Le mystère Sumérien (1)1er récit de tous les temps!

Le mystère Sumérien (1)

J’ai rencontré, lors de différentes discussions, des gens qui n’acceptent pas la possibilité que les Sumériens aient eu une connaissance exacte de la création de notre système solaire; et je  comprends très bien leur réaction.

Cette « réaction » fut, évidemment, provoqué par un livre écrit en 1973 par Zécharia Sitchin.  Ce livre a fait couler beaucoup d’encre et est même responsable de plusieurs engueulades lors de discussions.

Cependant, il est important d’ajouter que le récit appelé : Enuma Elish, fut toujours considéré comme étant représentatif de la cosmologie sumérienne. Zitchin n’a apporté aucune innovation à ce niveau. L’opposition qu’il rencontra fut causée par son opinion que les « dieux » sumériens venaient d’une autre planète.

Personnellement, je ne peux pas confirmer ou infirmer son opinion. Je trouve seulement qu’elle n’est pas plus « bête » que celle qui affirme que l’homme fut « créé » avec de la poussière du sol par un Dieu qui lui a insufflé la vie dans les narines. Ce que je remarque, cependant, chez Zitchin, c’est qu’il est énormément influencé par le conditionnement de sa propre religion juive. Ce n’est pas un défaut en soi, mais cela le porte à faire certaines « corrélations » qui me semblent quelque peu « hasardeuse ».

Pour que chacun ait la possibilité de se faire une opinion personnelle sans être obligé de s’appuyer sur le « génie » d’un autre individu, « spécialiste » ou pas, j’aimerais mettre à la disposition de tous, la traduction des sept tablettes sumériennes en question. Cet écrit date d’au moins de 3,200 ans et est une copie d’écrits plus anciens d’au moins 1,500 ans. Les récits qui y sont racontés, datent d’encore beaucoup plus longtemps; bien avant l’apparition de l’écriture.

Ma source principale d’informations sera, en français, le livre de Bottero/Kramer intitulé : «Lorsque les dieux faisaient l’homme» réimprimé en 1993.

Et je vais prendre en considération la note importante de M. Bottero qui indique que «quoique l’on fasse, le sens exact des écrits sumériens nous échappera toujours tellement cette langue est éloignée de la nôtre.»

Pour parer à cette lacune, le plus possible, je vais vous présenter deux traductions; l’une en français (1)(Bottero/Kramer) et sur la ligne suivante une traduction en anglais (2) avec, en dessous, ma traduction française de celle-ci (3). Il est malheureux que je ne comprenne pas l’allemand car le sens en sortirait encore mieux; mais…

À noter : Lorsque vous rencontrer plusieurs mots reliés d’un tiret, habituellement c’est pour traduire le sens du mot sumérien avec plus de précision.  Autrement dit le sens est l’ensemble des mots et on ne peut pas prendre le sens de l’un ou l’autre exclusivement.

La traduction anglaise est de Leonard William King, pour une partie, et de Dennis Bratcher pour l’autre.  Comme je l’ai dit, la traduction de l’anglais au français est de moi.

Voici un exemple de ce que cela donne :

Enuma Elish (7 tablettes en cunéiforme)

1) Lorsque là-haut, le ciel n’était pas encore nommé

2) When in the height heaven was not named,

3) (Quand dans les hauteurs le ciel n’était pas nommé

—————————————-

1) Et qu’ici-bas la terre-ferme n’était pas appelé d’un nom

2) And the earth beneath did not yet bear a name

3) (et que la terre dessous ne portrait pas encore de nom)

—————————————

À noter que pour les anciennes civilisations, ne pas avoir de nom signifie ne pas encore exister.

1) Seul APSÛ-le-premier, leur progéniteur

2) And the primeval Apsû, who begat them,

3) (et le primordial APSÛ, leur géniteur)

—————————————-

1) Et mère TIAMAT leur génitrice à tous

2) And chaos, Tiamat, the mother of them both

3) (et le chaos, TIAMAT, leur mère à tous les deux)

—————————————–

1) Mélangeait ensemble leurs eaux

2) Their waters were mingled together,

3) (Leurs eaux étaient mêlées ensemble)

—————————————–

1) Ni bancs de roseaux n’y étaient encore agglomérés,

2) And no field was formed

3) (et aucun champ n’était formé)

—————————————-

1) Ni cannaies n’y étaient discernables

2) no marsh was to be seen

3) (aucun marais ne pouvait être vu).

—————————————–

1) Et alors que des dieux nul encore n’était apparu

2) When of the gods none had been called into being,

3) (Lorsque des dieux aucun n’avait été appelé à être)

——————————————-

1) Qu’ils n’étaient ni appelés de noms ni lotis de destins

2) And none bore a name, and no destinies

3) (et qu’aucun ne porta de nom ni de destinée)

——————————————–

1) En (APSÛ-TIAMAT) des dieux furent produits

2) Then were created the gods in the midst of [heaven],

3) (alors furent créés les dieux dans le milieu du (Ciel)

———————————————

Comme vous pouvez déjà le remarquer, le sens donné par deux traductions de langues différentes définit beaucoup mieux le sens originel du texte. On remarque assez facilement les nuances produites par le choix des mots de chacune des langues, servant à la traduction. C’est le mieux que je puisse vous fournir pour vous aider à comprendre le sens que voulait donner le scribe sumérien lorsqu’il écrivait ce texte. J’espère que vous accepterez mes excuses de ne pas pouvoir faire mieux.

Je vous fais remarquer tout de suite que les « dieux » furent créés après l’existence de « Apsu » et « Tiamat ». Ils ne sont donc pas les « créateurs » de l’univers dans l’esprit du scribe. D’autant plus qu’ici, on ne parle pas de l’univers mais de seulement notre système solaire.

Je ne publierai pas les 7 tablettes en entier, à concurrence de trois vers, dans cet article car le texte deviendrait très lourd à lire. Vous pouvez cependant retrouver cette traduction du texte sur mon site. Vous n’avez qu’à cliquer sur « Enuma Elish » pour trouver la traduction des 7 tablettes.

Je vais essayer de mettre ici, les parties où j’ai noté des remarques qui sont nécessaires pour justifier mon opinion.

Disons tout de suite, que le dernier vers plus haut, indique assez clairement que nous avons affaire à la notion de la cosmologie sumérienne. Les dieux créés « dans le milieu du ciel » devraient être les planètes, puisqu’encore aujourd’hui, nous donnons les noms de certains « dieux » à ces planètes. L’habitude de donner des noms « divins » aux planètes nous vient des sumériens (et non des Grecs), tout comme le fait de donner le système sexagésimal à la division du temps sur l’horloge (2 fois 12 hres, 60 minutes, 60 secondes).

J’enchaînerai, ensuite, avec des traductions d’autres textes sumériens ou Akkadiens, qui nous font des révélations tellement extraordinaires que vous comprendrez pourquoi la majorité scientifique refuse de considérer ces « récits » comme valables historiquement.

Par contre, je me sens obligé de remettre en question cette décision « officielle » en comparant les données des textes en cunéiforme avec nos connaissances archéologiques et géologiques actuelles. Ce qui vous permettra de fixer, probablement, votre opinion, ou, du moins, provoquer un questionnement personnel sur ce sujet qui, vous vous en rendrez compte, est beaucoup plus important pour tous qu’il n’y paraît.

Évidemment, j’essaierai de toujours me mettre à la place du scribe et imaginant être « conditionné » par les « convictions personnelles » que devaient posséder « un sumérien qui se respecte » à cette époque.

Il me semble, parallèlement, très important de garder ce « droit de liberté de penser » individuel, en ne laissant pas ce droit entre les mains de d’autres individus, sans vérification personnelle sérieuse. Car alors, nous nous plaçons à la merci de ceux qui pourraient vouloir manipuler notre esprit et nos « convictions ». Je pense que chacun de nous avons déjà donné plus que suffisamment à ces gens-là, et qu’il est plus que temps de prendre nos responsabilités à ce niveau.

Il m’apparaît plus sain de prendre la responsabilité de ses propres convictions plutôt que de se rendre responsable des convictions d’une autre personne. Quelque soit cette personne: Pape, premier ministre, spécialiste ou autres « gourous » du même acabit.

J’espère que vous aurez du plaisir à vérifier par vous-même, ce que d’autres, incluant moi-même, vous présentent comme une opinion valable. Tout ce que je souhaite réellement est de participer à la présentation des données factuelles qui vous permettra de juger personnellement et individuellement.

Amicalement

Elie l’Artiste

Suite:

7 pensées sur “Le mystère Sumérien (1)1er récit de tous les temps!

  • avatar
    26 octobre 2010 à 2 02 32 103210
    Permalink

    @ L’Artiste

    C’est partit ! Je commence la lecture de votre série d’articles sur les sumériens.

    Pour avoiir lu La Douzième Planète, vous comprendrez mon intérêt à vos écrits. (C)

    Répondre
    • avatar
      26 octobre 2010 à 7 07 14 101410
      Permalink

      C’est`également la 12e planète qui a éveillé mon attention en 1973 (version anglaise). Il est malheureux que Sitchin ait perdu les pédales à son 9e livre.

      Les 8 premiers sont assez intéressant.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    26 octobre 2010 à 7 07 43 104310
    Permalink

    C’est le seul que j’ai lu de Sitchin.

    J’ai commander le Secret des Etoiles Sombres et Adam Génésis d’Anton Park. J’ai bien hâte de les recevoir.

    Bottero/ Kramer serait-ce à recommander ?

    Répondre
    • avatar
      26 octobre 2010 à 7 07 48 104810
      Permalink

      Si vous voulez dépenser un bras comme je l’ai fait pour avoir en main les traductions d’écrits Sumériens officielles et vérifier ce que j’ai présenté, oui c’est recommandé.

      Mais il faudra comparer avec d’autres traductions et refaire le travail que j’ai fait.

      Bottero et Kramer sont des sommités officielles en sumérologie.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        26 octobre 2010 à 7 07 54 105410
        Permalink

        Merci L’Artiste.

        Je poursuivrai ma lecture de vos articles de Sumer suivit de l’Énygme de l’Égypte.

        Répondre
        • avatar
          26 octobre 2010 à 9 09 49 104910
          Permalink

          C’est une très bonne façon de se préparer à lire « À la recherche de la science secrète du Seigneur »; en effet. 😛

          Amicalement

          André Lefebvre

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *