L’autre pays du fromage

Autant de fromages dans notre doux pays que de jours de l’année, nous affirme-t-on.

Mais le fromage peut se glisser dans la parodie et, à la veille du deuxième tour de la primaire socialiste, on s’aperçoit qu’il est possible de décliner en fromages tous les acteurs de la présidentielle qui s’annonce.

Alors autant s’en payer une tranche, puisque le fromage semble en tenter plus d’un.

Fromages à pate molle, fromages crus, ou cuits, odorants, parfois à la limite de l’acceptable, comme le Puant Macéré, ce fromage au goût suave, mais dont l’odeur en fait fuir plus d’un, ils sont l’une des richesses gastronomiques du pays.

Ce « puant » nous vient tout droit de Lille, et son caractère vindicatif nous rapproche d’une certaine Martine, qui voudrait se faire passer pour Brie, et qui n’est qu’Aubry.

Appelé aussi « Vieux Lille », ou « Gris de Lille », le Puant macéré est le fromage préféré des ouvriers, et surtout des mineurs de fond, lesquels en font leur petit déjeuner, accompagné d’un café bien noir, arrosé d’un peu d’alcool de genièvre, d’une bière de garde, voire d’un ballon de rouge corsé.

Martine est-elle moulée à la louche, comme certain fromages ? Pas sur, car le « Vieux Lille » est un fromage carré, dont les angles même légèrement arrondis ne supportent ni les contradicteurs, ni la concurrence, fut-elle Royale.

Cette Royale qui perdit pour quelques voix la place qui lui revenait de droit, s’il faut en croire ceux qui dénoncèrent la fraude (lien) et qui, en pleurs vient de quitter le rang des prétendants, son carrosse étant redevenu citrouille depuis son échec présidentiel de 2007.

De quoi en devenir chèvre, comme les fromages de sa belle région de Vendée, dont le « Trois Cornes  », ce joli fromage lisse et onctueux, à la douce saveur caprine.

Décidemment les cornes sont une constante dans la vie de l’ex-candidate, se plaignant d’avoir été trompée par son compagnon Hollande. lien

Justement, Hollande, l’autre pays du fromage, qualifié par ses détracteurs de « fromage à pate molle », n’est peut être pas l’acteur sans saveur que l’on nous décrit, car l’Auvergne, dont il dirige le destin depuis quelques temps est une région dont les fromages ne laissent personne indifférent.

De la Fourme d’Ambert, au Salers, en passant par le Cantal, les fromages d’Auvergne cachent sous des aspects doux et trompeurs, des caractères puissants et affirmés, et comme le conseillait récemment un humoriste, préférez un Saint Nectaire au Nain Sectaire, lequel sera périmé en mai 2012. lien

C’est le Salers qui semble le mieux correspondre au candidat président, car avec son singulier gout corsé, sa croute bedonnée dorée, épaisse et parsemée de fleurs rouges et orangées, les 45 kilos de ce fromage au lait cru en font un concurrent de poids.

Sa bonhommie, et son sens aigu de l’humour laisseront à n’en point douter des traces dans la campagne présidentielle.

Voici venu le tour d’un challenger, l’homme qui monte, Montebourg pour être précis, dont la région Bourgogne a fait son drapeau.

Sa région est riche en fromages hauts en couleur : du Poiset au Marc, au Bouton de Culotte, en passant par le Racotin, le Cendré de Vergy, l’Epoisses à pate molle, la Tomme de l’Auxois, son terroir secret mérite le détour, et la Faisselle de chèvre de la Pierre qui Vire colle le mieux à l’image du 3ème homme.

Il a crée la surprise un certain 9 octobre, (lien) s’exprimant avec une certaine noblesse, et la « pierre qui vire » pourrait au dernier moment faire basculer l’élection, d’autant qu’un autre fromage de Bourgogne, le fondant de Port-Aubry est un indice supplémentaire.

Sur le chapitre des « fromages qui puent », on ne peut ignorer le Munster.

Ce fromage au lait de vache, a pâte molle et croute lavée, a un nom qui peut prêter à confusion, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, son étymologie vient de monastère, et non pas de monstre…lien

Et pourtant.

Ce « monstre » de fromage à la particularité de sembler fréquentable, mais lorsqu’il a pris de l’âge, son parfum en faire fuir plus d’un.

Marine Le Pen serait-elle ce munster ?

Elle affirme à tort avoir changé, (lien) se voulant fréquentable, mais lorsque l’on trempe, comme le veut la coutume, une tranche de pain tartiné au Munster dans une tasse de café noir, (vidéo) il arrive que le café en devienne imbuvable, rendant le fromage immangeable. lien

D’ailleurs c’est en Alsace, patrie du Munster, que le FN fait habituellement recette.

A Luttenbach-près-Munster, Jean Marie Le Pen, tête de liste en 2002, y a réalisé le joli score de 28%. lien

Il serait injuste d’oublier dans cette liste le Bayrou Béarnais, qui sous son béret basque n’ignore pas les fromages de sa montagne.

Il ne fait pas tout un fromage de l’agitation électorale actuelle, et se sent prêt à ramasser la mise, sans se presser.

Un renard rusé à fait lâcher à Borloo son fromage, pourtant indispensable compagnon de son vin, et d’autres pourraient suivre, ce qui redonne l’espoir au béarnais qui a déclaré « vouloir tout faire pour réussir le rassemblement au centre ». lien

Sa région, avec ses crus de Manseng à déguster avec un fromage de brebis ne fait pas de Bayrou un mouton, loin de là, et le bélier qu’il se veut être, en a manifestement plus qu’assez de porter les cornes. lien

Il n’existe qu’un fromage de brebis pyrénéen a avoir obtenu une AOC, et sa rareté en fait sa valeur : c’est l’Ossau Iraty. lien

Ce fromage pourrait personnifier le candidat centriste, rare, et donc recherché.

Bayrou se laissera-t-il tenter par les sirènes de droite ou de gauche, qui voudraient bien, une fois de plus, l’attirer dans leur camp…juste le temps d’une élection ?

Quand à Mélenchon, ou Eva Joly, personne n’imagine leur victoire, et pourtant l’un et l’autre n’ont pas l’intention de quitter le plateau (de fromage) sans combattre.

Tous les deux fustigent ceux qui ne veulent que le pouvoir pour le pouvoir, et même si leurs idées de justice sociale pourraient les faire passer par certains pour des naïfs, ils n’ont surement pas dit leur derniers mots.

Le Mélenchon s’amuse du petit jeu politique, lorsqu’un Elkabach, mal inspiré, décommande au dernier moment, par SMS, sa venue à la matinale d’Europe 1, à l’occasion de laquelle il devait commenter la primaire socialiste. lien

Il a aussi son avis sur le fromage : « François Hollande et tous les autres fromages lyophilisés » a-t-il déclaré récemment. lien

Quant à Eva Joly, elle en prend pour l’instant plein la poire, avant le fromage, s’il faut en croire Laurent Ruquier. lien

En attendant ce fromage, elle n’a pas craint de s’attaquer aux gros poissons, et Roland Dumas, l’homme aux chères Berlutis, en sait quelque chose, (lien) tout comme Bernard Tapie, (lien) l’ami caché de Nicolas, (lien) et même si elle a tenté en vain un rapprochement avec le marchand de fromages béarnais, révolutionnaire en espadrilles, elle a fini par s’imposer comme tête de proue des écologistes, malgré un Hulot conquérant. lien

Le soufflé au fromage Hulot que les médias avaient fait monter s’est effondré encore plus vite qu’il était monté. lien

Quant au « vicomte », De Villepin, il semble s’occuper plutôt du pot de fromage blanc de son « ami » Nicolas, tout comme de son labrador que ce dernier a fait piquer, c’est en tout cas ce qu’il a déclaré dans « on n’est pas couché » en novembre 2010. lien

Pourtant le fondateur du parti « République Solidaire  » ne dédaigne pas un bon fromage, mais pour l’instant, même s’il a déjà le pain, il n’a pas encore le camembert, et il est loin d’être grillé.

Et puis il sait, comme le grand Charles, qu’il est compliqué de gouverner un pays qui a 345 fromages. lien

Pendant ce temps la, sous sa cloche, un petit fromage sec, peut être de Chavignol  ?, s’impatiente, frappant de ses petits points nerveux le bord du plateau de fromages, furieux de voir les français se passionner pour les primaires socialistes, affirmant que ça ne respecte pas les règles de la 5ème République, ce que dément son propre camps.

En effet, Fillon est convaincu que les primaires sont « un processus moderne qui convient à droite comme à gauche ». lien

Coppé, lui aussi, en semble d’accord. lien

Xavier Bertrand a estimé que les «  primaires étaient en train de trouver leur place dans la vie politique française  ». lien

Bernard Debré n’en pense pas moins. lien

Même Valérie Pécresse, porte parole du gouvernement, a estimé que l’UMP n’échapperait pas à une primaire…en 2017. lien

Espérons que l’autocrate présidentiel, hostile à ces primaires, (lien), évoquant à tort la pensée de Charles de Gaulle, (lien) n’en fera pas tout un fromage, car comme dit mon vieil ami africain : « là où les vautours virevoltent, il y a une carcasse ».

En collaboration avec Corinne Py.

L’image illustrant l’article provient de « bouffonduroi.over-blog.fr »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *