La naissance de l’univers à partir de RIEN(13)

Petit intermède

Bon! Maintenant que nous avons créé les déformations spatiales et les particules fondamentales de la matière, nous pouvons prendre un petit repos pour remplir une promesse que je vous ai fait dans l’un des premiers articles, en expliquant comment une distribution semblable à celle-ci :

Datant de 13 699 620 000 années, puisse finir distribuée comme celle-là :

Qui est celle d’aujourd’hui.

Vous allez voir, ce n’est pas du tout compliqué.

À l’article précédent, nous nous trouvions dans un univers plat en expansion parsemé de petits volumes d’espace où l’expansion était stoppée (évidemment, on y est encore aujourd’hui; mais donnez-moi une chance; je parle de l’époque de la photo de COBE çi-haut).

Il est évident que là où l’expansion continue de se faire, il y a une diminution de la température de l’espace ambiant. Et là où l’expansion a cessé, la température reste plus élevée.

Et bien la photo de COBE, plus haut, représente justement ces zones où on trouve une différence de température dans l’univers, 380 000 ans après l’instant de Planck. Sur la photo COBE, les zones rouges sont plus chaudes que les zones bleues.

Donc, selon notre scénario, les zones bleues continuent de prendre de l’expansion tandis que les zones rouges n’en prennent pas. Le résultat sera inévitablement qu’aujourd’hui, plus de 13 milliards d’années plus tard, ces zones rouges apparaitront comme des filaments comparativement aux zones bleues qui seront devenues de très grosses bulles de « vide ».

J’avoue avec un peu de gêne, que j’ai simplifié les mouvements pour faire comprendre plus rapidement le résultat. En réalité, il n’y a qu’une partie des zones rouges qui ne prend pas d’expansion. Celle correspondant aujourd’hui, à la dimension des galaxies.  Au-delà de cette dimension, par exemple, au niveau des amas de galaxies, l’expansion est toujours présente; mais elle est, quand même, moins rapide que l’expansion à l’intérieur des grosses bulles bleues.

J’ajoute à l’aveu précédant que cette dernière affirmation, au  sujet du « ralentissement » de l’expansion, découle, non pas d’observation, mais plutôt du scénario que nous avons établit pour expliquer la création de la masse. Considérez cette affirmation comme étant un résultat « prédit » par notre théorie actuelle. La « prédiction » s’avèrera exacte avant la fin de cet article. J’espère que vous serez impressionnés un tout petit peu.

Pour l’instant, justifions sommairement, avec notre théorie, cette affirmation sur le ralentissement de l’expansion. Vous vous rappelez certainement que, lorsque le point unidimensionnel est stoppé par la poussée des deux premières particules non massive, les autres points autour de lui sont ralentis dans leur production d’espace (voilà donc, l’expansion ralentie). Ces particules ralenties ne seront stoppés qu’à la poussée effectuée par la troisième particule et seront alors, elles aussi, propulsées « de reculons » à l’ajout de la poussée de la quatrième particule. Par contre, ce que je n’ai pas expliqué, c’est qu’aussitôt que certains points unidimensionnels « partent de reculons », les autres points au pourtour de ceux-ci sont stoppés eux aussi et ceux entourant ces derniers sont maintenant ralentis. De sorte qu’il y a toujours une « couronne d’espace » où l’expansion est ralentie, suivie d’une autre couronne interne à la première, où elle est stoppée. Ces deux « couronnes tridimensionnelles s’installent entre la frontière de l’espace plat et celle de l’espace en « effondrement »; ou, si vous préférez: entre le mouvement d’expansion et celui de « contraction ». C’est ce processus qui a justifié mon affirmation de « ralentissement de l’expansion » au-delà du niveau galactique.

Toutes les déformations étant imbriquées les unes dans les autres (comme des poupées russes), on obtient dans chacune des zones rouges de COBE une grande bulle où l’expansion est ralentie, qui, à l’interne, possède d’autre déformations spatiales pour qui l’expansion est arrêtée, à l’intérieur desquelles, on retrouve des volumes d’espace où le mouvement d’expansion est complètement renversé en un mouvement dans un seul sens, « vers un point précis » au lieu de « dans tous les sens » sans but précis.

Je vous signale tout de suite que l’évolution de la matière normale a continué, exclusivement, dans la partie où l’expansion fut stoppée. Ceci contribuera à garder dans votre esprit, un petit questionnement stimulateur qui « travaillera en douce » jusqu’à éclosion.

Résultat : les filaments rouges de la distribution actuelle de la matière dans l’univers, contiennent toutes les déformations existantes dans l’univers; c’est-à-dire, ces volumes d’espace à topologie courbe. Tandis que les bulles d’espace bleues, vide de matière, ne contiennent rien d’autre que de l’espace à topologie plate. J’imagine que tout le monde sait que l’univers est en majorité à topologie plate; l’univers est plat! Et s’il n’existe qu’une seule loi régissant l’univers, cela signifierait qu’une partie de mes articles n’est pas « plate », et je vous demande de m’excuser pour le reste.  🙂

Mais, il ne faut jamais arrêter notre questionnement. Donc: Peut-on trouver une confirmation additionnelle à notre explication?

Évidemment! Sinon je n’aurais jamais osé écrire cette explication même si elle est logique.

Commençons par regarder une grosse bulle bleu sur la photo de COBE. On voit que les pourtours de la bulle sont plus foncés que la partie centrale. C’est donc qu’il y a une différence infime de température entre le pourtour et le reste de la Bulle (le bleu foncé est plus chaud que le bleu pâle). Si on regarde maintenant, une grosse bulle rouge, on se rend compte que c’est l’image contraire : le pourtour est plus pâle que le reste de la bulle rouge (Le rouge pâle est plus froid que le rouge foncé). 

Ceci confirme qu’il y a expansion dans les bulles bleues qui diminue la température vers le centre, et qu’il y a effectivement un mouvement de « contraction » dans les bulles rouges qui augmente la température vers le centre. Cela confirme également qu’il y a un « ralentissement de l’expansion, là où le bleu est plus foncé, suivit d’un ralentissement de contraction là où le rouge est plus pâle. La partie bleue foncée suivit de celle du rouge pâle, démontre, sans aucune doute possible, une transition du mouvement d’expansion vers le mouvement de contraction. Très enrichissante cette photo de COBE! Voilà donc l’observation de la « prédiction » plus haut, qui prouve mon affirmation du ralentissement de l’expension. CQFD!

Je ferais aussi remarquer que, comme nous nous situons dans la partie rouge foncée de l’univers, si nous étudions l’événement de l’expansion de cet univers dans la partie bleue foncée, nous allons observer une « accélération » de l’expansion jusquà la partie bleue claire, où l’expansion se fait à presque la vitesse de la lumière. C’est tout à fait normal et aucune poussée « d’énergie sombre » n’est nécessaire, évidemment.

Les photos de WMAP et celles de Planck nous donnerons plus d’infos sur ce qui se trouve dans chacune des deux sortes de bulles. Probablement une confirmation de la distribution des « poupées russes » dans les parties rouges.  Mais rien ne pourra changer ce que nous venons de constater ici. Par contre, les parties bleues pourraient nous réserver quelques surprises au sujet de l’expansion.

Bon! Voilà! Terminé la petite récréation.

Nous allons nous attaquer aux trous noirs dans le prochain article. Encore d’autres surprises pour tous. 😉

À bientôt

                                                                      André Lefebvre

3 pensées sur “La naissance de l’univers à partir de RIEN(13)

  • avatar
    2 août 2010 à 0 12 57 08578
    Permalink

    Bonjour André,
    Je suis sidéré… Je suis du genre à me pâmer devant les photos de Hubble…
    J’ai hâte qu’on invente une clef USB pour me connecter à votre cerveau.
    En attendant, je vais acheter des billets de LOto-Québec.
    Une chance sur 14 millions…
    C’est comme si je n’avais qu’un neurone qui s’acharne à comprendre…
    Mais ne désespérons pas. On annonce un orage…
    La foudre… C’est encore 1 sur 14 millions.
    Je me sens comme un acarien qui essaie de comprendre Vista. 🙂
    Bonne journée!
    Continuez!

    Répondre
  • avatar
    2 août 2010 à 3 03 47 08478
    Permalink

    Bonjour Gaetan;

    ne me dites pas que je n’ai pas su être clair?

    Si vous avez des questions ne vous gênez surtout pas.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    2 août 2010 à 6 06 25 08258
    Permalink

    Au fait, je ne vous laisserais pas vous « brancher » à mon cerveau. Mieux vaut copier mes textes. 🙂

    Bonne journée à vous tous.

    André lefebvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *