Las d’écoeurement

Il faut tout de même que nous vous disions ce qui nous arrive. Vous l’aurez remarqué, nous n’écrivons guère dans les colonnes de plumedepresse, ces temps derniers. En cause d’abord naturellement, notre emploi de localier à temps plein pour le compte d’une collectivité territoriale (comme ici par exemple), qui entraîne un rythme de vie très différent. Mais pas seulement. Il y a aussi la lassitude de l’écoeurement. Chaque fois l’on  se dit : « mais ça n’est tout de même pas possible ! Ils ne vont quand même pas oser prétendre ceci, faire cela, se moquer du monde à ce point ci, faire la guerre au peuple de cette façon là ! » Et puis si. Tout continue, toujours, et nous ne cessons de répéter les mêmes choses, de ressasser notre amertume à force de ne pas voir le bout de la nuit sarkozyste. Voilà que l’UMP décide de sortir les oeuvres d’art de l’Impôt sur la fortune, pour le plus grand bénéfice des privilégiés qui en possèdent – vous avez remarqué que les pauvres, ces incultes, collectionnent assez rarement les Picasso ou les Matisse ? Et cette tête à claques de François Baroin qui nous  sort illico l’habituel couplet sur les riches qui quitteraient la France si on les taxait… Ecoeurement. « La suppression du bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy dissimule mal le nouveau cadeau, plus important encore, qu’il fait aux plus riches en réformant l’impôt sur la fortune (ISF), constate le Parti socialiste. D’un côté, les ménages les plus aisés vont perdre 800 millions d’euros du bouclier fiscal. D’un autre côté, il vont se voir offrir plus du double (1,8 milliards) avec la réforme de l’ISF : le patrimoine imposable est rehaussé de 800 000 euros à 1,3 million d’euros et les taux d’imposition sont fortement diminués (aujourd’hui de 0,55% à 1,8% ; en 2012 de 0,25% à 0,5%). Les 1900 ménages possédant un patrimoine supérieur à 17 millions d’euros vont voir leur ISF réduit en moyenne de 370 000 euros. Le gouvernement ment quand il affirme que cette réforme se fait à l’avantage des classes moyennes. Selon l’Insee, le patrimoine moyen des 25% des ménages les plus aisés est de 437 000 euros et leur patrimoine médian de 261 600 euros – bien loin des patrimoines aujourd’hui soumis à l’ISF. La réforme du gouvernement s’adresse donc exclusivement aux Français les plus aisés ! »

Et non, rien ne change et ces voleurs de grand chemin continuent de prendre dans la poche des pauvres pour gaver l’oligarchie. Et l’autre tête à claques (mais qui donc dans la majorité ne pourrait être qualifié ainsi ?) de Jean-François Copé, après avoir annoncé une convention de l’UMP sur l’immigration – après l’identité nationale et la laïcité – s’attaque aux bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA). Ecoeurement. Et la poissonnière castafiore fait virer une vendeuse pour une parole déplacée en forme de crime de lèse majesté… Quant à sa collègue du gouvernement à l’Economie, la reine Lagarde, « En quelques semaines, elle aura parcouru quelque 46 000 kilomètres, du Brésil à la Chine en passant par l’Inde, rapporte 20 minutes. Et selon une estimation publiée mercredi par le Canard enchaîné,  les déplacements de Christine Lagarde ont coûté plus de 150 000 euros au contribuable. » Eh oui, c’est nous qui payons. Et pour quoi ? Pour que la marquise de Bercy aille mener à la tête du FMI la même politique antisociale que celle qu’elle inflige à la France ? Rappelons que le scandale des heures supplémentaires défiscalisées perdure, aggravant le chômage, que les riches n’ont jamais été tant choyés – on vient de le voir -, que les cadeaux pleuvent sur les entreprises et le patronat, sans contrepartie, que les actionnaires, les banques et les financiers véreux continuent de faire la loi et qu’on démantèle totalement le service public à leur profit, à force de Révision générale des politiques publiques (cette RGPP qui n’est rien d’autre que l’organisation de la faillite de l’Etat) et de suppression de postes de fonctionnaires, tandis qu’on bloque les salaires pour la France d’en bas et que misère et précarité ne cessent de croître. Voilà la politique lagardo-sarkozyste. Sans compter l’affaire Tapie, qui mouille Lagarde jusqu’au cou et devrait, avec une justice libre et indépendante – attendons la suite – lui valoir cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende pour « abus de pouvoir« ! Et l’Union européenne « qui protège » affirme à présent franchement que le Smic français est trop élevé ! Jusqu’où ira la dictature libérale ? Tout cela incite davantage à désespérer qu’autre chose. Et nous sommes en ce moment si las, après plus de cinq ans à dénoncer dans ces colonnes les turpitudes de cette droite ultra qui asservit le  pays, que nous observons le silence plutôt que de rabâcher sans cesse les mêmes les mêmes mises au point, rétablir les mêmes vérités, exprimer la même indignation. En ce moment, nous avons par trop l’impression de pisser dans un violon, si nous osons la formule. Ça nous passera, sans doute. Ou pas. Mais en tout état de cause, nous n’avons pas  signé l’arrêt de mort de plumedepresse. Le « blog sabre au clair » s’offre juste une cure de silence, histoire de souffler un peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *