La révolution selon Eric Cantona

6e jour de la grève… du zèle sur plumedepresse : deux éditions quotidiennes au coeur de l’actualité.

« Dans une interview, en marge du tournage d’un film, Eric Cantona explique que manifester dans la rue n’est pas assez efficace pour faire bouger les choses. Il livre sa méthode… », explique 20 minutes, avant de diffuser la vidéo de l’interview du Maître, qui crée un improbable buzz sur le Web. « La révolution est très simple à faire », révèle l’ancien footballeur. « Le système est bâti sur le pouvoir des banques. Donc il peut être détruit par les banques. » Pour Cantona, il suffirait par conséquent que plusieurs millions de personnes – il ne sait pas exactement combien, puisqu’il dit d’abord 3 millions, puis 10, puis 20 (mais quand on aime…) – retirent tout l’argent de leur compte en banque pour que le système s’écroule. « Pas de larmes, pas de sang… à la Spaggiari ! » Il faudrait interroger un économiste sur cette proposition pour évaluer les dégâts réels qu’elle pourrait causer, mais il apparaît plausible que si des millions de Français décidaient de participer à la révolution cantonesque, l’effet pourrait être redoutable. [Edit : une source autorisée confirme en effet qu’en théorie, le système entier s’effondrerait, lire plus bas notre mise à jour] Une menace qu’il convient donc de prendre extrêmement au sérieux, d’autant que King Eric est passé à l’acte, comme le prouve notre capture d’écran ci-dessous : vous aussi, videz votre compte en banque, mettez tous les billets dans une valise et allez la jouer au Partouche Poker Tour !

Mise à jour : un plumonaute professionnellement bien placé pour savoir de quoi il parle a posté le commentaire suivant : « En théorie cela peut fonctionner. En effet les banques ont un ratio de solvabilité (argent détenu réellement/argent détenu théorique) de 8%. Cela voudrait dire que si plus de 8% disons 10% des fonds étaient retirés simultanément, il y aurait un crack bancaire. Les conséquences seraient assez énormes et le système s’écroulerait petit à petit. Plus de banque, plus de crédit donc plus d’entreprise. Alors prêt à la révolution sans effusion de sang ? »

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Cet article vous a intéressé? Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

A’ lire aussi:

  1. Bettencourtgate : et maintenant dehors, Eric Woerth !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *