LA RASQUE ÉLECTORALE QUÉBÉCOISE

ROBERT BIBEAU :

La campagne électorale bat la chamade depuis un mois au Québec. Les commentateurs à la solde, les journalistes soudoyés, les analystes de service tentent de donner du tonus à cette mascarade électorale. Il faut dire que l’avenir des sous-fifres politiques dépend de cet artifice électoraliste. La carrière des servants députés est accrochée au décompte des voix des quelques paumés qu’ils seront parvenus à enfirouaper.

Et voici que la crise économique mondiale s’invite dans la mêlée, pour faire la démonstration de l’insignifiance collégiale des aspirants députés. Au beau milieu des flagorneries référendaires – des paradis fiscaux légaux – des propositions de gaspillages somptuaires pour la construction d’un stade de baseball au cœur de la misère – des dépenses électorales occultes – des subventions aux entreprises délocalisées – l’annonce tombe comme une fatalité, l’usine Electrolux et les 1300 emplois de la multinationale suédoise multimilliardaire seront délocalisés vers les États-Unis où les ouvriers acceptent de travailler à des salaires en dessous des conditions de survie ouvrière. (1)

L’annonce implacable expose au vu de chacun l’incapacité de ces clowns politiques navrés. Chacun pleure hypocritement – impuissant – et accuse son opposant de son impuissance récurrente. Le phénomène de sérendipité consiste à faire accidentellement une découverte inattendue. C’est ce que vient de révéler cet événement qui n’est pas fortuit – tous ces insignifiants politiques ne savent rien faire – ne peuvent rien faire – devant la crise systémique inexorable qui s’abat sur l’économie mondiale comme une «fatalité irrévocable».

C’est la crise économique mondiale, en cavale, qui incite la multinationale Electrolux à déplacer ses installations vers les régions où l’exploitation de la force de travail sera la plus profitable et c’est la crise économique systémique qui incite l’État américain du Tennessee à leur dérouler un pont d’or de subventions publiques (taxes et impôts arrachés aux salariés). Et que peuvent faire nos polichinelles politiques québécois dans ce Noroît économique?

Aucun de ces prétendants au strapontin de pacotille de la Chambre basse du Salon bleu «national» ne peut équilibrer les comptes publics, rembourser la dette gargantuesque, assurer le niveau et la qualité des services publics, et maintenir les emplois de porteurs d’eau pour tous les «bozos les culottes» ci-devant «électeurs d’un jour»; pas davantage ici au Québec qu’à Ottawa, ni ailleurs au Canada.

C’est bien dans la rue, dans les usines, dans les ateliers, sur les chantiers, dans les CÉGEPS et les universités, dans les quartiers que la véritable opposition va s’assembler pour résister. (2)

____________

(1) http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/gouvernement/les-chefs-reagissent-a-la-fermeture-de-l-usine-d-electrolux/567656 et aussi : http://www.hebdorivenord.com/Actualites/2014-03-25/article-3663290/Le-Syndicat-des-employes-d%26rsquo%3BElectrolux-veut-des-reponses-de-la-Suede/1
(2) L’Assemblée Populaire Autonome de Montréal https://www.facebook.com/groups/apa.montreal/

3 pensées sur “LA RASQUE ÉLECTORALE QUÉBÉCOISE

  • avatar
    30 mars 2014 à 15 03 48 03483
    Permalink

    On peut se demander si le capitalisme n’a pas colonisé l’humanité jusqu’à la rendre inapte à tout autre destin que celui qu’il lui réserve, ruinant par avance toutes les chances d’une société nouvelle en produisant massivement des êtres si bien dépossédés qu’ils n’ont plus à défendre que leur propre aliénation, vécue comme leur ultime propriété (la seule qui donne un sens à leur vie), qui prendront pour une menace l’éventualité d’exercer leur libre arbitre et se rangeront toujours sous la bannière d’un des partis qui leur garantira de pouvoir retourner à leur résignation, à cette paix du non-engagement et de l’irresponsabilité, à cette obsession de la sécurité qui rend la servitude si agréable. Car ce qui fait le succès du capitalisme, c’est qu’il continue à faire rêver les hommes, et qu’il sait si bien leur éviter la douleur de penser.

    Répondre
  • avatar
    30 mars 2014 à 22 10 23 03233
    Permalink

    Vous touchez au cœur du problème Cougio. Non le capitalisme ne fait plus rêver personne – Mais OUI la machine de propagande – désinformation est colossale qui pèse sur nos épaules à tous sans exception.
    Dans une société de classe la pensée – les intérêts – les façons de faire – les idées de la classe dominante sont présentées partout par tous en tout temps comme les idées naturelles – indépassables – la quintessence de la réalité – du normal – et de l’inéluctable.
    Tous pensent que puisque leur voisin – le gars à la télé- le scribouilleur dans le journal – le professeur à l’école Jeantette Bertrand et autres épaves du même acabit pensent tous ainsi il n’y a pas d’autres façons de voir le monde.

    Mon rôle est de jeter un grain de sable dans la machine puis un autre puis un autre – ce qui permet à certain de voir qu’il existe une autre façon d’analyser le monde – de le voir et de le comprendre.
    Maintenant je vais vous révélez un secret terrible.
    Grain de sable après grain de sable je sais très bien que je n’arriverai nul part – il faudrait une montagne de grain de sable – quelque chose hors de ma portée.

    Mais j’ai une arme secrète. la crise économique systémique ira en s’accélérant – en s’approfondissant – comme en 1929 mais en pire – en plus souffrant – et alors tout ceux qui préféraient ne pas écouter le grain de sable – ne pas lire – ne pas comprendre chercheront des réponses – des solutions – des explications et ils auront lu abondamment les radoteux leur expliqués qu’ils investiraient ceci ou cela créeront des jobs et etc. et ils seront sceptiques car le passé de faillite est le garant du futur de faillite.

    Alors dans 10 -20 ans j’espère qu’ils se souviendront qu’un radoteux sur les 7 du Québec leur présentait des points de vues différents et j’espère que je serai encore la pour leur présenter une autre vision de cet autre monde possible

    D’ici là nous avons le temps d’échanger.

    Répondre
  • avatar
    30 mars 2014 à 23 11 40 03403
    Permalink

    C’est toujours très intéressant de te lire Robert. Cela ne sert à rien d’aller voter, bien sûr, mais si le peuple élit le parti Libéral c’est le comble. Il suffit de voir ce site que le DGE anti-démocratique du Québec fait contre ce site qui dit des vérités importantes à savoir, il envoie une mise en demeure et fait des pressions pour fermer le site :

    http://www.dossiercouillard.com/philippecouillard.html

    Il faut aussi connaître ce site que le parti Libéral à mis en demeure à l’élection de 1012 :

    http://liberaux.net/

    Cordialement,

    Nicolas

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *