Le mauvais procès fait à Michèle Alliot-Marie

Caramba !

Nous nous trompons sur Michèle Alliot-Marie. Oui, si elle le dit, comme douter ? Si, si, en jouant les gros bras façon Brice Hortefeux, elle a cru bon de vouloir aider la Ben Ali…euh, la Tunisie plutôt et ça rime bien, non ? En tant que ministre des Affaires étrangères, elle était dans son rôle, cumulant à la fois le son ancien poste de ministre de l’Intérieur. Pourquoi lui faire un procès alors qu’elle était de bonne foi pour la défense de la…..dictature ?

Elle n’a rien inventé le petit kapo du Quai d’Orsey. Rien. Kapo ici, du néologisme germanique Kameradenpolizei, signifiant «camarade policier», donc aux antipodes des nazis. « Baby Doc » alias Jean-Claude Duvalier n’a-t-il pas vécu en France pendant 25 ans alors qu’il fut un dictateur sanguinaire avec ses Tontons Macoutes ? On a appris d’ailleurs, hier, qu’il voudrait redevenir président d’Haïti. Revenons à Michèle Alliot-Marie. Alors que cette dernière, sans ciller, proposait une aide militaire à Ben Ali, elle a user avec maladresse de tous les subterfuges imaginables et inimaginables, pour se sortir d’affaire. Acculée, elle a finalement contre-attaqué en déclarant qu’on a déformé ses propos. Ah bon ?

Une amie sur Facebook, Georgette, a simplement su résumer ce que Michèle Alliot-Marie voulait dire:  « Nous avons tous mal compris et mal interprété la déclaration d’Alliot-Marie , elle proposait d’envoyer des flics français en Tunisie juste avec des pistolets à eau et des matraques en sucre d’orge ». Que dire de plus ? Oui, la déclaration de la ministre ressemble étrangement à l’hôpital qui se fout de la charité. Un autre, député celui-là de l’UMP, estime que Michèle Alliot-Marie est nulle,et est constamment sauvée par la…diversité dans le sens où elle est une….femme. Pour lui, malgré sa divagation ministérielle, elle n’a jamais réussi nulle part.

A une vitesse supersonique, la France a retourné sa veste. Michèle Alliot-Marie, encore elle, a déclaré mardi dernier : « La France, pas plus que d’autres pays, n’avait vu venir les évènements ». Tiens donc. Aveu terrible, n’est-ce pas ?  Un camouflet retentissant qui a fait dire que, si elle restait en poste, c’est qu’elle était simplement la voix de son maître, l’écho élyséen. Donc, Nicolas Sarkozy est visé et par conséquent, Alliot-Marie ne peut être responsable de rien. Elle n’est donc pas menacé, surtout que le premier ministre François Fillon a réaffirmé qu’il lui faisait encore confiance.

Dans une posture aussi guignolesque que tragique, la pantalonnade Michèle Alliot-Marie vient corroborer le dicton africain qui stipule que: »pour se sauver de la noyade, on peut même s’accrocher sur un serpent ». Ici, ce reptile, c’est le mensonge. User grossièrement par la ministre des Affaires étrangères. Marc Twain disait: « Il y a trois sortes de mensonges: les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques ». J’avoue que Michèle Alliot-Marie a franchi le Rubicon.  Elle joue désormais dans la catégorie des méga-statistiques. Qui ne se souvient de sa posture sur le sous-prefet Bruno Guigue qu’elle avait pourtant viré en tant que ministre de l’Intérieur pour n’avoir pas fait preuve de son droit de réserve après un papier sur Israël ? Ah, au temps pour moi, c’est un mauvais procès fait à Michèle Alliot-Marie. Just the fun, ce n’est que de l’humour avec cette belle vidéo à la censure très tunisienne et/ou « benalienne » !


Une pensée sur “Le mauvais procès fait à Michèle Alliot-Marie

  • avatar
    20 janvier 2011 à 3 03 19 01191
    Permalink

    Bonjour, Allain Jules.

    L’offre de service répressive de la très raide Alliot-Marie est d’autant plus consternante qu’elle savait à ce moment que les flics tunisiens tiraient à balles réelles sur les manifestants, avec déjà de nombreux morts à leur passif. Abject !!!

    La défense de sa ministre par Fillon a d’ailleurs été plutôt molle à l’Assemblée. Et lLa Cantrd Enchaîné nous apprend qu’en privé le Premier ministre la dégomme en la déclarant « complètement dingue ». OK, mais qui peut comprendre qu’il la garde au gouvernement après une telle faute contre l’humanité des tunisiens et contre les règles de base de la diplomatie la plus élémentaire ?

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2011 à 3 03 26 01261
    Permalink

    Vous êtes de mauvaise foi !

    Notre gentille ministre voulait simplement envoyer le Clémenceau , le porte avions à démonter , pour occuper une population desoeuvrée ,mais tout de suite vous y voyez le mal !

    Ls.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2011 à 8 08 11 01111
    Permalink

    Contre la chienlit,
    Un seul remède : la bénalie.
    Ainsi parla Alliot-Marie
    Alliot-Marie, si tu savais
    Tout le mal que tu nous fais.

    La vierge Alliot-Marie prétend que ses propos auraient été déformés. Or, il disaient sans doute possible ce qu’ils disaient avec leur lourde ambiguïté penchant lourdement du côté de l’interprétation que tout le monde a pu s’en faire. Et on imaginait Jean-Marie reprenant du service pour enseigner la gégènothérapie aux « terroristes » tunisiens…

    Beurk ! Beurk et re-beurk !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *