Le maillon faible du Karachi-gate

Les élucubrations éditoriales vont bon train, et chacun y va de son petit scénario.

Pourtant une piste facile et fragile n’a manifestement pas été bien exploitée par la justice.

Elle à un nom : Nicolas Bazire.

Si la justice (toujours fragilisée par une décision du chef de l’Etat, qui pourrait clore l’affaire définitivement)  se décidait à enquêter du coté de Bazire, il est probable qu’une incontournable vérité commencerait à sortir du puits.

Ce Nicolas pourrait en effet mettre l’autre Nicolas en très mauvaise posture.

Mais qui est Nicolas Bazire ?

Il était directeur de cabinet de Balladur de 1993 à 1995, et il est devenu depuis le numéro 2 du groupe de luxe LVMH de Bernard Arnault. lien

Il est aussi l’ami de l’autre Nicolas, et a même été le témoin de mariage de son ami avec Carla Bruni.

Pour la « petite histoire », grâce au geste présidentiel fait aux nantis, il a récupéré 3,5 millions d’euros en dégrèvement fiscaux. lien

Stéphane Paoli, dans son 12-13 du dimanche 28 novembre 2010 sur l’antenne de France inter ouvrait, grâce aux personnalités qu’il avait invitées, un aspect tout à fait intéressant de l’affaire.

Etaient présents à cette émission Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart, Jean-Bernard Schmid, juge d’instruction à Genève, Ghislaine Ottenheimer, rédactrice en chef de « Challenges » et Denis Bertrand, professeur de littérature et de sémiotique. lien

Ghislaine Ottenheimer a écrit en 1994 « les deux Nicolas » (plon)

Elle y décrit comment les deux Nicolas, l’un de 37 ans, l’autre de 39, contrôlaient les principaux leviers de commande du gouvernement Balladur (Matignon, communication, budget, nominations) et tentent d’imaginer un « gouvernement qui ne gouvernerait pas ». lien

Or pour les intervenants de l’émission de Paoli, la solution idéale est d’interroger Nicolas Bazire.

Il est le maillon faible.

Bazire est, comme on l’a vu,  en 1993 directeur du cabinet d’Edouard Balladur, au moment ou Sarközi en est le ministre du budget et le porte parole.

Dans l’émission « l’heure de vérité » de F.H de Virieu, Sarközi admet être « l’homme orchestre du gouvernement et connait toutes les intentions et les projets de Balladur ».

Comme le dit Ghislaine Ottenheimer dans son livre, « ils sont les deux gamins les plus puissants de France ». lien

Grâce à Quentin Girard, l’un des fondateurs du magazine « mégalopolis », et de la revue « l’imparfaite », nous en savons un peu plus.

C’est le journal « Libération » qui avait ouvert le feu : il accusait Sarközi d’avoir fait financer sa campagne présidentielle Balladurienne de 1995 en mettant en place un système de rétro commissions suite à la vente de 3 sous-marins au Pakistan.

La somme est coquette : un peu plus d’un million cinq cent mille euros.

Or l’arrêt du versement des dessous de table auraient provoqué les représailles que l’on sait : l’attentat de Karachi du 8 mai 2002 lors duquel 15 personnes ont trouvé la mort, dont 11 ingénieurs français, comme le précise Quentin Girard. lien

Edouard Balladur a formellement démenti, mais « Libération a déconstruit point par point son argumentaire », comme on peut le découvrir sur ce lien.

En effet « Libération » à produit des documents inédits démontrant que deux intermédiaires imposés par l’équipe de Balladur, ont au moins reçu 54 millions de francs, le 2 juin 1995, dans le cadre d’un accord prévoyant un versement total de 216 millions de francs sur 12 mois.

Et « Libération » d’ajouter : « nous sommes en mesure de révéler que le compte de campagne de Balladur a enregistré un dépôt en espèce de 10 millions de francs ». lien

Comment Nicolas Sarközi et Nicolas Bazire auraient-ils pu ignorer les tractations en cours, vu les postes qu’ils occupaient. lien

En tout cas, Sarközi qui affirme qu’il s’agit d’affabulations (« allégations grotesques ! (…) qui peut croire une fable pareille ? ») devrait pouvoir expliquer pourquoi un rapport de la police luxembourgeoise évoque son rôle dans le montage financier de paiement des commissions dans la vente de sous-marins au Pakistan ? lien

Balladur continue d’affirmer ne pas être au courant de toute cette affaire. lien

Lui qui clamait il y a quelques années : « je vous demande de vous arrêter ! » pourrait envisager de dire aujourd’hui « je vous demande de ne pas m’arrêter !».

Plus sérieusement, cette posture met en danger les deux Nicolas, car eux, de par les fonctions qu’ils occupaient n’ont pas pu ignorer les mécanismes de cette affaire, et si Sarkozy, de par sa place présidentielle peut ne pas être inquiété pour l’instant, il n’en va pas de même pour Nicolas Bazire.

Bazire est bien donc le maillon faible.

Tout dépend maintenant du chef de l’Etat, qui peut, via un procureur, mettre un terme à cette affaire.

Tout comme pour l’affaire Clearstream, ou l’affaire Bettencourt-Woerth-Sarközi, on trouve chaque fois un procureur qui semble tout faire pour que l’affaire soit enterrée.

Pour le « karachigate » il s’appelle Jean Claude Marin.

Dans un premier temps il a jugé que l’affaire était prescrite, et que la plainte des familles de victime n’était pas suffisante pour ouvrir le dossier. lien

(C’est ce même Marin qui avait décidé de faire appel contre la relaxe de Dominique de Villepin dans l’affaire Clearstream).

Rappelons que le procureur Courroye, (lequel a freiné manifestement de tout son poids afin que l’affaire Bettencourt s’enlise)  tout comme le procureur Marin ont été nommés par le pouvoir en place.

Le juge Van Ruymbeke, désigné pour enquêter sur le volet financier de l’affaire, après avoir entendu Charles Million, (lequel avait exprimé son intime conviction de l’existence de rétro-commissions)  a entendu De Villepin, et se retrouve confronté au « secret défense ». lien

Le juge Marc Trévidic affirmait en juillet dernier qu’il rencontrait des difficultés : « il y a certains aspects qui me permette d’être un peu inquiet pour la suite des évènements ». (Comprenez : les obstacles s’accumulent)

Le rapport de 137 pages, remis au juge par Hervé Morin, ministre de la défense, n’a que 6 paragraphes visibles, ce qui fait beaucoup de déchets, et pas grand-chose d’exploitable. lien

Mais voila, un document appelé « Nautilus » renforce les soupçons et permet de relancer l’enquête.

Ce rapport « nautilus » évoque :

« L’aval du directeur de cabinet (Nicolas Bazire) du premier ministre (Édouard Balladur) laisse supposer des relations ambiguës avec les autorités politiques en faisant référence au financement de la campagne électorale de m. Balladur pour la présidentielle de 1995 ».

Pour cette raison, Maître Jean-Marc Fédida, avocat de Claude Thévenet (ex-DST- rapport Nautilus) réclame que le juge d’instruction en charge du projet, Jean-Christophe Hullin entende non seulement Chirac,  MAM, et Balladur mais aussi Nicolas Bazire. lien

Il est probable que si Bazire était entendu, toute la lumière pourrait être faite.

Aujourd’hui Devedjian allume des écrans de fumée en proposant d’autres pistes, comme d’autres à l’époque ont voulu faire croire qu’il y avait un rapport avec Al Qaïda et l’attentat de Karachi (le 11 septembre n’était pas si loin). lien

Le 30 novembre 2010, le juge Trévidic a entendu de nouveau Dominique de Villepin, qui répètera vraisemblablement ce qu’il a déjà dit quelques jours auparavant. lien

La solution possible pour faire éclater la vérité semble plus simple, et plus cruelle : interroger Nicolas Bazire.

Çà pourrait être la carte qui fait s’écrouler tout le château… et handicaper définitivement la candidature de Sarközi pour 2012.

A condition que le procureur Marin n’intervienne pas.

Car comme disait mon vieil ami africain :

« Le chef ressemble à la poubelle »

L’image illustrant l’article provient de « maboiteàdiners.com »

11 pensées sur “Le maillon faible du Karachi-gate

  • avatar
    1 décembre 2010 à 10 10 14 121412
    Permalink

    L’élément dont personne ne parle c’est le mobile des attentats, il faut dire que ça n’arrange pas Sarko…

    Des attentats non revendiqués ce n’est pas très courant.
    Chirac a déclaré lors de la cérémonie à la mémoire des victimes : « La France ne cédera jamais au chantage » .

    Ce qui implique qu’il y ai eu un chantage dont nous n’ayons pas eu connaissance …

    Il est un fait que Balladur a financé sa campagne avec cet argent :

    « Quant aux révélations de Libération concernant un versement de 10 millions de francs en espèce (1.524.490 euros), Olivier Morice a confirmé lors de sa conférence de presse avoir reçu en février dernier une copie d’un bordereau de banque faisant mention du dépôt de quatre sacs remplis de coupures de billets de 500 et 100 francs le 26 avril 1995. »

    4 Sacs remplis de billets de 500 et 100 francs neufs que Balladur a déclaré être la recette de ses ventes de T-Shirts et de pins, on nous prendrait pas pour des cons ????

    Sarkozy, Balladur, Chirac, Pasqua devraient être en prison depuis très longtemps si nous ne vivions pas dans une démocratie mafieuse !

    http://www.20minutes.fr/article/400249/France-Karachi-Sarkozy-pourrait-repondre-en-tant-que-temoin.php

    http://fischer02003.over-blog.com/article-les-sous-marins-de-karachi-49446711.html

    A ne pas oublier les réactions de l’opposition, rien, nada, rien à la mesure du scandale…
    Idem pour le financement occulte de la campagne de Sarkozy, là aussi une « tempête dans un verre d’eau » …

    Répondre
    • avatar
      2 décembre 2010 à 2 02 27 122712
      Permalink

      sun,
      je partage,
      merci d’avoir rappelé cette petite phrase de Chirac, car en la prononçant, bien évidemment, il confirme l’implication du gouvernement.
      en disant, nous ne cederons pas au chantage, il valide le fait que les retro-commissions ont été arrêtées, il valide le fait qu’il y a eu menace, et qu’il y a eu chantage.
      c’est clair comme de l’eau froide.
      par ailleurs, merci de rappeler qu’il est assez rare pour ne pas dire jamais, qu’un attentat ne soit pas revendiqué.
      et comme on l’a vu dans le lien proposé, al quaida n’a rien a voir avec tout çà, bien évidemment.
      de balladur a sarkozy, on retrouve les mêmes méthodes inavouables qui ont servi a financer les campagnes…pour balladur, karachi et pour sarko bettencourt.
      espérons qu’un juge courageux pourra faire enfin toute la lumière sur ces scandales.

      Répondre
  • avatar
    2 décembre 2010 à 5 05 08 120812
    Permalink

    Olivier
    Ne rêvons pas, il est évident que nous sommes gouvernés par des mafieux et des truands bien plus dangereux que toutes les mafias du monde .

    Ils corrompent le haut du panier de la fonction publique, agissent en bande organisée internationale, la loi et la justice c’est juste fait pour tenir en laisse les gueux comme toi et moi.

    Ces gens sont au dessus de toute loi et de toute forme de moralité, l’impunité c’est leur quotidien .

    Tous les films traitant de la mafia sont des comédies romantiques par rapport à ces gens là.

    http://www.dailymotion.com/video/xatsvx_une-affaire-detat-bandeannonce_shortfilms

    Répondre
    • avatar
      2 décembre 2010 à 7 07 43 124312
      Permalink

      sun
      non, ils ne sont pas au dessus des lois, même s’ils tentent de l’être.
      ils finissent un jour ou l’autre par être rattrapés par la justice,
      et c’est justement ce que craignent les sarko et les autres.
      jamais à l’abri.
      grace a des juges intégres comme serge Portelli, et a quelques autres.
      sinon, ce serait à désespérer de tout, et encourager les maffieux.
      non?
      :-S

      Répondre
  • avatar
    2 décembre 2010 à 9 09 57 125712
    Permalink

    @ Olivier
    Malheureusement si, ils sont au dessus de tout, tout le monde tiens tout le monde par la barbichette, personne n’est irréprochable .

    Les « cadeaux » s’enchainent de l’un à l’autre depuis des années, tout le monde est redevable à tout le monde pour « services rendus ».
    De gauche comme de droite, élus comme fonctionnaires .

    Si un type « intègre » débarque en voulant nettoyer, pour le peu qu’il n’ai pas été « écrémé » avant d’être en poste, il est rapidement muté dans un placard puis mis à l’index.

    Si un type fait courir un danger à cette organisation il met tellement de personnes en danger (l’autorité, la force publique, les politiques et les industriels) que soit il se clame suite à des « signes » tout à fait « fortuits », soit on s’en débarrasse de façon administrative.

    Si on ne peut pas s’en débarrasser et que le type a été trop loin en restant dangereux pour la continuité des affaires, il suffit de promettre à de grands bandits une immunité, un apurement de casier judiciaire, de la came, du fric, des armes, la libération d’un collègue, un non-lieu et BOUM ! :-[

    Dans certains cas c’est encore plus facile : Raison d’état, ce sont des fonctionnaires qui s’en chargent .
    Il ne faudrait pas que qui que ce soit déstabilise la « démo-crassie » .

    Tu est trop pur mon cher Olivier, si tu savais … 😉

    Répondre
    • avatar
      2 décembre 2010 à 10 10 56 125612
      Permalink

      D’accord avec Sun Tzu. 🙂
      Mais cela fait tout de même du bien de savoir qu’il y a encore des gens qui veulent et pensent intégrité.

      Répondre
    • avatar
      2 décembre 2010 à 11 11 49 124912
      Permalink

      sun,
      je n’oublie quand meme pas que joppé a été condamné, tapie aussi, et si par bonheur eva joly devient présidente de la république, les prisons vont se remplir rapidement.
      🙂

      Répondre
      • avatar
        2 décembre 2010 à 11 11 49 124912
        Permalink

        euh pas joppé…juppé, bien sur 😉

        Répondre
        • avatar
          3 décembre 2010 à 15 03 12 121212
          Permalink

          Olivier
          Deux très très mauvais exemples .
          Tapie a gagné des millions de fois plus à aller en prison que s’il ne n’y était pas allé .
          Juppé est revenu aux sommets de la politique, pour dire si la sanction a été symbolique ….

          En dehors de ces deux exemples il reste des Balladur, Pasqua, Juppé, Chirac, Delanoé, Sarkozy, Kouchner, Woerth etc… Une cohorte de types dont tout le monde sait qu’ils devraient être en prison mais qu’il n’iront jamais .

          Eva Joly ne fera pas la révolution à elle seule, si tu le penses tu sera forcément déçu .
          Qu’est-ce qu’elle pourra faire avec les mêmes juges et les mêmes fonctionnaires : Rien !

          Elle n’arrivera jamais au pouvoir à cause de cela, elle est assez raisonnable pour savoir que faire le ménage impliquerait d’enfermer 80% des hauts fonctionnaires et des politiques sans compter les militaires et la sécurité intérieure…

          Personne ne prendrai le risque de la laisser accéder au pouvoir, si tel était le cas il y aurai peu de solutions :

          -Soit elle serait obligée de signer un pacte de non agression juridique contre ses adversaires .
          -Soit les magistrats n’obéiraient pas parce qu’une partie d’entre-eux a redu des « services » variés .
          -Soit elle se prendrai une balle dans la tête, plus probablement un accident ou un attentat qui serai attribué à AlQuaeda .

          Il ne faut pas rêver de trop, désolé de te le dire mais je parle d’expérience pour m’être cru le plus malin …
          Tu n’as même pas idée des proportions que prennent les choses à la vitesse de l’éclair.
          Tu as beau avoir toutes les preuves du monde qu’il y a harcèlement on te dira que tout arrive en même temps par pure coïncidence, à partir de là on pourra même t’enfermer pour délire paranoïaque .

          Seule contre tant de gens Eva ne fais pas le poids, même à un million d’Eva Joly ne feraient pas le poids.

          La révolution pacifiste ce n’est pas pour demain, on ne reprend pas les acquis de ceux qui sont habitués à vivre au dessus des lois .
          Ils seraient capables de tout, « après eux la fin du monde » ça ne les dérangerai pas .

          Répondre
  • avatar
    2 décembre 2010 à 11 11 13 121312
    Permalink

    @ L’enfoiré
    Guy, c’est certain ça fait du bien de « vouloir et penser » intégrité mais pour arriver à un tel idéal il est capital de savoir là où nous en sommes .
    Personne ne peut savoir comment se rendre à un endroit s’il ne sait pas d’où il part .

    Ce système n’est ni positif ni négatif, il est tout simplement.
    Tout dépend des raisons qui poussent à oublier l’intégrité, il y a un gros travail pour que l’intérêt général ne soit pas estimé à la lumière des intérêts personnels des différents bénéficiaires et complices.
    Il ne faut pas que le remède soit pire que le mal lui-même, nous en sommes malheureusement arrivés là.

    Tout médicament est un poison utilisé à haute dose, c’est justement le dosage en toute chose qu’il nous manque. 😉

    (Après cette petite pause je pars continuer à monter ce que tu sais … Titanesque !)

    Répondre
  • Ping : Karachi suite by nadine1111 - Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *