La question

Etes-vous mécontent, très mécontent ou fou de rage ? C’est dirait-on la question que posent les journalistes télé aux français confrontés à des conditions de transport quasi-cubaines.

Cet hommage croissant au fidélisme télévisuel me rapelle le surréalisme ambiant dans le « noticiero estelar », on y voit parfois des sous-titres tels que « holguineros opinan » à seule fin sans doute de rappeler que l’interview de passants triés au hasard sur le volet se fait à Holguin. Je me souviens aussi d’une phrase tellement magnifique qu’elle s’est gravée dans ma petite mémoire, interrogée sur sa satisfaction après une réunion militante, une dirigeante avait commis ce petit joyau : « los jovenes alcanzaron un alto nivel de protagonismo en la batalla de ideas ».
Ce qui veut dire qu’ils avaient beaucoup parlé et probablement pas dit grand chose.

Donc, à propos de batalla de ideas, la question qui travaille beaucoup de monde à l’heure de l’automne du patriarche, c’est « comment ça va se passer à Cuba ? »

Personne n’a la réponse, les souhaits divers exprimés par les amateurs d’idées figées ne verront probablement pas le jour. Le passage à un capital-socialisme à la chinoise ne colle pas bien à la mentalité cubaine, sacrifier encore une génération ne va pas motiver grand monde. Le libéral-miamisme a été rendu attrayant en devenant la première source de revenus du pays, mais 50 ans de complots, d’embargo et d’hostilité faisant suite à 60 ans de relative colonisation ne s’effacent pas comme ça.
Porfirio Díaz, dictateur mexicain, avait dit « pobre de México, tan lejos de Dios y tan cerca de Estados Unidos » c’est peut-être encore plus adapté au cas de Cuba.

Si vous avez des éléments de réponse, ça m’intéresse beaucoup, faites pas les timides, ce n’est pas parce qu’Eric D. écrit mieux que mieux qu’il faut vous retenir de vous exprimer.

Pour ma part, quand je regarde ma boule de cristal je ne vois qu’une chose se préciser, c’est la date du changement. Il a déjà commencé, mais de façon très homéopatique, (hausse de la délinquance, autorisation d’importation de certains appareils…) la grande accélération devrait se produire à partir de janvier 2009.

Le régime cubain, privé de leader (au mieux Fidel sera au dernier stade de la Jean-paul-deux-isation) n’aura plus de raison d’exister. D’ici là, il y aura encore un objectif : atteindre et célébrer le 50ème anniversaire de la dernière partie de roulette dans les casinos de la Havane. L’être humain adorant les chiffres ronds, l’euro à 1.50 dollar, le baril à 100 dollars… alors la révolution à 50 ans, pourquoi pas…

2 pensées sur “La question

  • avatar
    17 novembre 2007 à 13 01 45 114511
    Permalink

    Personnellement, je ne pense pas que les choses changent à Cuba avec la disparition de (ou des) Castro. Le pays semble tenu par une main de fer (armée et PC). L’intégration dans une communauté sudaméricaine et l’élection d’un président des USA démocrate peuvent amener un changement à Cuba dans le sens d’une lente amélioration des conditions de vie. Pour la démocratie, je pense que ce sera encore plus long!

    Répondre
  • avatar
    17 novembre 2007 à 13 01 51 115111
    Permalink

    Qui peut savoir????
    il n’y a pas que le régime qui doit changer ,il y a aussi les mentalités ,les habitudes.
    La patisserie,la couture,la maçonnerie,la mécanique…..tout se pratique au black
    Il ne faudra plus choisir son emploi en fonction de ce qu’on peut voler pour alimenter le marché noir ou sa famille
    Il faudra perdre cette manie de ne jamais répondre clairement par oui ou par non(laissant ainsi la porte ouverte à un éventuel intéret)
    C’est déja trop tard pour les enfants ,ils sont déja dans le moule :absolument rien du monde extérieur ne leur est enseigné

    Nelson 12 ans : »Cristina qui s’occupe de ta livreta quand tu es à Cuba ? »

    Y a du pain sur la planche et je crois qu’il faudra plusieurs générations pour éliminer toutes ces manies et tout ces vices engendrés par le gouvernement
    margaret

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *