Le capitalisme intellectuel – 3

Yan Barcelo, 21 août 2011

Les entreprises les plus sophistiquées ne voient plus les brevets comme de simples instruments défensifs, ce qui était le cas il y a encore 10 ans, mais comme des armes offensives.

Les exemples abondent. Au moment de son grand chambardement stratégique au début des années 1990, IBM a revu de fond en comble son coffre au trésor de brevets. A ce moment-là, la multinationale ne réalisait des revenus que de 30 millions US de dollars liés à des licenses sur ses brevets. Une radicale mise en valeur a fait en sorte qu’en 1999, Big Blue avait rehaussé ces revenus à plus d’un milliard de dollars $US, des revenus nets de toute dépense représentant près d’un cinquième de ses profits avant impôts.

Gillette, au moment de développer son nouveau rasoir Sensor, s’est assurée de se découper un territoire de propriété intellectuelle exclusif, pour ne pas dire monopolistique. La firme a obtenu 22 brevets pour des choses aussi pointues que l’angle des lames, le positionnement des ressorts, la composition du manche. Elle est allée aussi loin que de breveter la boîte, conçue pour émettre le son masculin approprié quand le consommateur l’ouvre.

L’entrepriseAvery Denison a fait la démonstration d’une campagne en mode offensif. Avant de se lancer dans le domaine des étiquettes transparentes pour produits de consommation, comme celles qu’on applique sur des bouteilles de shampoing, elle mena une enquête de brevets qui lui révéla que Dow Chemicals disposait d’un portefeuille important de brevets, indiquant que cette compagnie avait l’intention de pénétrer dans ce marché.

Avery investit les sommes nécessaires en R-D pour monter un portefeuille supérieur et inattaquable de brevets. Ainsi armée, elle demanda une rencontre avec la direction de Dow pour lui suggérer d’abandonner le secteur, ce que Dow se résigna à faire. Elle démonta son usine, congédia son personnel et mit la clé dans une division à laquelle elle avait déjà consacré des dizaines de millions de dollars.

Mais la guerre du capitalisme intellectuel ne se déroule pas seulement sur le terrain des brevets. L’autre territoire aussi important, sinon davantage, est celui des marques de commerce. C’est avec ces marques que les compagnies se découpent dans l’esprit des consommateurs l’ultime exclusivité avec laquelle ils peuvent verrouiller l’enclos de leurs brevets. C’est un tel coup de maître qu’a réussi Intel en investissant 500 millions de dollars dans sa campagne Intel Inside. Les premières générations de processeurs d’Intel portaient des noms génériques Intel 386 ou Intel 486 que n’importe quel concurrent pouvait reprendre. Intel réagit en se dotant de la marque exclusive Pentium, puis en investissant massivement dans une campagne pour en étendre l’emprise quasi-monopolistique.

Le pendule de la protection est peut-être allé trop loin et on peut se demander si nous ne sommes pas en train de verser dans des excès qui pourraient très bien paralyser l’innovation que nous voulons, par ailleurs, tant préserver. Certains droits sont tellement forts, tellement contrôlés, qu’on craint qu’il n’y ait plus de possibilité de concurrencer.

Par exemple, une étude menée en 1998 par Gregory Graff, professeur d’agriculture et d’économie à l’Université de Californie, indiquait qu’un petit groupe de 18 institutions détenaient 1370 brevets agro-alimentaires, soit la quasi-totalité de tous les brevets encore actifs du secteur. Or, 973 de ces 1370 brevets étaient détenus par les seuls cinq grands joueurs que sont Pharmacia, Dupont, Syngenta, Dow Chemical et Aventis. Une telle concentration de propriété intellectuelle entre quelques mains dans un secteur aussi névralgique que celui de l’alimentation est inquiétante.

On peut même se demander si la course aux brevets et l’exigence de secret qu’elle impose ne risque pas d’assécher la source la plus riche de connaissances scientifiques de base : l’université. Les universités accueillent maintenant à bras ouverts le capital privé pour financer leurs recherches, en échange bien sûr d’une exigence de secret plus contraignante. Les pharmaceutiques, par exemple, délaissent de plus en plus la recherche et le développement de nouveaux produits pour se concentrer sur le marketing et la distribution.. Pour compenser, elles ont d’abord entrepris d’acheter toutes les petites firmes de biotechnologies prometteuses. Mais cette source n’est pas infinie. À présent, c’est sur les laboratoires universitaires qu’elles comptent pour alimenter leur pipeline de nouveaux médicaments.

Or, toute l’institution universitaire est fondée sur le principe fondamental de la libre circulation de l’information, d’où origine la fameuse injonction Publish or Perish. Si toute la recherche est monopolisée par le privé, la possibilité pour le chercheur de déterminer son agenda et de chercher là où il n’y a pas de valeur immédiate se perd. On peut se demander s’il va demeurer à long terme assez de connaissance publique ou si toute la connaissance va être privatisée. De plus, ça pourrait nous mener à une recherche systématique à court terme et à un oubli du long terme et du fondamental. Ça s’appelle « épuiser la poule aux œufs d’or ».

9 pensées sur “Le capitalisme intellectuel – 3

  • avatar
    21 août 2011 à 11 11 10 08108
    Permalink

    Tout ceci est axé sur une pensée linéaire dans le monde du commerce et c’est très reptilien comme dynamique dans le style : ceci est à moi, cela m’appartient et j’ai le pouvoir juridique de le faire appliquer. Les reptiles sont vraiment égocentriques sauf ceux évidement qui sont restés sur leur planète d’origine et qui ne sont pas entrés dans ce piège de l’égo.

    Merci à ces reptiles de respecter le plan Divin. Pour les autres ici sur terre où ailleur qui sont mal intentionnés, je vous souhaite de rejoindre la pensée sphérique du créateur des mondes celui la même qui vous à crée et constaté comme son intelligence est suprême et qu’il vous utilise comme un enzyme, un accélérateur de changement et de prise de position claire pour les enfants de lumière sur cette planète qui ont décidé de rejeter l’ombre que vous projeté et de vous envoyer encore et toujours d’avantage de lumière et d’amour Divin.

    Pensez y un instant mes chers reptiles à toute la belle contribution que vous pouvez faire en orientant votre intelligence et votre mental au service du divin. A ce moment , si vous contribuez de plein gré, librement au plan du créateur et vous n’aurai plus besoin de tout ce stress juridique et seriez établis dans l’opulence matérielle et spirituelle dont la source de toute vie donne de bon coeur à tous ceux qui sont au service de cette suprême lumière,

    Réfléchissez bien mes chers reptiles de Dracos et d’ailleur venus ici sur terre. Cette planète ne vous appartient pas, toutes les planètes appartiennent au créateur, toutes sans exception ainsi que tous les corps de toutes formes vivantes. Vous ne vous appartenez même pas vous même, ne le saviez vous pas ? Et c’est le créateur qui vous donne l’énergie pour penser, réfléchir, désirer, aimer votre corps matériel et vos ambitions matérielles et mentales et le désir de jouissance que vous poursuivez depuis longtemps et que vous ne pouvez jamais assouvir totalement, pourquoi ? pourquoi ? pourquoi ?

    Une main d’amour est tendue vers tous les reptiles de cette planète sans exception pour rejoindre le plan Divin.

    Peu importe la décision que vous aller prendre, le créateur vous aura toujours dans sa manche……. Je vous aime et vous souhaite de prendre la meilleure des décisions..

    Jean-Nicolas.

    Répondre
  • avatar
    22 août 2011 à 19 07 31 08318
    Permalink

    Un bon billet, qui pose de bonnes questions.
    C’est malheureux que le premier et seul commentaire a été fait par un hurluberlu fraîchement débarquer de la planète Pluton.

    Ce billet méritait bien plus que cela.

    Répondre
  • avatar
    24 août 2011 à 0 12 33 08338
    Permalink

    Yves, je te pardonne ton commentaire et sache que je suis bien incarné sur la planète Terre pas sur Pluton.

    De la pensée linéaire tu devras sous peu passer à la pensée sphérique du créateur. C’est à dire explorer tous les angles d’une situation et reconnaître que ton point de vue ne couvre pas tous les points de vue d’une situation.
    Le seul être a pouvoir VOIR tout, c’est le Maître de tout, le créateur.
    Et comme Dieu est en toutes choses et être vivants, à chaque fois que tu insulte un être vivant, tu insulte aussi le créateur. Et comme le créateur est présent aussi en toi, il va se charger de te faire comprendre ton erreur.

    Alors je te pardonne ton erreur. Sois assez sage pour changer ta façon de penser car dans les niveaux de lumières que nous allons atteindre, il n’y aura pas de place pour ton commentaire. Fait attention mon ami. Le créateur est l’intelligence suprême .

    Répondre
  • avatar
    26 août 2011 à 9 09 15 08158
    Permalink

    Hey Jean! Tu sais quoi! Moi je viens du centre du soleil. Je suis le diable en personne venus sur terre pour crucifier et bruler les espèces d’abruti comme toi.
    Alors, avant que je te pogne, ton créateur je vais le crucifier une deuxième fois. Et tant qu’à faire pourquoi pas une troisième fois .

    Toi Sombre vient te battre! 👿

    Répondre
  • avatar
    28 août 2011 à 12 12 50 08508
    Permalink

    Vous voyez maintenant toute cette pluie qui s’abat de New york à Magrog?? Voilà ce qui arrive quand on me fait de la peine Mônsieur yves, meigne les dieux pleurent.
    Je vous pardonne néanmoins M. Yves puisque votre méchanceté n’est que le reflet de votre asservissement à vos pulsions reptiliennes! 🙂

    Répondre
  • avatar
    30 août 2011 à 18 06 48 08488
    Permalink

    Je vais t’en faire moi une pulsions reptilienne si j’ t’ accroche. 👿

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *