LAÏCICITÉ-RELIGION-ATHÉISME

Image Flickr par Jean-Luc Léopoldi

Le débat sur la laïcité donne à penser qu’il s’agit d’une lutte à finir entre croyants et athées. Les thèmes les plus souvent abordés sont ceux des symboles qui affirment dans l’espace sociétaire les diverses appartenances religieuses. Ces symboles viennent heurter ceux et celles qui n’en ont rien à faire, se disant eux-mêmes non croyants. Serait-ce donc que la laïcité soit devenue le cheval de bataille des non-croyants contre ceux et celles qui se réclament d’une foi? Est-ce une lutte contre les religions ou est-ce une lutte contre la foi?

Je pense que la distinction entre religion et foi n’est pas uniquement de circonstance mais revêt, dans l’actuel débat, une importance capitale. Ici au Québec, notre histoire a été particulièrement marquée par la forme religieuse à travers laquelle la foi de nos ancêtres s’est exprimée. Cette Église, avec son petit catéchisme, ses sacrements, sa morale et les humeurs de ses évêques et curés fait partie d’une époque importante de l’histoire du Québec et sa présence, quoi qu’on en dise et quoi qu’on en pense, demeure incrustée dans nos valeurs culturelles. Il s’agit évidemment de l’Église catholique d’une époque, remise en question tant par Vatican II que par la Révolution tranquille. Une Église qui ne saurait perdurer dans le temps comme si rien ne s’était passé.

C’est dans ce contexte qu’il faut lever une confusion qui, à ne pas être clarifiée, risquerait d’entraîner le rejet du bébé avec l’eau du bain. La séparation de l’Église et de l’État dont nous débattons dans le cadre de la laïcité réfère surtout à cette Église institutionnelle dont les hiérarchies s’étaient liées aux pouvoirs politiques, judiciaires et économiques. Ils se rendaient tous de mutuels services, peu scrupuleux des alliances qui les éloignaient parfois des véritables objectifs de leurs missions propres. Il n’est donc pas étonnant que l’on souhaite qu’il y ait, à ce niveau, séparation de cette Église et de l’État.

Moi, comme croyant, je suis tout à fait d’accord avec les non croyants et les athées pour qu’il y ait cette séparation entre cette Église et l’État. Mais voilà que, dans mon esprit, la foi est quelque chose qui déborde de beaucoup l’Église institutionnelle et les cultes qui l’identifient comme religion. À ce sujet je pense que ceux et celles qui se disent chrétiens et chrétiennes devraient se poser des questions sur la foi qu’ils professent et la religion qu’ils pratiquent.

Dans une réflexion portant sur cette relation de la foi et de la religion, je posais ces questions aux croyants qui se disent « pratiquants ».

« Comment ne pas vous soumettre à un sérieux examen de conscience sur les véritables motifs qui alimentent la foi que vous confessez, la religion que vous défendez et les engagements que vous prenez? Êtes-vous les marionnettes d’une culture religieuse marquée par la moralité d’une époque ou plutôt les prophètes qui font tomber les masques de l’hypocrisie, de la manipulation et du mensonge pour mettre en évidence l’avènement de l’homme nouveau? Êtes-vous plus préoccupés par les attitudes humaines à prendre face à l’isolement et au rejet des laissés pour compte de la société humaine que par la moralité de certains comportements liés le plus souvent à des valeurs culturelles d’une époque ou d’une civilisation? Êtes-vous les apôtres de la foi qui sauve ou de la religion qui asphyxie? »

Par ces questions apparaît clairement que la foi ne peut être d’aucune façon détachée de la société dans laquelle vit le croyant ou la croyante. Au contraire, elle en est une inspiration qui rejoint inévitablement tous ceux et toutes celles, croyants ou pas, qui œuvrent dans le même sens. Lorsque je me retrouve sur des sites où l’information alternative permet de dissiper les écrans de fumée qui cachent la réalité, de lever les masques de ceux et celles qui s’évertuent à tromper, de questionner les religions et leurs fonctions dans la société, de forcer la reconnaissance et la mise en valeur des personnes et des peuples, je ne me sens pas étranger, tout croyant que je suis, et loin de là.

Je crois que ce qui doit assurer la qualité des relations entre croyants et non croyants est cette option fondamentale de vie au service de ces valeurs en quête desquelles chemine toujours notre humanité. Un jour, voulant faire ressortir le sens sacré de certaines de ces valeurs, dites profanes, j’ai voulu en faire des « sacrements de la vie ».

« Il y a le sacrement de la JUSTICE qui reconnaît que les richesses de la terre doivent être utilisées au bénéfice de l’ensemble de l’humanité, assurant les conditions de vie décente, l’éducation, les soins de santé, la paix pour tous et qui agit à travers hommes et femmes pour qu’il en soit ainsi. Il y a le sacrement de la VÉRITÉ qui soutient et encourage ceux et celles qui lèvent les voiles sur les hypocrisies, les mensonges, les manipulations pour laisser apparaître la transparence. Il y a le sacrement de l’HUMILITÉ qui rend possible des relations humaines qui valorisent et font grandir ses semblables tout en donnant la force de reconnaître ses erreurs. Il y a le sacrement de la MISÉRICORDE qui permet de faire revivre des relations blessées en pardonnant et en ouvrant à la réconciliation. Il y a le sacrement de la SOLIDARITÉ qui rapproche les personnes les unes des autres et qui permet d’être avec les plus délaissés. Il y a le sacrement de la FOI qui permet de reconnaître les lois fondamentales de la nature et le devoir de se mettre au service des valeurs humaines et spirituelles de chaque personne et de chaque peuple. Il y a enfin le sacrement de l’AMOUR qui unit les humains dans une relation qui les transforme en une communauté vivante et fraternelle. »

Je pense que croyants et non croyants ont à partager un terrain fertile pour donner suite à leurs rêves tout en travaillant main dans la main pour que ces rêves deviennent réalité. Nous sommes tous quelque part un peu croyants : certains en l’existence d’un Dieu, les autres en en un destin de justice et de vérité. Dans les deux cas, c’est le même monde qui nous interpelle et qui attend de nous tous et toutes que nous nous engagions. C’est là le terrain qui met à l’épreuve la foi que nous professons.

Oscar Fortin

 

Québec, le 10 mars 2011

http://humanisme.blogspot.com

 

 

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l’humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d’une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu’en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l’écoute des évènements et de ce qu’ils m’inspirent.

2 pensées sur “LAÏCICITÉ-RELIGION-ATHÉISME

  • avatar
    24 mars 2011 à 10 10 22 03223
    Permalink

    Bonjour Oscar.

    Voilà de belles aspirations.

    Je crois que, pour mieux encore les concrétiser, vous devriez inscrire dans vos « sacrements de la vie » la « Non-violence théologique ».

    Inclure « la paix pour tous » dans le « sacrement de Justice », ajouter un « sacrement de l’Amour » ne me paraît pas suffisant. Vous devriez approfondir votre « sacrement de Vérité », voir et dire en quoi les institutions religieuses restent très directement concernées par « les hypocrisies et les mensonges » en la matière.

    Il me semble en effet que, pour être plus efficace encore, vous devriez demander aux églises chrétiennes le ferme et très explicite rejet de la conception violente de Dieu, laquelle, jusqu’à ce jour, est toujours très ouvertement cultivée, encouragée, transmise aux générations suivantes. Dans l’islam, bien sûr, comme chacun peut facilement le voir, mais aussi dans le catholicisme, où on la relève moins souvent.

    C’est principalement quand elles alimentent les réflexions des croyants que mes propres réflexions sur la violence religieuse me paraissent utiles. Il en est ainsi, aujourd’hui, quand je constate que le réseau Culture et Foi a cru bon de reproduire, dans sa rubrique « textes critiques », mon article du printemps 2007 « Contre la violence religieuse pourquoi si peu d’exigence ? »

    Cet article avait été rédigé, à l’époque, pour la revue ProChoix de Caroline Fourest, qui ne l’avait pas publié (ce qui n’est pas étonnant au vu de son évolution ultérieure). C’est ici :

    http://www.culture-et-foi.com/critique/pierre_regnier.htm

    Le même texte a par ailleurs été lu 2500 fois dans une autre reproduction, sur le site Centpapiers et sous le titre « Et Dieu dit : Tu tueras ! ». C’est ici :

    http://www.centpapiers.com/contre-la-violence-religieuse-pourquoi-si-peu-dexigence/18143

    Bien cordialement

    Pierre Régnier

    Répondre
    • avatar
      24 mars 2011 à 13 01 57 03573
      Permalink

      Merci Pierre pour votre commentaire. Vous aurez compris que ma réflexion sur les sacrements de la vie ne se voulait en rien exhaustive. Son objectif étant de rappeler que la foi devient signifiante qu’à travers les engagements de vie. Il est évident que chacun peut en ajouter, en préciser les contenus….

      Merci pour vos références que je me ferai un plaisir de visiter.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *