La Résistance sur un Plateau

En mars 2004, 13 anciens résistants de la dernière guerre avaient lancé un appel à reprendre la lutte.

C’était dans un lieu mythique de la résistance, le Plateau d’Assy.

Lucie Aubrac, Lise London, Germaine Tillion, Stéphane Hessel, Henri Bartoli, Maurice Voutey, Maurice Kriegel Valrimont, Raymond Aubrac, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Jean Pierre Vernant, Georges Séguy ne sont pas d’accord avec ce qui se passe maintenant en France.

Alors ils ont lancé un nouvel appel aux jeunes générations pour que la flamme de la résistance soit rallumée. lien

60 ans auparavant, le 15 mars 1944, ils l’avaient fait dans la clandestinité d’un appartement parisien, 48 rue du Four.

On peut lire ce nouvel appel sur ce lien.

Depuis ce jour de mars 2004, la situation s’est encore dégradée.

La constitution française de 1793 est claire :

« Article 35. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

Aujourd’hui le peuple est en colère. lien

Ses libertés sont rognées chaque jour un peu plus, et les acquis sociaux qu’avait justement obtenu le CNR (conseil national de la résistance) après la guerre fondent comme neige au soleil.

Les services de la santé, privés de moyens, font le bonheur des cliniques privées.

Le remboursement des médicaments est de plus en plus restreint. lien

Le 1 avril (ce n’est pas un poisson) l’Europe va freiner encore un peu plus la pratique des médecines douces, sous la pression des lobbys pharmaceutique.

Pour utiliser les plantes médicinales, les contraintes seront multipliées, et il faudra des autorisations spéciales. lien

Et ne parlons pas des liens suspects qui semblent unir « bigpharma » et le pouvoir. lien

Du coté de l’enseignement, la situation continue de se dégrader.

L’éducation nationale, à qui l’on va enlever 16000 postes en 2011, est de moins en moins efficace, faisant les beaux jours de l’enseignement privé, réservé  à une classe privilégiée.

On croyait les méthodes pétainistes du gouvernement de Vichy disparues pour toujours.

A la lecture des agissements du gouvernement, on commence à en douter. lien

Des enseignants ont tiré la sonnette d’alarme.

Le gouvernement Sarközy a mis en place une procédure dans les établissements scolaire afin d’identifier chaque élève, en respectant en principe la vie privée des parents.

Or il apparait que le ministère de l’intérieur utilise ce fichier bien pratique pour retrouver les parents sans papiers des enfants inscrits dans cette « base élève ». lien

L’intégrité de la justice est menacée.

Sarközi nomme déjà les plus hauts magistrats de la République, mettant ainsi des doutes sur leur impartialité, et a le projet de supprimer les juges d’instruction. lien

On sait les difficultés que rencontrent les juges indépendants pour faire avancer les affaires dans lesquelles de nombreux membres du gouvernement sont impliqués, y compris le chef de l’état. (Bettencourt-Woerth-Karachi…) lien

Alors, Serge Portelli, vice-président au Tribunal de Paris s’est exprimé appelant à son tour à la résistance.

Il déclare : « nous avons le devoir de vigilance et de résistance et celui de nous mobiliser chaque jour dans cet état-limite où nous sommes devenus, nous, les citoyens, les « ennemis de l’intérieur », tous fichés, où les valeurs de la résistance et de l’esprit des Lumières est remis en cause par une idéologie perverse et ou les lois sont passées avec des guillemets de honte et d’indignation ».

Son appel  lancé en 2010 est sur ce lien.

Le Chef de l’Etat s’est donné les moyens de contrôler autant qu’il le peut, les médias. Lien

Dans un livre qui sortira le 11 janvier 2011, le journaliste Hervé Kempf affirme que notre démocratie est attaquée, que des lobbies décident des lois en coulisses et que nos libertés sont jour après jour entamées. Lien

Alors dans le monde des médias, les lanceurs d’alerte se multiplient : Assange, et ses révélations sur les pratiques de l’armée américaine en Irak, ses mémos d’ambassades, est l’un d’eux, même si des journalistes mal inspirés tentent de lui accrocher une vaine casserole de « viol présumé ». lien

Mais avant lui, il serait injuste d’oublier Bradley Manning, qui croupit aujourd’hui dans une prison américaine, pour être suspecté d’avoir transmis ces documents à Wikileaks. lien

D’après de récentes informations, il semble qu’on lui applique un programme de cruauté mentale, afin de lui faire perdre la raison, et de pouvoir désigner Wikileaks comme le coupable de tout çà, ce qui permettrait à l’administration américaine de s’en prendre à Assange.

David House, chercheur en informatique est autorisé à visiter Manning tous les 15 jours, et il a déclaré « il me semble évident que la santé physique et psychique de Manning se détériore » évoquant des « conditions rigoureuses et inhumaines » voir la page 6 de ce lien.

Dans « Lignes de fuite », sur France culture, Edwy Plenel est aussi un lanceur d’alerte lorsqu’il cite le 25 décembre 2010 les propos de Manning : «j’ai réalisé que j’étais contre ce système auquel je prenais une part active, je souhaite un débat mondial et des réformes, si rien ne se passe, çà veut dire que l’homme est maudit en tant qu’espèce, mais je veux continuer à croire à la société, je veux que les gens voient la vérité (…) je ne suis pas un sale espion qui collecte des renseignements, je suis simplement un citoyen, un citoyen qui fait son devoir ». Lien

Plenel en créant Médiapart, afin de reprendre toute sa liberté, propose des informations libres, dégagées des contingences économiques grâce aux abonnés, et heureusement, ce n’est pas un cas isolé.

Le chef de l’état l’a bien compris, et a mis en place la loi LOPPSI, (Hadopi en pire) destinée à bâtir un internet « civilisé », c’est-à-dire contrôlé. lien

Comprenant le danger de ce mode d’expression échappant au pouvoir politique, il entend donc lui construire un carcan.

Mais là aussi, une timide mobilisation commence. lien

Question environnement, José Bové, et ses troupes d’arracheur de maïs OGM sont mobilisés tout comme Gilles-Eric  Seralini.

Ce professeur de biologie moléculaire avait décidé d’intenter un procès en diffamation à Marc Fellous, président de l’AFBV (association française des biotechnologies végétales).

Le procès a eu lieu fin novembre 2010. lien

Les militants du réseau « sortir du nucléaire » bloquent les trains de transport de déchets radioactifs, la Criirad, devant le silence complice de l’état, lors de la catastrophe de Tchernobyl ne cesse d’alerter les populations, dénonce les accidents nucléaires requalifiés incidents, et multiplie les analyses sur les pollutions nucléaires. lien

Fabrice Nicolino lance à son tour une alerte pour protéger les semences anciennes, et dénonce avec François Veillerette le danger des pesticides. lien

Question économie, les banques dont on nous avait promis la moralisation continuent leurs pratiques discutables.

Paul Ariès, l’un des promoteurs de la décroissance, propose une autre forme de résistance en posant la question : sommes-nous faits pour travailler ? vidéo

Une autre résistance est venue d’un certain Cantona, et elle risque de s’installer dans la durée, l’argent fuyant en douce vers des banques œuvrant pour le développement des projets d’économie sociale et solidaire. Lien

Et puis, à l’image de Nina Simone, des citoyens vont-ils se lancer dans une grève des impôts? Lien

Restons dans la chanson pour évoquer Noah, la personnalité préférée des français, et bête « noire » de la sarkozie qui, tout en payant ses impôts en France, s’attaque pertinemment au Chef de l’état. « Il faut résister, ne pas lâcher ». lien

Comment respecter ce gouvernement lorsqu’un ministre, Brice Hortefeux, pour ne pas le nommer, malgré sa double condamnation, une pour avoir tenu des propos racistes, l’autre pour atteinte à la présomption d’innocence, reste droit dans ses bottes à son poste, comme si de rien n’était. lien

De Bachelot à Woerth, en passant par le Chef de l’état lui-même, les casseroles sont de plus en plus bruyantes et nombreuses.

Alors l’élu montré du doigt a trouvé la parade.

Il s’adresse au peuple en lui disant, « vous savez, comme vous, je ne suis pas parfait ».

Et nombreux sont ceux qui tombent dans ce piège grossier, et vont en quelque sorte, pardonner la faute, puisque eux-mêmes sont capables d’en faire de même.

Une sorte de « berlusconisation ».

Mais ce serait oublier que l’élu se doit d’être exemplaire, de par la place qu’il occupe.

D’où le vent de révolte qui se lève dans le pays.

Récemment un ancien combattant, Pierre Moriau, à renvoyé son diplôme d’ancien combattant au président de l’assemblée nationale. lien

D’autres commencent à refuser la légion d’honneur, puisqu’on la donne aujourd’hui à d’étranges personnages. lien

Quoi d’étonnant dès lors que sur un blog, 90% des votants déclarent qu’ils ne voteront pas Sarközi en 2012. lien

Le 22 décembre dernier, dans la plus grande discrétion, le conseil des ministres à étudié le projet de loi définissant la procédure de destitution du président de la république.

Pour en avoir le contenu, d’après Médiapart, çà  a été la croix et la bannière. lien

2011 sera-t-il l’année de la résistance ? Un rendez-vous est déjà programmé pour les 14 et 15 mai. lien

Pour terminer l’année sur le ton de l’humour, cette parodie des vœux présidentiels remplacera exceptionnellement mon vieil ami africain. vidéo

L’image illustrant l’article provient de « membres.multimania.fr »

Merci à Fanny,Freddy, Xian et à tous ceux qui m’ont aidé à documenter cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *