Le danger face aux Québécois d’aujourd’hui

 

Je songeais, ce matin, à la situation politique de la province, quand, tout à coup, m’est venu une  façon globale de voir les choses.

Il est évident, pour la plupart, que la classe financière fait de son mieux pour faire disparaître les avantages sociaux acquis depuis les 50 dernières années pour s’accaparer des « économies » ainsi libérées.

Il est tout aussi évident que leur « position » se concrétise de plus en plus sur toute la planète.

Mais qu’en est-il de chez nous?

Au niveau du Canada la position « des financiers » est assurée par le gouvernement Harper qui est majoritaire. C’est l’évidence même. Au Québec, cependant, la situation est toute autre.

Depuis plus de deux ans, il est devenu public que le gouvernement Charest s’est embourbé graduellement dans la collusion et la corruption. Le gouvernement libéral est le seul parti politique qui, actuellement, assure la main mise des « financiers » sur nos politiques. Le Parti Québécois qui est nationaliste, étant plus en liaison avec les forces progressistes québécoises incluant les syndicats, est plutôt un danger qu’un allié pour les financiers. Quant à Québec Solidaire, c’est un ennemi juré de ces mêmes financiers.

Suite aux scandales et aux insinuations dans lesquels baignent le parti Libéral au Québec, les financiers furent obligés d’assurer leur maintient sur le contrôle du gouvernement du Québec.

Sachant que dans deux ans, le parti Libéral, ne pourrait certainement pas reprendre le pouvoir pour un quatrième mandat, les financiers entrèrent en action.

Il faut se remémorer les évènements qui se sont déroulés durant ces deux dernières années :

1)      Le gouvernement Charest allait perdre le pouvoir à cause des scandales et de l’usure.

2)      Le parti Québécois était tiraillé par des guerres intestines et accusait une instabilité croissante.

3)      Québec solidaire était un parti « séparatiste » et donc ne pouvait pas convenir à la prise du pouvoir.

4)      L’ADQ était pratiquement disparu et son chef, Mario Dumont, figure de proue, avait démissionné.

Les financiers durent alors mettre sur pieds un parti politique apte à prendre le pouvoir pour continuer de « saigner » les acquis sociaux. Ne voulant pas être reconnus trop facilement, ils déléguèrent le président de la Banque CIBC, Charles Sirois, pour mettre sur pieds ce parti Politique. Celui-ci approcha François Legault, ancien péquiste, et tous deux mirent sur pied le nouveau parti politique : « la Coalition Avenir du Québec » que nous appelons la CAQ.

Françoise David de Québec Solidaire a bien décrit les buts de la CAQ : « Les moyens proposés sont un peu différents, mais pour l’essentiel M. Legault fait les mêmes belles promesses en santé et en éducation (que le PLQ), a-t-elle commenté, dans un communiqué. Il propose des brassages de structures et mise sur des réaménagements administratifs comme si cela allait résoudre des problèmes importants comme le décrochage scolaire. »

Mais le danger est beaucoup plus grand que ce que Françoise David a pu percevoir.

Au départ de sa tournée provinciale pour « sonder » la population, Legault et Sirois préparent leur troupe.

« La vieille gang du Parti Libéral du Canada semble s’être nichée derrière la CAQ de Legault et Sirois. Le porte-parole officiel de la CAQ est nul autre que J.-F. Del Torchio qui a été sur la liste de paye du gouvernement fédéral. Il travaillait depuis plus de 7 ans pour le Parti Libéral du Canada, donc, sous Paul Martin, Stéphane Dion et Michael Ignatieff. C’est un secret de polichinelle de savoir que la grande famille du PLC est toute  intime et reliée au clan Desmarais. »

Ils ajoutent Brigitte Legault engagée comme directrice de tournée, anciennement de la chasse gardée de Michael Ignatieff. Pour  brouiller les pistes, le premier ministre Jean Charest clame à tout vent, à cette époque, que la CAQ n’est qu’un ramassis de souverainistes déçus. Mais il est évident que la « tête et le contrôle du parti » n’est pas du tout souverainiste.

Lorsque la tournée est terminée et que les sondages sont favorables au nouveau parti, Sirois s’éloigne de l’entourage ayant terminé sa mission et la CAQ est créée comme un nouveau parti politique québécois.

Apparaissent tout à coup des « petites indications » inquiétantes :

1)      Publié le 22 décembre 2011 à 05h00 La presse

(Québec) Linda Schwey a reçu une carte de Noël inusitée cette semaine. Dans un courriel signé François Legault, elle a eu la surprise d’apprendre qu’elle est membre et donatrice de la Coalition avenir Québec (CAQ). Or, cette ex-candidate du Parti libéral du Canada et militante du Parti libéral du Québec n’a jamais même envisagé de se joindre à la coalition de M. Legault.

Une représentante de la CAQ lui a confirmé par téléphone que plusieurs personnes se sont plaintes d’avoir reçu une carte de membre du parti non sollicitée. Fait troublant, le courriel de François Legault laisse entendre que Linda Schwey a fait un don à la CAQ alors que c’est faux.

Question d’où venait alors, l’argent en question?

 

2)      La CAQ délivre sa carte de membre à un chat.  Première publication 4 janvier 2012 à 10h14. « Quand il ne chasse pas les souris, le membre 4815 de la Coalition avenir Québec (CAQ) paresse toute la journée. Le chat répondant au nom de L’abbé Cliche a reçu en décembre sa carte du parti cofondé par François Legault sans vérification préalable des informations que tvanouvelles.ca a fournies. (Souhaitons que ce chat n’est pas ministrable).

3)      Sans parler des recopiages de listes du financement du parti pour parvenir à les rendre acceptables au directeur général des élections.

Voilà donc le genre d’administration dont nous hériterons avec la CAQ; mais le plus dangereux est que la CAQ présente dans son « plan de match » une déstabilisation des acquis sociaux encore plus dommageable que le parti corrompu de Jean Charest. Voulez-vous bien me dire ce que Jacques Duchesneau est allé faire dans ce parti politique, sinon s’assurer d’être au pouvoir et protéger la commission Charbonneau? Malheureusement, il aurait pu s’y prendre autrement; car si la CAQ prend le pouvoir, cela ne servira à rien d’assainir les vieux partis politiques. Les Québécois vont se faire voler quand même.

Que pouvons-nous faire contre cette menace?

En réalité, nous ne pouvons pas grand-chose. Il est presqu’impossible de rassembler les électeurs pour contrer cette menace. Plusieurs n’y croiront pas et plusieurs autres s’en fichent complètement se disant désintéressés de la politique où, disent-ils, tout est « organisé ».

J’ai un peu de difficulté à comprendre ces derniers. Pourquoi ne pas aller voter pour stopper définitivement ce qui est « tout organisé » en votant pour un parti qui ne peut pas être « organisé » parce qu’il est trop « petit ».

L’idéal aux prochaines élections serait d’élire le PQ au pouvoir avec comme première opposition, Québec Solidaire. Nous pourrions alors protéger nos acquis sociaux et nous protéger du vol des financiers. En élisant Duchesneau comme seul député de la CAQ, il pourrait tout autant aider la commission Charbonneau. De toutes façon, il sera seul, même avec des Caquistes élus, pour faire le travail.

L’actuel argument principal de Charest et de la CAQ est la menace sur l’économie de la province face à la situation économique mondiale. Réfléchissez un peu; le premier ministre du Québec, quel qu’il soit, ne peut pas empêcher et même influencer la vague économique mondiale actuelle. Croire que le Québec puisse combattre les effets mondiaux de l’économie en jouant la même « game » est tout à fait ridicule. Cette « menace » n’a aucune importance pour les Québécois; dans l’état actuel des choses, ils ne peuvent y échapper.

La seule porte de sortie possible est celle que je n’aime pas beaucoup, mais qui devient de plus en plus indispensable. La solution est de faire l’autonomie du Québec, d’y installer une démocratie vraiment équitable, de nationaliser nos banques et nos systèmes de distributions et d’établir une échelle salariale intelligente et équitable pour tous. Certain diront que sans la motivation de « devenir super riche », la production périclitera. Peut-être ont-ils raison pour les premières dix années; mais il ne tient qu’à nous d’éduquer nos enfants en leur donnant un autre but dans la vie que de devenir super riche et de se valoriser au moyen d’autre chose que leur compte de banque et de leur auto dernier cris.

J’ai bien peur que cela soit de rêver en couleur; « mais au cas où », je voterai Québec Solidaire. Peut-être que mes concitoyens s’ouvriront les yeux sur ce qui nous pend au nez avant la date du 4 septembre?

Pour ceux qui ne sont pas d’accord avec moi, au sujet de QS, votez, je vous en prie, pour le Parti Québécois.

 

Amicalement

André Lefebvre

 

 

 

 

 

 

 

 

11 pensées sur “Le danger face aux Québécois d’aujourd’hui

  • avatar
    22 août 2012 à 11 11 24 08248
    Permalink

    (Y) Nous n’avons pas le droit de baisser les bras. Nous avons à peine le droit de nous tromper, considérant que la plus grosse erreur serait de réélire le PLQ. Ouf…on touche du bois.

    Nous sommes suffisamment limités dans nos choix de scénarios pour considérer miser prioritairement sur l’intégrité et la bonne foi de gens qui ont envie de changer radicalement les enjeux et les façons de faire au Québec.

    Québec solidaire, aidé de députés indépendants pourrait très bien tenir tête à un establishment politique déviant et prédateur.

    Nous sommes suffisamment menacés pour cesser de croire au Père Noël, sauf bien sûr à celui qui a une vraie grosse bédaine.

    Répondre
  • avatar
    23 août 2012 à 8 08 44 08448
    Permalink

    @ L’artiste

    Bien sûr, la CAQ est le dernier masque que nos maîtres financiers (http://nouvellesociete.wordpress.com/2011/10/03/si-on-change-les-maitres-du-monde/ ) ont choisi de mettre à la mode pour que les jocrisses du peuple le portent au prochaun carnaval de la démocratie. Je l’ai annoncé à la naissance du Messie http://wp.me/p59O0-21I et j’ai confirmé que la marée montait inlassablement alors que les médias voulaient tous nous
    convaincre qu’elle baissait… !

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2012/02/12/legault-celui-qui-doit-venir/

    Que la CAQ remplace le PLQ est sans importance. Que le PQ soit élu ne changera rien non plus, sinon amuser le peuple d’une course à l’indépendance. Les mêmes invités seront à Sagard, comme toutes les élites françaises de gauche comme de droite, plus cyniques, vont chaque mois copiner et prendre le champagne ensemble aux diners du Siècle.

    Croire qu’un processus électoral changera le Système me rappelle ces naïfs, en pays du tiers-monde, qui hurlent au cinema pour avertir le héros que le traitre s’approche. La démocratie est dans le film. On ne changera le scénario qu’en brisant le projecteur

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    23 août 2012 à 9 09 12 08128
    Permalink

    « Nous avons à peine le droit de nous tromper,… »

    Depuis ce matin, il n’en tient qu’à nous de ne pas se tromper. Je m’explique.

    Les trois partis politiques en tête, nous proposent des dépenses d’environ 3 milliards chacun pour, on le sait pertinemment, ne pas changer grand chose dans la situation sociale de la Province.

    Le coeur généreux du chef de la CAQ nous a promit, hier soir, $1000 dollars de plus dans nos poches par une baisse d’impôt. Cette fois-ci, il n’a pas osé mentionner que 40% des québécois ne paient pas d’impôts à cause de leur situation précaire; ce n’était pas le moment propice. Mais dites-moi? Quel $1000 vont-ils toucher, les « bénéficiaires » d’une baisse d’impôt qui ne paient déjà pas d’impôts?

    Donc 3 milliards de dépense pour chacun des partis. Hier dans un interview, l’animatrice à fait remarquer à Françoise David que son parti promettait $12,000 dollars par années à chacun des individus au-dessus de 18 ans de la Province. Ce qui coûterait 4 MILLIARDS DE DOLLARS PAR AN, à la Province.

    Par contre, cela éliminerait l’aide sociale qui à coûté au moins 3 milliards PAR ANNÉES pour les 10 dernières années et où Sam Hamad parlait d’une fraude de 1 milliard de dollars en janvier 2010. Cela éliminerait les millions dépensés pour les recouvrements et les vérifications de fraudes présumées.

    Cela éliminerait également la pauvreté chronique dans notre société. Cela permettrait aux étudiants de ne pas décrocher sous la pression des coûts et leur permettrait de continuer leurs études. Cela éliminerait une grande partie du décrochage.

    Cela donnerait une qualité de vie absente chez plusieurs de nos aînés. Cela éliminerait une grande partie des causes de maladies qui engorgent nos urgences. Cela éliminerait l’attrait à la délinquance causée par le manque de revenus chez les jeunes attirés par les gangs de rues.
    Et je vous laisse réfléchir aux autres avantages que ce salaire du citoyen apporterait.

    Et tous ces problèmes seraient réglés pour LE MÊME PRIX que celui des promesses inefficaces des trois partis principaux en lice pour les élections du 4 septembre.

    Il n’y a que les Nouveaux Conservateurs qui seront toujours jaloux lorsqu’ils verront un bénéficiaire de l’aide sociale prendre une bière pour se consoler de ne pas pouvoir travailler. D’ailleurs, il faut être imbécile en joual-vert, pour croire qu’un être humain peut dans notre société sctuelle, être un « profiteur » avec un revenu de 7,000 dollars par années. Ceux qui ont une tête sur les épaules pensent plutôt, qu’ils sont des « victimes » du système social actuel.

    Québec Solidaire est loin d’être un parti politique à l’idéal utopiste. C’est plutôt un parti politique avec une plateforme plus « économique » que tous les autres partis.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    23 août 2012 à 9 09 27 08278
    Permalink

    @ L’artiste.

    Le calcul est toujours: « est ce que la probabilité que votre vote enlevé au PQ et donné a QS fasse élire QS ou son candidat est plus ou moins grande que la probabilité qu’il permette de faire élire le PLQ ou son candidat au lieu de celui du PQ ? »

    Chacun selon ses convictions et son analyse répond pour lui-meme à cette question, car aucun média ne peut ni ne veut lui offrir une réponse.
    PJCA

    Répondre
    • avatar
      23 août 2012 à 9 09 38 08388
      Permalink

      Il serait temps, je crois, d’arrêter de vouloir « deviner » le futur et de voter pour le parti qui présente la plateforme la plus intelligente et la plus « sociale ».

      Les médias essaient constamment de nous emberlificoter, Ceux qui « écoutent » les analystes après les débats ne peuvent pas ne pas s’en rendre compte. C’est « pathétique ».

      On a vu la mentalité « comptable » au pouvoir depuis plus de 40 ans et regardez tourner le compteur de la dette. Il est temps de s’arrêter aux choses vraiment sérieuses et « humaines ».

      Les comptables seront toujours là pour faire leur job; c’est à dire de balancer les livres en étant « accountable » de leur travail. Un « comptable » d’une société, n’est pas un « directeur » de société. Il faudrait se le rappeler.

      Pour ceux qui commencent à être curieux au sujet de la « plateforme » de Québec Solidaire, c’est ici:

      http://www.quebecsolidaire.net/wp-content/uploads/2012/08/QS-Programme_Services_publics-Resolutions-dec2011.pdf

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    23 août 2012 à 17 05 27 08278
    Permalink

    J’ajouterais que dans les circonstances, vu l’urgence d’agir qui n’est pas celle du 4 septembre mais bien celle de l’avenir d’une société vouée à disparaître dans la forme que nous lui privilégions, il faut cesser d’attendre le train.

    Le Québec est à un tournant de son histoire. Soit il survit, soit il bascule dans la fosse aux lions, au pays de l’argent à tout prix.

    Répondre
  • avatar
    23 août 2012 à 20 08 14 08148
    Permalink

    « Le Québec est à un tournant de son histoire. Soit il survit, soit il bascule dans la fosse aux lions, au pays de l’argent à tout prix. »

    Et qui peut nous faire basculer dans la fosse?

    Charest est presqu’éliminé. Legault, on le sait maintenant était, il y a deux ans, l’un des gros « bucks »du troupeau de caribou du PQ.

    Aujourd’hui il s’est fait opéré et fait enlever son « panache ».

    Donc les Québécois risquent de se faire conduire dans la fosse par un caribou « pas de panache ».

    Je ne peux le croire. Qui peut être intéressé par un caribou « pas de panache »?

    Répondre
  • avatar
    25 août 2012 à 7 07 07 08078
    Permalink

    @PJCA

    « Casser le projecteur ».

    Combien comprendront à ces mots qu’il faut absolument cesser de nourrir la bête : ne plus lui donner d’enfants à manger ?

    C’est quoi ce NOUS projeter dans l’avenir ? Qui nous a lavé le cerveau avec l’Avenir ? Ce ne peut être qu’une multinationale religieuse, la mère de toutes les multinationales.

    Y a-t-il pire crime que de condamner des innocents à 80 ans de travaux forcés ? Je comprends que les poules, les vaches, les truies, etc.,ne prennent, peut être, pas conscience de cela, mais qu’est-ce qui empêche les humains de faire cette prise de conscience ?

    @André Lefebvre

    Le diagnostique thomographique pré-autopsie de QS par Paul Laurendeau me semble incontourable.

    Quand à la CAQ, vous avez vu juste. Un nouveau fermier est désigné pour exploiter les animaux.

    Pauline et Françoise au Pouvoir ?

    C’est la meilleure chose qui peut arriver, pour ouvrir les yeux à la prochaine dernière génération…;-)

    Répondre
  • avatar
    25 août 2012 à 9 09 48 08488
    Permalink

    «Les financiers confirment que leur « cheval » PLQ n’a aucune chance d’arriver gagnant. Ils tentent de rassembler les forces libérales chez la CAQ.» (Y)

    C’est quand même rassurant qu’on puisse les voir venir avec leurs gros sabots.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *