La ruse du sentiment

 

La ruse du sentiment

 

Hegel, le philosophe allemand avait une expression très éclaircissante : « la ruse de la raison » pour dire en gros, en gras et en gris qu’à chaque fois que la raison sert son intérêt personnel, elle sert indirectement l’intérêt universel. Tout petit calcul est absorbé par un grand calcul que les hommes n’ont pas vu, mais que leur histoire a prévu.

 

Ça me donne une étrange envie… l’envie de me forger une petite expression pour couvrir certains évènements en cours.

Mon expression c’est « la ruse du sentiment » qui va opérer une petite inversion pour ne pas dire : diversion, puisqu’il s’agit pour certaines aspirations individuelles de se faire passer pour des aspirations universelles. C’est l’art de faire semblant  et c’est beaucoup plus rusé parce que le sentiment est autrement plus futé que la Raison pour nous faire admettre tout et n’importe quoi.

 

3 exemples empruntés à l’actualité vont vous rendre la chose sensible au cœur :

– le xénophobe : il a changé de profil. Il ne veut toujours pas des étrangers, non parce qu’il les hait, mais parce qu’il les aime désormais. C’est dans leur intérêt qu’il leur ferme la porte au nez, pour que la main visible ou invisible du grand capital ne leur fasse pas encore plus mal, en les exploitant, au noir. Parce qu’il n’y a pas plus crédible que la mauvaise Foi.

 

– l’islamophobe : lui, n’a rien contre l’Islam, il n’en veut pas aux musulmans, il en veut aux islamistes, à tous ces terroristes en puissance.

Et chaque fait divers lui donne raison ou le conforte dans son sentiment de rejet qui s’amplifie au fur et à mesure jusqu’à devenir une guerre réelle voire nécessaire contre l’Islam ; De sa nourriture à sa littérature on n’en veut plus.

Des extrémistes, l’Occident en fabrique pourtant chaque jour pour justifier l’action menée qui consiste à tout mettre dans le même panier. L’Islam devient la bête noire… la vaincre devient pour tous, un devoir. C’est l’art de faire passer le vraisemblable pour le vrai…

 

– l’homophobe: qui craint les homos? Personne. En revanche, les homos ont tout à craindre de tout le monde. Donc il faut les protéger. C’est ce qu’on a fini par atteindre comme pallier : il n’y a pas plus universel que le particulier. C’est la fausse peur qui a fini par faire vraiment peur, par mobiliser les foules et favoriser le mariage pour tous.

Quand tout le monde se ment, on appelle ça « vérité », et moi j’appelle ça : la ruse du sentiment, qui peut transformer n’importe quel fait isolé en un droit bariolé. Faisons semblant d’avoir peur, y a pas mieux pour renverser certaines valeurs.

 

Conclusion : j’ai l’impression que mon expression est plutôt adéquate, elle rejoint celle de Hegel. Pour réconcilier les deux, je viens de songer à une belle synthèse :

« La ruse de la déraison ». C’est la folie des temps modernes!

la ruse du sentiment

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Une pensée sur “La ruse du sentiment

  • avatar
    5 juin 2014 à 16 04 06 06066
    Permalink

    Quand la déraison se pare de la raison sert-elle la ruse universelle ou la ruse particuliaire?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *