La naissance de l’univers à partir de RIEN (12)

suite…

C’était un peu ardu à lire mais parfois, certains sacrifices sont inévitables.
Si vous avez remarqué la chronologie de l’apparition des particules, vous avez discerné trois générations de particules. Il vous reste à prendre conscience qu’il existe trois familles de « particules » évoluant sur trois générations :

-les Bosons (gluons, Zo), (W+, W-) et (photons),
-les Fermions (6 Quarks = 2 par génération) et
-les Leptons (3 Neutrinos et 3 électrons = « Tau-Muon- électron » et neutrinos correspondants)

Sauf qu’il faut spécifier, ici, un petit détail : La moitié des 6 quarks nécessaires à la production de la matière, est originaire du gluon, qui est un boson, et l’autre moitié est originaire du Zo qui est, lui aussi, un boson. Ceci signifie que la « préhistoire » des quarks est originaire d’une époque où le grand-père commun, le gluon de la famille des Bosons, existait parallèlement et en exclusivité avec le grand père d’une autre famille, celle du neutrino de la famille des Leptons. Le grand-père Zo n’était pas encore là.

La famille Lepton (Neutrino) était présente depuis le tout début de l’univers. La famille du Gluon est arrivée plus tard et a interagit (on verra que ce n’est pas vraiment une interaction au sens habituel) assez rapidement avec l’univers « photon », produisant un demi-frère « puiné », au Gluon, appelé Zo.

Les trois générations de particules commencent à apparaître au moment où l’univers contient les deux grand-pères Bosons(Gluons et Zo) et le troisième grand-Père Lepton (Neutrino).
C’est trois générations se développèrent plus ou moins en parallèle (je ne tiendrai pas compte des antiparticules là où c’est possible, pour ne pas alourdir). L’arbre généalogique/chronologique complet se présente ainsi :

1ère génération A : -Bosons = Gluon
-Leptons = Neutrino
1ère génération B : -Bosons = Zo (+ Gluon déjà présent)
-Leptons = Neutrino

2e génération : -Fermions =Quark Top (issu du gluon) et Quark Charme (issu du Zo)
-Leptons = Taus et neutrinos qui prennent l’identité de « Tauiques ».

3e génération :   -Fermions = Quark Bottom (du Top) et Quark Strange (du Charme)
-Leptons = Muons et neutrinos Muoniques
-Bosons = W+ et W-

4e génération :      -Fermions = Quark Up (du Bottom) et Quark Up + quark Down (du Strange)
-Leptons = Électrons et neutrinos électroniques.

5e Génération :       -Boson = Photon.

La famille des Fermions, c’est-à-dire les quarks, est issue de celle des Bosons (Gluons et Zo). Un peu comme le Néandertalien et Le Cro-Magnon sont issu de l’homo erectus. Quant à la famille des Leptons, c’est plutôt comme celle des… poissons.

Les deux grand-pères, Gluon et Neutrino, seront suivis de trois générations de leur progéniture, mais aucune de ces particules ne naissent « nécessairement la même année ». C’est pourquoi j’ai installé une génération pour chacune des « naissances ». Quant aux Bosons W+ et W-, ils apparaissent lorsqu’un équilibre énergétique est nécessaire, ce qui n’explique pas l’apparition du frère du gluon, Zo, qui arrive un peu plus tard que celle du gluon et qui sera ré-expliqué très bientôt. Le résultat donne 5 générations. En simplifiant le tout en trois générations, on perd la partie chronologique des « naissances » qui me semble importante.

Maintenant essayons de visionner le volume d’espace où se produisent ces désintégrations.
Nous avons vu que la fusion de deux gluons produit une déformation de la géométrie de l’espace qui s’étend sur un certain volume d’espace selon l’intensité de la poussée des particules.
C’est précisément dans ce volume d’espace déformé que se déroulera la série de désintégration des « quark/antiquark » Top. À la fin des désintégrations, cette déformation contiendra un électron, un neutrino, un quark Up et un antiquark Down. Le neutrino n’ayant pas de masse se retrouve partout, incluant dans les déformations spatiales, par contre, dans la partie de l’univers plat, il reste seul. Les trois autres particules se retrouveront au centre de leur propre déformation spatiale individuelle contenue dans la plus grande déformation du début.
En fait, chaque génération de particules massives ont produit chacune, une déformation spatiale personnelle contenant le résultat de sa désintégration. À la fin, nous sommes devant une série de déformations spatiales imbriquées les unes dans les autres comme des poupées russes; le tout baignant dans l’univers plat.

L’autre série de désintégrations se produit à partir du photon gamma (Zo) très massif (91,175 GeV) mais moins que le quark Top (175 GeV). (Ce qui signifie peut-être que le jeune frère du Gluon est plus jeune que le quark Top qui est plus massif. Cela arrive parfois, dans certaines familles, que l’oncle est plus jeune que le neveu. Il serait alors né après le quark Top).

Il est donc évident que cette deuxième série de désintégration se produit elle aussi, dans une déformation de la géométrie de l’espace, puisque Zo est massif.
Cette série de désintégration se terminera par l’apparition d’un quark/antiquark Strange, suivit d’un quark/antiquark Up et d’un quark/antiquark Down. Toujours a l’intérieur de déformations spatiales qui résultent en étant imbriquées les unes dans les autres.

Je vous ferai remarquer que la structure générale de ces déformations spatiales, à la fin de la nucléosynthèse, est la même que celle que nous observons actuellement de la déformation spatiale entourant la Lune, contenue dans celle entourant la Terre, contenue dans celle entourant le Soleil (système solaire), contenue dans celle de la galaxie, contenue dans celle de l’amas de Galaxie etc…
Voici la représentation de la déformation de l’espace contenant la Terre qui se situe dans celle contenant le Soleil:

Je vous ferais également remarquer, que le boson Zo, n’a pas encore eu besoin d’être « un vecteur de l’interaction faible ». Il n’est que la « caractéristique particulaire » de l’onde électromagnétique appelé le « rayonnement Gamma »; et toutes ces particules de matière sont « prisonnières » de déformations de la géométrie de l’espace, c’est à dire : de la « gravitation ».

Je dois maintenant reposer mon neurone qui surchauffe anormalement; me semble-t-il.

À très bientôt

André Lefebvre

Une pensée sur “La naissance de l’univers à partir de RIEN (12)

  • avatar
    30 juillet 2010 à 7 07 10 07107
    Permalink

    J’espère que la plupart des intéressés sont parvenus à suivre; sinon, selon mes principes, je ne suis pas assez inttelligent pour me faire comprendre.

    Jusqu’à maintenant, nous avons la description de l’apparition de la masse et l’absence de la plupart des « forces fondamentales ». Sans oublier que l’univers à ses débuts n’avait pas de masse et était donc un univers plat. Nous avons également l,apparition des déformations de la géométrie de l’espace distribuées de la même façon qu’elle l’est actuellement dans l’univers.

    Si vous ne saisissez pas tout cela, c’est que j’ai raté mon coup!

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *