursier. On n’a qu’à prendre conscience de cette acrobatie intellectuelle des responsables publics pour éviter que des malversations administratives ne deviennent évidentes avec preuves à l’appui.

Après ce constat, peut-on vraiment parler de « cynisme » de la population? Il faut être complètement ridicule pour le faire.

Les faits démontrent que le moindre poste important dans nos sociétés est visé, et souvent obtenu, par des individus sans scrupules, n’ayant aucune « conscience sociale » indispensable à ces postes. Il n’y a plus de différences entre le régime monarchique de Louis XIV et le régime « démocratique » de nos sociétés. Les postes sont distribués selon les « contacts » et les « accointances » de chacun des postulants. Notre démocratie est devenue « paternaliste »; tout ce qu’il faut c’est d’être des enfants de la « famille ».

À chaque fois qu’on attribue un poste important, pour éviter de « lever le lièvre » de partisannerie, on parle de « compétence identique » pour justifier une candidature plutôt qu’une autre. Mais la question n’est pas celle d’une « compétence identique », mais bien celle « d’accointance » avec un groupe déterminé. Lorsqu’on a le choix entre un individu « vendu », ayant les mêmes « compétences » qu’un individu incorruptible, devrions-nous, alors, nous limiter à la question de « compétence » de l’individu  pour octroyer le poste postulé???

Doit-on accepter le principe des « post-it »?

Est-ce que ce principe se limite aux « post-it » exclusivement?

Est-ce qu’en ne se servant plus de « post-it », on élimine les « collusions »?

Est-ce qu’on a le droit fondamental d’accepter qu’un pays ou qu’une « coalition » de pays (pour ne pas dire collusion) s’ingère dans l’administration d’une population d’un autre pays?

Est-ce que nous sommes logiquement convaincus qu’il puisse exister des « bombardements humanitaires »?

Sommes-nous réellement persuadés que de faire disparaître la qualité de vie des individus soit une nécessité pour le bien d’une population?

La question devient : Jusqu’à quel point continuerons-nous d’accepter de paraître en accord avec de telles imbécilités? Plus précisément, jusqu’à quel point les autorités actuelles oseront-elles continuer de nous considérer comme des attardés et des arriérés qui ne possèdent aucun discernement intelligent?

À ce niveau, le tableau global est que ces autorités font, tout simplement, de la projection mentale. Ils sont obtus, donc voient les autres comme étant plus obtus. Ils sont irresponsables et, donc, perçoivent les autres comme plus irresponsables. Ils sont imbéciles et, donc,  considèrent les autres comme étant plus imbéciles. C’est de cette façon qu’ils se définissent comme la « crème de la société ». Ils sont la crème de la société, mais sont une crème « caillée » depuis longtemps.

La réalité est qu’ils ne se rendent pas compte qu’actuellement, la moindre petite étincelle, le moindre faux pas de leur part, peut en un seul jour, faire multiplier par cent le soulèvement populaire actuel dont ils ne saisissent pas l’importance.

Ils ne comprennent pas que même ceux qui ont la charge de les protéger, en ont marre eux-aussi, tout autant que la population ordinaire. Les policiers en ont assez des entourloupettes dont ils sont victimes par le système judiciaire et le système politique. Les soldats de nos armées en ont soupé des missions inacceptables présentées comme humanitaires, mais où ils doivent agir de façon inhumaine pour les remplir. Ils commencent à en avoir marre de ces missions inacceptables qui leur sont données quand, en contrepartie, ils reçoivent des contraintes lorsque c’est le temps de venir en aide à leur population lors de catastrophe naturelles.

Les gens ne sont jamais tout autant obtus et irresponsables que le sont les autorités en place; tout simplement parce que la majorité des gens ne sera jamais « vendue » à un seul « intérêt particulier ». Les différents intérêts « particuliers » sont distribués parmi tous les individus de la population et ces intérêts sont différents pour chacun. Le  seul intérêt qui puisse faire l’unité est la qualité de vie et l’équité du système en fonction de tous et non d’une « clique ».

Et c’est exactement ce qui est en train d’exploser actuellement sur la surface de toute la planète. Aucun système actuel, quel qu’il soit, ne répond aux aspirations communes de nos sociétés.

Ceux qui, parmi nous, sont tant soit peu conscient, voient parfaitement l’impossibilité du statu quo. Non seulement voient-ils l’impossibilité d’un statu quo, mais voient-ils, tout autant, l’impossibilité d’un « remplacement » des systèmes, qui ne soit pas axé sur toutes et chacune des aspirations des individus formant les peuples.

Il est assuré qu’aucun esprit « spécialisé » ne peut parvenir à solutionner ce dilemme. La seule option envisageable est l’avènement d’un esprit passible d’une vision globale de la situation.

La solution n’est plus dans l’instauration d’un système administratif; mais bien dans l’institutionnalisation d’une intelligence culturelle humaniste. Seule la liberté de pensée totale peut solutionner le problème actuel. Seul l’intérêt de l’être humain individuel peut ouvrir la porte sur cette solution. Les solutions en fonction de la protection de l’ensemble ne fonctionneront plus. Seules les solutions en fonction de chacun des individus a une chance d’y arriver.

Pour revenir au cynisme obtus, nous en avons reçu la preuve indiscutable cet après-midi vers cinq heures.

Le premier ministre vient de « commander » une commission d’enquête sur les résultats de l’enquête Duchesneau. Sauf que sa commission d’enquête n’est pas du tout une commission d’enquête telle qu’établie par la loi.

Il a bien trouvé la juge la plus irréprochable et la plus apte à mener à bien une commission d’enquête. Personne, mieux qu’elle, ne pourrait réussir le travail qu’on lui demande.  Elle sera nommée « Commissaire » de cette commission d’enquête; sauf…qu’elle n’aura aucun pouvoir. C’est l’équivalent de choisir le meilleur astronaute qui existe et de lui dire : va sur la Lune, mais…tu n’as pas le droit d’employer une fusée. Même un simple procureur a plus de pouvoir que la commissaire en charge de cette commission d’enquête. Un procureur peut obliger une personne a venir témoigner; la commissaire de cette commission d’enquête ne le pourra pas.

Notre premier ministre nous prend pour des cons. Son argument est de « protéger la preuve » et que, comme un « témoignage », dans une commission d’enquête normale, ne peut pas servir à l’accusation du témoin, il affirme que cela ne servirait qu’à blanchir des criminels.

Première question : Depuis quand un « témoin » est-il un « criminel » avant jugement?

Deuxième question : Les témoignages dans les commissions d’enquête antérieures n’ont-ils pas servit à accuser d’autres personnes que les « témoins » et n’ont-ils pas résulté en accusations et en incarcérations de criminels?

Troisième question : Une commission d’enquête appelée la CECO n’a-t-elle pas servi à démanteler un système criminel de viande avariée que les Québécois bouffaient sans le savoir?

Quatrième question : Depuis quand des criminels sont-ils suicidaires au point d’aller étaler des témoignages, devant les autorités, qui les incrimineront eux-mêmes?

Lorsqu’un journaliste à demandé au premier ministre de lui citer un seul cas où un témoignage à une commission d’enquête avait servi à « blanchir » un criminel, il n’a pu répondre et s’est réfugié derrière la compétence des « spécialistes » qu’il avait consulté.

Depuis plus de deux ans, la population exige une commission d’enquête publique. La demande était devenue tellement pressante sur le gouvernement que celui-ci ne pouvait plus se défiler. Du moins, c’est ce que l’on croyait.  Le peuple faisait connaître son opinion avec tellement d’insistance que même un gouvernement majoritaire ne pouvait refuser d’entendre la voix de la population. C’était faire abstraction de l’importance de la quantité de cynisme qui peut habiter un politicien. Il nous a donné un tigre pour défendre nos droits; un tigre DÉGRIFFÉ et ÉDENTÉ.

Le premier ministre se moque de nous littéralement. Est-ce la goutte qui va faire déborder le vase?

J’en doute un peu, mais je le souhaite ardemment.

 

Amicalement

André Lefebvre

 

 

 

 

16 pensées sur “La mondialisation est une réussite absolument phénoménale!!!

  • avatar
    20 octobre 2011 à 5 05 39 103910
    Permalink

    J’oubliais de mentionner ces gens qui se sont déplacés vers les USA pour aller vérifier sur place les effets du gaz de schiste.

    Comment se fait-il que les médias n’en ont parlé qu’une ou deux fois?

    Ces gens auraient dû inclure dans leur rapport, avoir découvert une centaine de chiens rendus malades par le gaz de schiste. Alors là…ils feraient encore la UNE des nouvelles.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
  • avatar
    20 octobre 2011 à 13 01 11 101110
    Permalink

    Il y a une fuite et c’est pour cette raison qu’on ne peut pas fermer le puits.
    😛

    Un autre puits de gaz de schiste, cette fois de la compagnie Junex (JNX), à Saint-Antoine-sur-Richelieu, fuit.

    Il n’y a pas eu de fracturation hydraulique à cet endroit, mais la compagnie devait fermer ce puits en raison de perspectives plutôt décevantes.

    Inquiet, un citoyen a demandé à la municipalité ce qui se passait. On lui a confirmé par courriel qu’il y avait une fuite et que c’était pour cette raison que Junex ne pouvait pas fermer le puits.

    « Les choses devaient changer. Je suis désolé, les choses n’ont absolutement pas changé, a déploré Denis Campeau, résidant de Saint-Antoine-sur-Richelieu. On nous cache des choses, je ne dirais pas mentir. Mais, si on ne nous dit pas la vérité, ça peut s’apparenter à ça. »

    « On a eu une réponse du ministère de l’Environnement sur les puits sur lesquels ils ont autorité. Là, ça semble être un puits dans les limbes, a dit André Bélisle, de l’Association de lutte contre la pollution atmosphérique. C’est le silence radio. On n’a jamais eu de réponse. »

    Environ huit maisons sont à proximité du puits.

    D’autres fuites

    Deux têtes de puits de gaz de schiste appartenant à Talisman Energy (TLM) ont des fuites qui dépassent certaines normes, dans le Centre-du-Québec.

    Les agriculteurs qui ont permis aux compagnies gazières de s’installer sur leurs terres jurent maintenant que si c’était à refaire, ils ne signeraient aucun contrat.

    Ces puits ont des fuites de gaz qui dépassent les normes de la Colombie-Britannique. Le Québec ne possède pas encore de normes propres à la province.

    « Nous ne nous sommes jamais caché qu’il y avait des fuites au deuxième puits de Leclercville et à celui de Saint-Édouard. Nous sommes présentement à l’étape de l’analyse », explique Vincent Perron, porte-parole de la gazière. En réalité, ces fuites ont été décelées l’automne dernier, il y a déjà un an.

    Talisman Energy explique les longs délais par l’attente des permis nécessaires pour procéder aux travaux.

    Citoyens inquiets

    Il n’est donc pas surprenant que l’industrie des gaz de schiste rencontre plusieurs embûches au Québec. L’acceptation sociale est loin d’être acquise et les gazières peinent à prouver qu’elles maîtrisent leur art. « Non, pas avec les mêmes conditions, et pas avec ce que l’on sait maintenant », lance un agriculteur, installé dans la Vallée du Saint-Laurent, qui préfère garder l’anonymat.

    « En plus, ce sont des contrats de 20 ans, ajoute-t-il. Après, les gazières peuvent renouveler l’entente. Moi j’avais appelé le ministère de l’Environnement avant de signer le contrat. On m’avait dit qu’il n’y avait aucun danger. »

    Deux voyages en Pennsylvanie, le premier au mois de juin et le deuxième le week-end dernier, visaient à démystifier le gaz de schiste. Les participants sont revenus avec encore plus d’inquiétudes et beaucoup de questions.

    « Le nerf de la guerre, c’est l’eau. On l’a vu là-bas, les compagnies utilisent un nombre incalculable de gallons d’eau! En plus, au Québec, je ne crois pas que nous soyons équipés pour traiter les eaux de fracturation. C’est vraiment inquiétant », estime Louise Turcotte, deuxième vice-présidente de l’UPA du Centre-du-Québec.

    « Si c’est pour être développé de la même façon que ça l’est en Pennsylvanie, je ne suis vraiment pas intéressé! Je suis même intéressé à déménager! Nous allons nous battre pour que des règlements serrés soient mis en place, pour respecter les citoyens », dit Jean-Guy Paré, le maire de Saint-Pierre-les-Becquets, aussi président du Groupe de dialogue dans la MRC de Bécancour. Ce dernier ne s’affiche pas contre le développement de l’industrie, mais tient à ce que les municipalités aient leur mot à dire.
    http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2011/10/20111019-074314.html

    Répondre
  • avatar
    20 octobre 2011 à 14 02 37 103710
    Permalink

    André…10/10.

    Gaetan… c’est une guerre, silencieuse.

    (C)

    Répondre
    • avatar
      20 octobre 2011 à 17 05 32 103210
      Permalink

      Dire que M. Bouchard veut nous vendre ça.

      Le documentaire en provenance des État-Unis est très explicite sur la façon dont ça fonctionne… Et les dégâts.
      GASLAND
      Si tu ne l’as pas visionné, cherche un exemplaire.
      Tiens, je viens d’en trouver 48 minutes. Le film dure 107 minutes, je crois.
      http://www.dailymotion.com/video/xhfvhy_gasland_news

      Guerre: citoyens contre leurs propres dirigeants… Ou leurs sales 🙂

      Répondre
      • avatar
        20 octobre 2011 à 23 11 21 102110
        Permalink

        Je l’ai visionné deux fois et j’espérais que la visite de ces Québécois, le week-end dernier, adoucirait la situation. Au contraire, cela n’a fait que tout confirmer.

        Si ce n’est que de moi, on oublie le gaz de schiste et on passe à autre chose.

        Seulement de mettre des petits dynamos sur les bicyclettes des centres de condition physique fournirait beaucoup de watts/heure GRATUITS et les gens font ça pour se mettre en forme. 😉

        Un an pour ne pas encore boucher une fuite de gaz!!! Imaginez s’il y avait 7000 puits. Les gens courraient derrière M. Bouchard avec des bâtons.

        J’espère que nous ne sommes pas dans la même situation que la juge Charbonneau: un travail incroyable à faire sans aucun pouvoir alloué.

        On devrait exiler le premier ministre au Nord avec une pelle ronde. Il pourrait commencer son plan Nord.

        Dites-moi? Qui vaudrait aller témoigner à la commission d’enquête pour accuser quelqu’un et recevoir une mise en demeure pour atteinte à la réputation d’un riche profiteur?

        Pas moi, en tous les cas.

        M. Charest a dit qu’il irait témoigner si on le lui demandait; je me demande s’il avouerait des choses qui l’impliquerait lui-même; il semble laisser entendre que oui. Le croyez-vous?

        Personnellement, j’en ai plus que marre de toutes ces imbécillités chroniques.

        Amicalement

        André Lefebvre

        Répondre
        • avatar
          21 octobre 2011 à 2 02 15 101510
          Permalink

          Hahaha, une commission d’enquête publique, à huis clos… déjà ça veux tout dire.

          Rien d’autre à ajouter.

          Ils se connaissent tous ceux qui magouillent dans ce secteur. Voyons donc. Ça ne prends pas la tête à Papineau pour savoir ça.

          Mais qui a intérêt à témoigner à huis clos?

          Parce que c’est secret uniquement pour les citoyens ordinaires.

          Pour les magouilleurs, cela deviendra vite connu qui s’est rendu devant la commission, présumément pour témoigner.

          Et le gouvernement libéral de Jean Charest là-dedans?

          N’as-t-il pas des membres et des contributeurs à sa caisse électorale qui font sont parties à des contrats de construction avec le secteur public?

          L’égalité devant la loi qu’ils disent…

          😛

          Répondre
  • avatar
    21 octobre 2011 à 6 06 52 105210
    Permalink

    De toutes façon, cette manière de procéder du gouvernement ne fait que jeter de l’huile sur le feu.

    Auparavant, je croyais bien qu’il pouvait y avoir quelque milliers de dollars d’injectés douteusement dans la caisse du parti; mais plus le premier ministre fait des pieds et des mains pour éviter la mise à jour du système frauduleux, plus, dans mon esprit, les montants volés à la population par les politiciens augmentent dans mon esprit.

    J’en suis à me dire que M. Charest et sa « clique » disent toujours le contraire de ce qu’ils savent et pensent. Ce qui n’aide pas leur objection, lorsqu’il dit qu’une commission d’enquête publique ne servirait qu’à « blanchir des criminels ». Il est évident pour tous qu’elle servirait plutôt à les « débusquer ».

    Quant à l’opposition, les arguments qu’ils apportent contre cette commission d’enquête « patentée » par Charest, sont tellement futiles et sans consistance qu’ils semblent vouloir éviter la commission comme les autres.

    Heureusement pour eux, que le gouvernement est majoritaire; sinon ils défendraient la « patente à gosse » émasculée au lieu de la dénigrer.

    Croire que les politiciens n’ont aucun honneur ni aucun sens de l’honnêteté n’est plus du « cynisme » mais bien du « réalisme ».

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      21 octobre 2011 à 7 07 36 103610
      Permalink

      Lorsque j’étais jeune, on disait: « Lorsque la construction va, tout va! »

      Depuis ce temps, la construction va toujours de mieux en mieux, mais rien d’autre ne va plus!

      Où va l’argent?

      Et qui veut protéger la situation systémique actuelle?

      On n’est certainement plus devant un problème de « collusion », limité exclusivement à la construction; sinon aucune personne « hors de la construction » ne s’opposerait à une commission d’enquête publique. C’est ce que nous prouve les décisions actuelles du gouvernement.

      Il est temps qu’on disent ouvertement que la réalité et l’étendue du problème touche beaucoup plus que seulement le domaine de la construction.

      Il est maintenant évident que les « collusions » s’étendent à absolument tout le système; que ce soit celui des « post-it » pour l’attribution de postes, des ententes politiques en catimini, de l’esprit de partisannerie présent partout, du racket du système de la santé, de celui des médicaments, de l’assurance automobile, de la caisse de dépôts et placements, enfin de tous les recoins où se trouve l’argent du peuple.

      Élire le genre de député qui se présentent actuellement, c’est de lui fournir une louche pour piger dans le chaudron de la « soupe du peuple ». D’ailleurs, c’est ce que veut obtenir Legault et sa « clique »; c’est pourquoi il fera son « parti politique ». Les électeurs eux, doivent se contenter de la « soupe populaire ».

      Une seule solution: Une Démocratie PARTICIPATIVE à 100%, sans aucun droit à l’existence d’un partie politique. Une démocratie participative avec des députés indépendants, quel qu’en soit le résultat.

      Si c’était ce que nous avions aujourd’hui, 90% des gens se mettraient à voter et à s’occuper de leur avenir et de celui de leurs enfants. Aucun intérêt « particulier » ne pourrait prendre le pouvoir. Chacun de nous aurait la possibilité de « foutre à la porte » les petits « patenteux » de systèmes préférentiels.

      Foutez-moi ces quotients intellectuels de 34 à la porte pour les remplacer par les décisions constantes du peuple sur son avenir dans un système vraiment démocratique.

      C’est là, la seule vraie autonomie qu’il est urgent d’obtenir. La question de la langue est importante dans le système actuel, mais exclusivement pour ceux qui lèchent le c.. du gouvernement.

      Amicalement

      André Lefebvre

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    21 octobre 2011 à 8 08 08 100810
    Permalink

    Dans une démocratie PARTICIPATIVE à 100%, à la question:

    Voulez-vous d’une commission d’enquête publique?

    La population répondrait: OUI à plus de 80%.

    C’est ça la vraie démocratie.

    À la question:

     » Voulez-vous du gaz de schiste?

    La population répondrait NON à plus de 60%

    C’est ça la vraie démocratie.

     » À la question:

    Comment devrions-nous traiter la question du « crime d’honneur? »

    La population répondrait que la justice soit rendue et si une condamnation s’impose, qu’elle soit imposée; ensuite, si les ou l’individu ne comprend pas nos lois, qu’on les ou le retourne ensuite là où ils ou il peut comprendre les lois en place. On leur ou lui rendra service et à nous aussi.

    C’est ça la vraie démocratie.

    C’est assez simple, non?

    La démocratie ne se limite pas à se faire tous pleurer sur des chiens qui perdent leurs poils!!!

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    21 octobre 2011 à 9 09 06 100610
    Permalink

    @ André Lefebvre

    Je n’ai rien a ajouter… ou alors trop. Ce que vous dites est largement suffisant pour qu’on jette la serviette, pour qu’on se dissocie de cette société et qu’on se dise que les Mayas avaient raison: il vaudrait mieux baisser baisser le rideau en décembre 2012.

    On pourrait en dire bien plus, mais à quoi bon… Ce ne sont pas tant les faits qui sont insupportables, que leur valeur d’indicateurs d’un état d’esprit qui laisse penser que ça ne peut aller que de mal en pis.

    Tout indique la fin de tout amour, de toute compassion, de toute solidarité, de toutes valeurs. Je ne vois plus cette volonté de BIEN, qui fait l’humain. Je ne vois plus que des bandes d’animaux malfaisants.

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      21 octobre 2011 à 10 10 11 101110
      Permalink

      Le BIEN qui fait l’humain est devenu « les biens que possèdent les humains ».

      On ne peut accuser les dirigeants de mentir lorsqu’ils disent:

      « On veut votre bien! ».

      C’est ce qu’ils appellent leur « intégrité » et leur « transparence ».

      Quant à la « prophétie des Mayas », comment ne pas y croire avec des « maillets » semblables???

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    21 octobre 2011 à 13 01 39 103910
    Permalink

    M. Allard,
    Avec tout le respect qu’on vous doit, puis-je me permettre de vous signaler que l’une des misères de notre temps est justement ce pessimisme, cette perte d’espoir en l’humanité, en l’humain, en l’univers pour être plus métaphysique! Cette attitude défaitiste, ce pessimiste profond, si typique de la génération des babyboomers ne fait rien pour inspirer jeunesse vers d’autres idéaux et ne fait que renforcer l’impuissance…

    Comme cure, si est-ce que cela est encore possible, puis-je vous inviter à les Lettres de Rosa Luxemburg (Rosa la vie), ne vous inquiétez pas, ça n’a rien d’une doctrine économique ici, c’est des lettres écrit de prison, très intime, empreintes d’un profond humaniste, d’un goût de la vie si contagieux! Et soi-dit en passant, un leader n’ajuste pas son humeur à la température ambiante, aux creux de la vague dans laquelle nous sommes, mais s’élève au-dessus de la marée s’en jamais perdre de vue le phare.

    Et aussi les Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme de Friedrich Schiller. Avant d’aller au monde, il faut s’entourer du beau, sinon, lorsqu’on si frotte sans une firme beauté intérieure, sans une intime conviction intérieure, on s’y perdra…

    Je vous laisse sur ce poème, un peu mieux en allemand, mais qui même en français est fort inspirant, du moins pour qui n’est pas irrémédiablement mort avant la mort! Et puis, n’oublions pas que nous sommes tous qu’une petite aventure individuelle de la grande aventure humaine; si notre époque vous déplait tant, tâcher donc d’allumer des étincelles qui peut-être ferons vibrer des cœurs bien après que vous ayez traversé ce monde! Il ne sert de rien de répandre pessimisme qui éteint les cœurs aussi sûrement que la corruption de nos élites!

    Espérance

    Les hommes parlent et rêvent sans cesse de jours futurs meilleurs. On les voit courir et s’élancer vers un but fortuné, un but doré. Le monde vieillit, puis rajeunit, mais toujours l’homme espère une amélioration.

    L’espérance l’introduit dans la vie; elle voltige autour de l’enfant joyeux; son charme brillant séduit le jeune homme; elle n’est pas ensevelie avec le vieillard : car, s’il termine, épuisé, sa course dans la tombe, au bord même de cette tombe, il plante encore…l’espérance.

    Ce n’est pas une vaine et flatteuse illusion, engendrée dans le cerveau des fous. Au fond du coeur ce cri s’élève et le proclame : « Nous sommes nés pour un état meilleur » et ce que dit la voie intérieure n’abuse pas l’âme qui espère.

    Friedrich Schiller

    Répondre
  • avatar
    21 octobre 2011 à 14 02 25 102510
    Permalink

    Je me permettrai de faire certains commentaires en souhaitant ne pas couper l’herbe sous le pied de PJCA.

    « Cette attitude défaitiste, ce pessimiste profond, si typique de la génération des babyboomers ne fait rien pour inspirer jeunesse vers d’autres idéaux et ne fait que renforcer l’impuissance… »

    😀 😀

    Encore??? C’est encore la faute des babyboomers???

    Vous devez avoir certainement raison, parce que lorsque j’étais jeune, le laitier venait livrer le lait à la porte de la maison, chez moi, au moyen d’une voiture tiré par des chevaux.

    Aujourd’hui?

    Merde!!! Je suis obligé d’aller chercher mon lait moi-même au marché. Foutu babyboomers allez!!!

    À cette époque nous chauffions au poêle à bois. Cela donnait une chaleur enveloppante et sensuelle, …sauf le matin lorsqu’il était éteint depuis quatre ou cinq heures. Alors là, c’était glacial.

    Aujourd’hui, nous sommes obligé de nous contenter d’une chaleur tempérée, sans aucune subtilité, qui reste constante durant des semaines. Foutu babyboomers!!!

    Saisissez-vous l’idée?

    « Comme cure, si est-ce que cela est encore possible, puis-je vous inviter à les Lettres de Rosa Luxemburg (Rosa la vie),… »

    La vie en Rose, quoi.

    « c’est des lettres écrit de prison, très intime, empreintes d’un profond humaniste, d’un goût de la vie si contagieux!… »

    Eh bien voilà! C’est exactement là, à la prison, que les décisions actuelles des gouvernements dirigent la population. Qu’avez-vous à reprocher au babyboomers? N’est-ce pas grâce à nous? Vous n’êtes pas logique.

    « …mais s’élève au-dessus de la marée s’en jamais perdre de vue le phare. »

    Oui, nous savons. De plus, plusieurs en fume ici aussi.

    « Friedrich Schiller »

    1759 à 1805. Après cela, n’allez pas me dire que les babyboomers sont « passé date »???

    « …tâcher donc d’allumer des étincelles qui peut-être ferons vibrer des cœurs bien après que vous ayez traversé ce monde! »

    C’est ce que je vais essayer dans l’article de ce soir: « Et pourtant, on était courageux, câlisse!!! »

    « Il ne sert de rien de répandre pessimisme qui éteint les cœurs aussi sûrement que la corruption de nos élites! »

    Avouez que le premier peut servir à éliminer le deuxième. 😉

    Le poème devrait se terminer par une phrase additionnelle:

    « Mais comme c’est parti, on n’y arrivera jamais. »

    Par contre, votre optimisme devrait vous rassurer jusqu’à l’ouverture sur la réalité qui vous obligera à faire comme les babyboomers: agir au mieux de votre connaissance, imbu du même « espoir ».

    Merci de votre disponibilité

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    21 octobre 2011 à 18 06 01 100110
    Permalink

    ???!!!
    je pensai répondre à ces bizarreries, mais lisant cela
    « Mais comme c’est parti, on n’y arrivera jamais. »
    vous ne faites que confirmer mon impression de votre génération!!! (si c’est à elle que vous appartenez.. mais la manière dont vous semblez être piqué, semble le confirmer!!) 😉 et le cas semble perdu!

    Pourquoi la corruption devrait automatiquement vous rendre plus pessimiste et plus impuissant? Ne devrait-elle pas fortifier votre désir de justice, d’honnêteté, vous donnez des elles dans le combat? bien sûr, on se décourage tous, mais si vous pensez qu’il y a corruption, c’est que vous imaginez donc un monde meilleur: mais le pessimiste, est-il la voie pour s’y rendre??? Ne voyez-vous pas que l’oligarchie veut que vous ayez exactement cette attitude? Corrompre, démoralisez, bestialisez, c’est sont objectif!

    Et sur Rosa la vie, ben, c’est le nom du livre en français… et cette dame s’appelait Rosa… Et si elle voyait la vie en Rose, ma foi, c’était un tour de force, parce qu’elle a croupi en tole des mois durant pendant une guerre qui fut une vrai boucherie et a fini par une balle dans la tête, sans pourtant perdre la flamme; mais il est vrai qu’elle devait être une naive finie….
    Rien à voir avec le ‘passé date’, j’en ai connue des plus vieux que la génération des babyboomers qui auraient plus de raison ‘objective’ d’être pessimiste et au contraire, était très battant, savaient rire de nos vices, et transmettre la passion de la vie.
    Vous vous méritez, amicalement (et pour être honnête, je mérite aussi cette répartie!) cette répartie de Rosa dans sa lettre à Tilde, écrite de prison le 28 décembre 1916:

    «Je tiens à répondre sur le champ à ta lettre de Noël, avant que ne retombe la colère qu’elle a fait naître en moi. Oui, ta lettre m’a mise en rage, parce que si courte soit-elle, chaque ligne montre à quel point tu es retombée sous l’emprise de ton milieu. Ce ton geignard, et ces jérémiades à propos des «déceptions» que vous auriez subies, imputables aux autres soi-disant, alors qu’il vous suffirait de vous regarder dans une glace pour voir la réplique la plus parfaite de ce que l’humanité à de plus pitoyable!

    Voilà maintenant que tu dis «nous» pour parler de ce tas de grenouilles nauséabondes, alors qu’autrefois, quand tu étais avec moi, «nous» désignait ceux de mon bord. Alors attends voir, je vais t’en donner moi, du «vous»!

    Vous avez «trop peu d’élan» à mon goût, dis-tu mélancoliquement. «Trop peu» ne serait pas si mal! Vous n’avez d’élan du tout, vous rampez. Ce n’est pas une différence de degré, mais de nature. Au fond, «vous» êtes d’une autre espèce zoologique que moi, et vos personnes chagrines, moroses, lâches et tièdes ne m’ont jamais été aussi étrangères, je ne les ai jamais autant détestées qu’aujourd’hui.Ça vous dirait bien d’«avoir un peu d’élan», écris-tu, seulement après, on se retrouve au trou, «et là, on ne sert plus à grand-chose». Ah! quelle misère que vos âmes d’épiciers! Vous seriez prêts à la rigueur à montrer un peu d’«héroïsme», mais seulement «contre monnaie sonnante», et tant pis si on ne vous donne que trois pauvres sous moisis, pourvu que vous voyiez toujours le «bénéfice» sur le comptoir.

    Ils n’ont pas été dits pour vous, les mots tout simples de cet homme honnête et droit: «Je suis là, je ne puis faire autrement, que Dieu me vienne en aide.» [référence à une phrase de Luther] C’est une aubaine qu’à ce jour, l’histoire du monde n’ait pas été faite par vos semblables, sinon, nous n’aurions pas eu la Réforme, et nous en serions sans doute encore à l’Ancien Régime.

    Pour ce qui est de moi, qui n’ai jamais été tendre, je suis devenue ces derniers temps dure comme l’acier poli, et plus que jamais je ne ferai la moindre concession, ni en politique ni dans mes relations personnelles.
    […liste de ‘héro’ de Tilde]
    Je te le jure: j’aimerai mieux rester enfermée des années – et je ne dis pas ici, où à tous points de vue comme au paradis, mais même dans le sale trou de l’Alexanderplatz [dépôt de la préfecture de Police de Berlin], où dans ma cellule de 11m3, sans lumière le matin ni le soir, coincée entre le WC (sans W!) et le lit de fer, je déclamais mon Mörike, plutôt que de «lutter» – si l’on peut dire – aux côtés de vos héros, ou simplement, d’avoir affaire à eux! Je préfère encore le compte de Westarp [président conservateur au Reichstag], et pas parce qu’il a parlé au Reichtag de mes «doux yeux en amande», mais parce que c’est un homme, lui. Je te le dis, dès que je pourrai mettre le nez dehors, je prendrai en chasse et harcèlerai votre bande de grenouilles, à son de trompe, à coup de fouet, et je lâcherai sur elle mes chiens – j’allais dire comme Penthésilée, mais, pardieu, vous n’êtes pas des Achille.

    Ça te suffit, comme voeux de nouvel an?
    Et puis… Fait donc en sorte de rester un être humain. C’est ça l’essentiel: être humain. Et ça, ça veut dire être solide, clair et calme, oui, calme envers et contre tout, car gémir est l’affaire des faibles. Être humain, c’est s’il le faut, mettre gaiement sa vie toute entière «sur la balance du destin», tout en se réjouissant de chaque belle journée et de chaque beau nuage. Je ne sais pas, hélas, donner des recettes, je ne sais pas dire comment on fait pour être humain, je sais seulement comment on l’est, et tu le savais toi aussi, chaque fois que nous nous promenions quelques heures dans la campagne de Südende, et que les rougeoiements du soir se posaient sur les blés. Le monde est si beau malgré toutes les horreurs, et serait plus beau encore s’il n’y avait pas des pleutres et des lâches. Allez, va! Je te fais un baiser, car tu es, malgré tout, un brave petit gars. Bonne année!
    R. »

    amicalement!
    asiq

    Répondre
  • avatar
    21 octobre 2011 à 18 06 02 100210
    Permalink

    des ailes dans le combat… (et non ‘elle’….)

    Répondre
  • avatar
    21 octobre 2011 à 20 08 16 101610
    Permalink

    « Pourquoi la corruption devrait automatiquement vous rendre plus pessimiste et plus impuissant? »

    Qui a parlé d’impuissance? Il n’est pas question d’impuissance, il est question de déprime face à la situation actuelle. Il est question de colère devant la déviation opérée par certains, des buts que nous nous étions fixés.

    Sachez que le peuple n’est jamais impuissant, j’espérais, au moins, que les successeurs des babyboomers avaient saisi cette leçon. Ceux que je connais, à tout le moins, sont des « battants ».

    « c’est que vous imaginez donc un monde meilleur:  »

    Je vous ai démontré qu’il était déjà meilleur aujourd’hui qu’autrefois. À quoi donc, tient votre objection?

    D’ailleurs, le : « Mais comme c’est parti, on n’y arrivera jamais » signifie assez clairement qu’il faut changer les choses et non de garder le « statu quo ». À moins que nous n’ayons pas les mêmes connections neuronales.

    « … c’est sont objectif! »

    Et est-ce que l’histoire vous donne un exemple où cela à réussit?

    « alors qu’il vous suffirait de vous regarder dans une glace pour voir la réplique la plus parfaite de ce que l’humanité à de plus pitoyable! »

    Elle devait s’adresser à une autorité, sûrement.

    « …Le monde est si beau malgré toutes les horreurs, et serait plus beau encore s’il n’y avait pas des pleutres et des lâches. »

    Très intéressant ce texte, vous avez raison mais au sujet de (et je reprends vos propres mots:

    « …empreintes d’un profond humaniste, d’un goût de la vie si contagieux! Et soi-dit en passant, un leader n’ajuste pas son humeur à la température ambiante,… »

    …on repassera.

    J’ai nettement l’impression que vous n’avez pas d’informations par où sont passés les fameux babyboomers et ce qu’ils ont gagné pour la jeune génération; mais ce n’est pas grave. L’important est que vous décidiez vraiment d’améliorer les choses. Ce que plusieurs d’entre vous êtes en train de tenter.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *