Lavallée, Lisée, Catania, Tremblay… Alouette !

 

Denis Lessard  est bien efficace dans l’art d’attecher des grelots… et les cloches sonnent.  C’est bien lui qui a parlé le premier du double  jackpot de Boisclair, notre Homme à New York, et maintenant il nous rappelle que André Lavallée, ci-devant collaborateur insigne du Maire Tremblay  – alias l’Innocent – a été soupconné, lui, d’être coupable de quelques vétilles. Dame, tout le monde ne peut pas être innocent.

Vétilles de Lavallée montées en épingle, quand il a joué avec l’idée d’être lui-même dans la course aux dernière municipales. Il y a eu trop de racontars, puis Louise Harel a dit que Lavallée et elle, ce ne collerait pas. Exit Lavallée, qui est pourtant un excellent debater et sans doute intelligent. Dame, tout le monde ne peut pas etre bête…

Parlant de ne pas être bête, je n’ai jamais caché que j’avais une petite faiblesse pour Lisée et que si quelques fleurs pouvaient encore germer et grandir dans l’humus du Parti Québécois, le jardin se développerait sans doute autour de Lisée.

Que Lisée ait embauché Lavallée n’est donc pas une surprise. Entre « pas bêtes » on se comprend.  Que Lisée ait été au courant des arabesques de ce dernier dans l’octroi de contrats aux enterprises de Frank Catania ne fait aucun doute. Que Lisée ait « posé des questions » a Lavallée va de soi, et qu’il ait été satisfait des réponses est une evidence, puisque Lavallée est bien là, tout près de Lisée.

Toute la politique, municipale, provinciale – et sans doute féderale, car ces avions trop chers font jaser – semble aujourd’hui former un même énorme puzzle.  On voit se former une vaste toile de peinture par numéros, dans laquelle on devine, apparaissant par petites taches, d’abord rouges puis maintenant bleues, un portrait de ‘La Corruption” mise à nue, présentée en courtisane  revenant du bain.

Sale, ou fleurant déjà bon ?  La population a maintenant une question a se poser.  Si on en arrive à découvrir qu’ils sont TOUS corrompus, est ce qu’on va confier la gouvernance de l’État aux Bénédictins de Saint-Benoit-du-lac  ( en croisant les doigts, car rien ni personne n’est vraiment sûr ) … ou choisir le « moins pire » des politiciens sur le marché, celui qui aura gagné le concours de la plus avenante bouche en coeur ?   À suivre…

PIerre JC Allard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *