Le 11 septembre, ultime frontière du tabou médiatique

Avant l’incident causé par la petite phrase de Roland Dumas, qui fait tant couler d’encre depuis jeudi dernier, l’émission Ce soir ou jamais avait déjà été le cadre d’une polémique enflammée sur le 11 septembre. Le réalisateur Mathieu Kassovitz y avait alors endossé le rôle de victime expiatoire de l’habituelle diabolisation médiatique. Toute contestation du dogme de la version officielle est considérée comme un blasphème, comme l’a merveilleusement illustré le journaliste de L’Express Renaud Revel. Retour.

Citons Acrimed : « Frédéric Taddeï ne connaît pas son métier. Il ne sait pas qu’un animateur doit savoir réduire au silence ses invités quand ils ne disent pas ce qu’ils sont censés dire. Telle est du moins la leçon que lui infligeait Renaud Revel sur son blog. Petit rappel. En septembre 2009, lors du dernier débat de l’émission de rentrée, Mathieu Kassovitz, est invité, en compagnie d’Hélène Cixous, Ismaël Kadaré et Marin Karmitz, à donner son avis sur l’intérêt du débat – foisonnant sur le net mais absent des médias traditionnels – à propos des attentats du 11 septembre 2001. Le cinéaste émet des doutes sur la version officielle, avant d’être repris par les trois autres présents. Le lendemain matin, dans un billet intitulé Kassowitz délire et Taddeï laisse dire, M. Revel s’indigne de «l’étonnante diatribe révisionniste de Mathieu Kassovitz», et surtout, de l’attitude de l’animateur qui, non content d’ «offrir une tribune» à ce «Faurisson du 11 septembre», a commis l’irréparable en l’ayant laissé parler : «J’ai bien regardé ces images et le regard studieux de Taddeï, dans lequel on ne lit, à aucun moment, ni surprise, ni étonnement, pas même l’ombre d’une interrogation […] J’aurai simplement voulu entendre à un moment Taddeï dire à Kassovitz : « Il faudrait peut-être arrêter le délire. »

Décidément, au sujet du 11 septembre, l’hystérie n’est jamais loin. L’outrance des termes employés par Renaud Revel est très révélatrice de la « dictature intellectuelle », comme dit Roland Dumas, qui règne dans les médias français sur le 11 septembre. Aller jusqu’à traiter Kassovitz de révisionniste, de Faurisson ! Quant au verbe « délirer », il désigne une pathologie mentale : pour le journaliste de L’Express, faudrait-il donc enfermer les contestataires de la fable bushiste dans des asiles d’aliénés ? Mettre en doute la santé mentale d’un opposant, cela ne rappelle-t-il pas un procédé… stalinien ? L’internement à la Loubianka aurait donc un émule à L’Express : étonnant, non ? Notez l’absence totale d’argumentation de Revel : on ne discute pas du 11 septembre, on excommunie pour blasphème. Belle illustration de la propagande véhiculée par les grands médias français pour discréditer toute critique des incohérences, pourtant flagrantes, du rapport de la Commission d’enquête officielle. Il est interdit de faire état des témoignages de pompiers, de pilotes, de scientifiques, de chimistes, d’architectes ou de physiciens, affirmant que l’écroulement des trois tours du World trade center, tel qu’il a été observé, n’a pas pu se produire par la seule faute du crash des deux avions et de l’incendie qui l’a suivi. Interdit de s’étonner que l’impact dans la façade du Pentagone ne ressemble pas à celui qu’aurait causé un avion, comme de s’interroger sur l’absence totale d’images dudit avion, malgré les multiples caméras de surveillance filmant en permanence le bâtiment. Interdit d’évoquer les délits d’initiés qui prouvent qu’un certain nombre de personnes savaient à l’avance que l’attentat allait se produire, spéculant à la baisse le 10 septembre sur les compagnies d’aviation et les assureurs frappés le lendemain – pour 15 milliards d’euros tout de même, d’après l’ancien ministre de la Défense allemand Andreas von Bulow. Si vous bravez ces règles et brisez l’omerta, vous voilà aussitôt étiqueté dans le camp des malades mentaux suspects d’antisémitisme ! Le 11 septembre reste bien encore l’ultime frontière du tabou médiatique.

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

A’ lire aussi:

  1. Roland Dumas : « le 11 septembre, je n’y crois pas ». Et vous ?
  2. La diversion médiatique des casseurs
  3. « TF1 à droite, c’est absurde » : la bonne blague de Renaud Revel. Et Pernaut ? Et tout le reste ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *