L’alibi de Kadhafi

Quel alibi pourrait avoir Kadhafi pour justifier ce qu’il fait à son peuple ?

A part la folie…

Il est question de plus de 2000 Libyens sacrifiés à l’arme lourde par le dictateur, qui, malgré la partie perdue d’avance pour lui, s’accroche encore au pouvoir.

Petit flash-back : Le 1 septembre 1969, Kadhafi a profité de l’absence du roi, parti faire sa cure annuelle, pour le renverser avec l’aide d’un groupe d’officiers : Kadhafi avait 27 ans, et depuis, il règnait en despote sur un pays d’un peu plus de 5 millions d’habitants.

Comme personne n’y voyait d’objection, il s’est nommé Colonel, puis dans la foulée « frère  Guide, maitre de la Révolution » et enfin « roi des rois ». lien

Ça fait donc 42 ans qu’il tenait son peuple d’une main de fer, sans parlement, ni constitution, battant aussi tout les records de longévité du pouvoir de toute l’Afrique et du Moyen Orient.

Il y a longtemps que certains s’interrogent sur la santé mentale de cet homme.

Lors de sa venue en Italie, plantant sa tente bédouine dans le jardin de l’ambassade, il a affirmait : « l’islam doit devenir la religion de toute l’Europe ». lien

Avec tout le respect que l’on doit à l’Islam, comme à toute religion, la liberté de croire (ou de ne pas croire) est tout de même une valeur partagée dans le monde entier.

Si on ajoute a cette déclaration définitive, le fait qu’il ait demandé (et obtenu avec l’aide de Berlusconi, expert en la matière) la compagnie de 500 jeunes femmes, qui devaient être belles et muettes, comment ne pas se demander si Kadhafi a toute sa tête ?

Et que dire de son appel à la guerre sainte contre la Suisse, suite au référendum qu’à fait ce pays contre les minarets. lien

Bien évidemment, la décision suisse est contestable, mais de là à déclencher une « guerre sainte », il y a des limites.

On peut aussi s’interroger sur la commande de 2 millions de dollars qu’il a fait à une entreprise italienne pour une voiture dont il a fait le design, et qu’il a appelé la « rocket ».

En voyant le véhicule, (ici) on se dit que sa carrière de designer n’a pas plus d’avenir que celle du dictateur qu’il était.

Quid de ses extravagantes tenues vestimentaires à découvrir sur ce lien.

En 2007, Kadhafi a fait une tournée en Afrique de l’Ouest, égrenant ici ou là, sur son parcours de surprenantes déclarations :

Il lance aux jeunes guinéens « vous êtes au paradis, ne cherchez pas à le quitter », en Côte d’Ivoire, il a qualifié Gbagbo (son frère) de « révolutionnaire ». lien

Les jeunes africains lui ont répondu en 2010 en réclamant son extradition afin qu’il soit jugé au TPI et qu’il s’explique sur son rôle de déstabilisateur en Afrique. lien

Aujourd’hui, un médecin français de retour de Benghazi a estimé à plus de 2000 le nombre de morts. Il évoque « un carnage, des tirs de mortier et carrément de roquettes anti-aériennes, directement dans la foule ».

La polémique enfle au sujet des armes que la France aurait vendu à Kadhafi, et on se souvient du désappointement de Sarközi, qui lors du séjour récent du Libyen, avait affirmé que 14 « Rafales » avaient enfin trouvé preneur, vendant la peau de l’ours un peu trop tôt.

Mais ce serait oublier que la France a accepté de remettre en état de vol ses 12 Mirages F1, en lui vendant des missiles Milan pour un total de 100 millions d’euros.

Quelqu’un connait la vérité sur le contenu total du contrat : il s’appelle Roger Tamraz, et réclame depuis longtemps le montant de sa commission, (9,2 millions d’euros) prétendant avoir servi d’intermédiaire dans cette transaction, mais parlera-t-il ? lien

D’autre part, la France avait envisagé la vente de plusieurs hélicoptères franco-allemands « Tigre », mais devant le blocage allemand, la vente ne s’est pas réalisée. lien

La France, question diplomatie, continue dans le grand n’importe quoi, par la voix cette fois ci de « l’ambassadeur » Boris Boilon, qui dans le grand Journal, prend la défense de Kadhafi. vidéo

Mais les français ont la mémoire courte : ont-ils oublié la place primordiale qu’a tenu Patrick Ollier, le ministre compagnon de MAM dans la défense du dictateur Libyen ?

Il était le président du « groupe d’amitié » au sénat et faisait tout son possible pour améliorer les relations entre Kadhafi et la France, après l’affaire de l’attentat contre le DC-10, et l’affaire des « infirmières bulgares ».

Au sujet de celles ci, on se souvient du contrat de 400 millions de dollars concernant les armes françaises passé entre la France et la Libye pour faciliter leur libération. lien

Claude Géant s’est rendu 4 fois en Libye pour renouer les relations au plus haut niveau, et il n’est pas le seul à avoir voulu tisser des liens entre notre pays et celui du dictateur. On y trouve aussi : Hervé de Charrette (président de la chambre de commerce franco-arabe), Pierre Berger (à la tête du comité France-Libye au Medef international), Michel Roussin conseiller du président d’EDF qu’était alors Henri Proglio, Philippe Bon (président Afrique). lien

Christian Estrosi, quant à lui, lorsqu’il était ministre, s’est félicité d’avoir signé le 21 octobre 2010 avec le despote libyen un document prévoyant l’instauration d’un partenariat stratégique.

Areva a cherché à vendre à Tripoli une centrale nucléaire, dans un pays qui a du pétrole à revendre, (lien) et on peut s’interroger sur les motivations du dictateur d’accepter une telle installation ? lien

En effet, la Libye est un important producteur de pétrole et entend passer d’1,7 millions de barils par jour à 3 millions d’ici 2012.

A l’occasion, Sarközy avait fait part de son intention de racheter les parts détenues par l’Allemand Siemens afin d’avoir les mains libres pour traiter avec la Libye dans ce dossier nucléaire. lien

Il ne faudrait pas oublier non plus le site de recherche nucléaire Libyen de Tajura, ou se trouve un réacteur de recherche avec lequel Kadhafi voudrait bien enrichir de l’uranium, ni le programme d’armes chimiques développé jusqu’en 1990 qui a permis l’utilisation de celles-ci contre le Tchad en 1987. lien

Rappelons nous aussi du trafic d’uranium entre la France, la Belgique, et la Libye à la fin juillet 1981, au cours duquel 6 personnes ont été inculpées. lien

Nul de doutes que dans quelques temps, une fois le dictateur écarté du pouvoir, d’autres révélations seront faites.

Aujourd’hui, tout comme Hitler, le dictateur est enfermé dans une sorte de bunker et il devra renoncer au premier salon du tourisme qu’il espérait ouvrir du 22 au 24 février. lien

Plusieurs associations, dont AWAAZ proposent d’envoyer un « déluge de messages » à l’ONU et à l’UE, afin que ceux-ci mettent tous leurs efforts à libérer ce pays, en utilisant ce lien.

Le 22 février, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, indigné par la situation Libyenne a eu au téléphone Kadhafi, à qui il a demandé de cesser immédiatement les violences. lien

Aujourd’hui, tous ceux qui ont fait des alliances douteuses avec le despote doivent commencer à s’inquiéter, car comme dit mon vieil ami africain :

« Quand tu manges avec le diable, il faut une très grande fourchette ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *