Le Japon porte officiellement le niveau de sévérité de Fukushima à 7, au plus haut niveau avec Tchernobyl

Par François Marginean

Le Japon a finalement reconnu ce que nous savions déjà depuis quelques semaines, mais qu’ils n’osaient pas admettre: la sévérité de l’accident nucléaire de Fukushima est au moins aussi importante que fut Tchernobyl en 1986. L’explosion et les retombées nucléaires radioactives de Tchernobyl avaient été classé au niveau 7, le plus haut échelon de l’échelle en terme de gravité des accidents nucléaires civils.

L’échelle internationale des événements nucléaires (INES, de l’anglais International Nuclear Event Scale) sert à mesurer la gravité d’un accident nucléaire.

Cette échelle compte huit niveaux de gravité notés de 0 à 7. Pour des événements quantifiables et de nature comparable, l’échelle est logarithmique, un niveau correspondant à un facteur 10 [1]. (source)

Maintenant, voici une autre chose que le Japon et les autorités nucléaires ne voudront pas admettre pour le moment, mais qui viendra éventuellement, vous l’aurez lu ici en premier: Fukushima a été classé au niveau 7 seulement parce qu’il n’existe pas de niveau plus élevé. L’ampleur des dégâts, des conséquences pour la santé et l’environnement entrainés par Fukushima devraient être de niveau 8 ou 9. Fukushima défini un nouveau niveau d’évènements nucléaires. Greenpeace a déclaré, avec justesse, que Fukushima constitue 3 incidents Tchernobyl de niveau 7 séparément. Fukushima est définitivement pire que Tchernobyl.

Plus d’information sera ajouté à ce rapport au cours de la journée et de la semaine.

Revenez ultérieurement pour attraper les derniers développements!

 

4 pensées sur “Le Japon porte officiellement le niveau de sévérité de Fukushima à 7, au plus haut niveau avec Tchernobyl

  • avatar
    14 avril 2011 à 19 07 34 04344
    Permalink

    Vous fournissez la guillotine, j’espère ?

    Répondre
    • avatar
      14 avril 2011 à 22 10 28 04284
      Permalink

      Pas du tout, juste un peu branché en maths et physique, ce qui me permet de sérier les questions et les réponses sur ce terrible drame. J’ai eu l’occasion, je ne suis surement pas le seul, de surfer sur la toile à ce sujet et le moins que l’on puisse dire, est qu’il y a des sacrés loulous sur terre. J’ai rarement vu autant de haine à peine dissimulée concernant les Japonais, voire les Chinois, Coréens…Le docteur Folamour a une descendance très développée. Et c’est à qui aura le mot le plus percutant, le plus vachard, à l’encontre des habitants de l’ile aux chrysanthèmes. Haine qui n’a d’égale que la pauvreté des commentaires.
      Ce n’est pas à vous que je répondais, car je pensais que c’était à François Marginean que je m’adressais. L’organisation du site me déroute quelque peu. Je crois vous avoir répondu sur un autre com.

      Répondre
  • avatar
    16 avril 2011 à 16 04 35 04354
    Permalink

    François,

    Incroyable… depuis le 11 mars, les experts mandatés par la NSC n’ont même pas approché la centrale Fukushima pour réaliser des évaluations et enquêtes comme prévu dans les protocoles où ils doivent être convoqués immédiatement ‘in situ’ en cas d’accident nucléaire. On vient de l’avouer par la voix de Haruki Madarame le président de Commission: « Le plan national de catastrophe oblige que nous soyons présents » a-t-il déclaré samedi le 16 avril.

    http://english.kyodonews.jp/news/2011/04/85930.html

    DG

    Répondre
    • avatar
      16 avril 2011 à 17 05 17 04174
      Permalink

      Haruki Madarame le président de Commission de Sûreté Nucléaire du Japon qui compte au total 45 experts indépendants et professeurs d’universités s’indigne qu’il n’a pas encore réussi à envoyer les experts désignés par la préfecture de Fukushima à la centrale nucléaire. (source: http://www.cartoradiations.fr/ )

      DG

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *