La racine de l’argent

PHILIPPE DAVID

Ce matin, j’ai décidé de faire un peu de philosophie. Le sujet est pertinent, car je crois que le peuple québécois a une attitude malsaine envers l’argent et la richesse en général. Atlas Shrugged , le roman d’Ayn Rand a été publié en 1957 et est toujours dans les tops sur la liste des Best-sellers aux États-Unis, malgré son âge. Il semble même y avoir un regain d’intérêt pour ce livre: les ventes ont plus que triplé en 2009 grandement dû aux similarités de la crise économique actuelle et le scénario du livre, ce qui le rend étrangement préscient.

Le roman est en réalité plus qu’un roman, il est aussi une représentation imagée de la philosophie objectiviste de Rand dont les concepts sont expliqués à travers le discours de John Galt. Malheureusement, il n’existe pas encore de traduction « officielle » de ce livre en français. Une traduction pirate circulait il y a quelques mois, mais elle a dû être retirée. Il y a environ un an et demi, je m’étais amusé à traduire un extrait de ce livre portant sur la conception Randienne de l’argent : Le discours de Francisco d’Anconia. Je la reproduis ici pour votre bénéfice, mais si vous vous débrouillez bien avec la langue de Shakespeare, je vous encourage fortement à lire le livre (Disponible chez Archambault et Indigo/Chapters. Chez Renaud-Bray, ils ont jamais entendu parler).

Une petite mise en contexte: Francisco d’Anconia est un magnat des mines de cuivre et un des principaux personnages du livre. Lors d’une réception de mariage, il se tenait juste à coté d’un groupe qui menait une conversation quand l’un d’eux déclare que « l’argent est la racine de tout mal ». D’Anconia l’interpelle donc de cette façon: ( Extrait du livre «Atlas Shrugged» et traduit en français par Philippe David)

« Alors vous pensez que l’argent est la racine de tout mal? » dit Francisco d’Anconia. « Avez-vous déjà demandé quelle est la racine de l’argent? L’argent est un outil d’échange qui ne peut exister à moins d’avoir des biens produits et des hommes capables de les produire. L’argent est la forme du principe que les hommes qui veulent transiger entre eux doivent le faire par le commerce et donner valeur pour valeur. L’argent n’est pas l’outil des chapardeurs, qui réclament votre produit par les larmes, ou des pillards, qui le prennent par la force. L’argent est rendu possible par les hommes qui produisent. Est-ce cela que vous considérez comme le mal? »

« Lorsque vous acceptez de l’argent en paiement de vos efforts, vous ne le faites que dans la conviction que vous l’échangerez pour le produit de l’effort des autres. Ce ne sont pas les chapardeurs et les pillards qui donnent la valeur à l’argent. Pas un océan de larmes, ni tous les fusils du monde peuvent transformer ces bouts de papier dans votre portefeuille en pain pour vous laisser survivre demain. Ces bouts de papier, qui auraient dû être de l’or, sont un gage d’honneur– votre réclamation de l’énergie des hommes qui produisent. Votre portefeuille est l’expression d’espoir que quelque part dans le monde autour de vous il y a des hommes qui ne prendront pas à défaut ce principe moral qui est la racine de l’argent. Est-ce cela que vous considérez comme le mal? »

« Avez-vous déjà cherché la racine de la production? Examinez une génératrice électrique et osez vous dire qu’elle a été créée par l’effort musculaire de brutes écervelées. Essayez de faire croître une graine de blé sans le savoir laissé par les hommes qui ont dû le découvrir la première fois. Essayez d’obtenir votre nourriture par le seul moyen de mouvements physiques — et vous apprendrez que l’esprit de l’homme est la racine de tous les biens produits et de toute la richesse qui ait existé sur terre. »

« Mais vous dites que l’argent est fait par les forts aux dépens des faibles? De quelle force parlez-vous? Ce n’est pas la force des muscles et des fusils. La richesse est le produit de la capacité humaine de penser. Alors l’argent est fait par l’homme qui invente un moteur aux dépens de ceux qui ne l’ont pas inventé? Est-ce que l’argent est fait par l’intelligent au dépens du sot? Par le capable au dépens de l’incapable? Par l’ambitieux au dépens du paresseux? L’argent est fait — avant qu’il puisse être pillé ou chapardé — fait par l’effort de chaque honnête homme, chacun selon son habileté. Un honnête homme est celui qui sait qu’il ne peut pas consommer plus qu’il n’a produit. »

« De transiger par l’argent est le code des hommes de bonne volonté. L’argent repose sur l’axiome que chaque homme est propriétaire de son esprit et de ses efforts. L’argent n’alloue aucun pouvoir de prescrire la valeur de votre effort, excepté par le choix volontaire de l’homme qui veut l’échanger avec son effort en retour. L’argent vous permet d’obtenir pour vos biens et votre labeur ce qu’ils valent aux yeux des hommes qui les achètent, mais pas plus. L’argent ne permet aucune entente sauf celles par bénéfice mutuel avec le jugement non-forcé des commerçants. L’argent vous demande la reconnaissance que les hommes doivent travailler pour leur propre bénéfice, et non pour leur tort, pour leur gain et non pour leur perte — la reconnaissance qu’ils ne sont pas des bêtes de somme, nés pour porter le poids de votre misère — que vous devrez leur offrir des valeurs, et non des blessures. — que le lien commun entre les hommes n’est pas l’échange de souffrances, mais l’échange de biens. L’argent demande que vous ne vendiez pas votre faiblesse à leur stupidité, mais votre talent à leur raison; il demande que vous n’achetiez pas le pire qu’ils offrent, mais le meilleur que votre argent puisse trouver. Et lorsque les hommes vivent de l’échange — avec la raison et non la force comme arbitre final — c’est le meilleur produit qui gagne, la meilleure performance, l’homme avec le meilleur jugement et la meilleure habileté — et le degré de la productivité d’un homme est le degré de sa récompense. C’est le code de l’existence pour laquelle l’outil et le symbole est l’argent. Est-ce cela que vous considérez le mal? »

« Mais l’argent n’est qu’un outil. Il vous emmènera où vous voulez, mais il ne vous remplacera pas comme chauffeur. Il vous donnera les moyens de satisfaire vos désirs, mais il ne vous donnera pas de désirs. L’argent est le fléau des hommes qui tentent de renverser la loi de la causalité — les hommes qui cherchent à remplacer l’esprit en saisissant les produits de l’esprit. »

« L’argent n’achètera pas le bonheur à l’homme qui n’a aucune idée de ce qu’il veut: l’argent ne lui donnera pas un code de valeurs, s’il ne sait à quoi attribuer une valeur, et il ne lui donnera pas un but, s’il ne sait ce qu’il doit chercher. L’argent n’achètera pas l’intelligence au sot, ou l’admiration au trouillard, ou le respect à l’incompétent. L’homme qui tente d’acheter le cerveau de ses supérieurs pour le servir, avec l’argent pour remplacer son jugement, finit par devenir la victime de ses inférieurs. Les hommes d’intelligence le désertent, mais les tricheurs et les fraudeurs accourent à lui, attirés par une loi qu’il n’a pas découverte: qu’aucun homme ne peut être plus petit que son argent. Est-ce la raison pour laquelle vous dites que c’est le mal? »

« Seul l’homme qui n’en a pas besoin, est digne d’hériter la richesse — l’homme qui ferait sa fortune peu importe où il a commencé.Si un héritier est l’égal de son argent, il le servira; sinon, il le détruira. Mais vous le regardez et vous criez que l’argent l’a corrompu. Vraiment? Ou a-t-il corrompu son argent? N’enviez pas un mauvais héritier; sa richesse n’est pas la vôtre et vous n’auriez pas fait mieux avec. Ne pensez pas qu’elle aurait dû être distribuée entre vous; chargeant le monde de cinquante parasites au lieu d’un, ne ramènerait pas la vertu morte qu’était la fortune. L’argent est une puissance vivante qui meurt sans sa racine. L’argent ne servira pas l’esprit qui ne peut l’égaler. Est-ce la raison pourquoi vous dites que c’est mal? »

« L’argent est votre moyen de survie. Le verdict que vous prononcez sur la source de votre gagne-pain est le verdict que vous prononcez sur votre vie. Si la source est corrompue, vous avez damné votre existence. Avez-vous obtenu votre argent par la fraude? En jouant sur les vices ou la stupidité des hommes? À servir les sots en espérant recevoir plus que votre habileté ne mérite? En abaissant vos standards? En faisant un travail qui vous écœure pour des acheteurs que vous méprisez? Si c’est le cas, votre argent ne vous apportera pas un moment ou la valeur d’un sou de joie. Alors tout ce que vous achèterez ne deviendra pas un tribut, mais un reproche; pas un accomplissement, mais un rappel de honte. Alors vous crierez que l’argent est mauvais. Mauvais, parce qu’il ne remplace pas votre respect de vous-même? Mauvais, parce qu’il ne vous laisse pas jouir de votre dépravité? Est-ce cela la racine de votre haine de l’argent? »

« L’argent demeurera toujours un effet et refuse de vous remplacer en tant que la cause. L’argent est le produit de la vertu, mais il ne peut pas vous donner la vertu et il ne rachètera pas vos vices. L’argent ne vous donnera pas ce qui n’est pas mérité, ni en matériel, ni en spirituel. Est-ce cela la racine de votre haine de l’argent? »

« Ou disiez-vous que c’est l’amour de l’argent qui est la racine du mal? Aimer quelque chose, c’est connaître et aimer sa nature. Aimer l’argent est connaitre et aimer le fait que l’argent est la création de la meilleure puissance en vous, et la clef pour échanger votre effort pour l’effort du meilleur d’entre les hommes. C’est l’homme qui vendrait son âme pour une pièce de cinq cents, qui proclame le plus fort sa haine de l’argent — et il a de bonnes raisons de l’haïr. Ceux qui aiment l’argent ont la volonté de travailler pour. Ils savent qu’ils peuvent se le mériter. »

« Laissez-moi vous livrer un indice au caractère des hommes: L’homme qui maudit l’argent, l’a obtenu déshonorablement; l’homme qui le respecte, l’a gagné. »

« Sauvez-vous de quiconque vous dit que l’argent est mauvais. Cette phrase est la clochette de lépreux qui sonne l’approche d’un pillard. Aussi longtemps que les hommes vivront ensemble sur terre et auront besoin de transiger un avec l’autre — leur seul substitut, s’ils abandonnent l’argent, est la bouche d’un fusil. »

« Mais l’argent vous demande les plus hautes vertus, si vous voulez en faire ou le garder. Les hommes qui n’ont aucun courage, aucune fierté ou estime de soi, les hommes qui n’ont pas le sens moral de leur droit à leur argent et qui n’ont pas la volonté de le défendre comme s’ils défendaient leur vie, les hommes qui s’excusent d’être riches — ne demeureront pas riches pour longtemps. Ils sont l’appât naturel des foules de pillards qui se cachent sous les roches depuis des siècles, mais qui rampent hors de leur cachette à l’odeur de l’homme qui demande pardon pour la culpabilité de posséder de la richesse. Ils se dépêcheront de lui prendre sa culpabilité — et sa vie, comme il le mérite. »

« Alors vous verrez la montée des hommes au double standard — des hommes qui vivent par la force, mais qui comptent sur ceux qui vivent de la traite pour donner de la valeur à leur butin — des hommes qui sont au crochet de la vertu. Dans une société morale, ils sont les criminels, et les statuts sont écrits pour vous en protéger. Mais lorsqu’une société établit des criminels-de-droit et des pillards-en-loi — des hommes qui utilisent la force pour saisir la richesse de victimes désarmées — alors l’argent devient le vengeur de son créateur. De tels pillards croient qu’il est sûr de voler des hommes sans défense, une fois qu’ils ont passé une loi pour les désarmer. Mais leur butin devient l’aimant des autre pillards, qui l’obtiennent d’eux de la même façon. Alors la course ne va pas à ceux qui sont les plus adeptes à la production, mais à ceux qui sont les plus impitoyables à l’usage de la brutalité. Lorsque la force est la norme, le meurtrier gagne sur le pickpocket. Et alors que la société disparaît, dans une propagation de ruines et de boucherie. »

« Souhaitez-vous savoir si ce jour arrive? Surveillez l’argent. L’argent est le baromètre de la vertu d’une société. Lorsque vous voyez que les échanges sont faits, non par consentement, mais par la contrainte — quand vous voyez que pour produire, vous devez obtenir la permission de gens qui ne produisent rien. — lorsque vous voyez que l’argent coule vers ceux qui traitent non pas en biens, mais en faveurs — lorsque vous voyez que les hommes s’enrichissent plus par la corruption et l’influence que par le travail, et que vos lois ne vous protègent pas contre eux, mais les protègent contre vous — lorsque vous voyez la corruption récompensée et que l’honnêteté devient un sacrifice — vous saurez que votre société est condamnée. L’argent est un médium si noble qu’il n’accepte aucune concurrence avec les armes et n’accepte aucun termes avec la brutalité. Il ne permet pas qu’un pays puisse survivre mi-propriété, mi-butin. »

« Lorsque des destructeurs apparaissent parmi les hommes, ils commencent par détruire l’argent, puisque l’argent est la protection des hommes et la base de leur existence morale. Les destructeurs saisissent l’or et laissent aux propriétaires une pile de papier trafiqué. Ce qui détruit toute norme objective et qui livre les hommes au pouvoir arbitraire d’un régulateur de valeurs arbitraire. L’or était une valeur objective, un équivalent de richesse produite. Le papier est une hypothèque d’une richesse qui n’existe pas, soutenu par une arme pointée vers ceux qui sont supposé le produire. Le papier est un chèque tiré par des pillards légaux d’un compte qui n’est pas le leur: sur la vertu de leurs victimes. Surveillez le jour où il rebondira, marqué «compte à découvert». »

« Lorsque vous faites du mal le moyen de survie, ne vous attendez pas à ce que les hommes restent bons. Ne vous attendez pas à ce qu’ils restent moraux et perdent leurs vies pour devenir la proie des immoraux. Ne vous attendez pas à ce qu’ils produisent alors que la production est punie et le pillage récompensé. Ne demandez pas «Qui détruit le monde?». C’est vous. »

« Vous vous tenez au milieu des plus grands accomplissements de la plus grande et productive civilisation et vous vous demandez pourquoi elle s’écroule autour de vous, alors que vous maudissez son essence de vie — l’argent. Vous considérez l’argent comme les sauvages avant vous, et vous vous demandez pourquoi la jungle se resserre autour de vos villes. À travers l’Histoire, l’argent a toujours été saisi par des pillards d’un type ou l’autre, dont les noms ont changé, mais dont les méthodes sont restées les mêmes: saisir la richesse par la force et garder les producteurs liés, humiliés, défâmés et privés d’honneur. Cette phrase au sujet du mal de l’argent que vous babillez avec imprudence, vient d’une époque ou la richesse était produite par le travail des esclaves — esclaves qui répétaient les mouvements déjà découverts par l’esprit de quelqu’un et laissés sans amélioration pendant des siècles. Aussi longtemps que la production était dominée par la force et que la richesse était obtenue par la conquête, il y avait peu à conquérir, pourtant à travers les siècles de stagnation et de famine, les hommes ont exalté les pillards, comme aristocrates d’épée, aristocrates de naissance, ou aristocrates de bureau, et méprisé les producteurs comme esclaves, traiteurs, marchands — et industriels. »

« À la gloire de l’humanité, il y avait, pour la première et seule fois de l’Histoire, un pays d’argent — et je ne peut donner de tribut plus élevé ou plus révérend à l’Amérique puisque ça veut dire: un pays de raison, justice, liberté, production, accomplissement. Pour la première fois, l’esprit et l’argent de l’homme ont été libérés, et il n’y avait plus de fortunes par conquête, mais seulement des fortunes par le travail, et au lieu d’hommes d’épée et d’esclaves, il est apparu le véritable créateur de richesse, le plus grand travailleur, le plus valeureux type d’être humain — le parvenu — l’industriel américain. »

« Si vous demandez quelle est la plus fière distinction des américains, je choisirait — parce qu’elle inclue toutes les autres — le fait qu’ils sont le peuple qui a créé l’expression «faire de l’argent». Aucun autre langage ou nation n’a jamais utilisé ce terme avant; les hommes ont toujours considéré la richesse comme étant une quantité statique — à saisir, mendier, hériter, partager, piller ou obtenir en guise de faveur. Les américains furent les premiers à comprendre que la richesse doit être créée. Les mots «faire de l’argent» contiennent l’essence de la moralité humaine. »

« Pourtant ce sont les mots pour lesquels les américains ont été dénoncés par les cultures pourries des continents de pillards. Maintenant le crédo des pillards vous a amené à considérer vos plus grands accomplissements comme une marque de honte, votre prospérité comme culpabilité, vos plus grands hommes, les industriels, comme des abuseurs, et vos magnifiques usines comme le produit et la propriété du travail musculaire, le labeur des esclaves sous le fouet, comme les pyramides d’Égypte. La fripouille qui minaude qu’il ne voit pas de différence entre le pouvoir du dollar et le pouvoir du fouet, devrait apprendre la différence sur sa propre peau — comme, je crois, il le fera. »

« Jusqu’à ce que et à moins que vous ne découvriez que l’argent est la racine de tout bien, vous demandez votre propre destruction. Quand l’argent cesse d’être l’outil avec lequel les hommes transigent entre eux, alors les hommes deviennent les outils des hommes. Le sang, les fouets, les fusils — ou les dollars. Faites votre choix — il n’y en a pas d’autre — et votre temps tire à sa fin. »

Dans ce texte, il y a deux paragraphes que j’aime particulièrement et qui sont très pertinents dans le contexte d’aujourd’hui:

« Alors vous verrez la montée des hommes au double standard — des hommes qui vivent par la force, mais qui comptent sur ceux qui vivent de la traite pour donner de la valeur à leur butin — des hommes qui sont au crochet de la vertu. Dans une société morale, ils sont les criminels, et les statuts sont écrits pour vous en protéger. Mais lorsqu’une société établit des criminels-de-droit et des pillards-en-loi — des hommes qui utilisent la force pour saisir la richesse de victimes désarmées — alors l’argent devient le vengeur de son créateur. De tels pillards croient qu’il est sûr de voler des hommes sans défense, une fois qu’ils ont passé une loi pour les désarmer. Mais leur butin devient l’aimant des autre pillards, qui l’obtiennent d’eux de la même façon. Alors la course ne va pas à ceux qui sont les plus adeptes à la production, mais à ceux qui sont les plus impitoyables à l’usage de la brutalité. Lorsque la force est la norme, le meurtrier gagne sur le pickpocket. Et alors que la société disparaît, dans une propagation de ruines et de boucherie. »

Belle dénonciation du corporatisme, non? Et il y a encore celui-ci:

« Lorsque des destructeurs apparaissent parmi les hommes, ils commencent par détruire l’argent, puisque l’argent est la protection des hommes et la base de leur existence morale. Les destructeurs saisissent l’or et laissent aux propriétaires une pile de papier trafiqué. Ce qui détruit toute norme objective et qui livre les hommes au pouvoir arbitraire d’un régulateur de valeurs arbitraire. L’or était une valeur objective, un équivalent de richesse produite. Le papier est une hypothèque d’une richesse qui n’existe pas, soutenu par une arme pointée vers ceux qui sont supposé le produire. Le papier est un chèque tiré par des pillards légaux d’un compte qui n’est pas le leur: sur la vertu de leurs victimes. Surveillez le jour où il rebondira, marqué «compte à découvert». »

Ce qui résume assez bien ma position sur la monnaie fiduciaire.

Philippe David

Cet article a été publié d »abord sur ce site, il y a maintenant 2 ans.  Je crois qu’il mérite plus que jamais d’être largement diffusé   Votre éditeur. pjca

 

Une pensée sur “La racine de l’argent

  • avatar
    19 février 2013 à 13 01 16 02162
    Permalink

    Il faut connaître d’où vient Ayn Rand pour comprendre sa « révolte ».

    « L’homme (ou la femme, ajout de Noogernaire) qui tente d’acheter le cerveau de ses supérieurs pour le servir, avec l’argent pour remplacer son jugement, finit par devenir la victime de ses inférieurs. Les hommes d’intelligence le désertent, mais les tricheurs et les fraudeurs accourent à lui, attirés par une loi qu’il n’a pas découverte: qu’aucun homme ne peut être plus petit que son argent. »

    Cette dernière phrase me heurte. Elle me ramène au niveau d’un bête, qui à zéro argent s’échange au poids…

    J’ai trouvé un contrepoid :

    http://www.solidariteetprogres.org/orientation-strategique-47/analyses/Johannes-Kepler-et-le-defi-pose-au.html

    EXTRAITS

    3.1 Qu’est-ce que l’argent ?

    « L’existence de l’argent est une nécessité pour toute économie moderne et le restera dans l’avenir prévisible de la civilisation future. Par définition, l’argent en soi peut être utile, mais contrairement aux mythes populaires, académiques et autres, il n’a jamais eu et n’aura jamais de valeur intrinsèque, dans une quelconque forme d’économie moderne. Voilà le point crucial que nous devons examiner. La confusion vient principalement de la croyance en un mythe de l’argent, contrairement à ce qu’il est en réalité. Pour être efficace, toute organisation de l’économie mondiale actuellement en péril conférera à l’argent et aux systèmes bancaires un rôle décisif, qui dépendra de la conception de l’argent que je vais développer ici.

    « Par exemple, l’illusion populiste la plus répandue veut que l’argent ait une valeur intrinsèque que l’on pourrait déterminer « de manière naturelle », si seulement le gouvernement cessait d’intervenir dans la vie économique. Face à la crise qui s’abat sur nous, c’est une illusion fatale pour les Etats-Unis et la civilisation tout entière. L’argent n’a pas de valeur intrinsèque. La valeur que l’on attribue à une devise est socialement déterminée, c’est une valeur physique, et non « naturelle ». Karl Marx et les libéraux anglo-hollandais qui lui apprirent à se fier au système britannique d’économie politique, étaient, en réalité, des dupes, comme le voulaient leurs professeurs. La doctrine anglo-hollandaise libérale de l’argent est une croyance induite par le système prédateur qui a créé et propage cette illusion à son unique avantage.

    « Dès le départ, les systèmes financiers maritimes de ce type étaient liés au « modèle oligarchique » de société. Suivant ce modèle, la majorité des populations assujetties était gardée comme du bétail, les masses étant gardées par une poignée d’entre eux, comme dans la Sparte de Lycurgue. Elles étaient traitées comme les animaux du domaine. De la même manière, le physiocrate François Quesnay définira les paysans vivant dans le domaine féodal du seigneur, comme du bétail, car pour les physiocrates, on ne peut augmenter la quantité de biens produits par rapport à ceux consommés. La fonction créatrice de l’esprit humain individuel, qui agit effectivement sur l’économie, n’était pas reconnue par des païens tels que Quesnay, Turgot, Adam Smith, Bentham et leurs disciples.

    « Même idéologie pour le satanique Bernard Mandeville, auteur de la Fable des abeilles, devenue en quelque sorte la Bible de la Société du Mont-Pèlerin. Graham Lowry a résumé ainsi le sens de cette fable : « Les intérêts de l’Etat n’étaient autres que la satisfaction collective des plaisirs hédonistes de ses membres ». [1] Ou en d’autres termes : Mandeville suppose que la répartition des fruits de la richesse est déterminée par de méchants petits bonshommes verts, jouant aux dès sur le plancher de l’univers, de petits êtres démoniaques qui rient à chaque fois que le coup de dès récompense le mal et punit le bien. C’est plus ou moins ainsi que les prescriptions de la Société du Mont-Pèlerin fonctionnent dans la société américaine aujourd’hui.

    « Si nous considérons les premières opérations maritimes impérialistes du culte de Delphes, nous reconnaîtrons rapidement que les empires romain et byzantin et le système médiéval Vénitiens-Croisés illustrent bien la conception de l’argent appropriée à un système monétaro-financier impérial. Il en va de même pour le système anglo-hollandais libéral, axé sur la Banque d’Angleterre moderne, celle d’un Montagu Norman qui parraina la montée au pouvoir d’Hitler. Cela devrait nous convaincre qu’il n’y a rien de naturel dans les systèmes monétaro-financiers présentés aujourd’hui dans les universités et les manuels.

    « Dans la tradition américaine moderne, le système associé à Alexander Hamilton, Henry Carey, Abraham Lincoln et Franklin Roosevelt est l’adversaire naturel du système de libre-échange cher à l’impérialisme libéral anglo-hollandais. Il n’y a aucune congruence entre l’idéologie libérale anglo-hollandaise et le système américain d’économie politique, dont l’intention est implicitement contenue dans le Préambule de la Constitution des Etats-Unis. C’est en ce sens que les Etats-Unis représentent aujourd’hui, pour l’humanité, le seul espoir de sauver le système économique mondial en perdition.

    « Avant cette évolution du marché mondial et de l’économie américaine, de 1967 à 1981, les Etats-Unis de Franklin Roosevelt avaient établi une structure flexible de mesures protectionnistes. Certains y virent le moyen de subventionner les paresseux aux dépens des entreprenants ; soit ces détracteurs étaient stupides, soit ils mentaient, comme aiment à le faire les libéraux d’inclination oligarchique prédatrice et leurs laquais démagogues. En fait, ces réformes « protectionnistes » s’inséraient dans un système parfaitement conforme à l’intention de notre Constitution fédérale, parfois appelé « commerce équitable ».

    « Le système protectionniste est un impératif implicitement consacré dans le préambule de la Constitution fédérale des Etats-Unis. Ce préambule lui-même exprime, et ce n’est pas un accident, un principe fondamental du droit naturel (agape en grec classique), dont l’affirmation par l’apôtre Paul dans son Epitre aux Corinthiens I,13 est devenue célèbre. Il s’agit aussi du principe fondamental des traités de Westphalie de 1648 : l’avantage d’autrui, sur lequel reposent toutes les formes modernes de la civilisation européenne, y compris le principe d’Etat-nation souverain.

    « Vous voulez être vraiment chrétien, par exemple ? Ne soutenez pas un néoconservateur !

    « Ce principe de droit naturel a pour fonction non seulement de protéger les droits de l’individu, mais d’obliger la société à privilégier les activités indispensables ou bénéfiques pour la promotion du bien-être général et le respect effectif des droits humains, conformément à l’injonction faite à l’humanité, telle que la Genèse la présente implicitement. C’est ainsi que le principe de l’immortalité est ancré dans notre droit constitutionnel. L’immortalité – les actes accomplis par les vivants pour produire les effets que leur vie mortelle aura sur le futur – constitue le fondement de tout droit naturel. »
    ————————————————

    Il semble que beaucoup de négatif soit immortalisé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *