Le mystère Sumérien(20) L’homme devint « intelligent »!

L’homme devint « intelligent »!

Continuons la traduction des malheurs du serpent :

 When he had heard the serpent’s laments

Shamash made ready to speak, and said to him:

————————————

 Lorsqu’il eut entendu les lamentations du Serpent,  

Shamash se prépara à parler et lui dit :

        Le scribe, à partir d’ici, va nous raconter le piège que Shamash a inventé et proposé au Serpent pour s’emparer de l’Aigle.  Il dit au Serpent qu’il a capturé pour lui, un bœuf sauvage, a incisé et vidé son ventre et conseille au Serpent de se placer à l’affût dans ce ventre pour attendre la venue de l’Aigle.  L’aigle entrera dans ce ventre et le Serpent s’emparera de lui, lui coupera les ailes, les ailerons et les plumes de la queue. 

        On est bien obligé, ici, de se demander si un aigle possède des ailerons; personnellement, je ne crois pas.  Cependant je sais qu’un véhicule volant se doit d’en posséder.  Ce qui indique que l’Aigle en question n’est pas l’animal usuel, mais un moyen de transport que possèdent les Seigneurs civilisés qui font partie des 300 Anunnaki désignés par Marduk pour vivre au Ciel

        Il est évident que les Serpents sont ceux désignés pour vivre sur la Terre.  Ils sont l’équivalent du Serpent biblique condamné à ramper sur le sol.

 – Patron, vous m’enlevez tout mon prestige de conteur !  C’est moi le barde qui doit raconter !

– Le Scribe, ne commence pas à m’énerver !  Cette partie de ton récit est trop longue pour te la laisser écrire.  Merde !  On risque de manquer de glaise !  Par contre, j’ai une question pour toi : qu’est-ce que ce bœuf sauvage que Shamash a capturé ?  Il représente quoi ?

– Je ne peux pas vous le dire tout de suite Patron; c’est vous qui devez parvenir à compiler notre savoir pour parvenir à tout comprendre.

– Scribe !  Ne joue pas aux devinettes avec moi !  Sinon…

– Ne vous fâchez pas patron.  Je peux peut-être vous donner un indice : Rappelez-vous que la déesse Hathor est représentée par une vache chez  les Serpent et que cette déesse fut, plus tard, assignée «Maîtresse de la  Montagne».  C’est tout ce que je peux vous donner comme indice pour l’instant. Ce que je peux ajouter est l’instruction que Shamash donne au Serpent lorsqu’il aura capturé l’Aigle. Cette instruction doit se faire à l’intérieur du ventre du Bœuf sauvage.

– C’est quoi l’instruction ?

 “Pluck him and cast him into a bottomless pit, 

 Let him die there of hunger and thirst ».

————————————-

 «Attrape-le et jette-le dans une fosse sans fond                                      Laisse-le mourir là de soif et de faim»

 – C’est quoi ce genre d’indice le Scribe ?  Ça ne dit absolument rien !  Je t’avertis, ma pression commence à monter !

– Patron, nous sumériens adorons les énigmes; jouez le jeu, je vous en prie.  L’idée est de comprendre comment on peut disposer d’une fosse sans fond, dans le ventre d’un bœuf sauvage.

– C’est bien ce qui m’énerve !  On ne peut pas !  Joual vert !

– Voilà patron !  Vous avez trouvé. Hi-hi.

– Mais je n’ai rien trouvé espèce de … ça n’a aucun bon sens.  Continue à réciter, je te dirai quoi écrire.

– Oui patron.

        Dans la suite du récit, on se rend compte que d’autres oiseaux viennent se nourrir du Bœuf sauvage où est caché le Serpent; mais lui attend l’Aigle et ne touche pas aux autres oiseaux.  On voit ici que le Serpent n’est pas en guerre contre tous ceux qui vivent au Ciel mais seulement avec le groupe Faucon.  Donc, on peut éliminer de ce récit ceux qui s’appellent les Vautours.

        Vint le moment où le Serpent capture l’Aigle et le jette dans la fosse sans fond.  C’est maintenant au tour de l’Aigle de se lamenter à Shamash :

As for him, the eagle … [ ] 

He kept on beseeching Shamash day after day: 

«Am I to die in a pit?

 Who would know how your punishment was imposed upon me? 

 Save my life, the eagle

Let me cause your name to be heard for all time ».

 Shamash made ready to speak and said to the eagle: 

 «You are wicked and have done a revolting deed

You committed an abomination of the gods, a forbidden ac                      

 Were you not under oath? I will not come near you,

There, there! A man I will send you will help you »

——————————————-

Quant à lui, l’Aigle 

 Il continua de supplier Shamash jour après jour :

 «Dois-je mourir dans une fosse?   

 Qui pourrait connaître ta punition qui me fut imposée ?  

Sauve ma vie, de l’Aigle !  

 Laisse-moi faire en sorte que ton nom soit entendu pour toujours !» 

 Shamash se prépara à parler et dit à l’Aigle :  

«Tu es malfaisant et tu as fait un acte révoltant,

 Tu as commis une abomination aux yeux des dieux, une action défendue.   

N’étais-tu pas sous serment ?  Je ne t’approcherai pas,

 Là, là, un homme que je vais t’envoyer va t’aider

        Cet homme est le héros du récit.  Il s’appelle Étana.  Il implore Shamash constamment pour avoir un héritier.  C’est un homme qui ne peut avoir de descendants. (On pourrait penser tout de suite à Abram le sumérien; mais retenons-nous quelque peu.) 

Shamash lui dit de trouver une fosse dans laquelle un Aigle est prisonnier.  L’aigle lui révèlera le secret de la plante de la naissance.  Il trouve la fosse avec l’Aigle au fond, il ne lui reste qu’à le délivrer.

 The eagle looked at him…. 

  He said [ ] to Etana, 

 « You are Etana, king of the wild beasts,

You are Etana, [ ] among (?) birds. 

Bring me up from this pit 

 Give me [ ] your hand

« ….. [ ], 

 I will sing your praises for all time ».

—————————————–

 L’Aigle le regarda…

 Il dit (…) à Étana, 

 «Tu es Étana, le roi des bêtes sauvages

Tu es Étana (….) parmi (…) les oiseaux

Tire-moi de cette fosse

Donne-moi ta main

(……..)

 Je vais chanter tes louanges pour toujours.»

 – Hey !  Dis donc le Scribe ?  Comment se fait-il qu’il nous manque toujours la partie de texte qui pourrait servir à identifier avec certitude les personnages ?  On jurerait que tous tes textes ont subi un nettoyage pour effacer tous les moyens de comprendre vraiment ce que le texte raconte ?

          Je commence à penser que les brisures des tablettes ne sont pas accidentelles, ni involontaires.  J’ai vaguement l’impression que des connards se sont permis de détruire les indices qui prouveraient la rationalité de ces récits.  La partie explicite est toujours soit brisée ou effacée.

– C’est curieux que vous me disiez cela patron; parce que c’est exactement ce que j’ai mentionné à  mon maître lorsqu’il m’obligeait à apprendre ces textes par cœur.

– Et qu’est-ce qu’il t’a répondu ton maître ?

– Cinquante coups de sa baguette sur mon dos.  Je n’ai jamais posé une seule autre question patron.                                 

– Et tu t’es laissé battre ?

– Cinquante coups étaient suffisants patron.  Vous ne croyez pas ?

– Continuons le récit.

– Oui patron.

                Étana posa une condition à l’Aigle pour le sauver.  L’Aigle lui promit de lui remettre la plante de vie.

 When Etana heard this,

He filled the front of the pit with [ ]

Next he threw in…. [ ] 

He kept throwing in [ ] in front of him, 

The eagle…. from the pit 

 As for him, he flapped his wings

A first time and a second time… the eagle in the pit, 

As for him, he flapped his wings….. 

A third time and a fourth time… [The eagle … in? The pit  

As for him, he flapped his wings 

A fifth and a sixth time….

———————————————–

 Lorsqu’ Étana entendit cela 

 Il remplit le devant de la fosse avec (…) 

 Ensuite il y jeta… (…)  

 Il continua de jeter (….) devant lui. 

 L’Aigle ….de la fosse 

 Quant à lui, il battit ses ailes,

Une première fois et une seconde fois…l’Aigle dans la fosse,

Quant à lui, il battit ses ailes…. 

Une troisième fois et une quatrième fois… (L’Aigle….dans? La fosse…) 

Quant à lui, il battit ses ailes 

Une cinquième et une sixième fois….

        Cette partie de la tablette du récit se termine ainsi; avec un moteur d’Aigle qui a des ratés et qui a de la difficulté à démarrer.

– Mais le Scribe, encore une fois, il est évident qu’un connard a effacé les mots sensibles.

– C’est ce que je crois aussi patron.  Mais il y a une autre version qui pourrait peut-être vous donner d’autres indices.  Vous la voulez patron ?

– Certainement que je la veux !  Vas-y!

The eagle made ready to speak and said to Etana,

« My friend!  Let us be friends, you and I! 

Ask of me whatever you desire and I shall give it to you. » 

 Etana made ready to speak and said to the eagle: 

My eyes….. open up what is hidden

—————————————–

 L’Aigle se prépara à parler et dit à Étana :

 «Mon ami ! Soyons amis toi et moi ! 

 Demande-moi tout ce que tu désires et je te le donnerai.»

 Étana se prépara à parler et dit à l’Aigle :  

 «Mes yeux….ouverts à ce qui est caché 

 – et le reste est brisé patron.

– Mais ça signifie qu’Étana, en allant secourir l’Aigle, eut accès à certains secrets des dieux.  C’est bien ça ?

– C’est exactement ça patron.

– Laisse-moi résumer le reste du récit; tu peux te reposer le Scribe.

– Merci patron; je vais dehors préparer d’autre glaise au cas où.

– Ouais !  On verra plus tard pour «l’au cas où».  Va !

        Ensuite, le récit nous dit qu’Étana a des songes et que l’Aigle interprète ces songes.  Puis, à cause de ces songes l’Aigle propose à Etana de l’amener au Ciel pour rencontrer Anu.

        Voici les vers qui décrivent ce qu’Étana voit au fur et à mesure qu’il monte.  Essayez de vous mettre dans la peau d’un Sumérien qui selon les «officiels» n’est jamais monté plus haut que 90 mètres.  Vous vous rendrez compte que ce scribe sumérien a d’extraordinaires possibilités d’imagination pour décrire avec exactitude le panorama.

« My friend, the [ ] are obvious,

 Come; let me take you up to heaven, 

Put your chest against my chest, 

 Put your hands against my wing feathers,

 Put your arms against my sides.”

————————————–

 «Mon ami, les (…) sont évidents,

 Viens, laisse-moi t’amener au Ciel

Place ton thorax contre le mien 

Place tes mains contre les plumes de mes ailes 

 Place tes bras contre mes côtés.»

        On se rend compte ici que le véhicule volant est plutôt réduit et ne sert habituellement qu’à transporter qu’un seul individu.  Il est évident que depuis la tablette précédente, l’Aigle a réussi à démarrer son moteur.  Alors ils partent vers le ciel.

 When he bore him aloft one league,

The eagle said to him, to Etana: 

« Look, my friend, how the land is now 

Examine the sea, look for its boundaries

The land is hills… 

The sea has become a stream.”

———————————–

 Lorsqu’il l’eut élevé d’une lieue 

L’Aigle lui dit, à Étana : 

 «Regarde, mon ami, comment est la terre maintenant.

  Examine l’océan, recherche ses frontières 

  La terre est collines… 

 L’océan est devenu un ruisseau»

 When he had borne him aloft a second league, 

The eagle said to him, said to Etana, 

 « Look, my friend, how the land is now! 

 The land is a hill ». 

When he had borne him aloft a third league, 

 The eagle said to him, said to Etana, 

 « Look, my friend, how the land is now! » 

 « The sea has become a gardener’s ditch ».

After they had ascended to the heaven of Anu,

—————————————–

 Lorsqu’il l’eut élevé d’une seconde lieue 

L’Aigle lui dit, dit à Étana : 

 «Regarde mon ami, comment est la terre maintenant ! 

 La terre est une colline.» 

Lorsqu’il l’eut élevé d’une troisième lieue

 L’Aigle lui dit, dit à Étana :

 «Regarde mon ami comment est la terre maintenant !

  L’océan est devenu un fossé de jardinier.»  

 Après s’être élevé jusqu’au ciel d’Anu,

        Dans cette première version, Étana parvient à se rendre, semble-t-il jusqu’à Anu mais on ne sait pas ce qui s’ensuit. Par contre, il est maintenant certifié qu’Anu demeure dans le ciel. Voici la deuxième version:

 When he had borne him aloft one league,

 « Look, my friend, how the land is now! 

The land’s circumference is become one fifth of its size. 

The vast sea is become like a paddock.”

————————————–

 Lorsqu’il l’eut élevé d’une lieue,  

 «Regarde mon ami, comment est la terre maintenant ! 

 Sa circonférence est réduite à un cinquième de sa grosseur.

Le vaste océan est devenue comme un plumard.»

 When he had borne him aloft a second league, 

« Look, my friend, how the land is now!

The land has become a garden plot [ ], 

And the vast sea has become a trough ».

————————————–

 Lorsqu’il l’eut élevé d’une seconde lieue, 

«Regarde mon ami, comment est la terre maintenant 

 La terre est devenue une parcelle de jardin 

Et le vaste océan est devenu une auge.»

 When he had borne him aloft a third league,

 « Look, my friend, how the land is now!” 

 I looked but could not see the land! 

Nor were my eyes enough to find the vast sea!

———————————————

 Lorsqu’il l’eut élevé d’une troisième lieue, 

«Regarde mon ami, comment est la terre maintenant !» 

Je regarde mais ne peut voir la terre ! 

 Ni mes yeux sont suffisants pour trouver le vaste océan !

 « My friend, I won’t go up to heaven

 Set me down; let me go off to my city.”

———————————————-

 «Mon ami, je n’irai pas au Ciel 

 Descend-moi, laisse-moi retourner à ma cité.»

        L’Aigle le laisse alors tomber d’une lieue à la fois en le rattrapant à chaque fois et probablement le ramène sur terre puisque Étana a un fils appelé Balih qui lui succède.  Étana est, on se rappelle, le premier roi de Kish.  En fait il est le premier roi, parrainé par Ishtar, à recevoir la royauté de la part des dieux. 

        Ici, encore une fois, on peut faire un rapprochement entre Ishtar et un «dieu» de ses amis reconnu comme le plus grand guerrier de la famille d’Enlil : Ninurta.  Ce serait lui, appelé l’Aigle, qui s’attaque à l’Égypte comme on a pu l’identifier grâce à l’étoile à six branches que l’on voit sur la massue du roi Scorpion, dans l’autre série d’articles, «L’Énigme égyptienne».  Les dieux abandonnant l’idée d’une région exclusivement «divine» comme l’Éden, installent la royauté humaine «contrôlée» par eux, derrière la scène.

        C’est la fin de l’histoire strictement «divine» et le début de l’histoire de l’homme.

        Il existe aussi un autre facteur qui me dérange un peu.  Selon ce que nous venons de voir, il est possible que l’Aigle soit prisonnier dans la région égyptienne.  C’est donc dire qu’à cette époque, ce sont les Serpents qui y prédominent.  Ce texte nous raconte qu’un homme envoyé par le dieu Shamash parvient à délivrer l’Aigle.  Il fut questions des songes d’Étana que l’Aigle semble avoir expliqués.  Ces songes ont également influencé l’Aigle à amener Étana vers Anu.  Étana ayant eu peur des hauteurs demande d’être ramené sur Terre.  L’Aigle le ramène en Mésopotamie où Étana devient le premier roi humain à Kish.

 

        Tablette de Kish datant de –3 500 ans av.J.C.

        Il est donc difficile, simplement avec ces indications, de situer exactement l’époque dont il est question; mais c’est sûrement à une époque où Ninurta et Marduk se confrontent pour succéder à Enlil en tant que «Chef des Seigneurs».  Et la seule époque qui convient que je connaisse est l’époque de la guerre entre Horus et Seth.  Dans ce cas, l’Horus égyptien serait Ninurta et le Seth égyptien est Marduk.

         Puisque nous venons de rencontrer le premier roi-homme sumérien, voyons d’où viennent les hommes dans l’optique sumérienne.  Commençons par définir l’opinion généralement acceptée actuellement :

        La mythologie de la création se divise généralement en deux catégories : celle qui est relative au Cosmos qu’on appelle Cosmogonie, et celle relative à la création de l’humanité appelée : anthropologie.  La distinction est très importante puisque pendant que des textes spécifiques existent en regard de l’anthropologie sumérienne, aucun texte n’existe en relation avec la Cosmogonie.

        Comme vous pouvez le constater, quant à nous, l’opinion officielle est complètement dans le champ suite aux résultats obtenus par notre étude de l’Enuma Elish.  D’ailleurs, il est évident que de refuser d’identifier l’origine de notre système solaire appelé «Chaos» tout autant chez les sumériens que chez les égyptiens, avec la situation chaotique de la nébuleuse primordiale est de s’empêcher de traverser un mur en refusant de passer par la porte.  C’est de simplement refuser l’évidence.  Ne nous arrêtons pas à ce «détail» et abordons l’anthropologie avec les textes qui s’y adressent spécifiquement.

Nous allons choisir le texte appelé : La naissance de l’homme.

– Es-tu prêt le Scribe ?

– Toujours patron !

– Alors vas-y !

When the gods instead of man

Did the work, bore the loads,

The gods’ load was too great,

The work too hard, the trouble too much,

The great Anunnaki made the Igigi

Carry the workload sevenfold.

—————————————

Lorsque les dieux, au lieu des hommes

Faisaient le travail, portaient les charges,

Leur charge fut trop énorme,

Le travail trop difficile, les problèmes trop nombreux,

Les grands Anunnaki firent porter aux Igigi

Le labeur au septuple.

(……………………………..)

Anu went up to the sky,

And Ellil took the earth for his people.

 The bolt which bars the sea

Was assigned to far-sighted Enki.

————————————

Anu alla au Ciel.

Et Enlil prit la Terre pour son peuple.

Le verrou qui arrête la mer

Fut assigné au visionnaire Enki.

Note : Je dois avouer que ce verrou qui «arrête la mer» et qui est sous la responsabilité d’Enki m’agace un peu depuis que nous savons qu’une «barrière» de terre empêchait la Méditerranée de se jeter dans la Mer Noire.  Doit-on comprendre que cette «barrière» de terre devenue aujourd’hui le Bosphore était sous la garde d’Enki ?  Cela me semble plus que probable.

(………………….)

They were counting the years of loads.

For 3 600 years they bore the excess,

Hard work, night and day.

They groaned and blamed each other,

Grumbled over the masses of excavated soil:

—————————————

Ils comptaient les années de charges.

Pendant 3 600 ans ils supportèrent les excès,

Durs travaux, jours et nuits.

Ils grognaient et se blâmaient l’un l’autre.

Grommelaient sur les masses de terre excavées.

        Et la révolte éclate !  Remarquez que 3 600 ans avant – 5 500 av.J.C. donnent –9 100 ans av.J.C.  Ce qui est l’époque de la fonte des glaciers. On dit, ici, que les «Puissants-Igigi» eux-mêmes entretenaient le barrage grâce à l’apport de masse de terre excavées.  Après 3,600 ans de labeur, ils se révoltent.

The gods listened to his speech,

Set fire to their tools,

Put aside their spades for fire,

Their loads for the fire-god.

They flared up.

When they reached the gate of warrior Ellil’s dwelling,

It was night, the middle watch,

—————————————-

Les dieux écoutèrent sa harangue

Mirent le feu à leurs outils,

Mirent de côté leurs bêches pour le feu,

Leurs charges pour le dieu du feu.

Ils flambèrent.

Lorsqu’ils atteignirent le portail de l’habitacle du guerrier Enlil

Il faisait nuit, à deuxième garde.

The house was surrounded, the god had not realized.

(………………………)

Yet Kalkal was attentive, and had it closed,

He held the lock and watched the gate.

Kalkal roused Nusku.

They listened to the noise of the Igigi.

Then Nusku roused his master,

Made him get out of bed:

———————————————

Cependant Kalkal était attentif, et le fit fermer (le portail)

Il retint la serrure et surveilla la barrière.

Kalkal réveilla Nusku.

Ils écoutèrent le bruit des Igigi.

Ensuite Nusku réveilla son maître,

Le fit sortir du lit.

My lord, your house is surrounded,

A rabble is running around your door!

Enlil, your house is surrounded,

——————————————

Mon Seigneur, votre maison est encerclée

Une racaille court devant ta porte ! 

Enlil ta maison est encerclée !

(……………………………………)

He sent for Anu to be brought down to him,

Enki was fetched into his presence,

Anu, king of the sky was present,

Enki, king of the Apsû attended.

The great Anunnaki were present.

Enlil got up and the case was put.

Enlil made his voice heard

And spoke to the great gods:

———————————————

Il fit appeler Anu qu’il descende vers lui,

Enki fut appelé en sa présence,

Anu, roi du Ciel était présent,

Enki, roi de l’Apsû assistait.

Les grands Anunnaki étaient présents.

Enlil se leva et le cas fut présenté.

Enlil fit entendre sa voix

Et parla aux grands dieux :

(…………………………….)

Ici Enlil demande s’il devra se battre contre la racaille qui l’assaille.

Anu made his voice heard

And spoke to the warrior Enlil

Let Nusku go out

And find out the word of the Igigi

Who have surrounded your door.

—————————————-

Anu se fit entendre

et parla au guerrier Enlil

Que Nusku sorte

et apprenne les paroles des Igigi 

qui ont encerclé ta porte.-

 Les Igigi donnent l’explication suivante :

 (…………………………….)                                                                                                            Every single one of us declared war!

We have put a stop to the digging.

The load is excessive, it is killing us!

Our work is too hard, the trouble too much!

So every single one of us gods

Has agreed to complain to Enlil

——————————————–

Chacun de nous avons déclaré la guerre 

Nous avons arrêté le creusage 

la charge est excessive, c’est en train de nous tuer!

Le travail est trop dur, les problèmes trop nombreux !

Alors chacun de nous dieux

avons consenti a nous plaindre à Enlil.

Enlil listened to that speech.

His tears flowed.

Ellil spoke guardedly,

Addressed the warrior Anu,

——————————————–

Enlil écouta ce discours

ses larmes coulèrent

Enlil parla avec précaution

s’adressa au guerrier Anu,

 Enlil demande alors à Anu de nommer un guerrier pour détruire les Igigi.

Anu made his voice heard

And spoke to the gods his brothers,

What are we complaining of?

Their work was indeed too hard, their trouble was too much.

Every day the Earth resounded.

The warning signal was loud enough, we kept hearing the noise.                 

 ——————————————

Anu fit entendre sa voix

et parla aux dieux ses frères,

qu’avons-nous à nous plaindre?

Leur travail était vraiment trop dur, leurs problèmes trop nombreux.

Chaque jour la Terre résonnait.

Le signal avertisseur était assez bruyant, nous entendions

constamment le bruit.

Avant qu’un guerrier soit nommé, Éa/Enki  prend la parole:

—————————————————-

Ea made his voice heard

And spoke to the gods his brothers,

Why are we blaming them?

Their work was too hard, their trouble was too much.

(…………………..)                               

Belet-ili the womb goddess is present-

Let her create a mortal man

So that he may bear the yoke…

So that he may bear the yoke, the work of Ellil,

Let man bear the load of the gods!

————————————————-

Ea fit entendre sa voix

et parla à ses frères les dieux

Pourquoi les accuse-t-on ?

Leur travail était trop dur, leurs problèmes trop nombreux.

(…………………………)                          

Belet-ili (Nintu) la déesse de l’utérus est présente

laissons-la créer un homme mortel

qu’il puisse porter le joug…

qu’il puisse porter le joug, le travail d’Enlil, 

laissons l’homme porter la charge des dieux!

        Dans un autre mythe sumérien, on obtient des indications additionnelles importantes.  Dans le mythe d’Enki et Ninmah, Enki est soupçonné par Enlil d’être l’instigateur de la révolte; mais aucune preuve ne peut être apportée. On lit également ces vers:

And after Enki, the fashioner of designs by himself had pondered the mat-ter, he said to his mother Namma:  « My mother, the creature you planned will really come into existence. Impose on him the work of carrying baskets.”  

——————————————                                                                                               

 Et après qu’Enki, le façonneur de plans par lui-même, ait eu considéré la chose, il dit à sa mère Namma : «Ma mère, cette créature que tu as imaginée va vraiment venir à l’existence. Impose-lui la tâche de transporter les paniers.»

        Dans une autre traduction on peut lire qu’Enki déclare aux dieux quelque chose comme suit :

«Ce remplaçant des dieux existe déjà. Il ne suffit que de lui imprimer l’image des dieux pour qu’ils puissent les remplacer.»

        Et on l’a vu dans l’Enuma Elish, l’image des dieux est fournie par le sang d’un dieu coupable qui fut sacrifié.  C’est ainsi que l’homme, avec l’ajout d’une qualité divine tiré du sang d’un dieu, devint un «Lulu» qui put servir les dieux.  Ensuite Enki fera évoluer l’un de ces lulus en un homme intelligent, égal aux dieux qu’il nommera Adapa.

        Voici une description des qualités d’Adapa créé par Enki et tiré de la tablette d’Adapa :

He possessed intelligence . . . ,

His command like the command of Anu…

He (Ea) granted him a wide ear to reveal the destiny of the land,

He granted him wisdom, but he did not grant him eternal life.

In those davs, in those years the wise man of Eridu,

Ea had created him as chief among men,

A wise man whose command none should oppose,

The prudent, the most wise among the Anunnaki was he,

Blameless, of clean hands, anointed, observer of the divine statutes,

With the bakers he made bread

With the bakers of Eridu, he made bread,

The food and the water for Eridu he made daily,

With his clean hands he prepared the table,

And without him the table was not cleared.

The ship he steered, fishing and hunting for Eridu he did.

Then Adapa of Eridu

——————————————-

Il possédait l’intelligence….

Ses ordres comme les ordres d’Anu…

Il (Ea) lui attribua une grande oreille pour révéler la destinée du pays,

Il lui accorda la sagesse, mais ne lui accorda pas la vie éternelle,

En cette époque, durant ces années l’homme sage d’Éridu,

Ea l’avait créé comme chef entre les hommes,

Un homme sage dont personne ne s’opposera aux commandements

Le prudent, le plus sage d’entre les Anunnaki fut-il,

Sans reproche, les mains propres, oint, gardien des statuts divins,

Avec les boulangers il faisait le pain,

Avec les boulangers d’Éridu il faisait le pain,

La nourriture et l’eau d’Éridu, il faisait quotidiennement,

De ses mains propres, il préparait la table,

Et sans lui la table n’était desservie.

Le bateau il pilotait, la pêche et la chasse pour Éridu, il faisait.

Ensuite Adapa d’Éridu…

        On voit ici qu’en réalité, Adapa est toujours un serviteur, tout autant que les premiers Lulus qui furent créés.  Il possède les mêmes fonctions et les mêmes charges.  Par contre, il est plus intelligent, il est plus propre en fait, et est chargé de diriger les serviteurs et le service.  Il est présenté ici comme l’équivalent d’un Anunnaki et même l’un des plus sages.  La seule différence est qu’il ne possède pas la vie éternelle.

Informations supplémentaires sur Adapa 

        Adapa, fils d’Éa et roi-prêtre d’Éridu, est considéré comme le premier homme et le premier des sept sages qui vécurent avant le déluge.  Ea, ne voulant pas que son fils soit gardé là où Anu demeure, donne de mauvaises instructions à Adapa au sujet du comportement à tenir lors de sa visite chez Anu.  Adapa suivit les instructions à la lettre, de sorte qu’il refuse, sans le savoir, l’immortalité.  Anu le renvoie alors sur la Terre et l’immortalité échappe aux hommes. 

        Le mot Adapa signifie : Homme, tout comme le mot Adam.

        Les sept sages portaient le nom de : Apkalu ou encore «les prêtres d’Enki».  Ce sont eux qui répandent la civilisation chez les hommes.  Par exemple, Oannes, cet homme-poisson du récit de Berose, est un Apkalu.

        Si on compare ici les deux personnages humains qui devinrent rois, on obtient Etana qui devint roi de Kish et Adapa qui devint roi-prêtre d’Éridu.  Nous avons vu qu’Étana, ayant peur des hauteurs, ne parvint pas à se rendre chez Anu.  Par contre, Adapa n’a eu aucun problème à y arriver.  Il parvient même à manipuler les anunnaki qu’il y rencontre grâce à son intelligence.  Adapa n’est donc pas équivalent à Étana.  Adapa est le premier homme vraiment intelligent et civilisé de l’histoire humaine.  Il est l’équivalent des dieux anunnaki.

Révisons un peu tout ce que nous avons vu.

        Les anunnaki sont installés autour de la Mer Noire avant –5 500 av.J.C. Anu est, lui, retourné vivre au CielEnlil est le chef des anunnaki pendant qu’Enki est l’ingénieur en chef responsable de la «barrière» qui empêche les eaux de la Méditerrannée de se jeter dans la Mer Noire.

         À cette époque, les hommes ne vivent pas avec les anunnaki.  Ceux-ci se sont cloîtrés dans leur territoire derrière un mur d’enceinte qui les sépare des régions «non habitées».

        Il est évidemment question ici de régions non habitées par des civilisés ; sinon pourquoi un mur d’enceinte pour les séparer de ce qui est inhabité ?

        On sait que les anunnaki considèrent les humains de l’époque comme des animaux.  C’est le cas d’Enkidu qui deviendra l’ami de Gilgamesh; on l’a déjà vu, dans un autre article.

        L’archéologie nous apprend qu’il existe, à cette époque, des villes fortifiées un peu partout autour de la Méditerrannée; comme, par exemple, Jéricho et Catal Huyük.  Ces villes sont des «postes de traite» qui permettent aux anunnaki d’avoir accès à ce qu’ils ne trouvent pas sur leur territoire.  Leur monnaie d’échange semble bien être de l’obsidienne.  L’obsidienne de bonne qualité ne se retrouve que dans leur région.

        Ils traitent, semble-t-il avec les non-civilisés qui vivent en nomades.  En fait, il n’existe personne d’autre avec qui traiter.

        Les anunnaki se comportent avec les hommes, exactement comme les premiers colons d’Amérique du Nord traitaient les autochtones.  Le parallèle est tellement identique que les murales de Catal Huyük nous montrent des anunnaki volants qui chassent les humains gardant les têtes comme trophées. 

        Ces crânes trophées sont équivalents aux scalps américains.  Dans la ville de Jéricho on trouve ce que nous croyons être des sépultures qui ne contiennent que des crânes.  Je crois plutôt que ces crânes ne sont, en réalité, que des trophées de chasse. Comme les têtes de chevreuils, de sangliers ou d’orignaux chez certains fervents de la chasse.

Crâne de Jéricho VIIe millénaire, enduit de glaise.   

         On a également vu que les travailleurs d’Enki se révoltent parce que leur travail est trop difficile et que «leurs problèmes sont trop nombreux».  La nature de leur travail n’est pas spécifiée avec exactitude.  Par contre, on lit que ce travail consiste principalement à faire du terrassement.  Faire du terrassement sous les ordres d’Enki chargé d’assurer le maintien du barrage où se trouve le Bosphore est quand même assez spécifique.  Les Igigi entretiennent le barrage.  Ils décident alors de se rebeller après plusieurs millénaires d’entretien.  Selon la géologie, je dirais au moins 4 000 ans d’entretien; mais le récit spécifie 3,600 ans.  Leur rébellion laisse entendre qu’ils ne parviennent à contenir les eaux que très difficilement et décident de laisser tomber.  Ils brûlent leurs outils et assaillent la maison d’Enlil.

        Enlil soupçonne Enki d’être l’instigateur de cette rébellion, mais ne peut en fournir la preuve.  Ce soupçon d’Enlil est très révélateur.  Si Enki est l’auteur de la rébellion, c’est qu’effectivement la barrière empêchant l’eau de la Méditerrannée ne peut plus continuer à être entretenue et risque de s’effondrer.  C’est la seule raison valable pour qu’Enki organise cette révolte.

        Après la réunion des autorités anunnaki, il est décidé qu’Enki «créera» un serviteur des dieux qui aura pour tâche de faire le travail des Igigi.

        Tout de suite après, on se rend compte que ce travail des hommes n’est plus d’entretenir le barrage, mais plutôt de creuser les fossés d’irrigation.  Il est bien évident que sur le littoral de la Mer Noire, à l’époque où celle-ci était un lac d’eau douce, on n’avait pas besoin d’irrigation pour cultiver.  L’irrigation est devenue nécessaire, par contre, le long du Tigre et surtout de l’Euphrate. 

        Il est facile de comprendre, ici, que lors de cette fameuse réunion des autorités anunnaki, il fut décidé de déménager et d’aller s’installer dans les marais du golfe Persique.

        C’est à ce moment-là que les anunnaki installent le jardin d’Éden et adoptent des humains «domestiqués» pour leur service, ou, si vous préférez, «créés» par Enki.

        Enki, un peu plus tard, décide d’éduquer l’un de ces humains domestiqués qui est également « son fils ».  Il le rend égal aux Anunnaki en connaissance et en intelligence.  Ce fils s’appelle Adapa.  Je ne crois pas qu’Adapa soit l’équivalent d’Adam.  J’ai plutôt l’impression qu’Adapa est l’équivalent de Caïn que la mère Ève, dans la Bible, disait avoir procréé «avec l’aide du Seigneur» (Gn 4-1).

        Pour souligner le parallèle, revenons aux deux rois humains dont nous parlions.  Nous obtenons Étana qui est peureux, non civilisé et qui est envoyé par Shamash pour dépanner Ninurta.  Nous avons, d’un autre côté, Adapa qui est civilisé, agriculteur et éduqué par Enki.

        Enlil et son fils Ninurta préfèrent les humains serviles et ignorants.  Ils refusent de rendre les humains égaux aux dieux.  Ils sont du groupe Faucon.  Par contre, ils sont obligés d’avoir des serviteurs depuis leur installation sur les bords de l’EuphrateEnlil donne donc la royauté de Kish à Etana.  Cette royauté n’est en fait que la gérance des esclavesEnki, quand à lui, préfère les humains civilisés et a pour but de rendre les humains égaux aux anunnaki.  Il est du groupe Serpent.  Il donne la prêtrise et la royauté à Adapa.  Cette prêtrise est une charge d’enseignement de l’humanité.  Cette charge est donnée à Adapa et aux Apkalu qui suivront.  Nous savons qu’il y eut sept apkalus qui ont succédé à Adapa.  Le dernier a vécu après le déluge. 

        Ce qui nous laisse entendre qu’Enki s’était déjà installé dans les marais du golfe persique, bien avant –5 500 ans av.J.C. et qu’il avait déjà commencé à éduquer des humains.

        Les anunnaki sont maintenant installés en Irak.  Les groupes Faucons et Serpents vivent une trêve, le temps qu’ils puissent bien s’aménager.  Les Serpents semblent également s’être casés en Égypte dans un autre marécage.  Lorsque les Faucons sont assez bien établis en Mésopotamie, ils attaquent l’établissement Serpent pour s’en emparer.

        Ceci se déroule vers –5 300 av.J.C.  C’est l’arrivée des Horus en Égypte. Leur première tentative ne réussi pas. 

        Plus tard, Horus/Ninurta, parvient à se faire allouer par les autorités «divines», la moitié du territoire égyptien.  Cette situation politique résulte en guerre entre la Haute et Basse Égypte jusqu’à ce que le roi Scorpion, un humain, fasse l’unification de l’Égypte en écrasant le groupe Faucon et le groupe Serpent

        Les hommes sont alors libérés de la servitude dans la région égyptienne et prennent le pouvoir. 

        Si notre conception officielle des «dieux égyptiens» était exacte, il serait évidemment impossible aux hommes de prendre le pouvoir; et pourtant, nous l’avons vu dans «L’Énigme égyptienne», le roi Scorpion n’est ni un «Horus», ni un «Serpent».  Il est donc un humain à part entière.

        Convenons tous ensemble, que nous pouvons être fiers et heureux d’avoir réussi à rassembler toutes les données disparates existantes au sujet de la première civilisation. Je ne puis, malheureusement rien faire pour ceux qui ne sont pas encore satisfait. 

        Nous sommes parvenus à déterminer un lien logique, acceptable et rationnel entre toutes les données actuelles, que celles-ci soient archéologiques, géologiques, astrologiques anthropologiques sans oublier et en incluant toutes ces données traditionnelles et mythologiques qui semblent souvent être jugées comme étant des élucubrations.

        Je vous remercie infiniment de l’aide que vous avez apportée en participant à cette recherche.  Nous pouvons tous en être très satisfait.

        Cependant, j’aimerais faire remarquer un dernier petit problème (enfin j’espère que c’est le dernier). Ce petit problème émerge au sujet des «apkalu» d’Enki.  Tout en décrivant ces humains civilisés égaux aux anunnaki, nous avons dit que seulement le dernier vécu après le déluge.  Nous avons également établi que les humains ne vivent pas avec les anunnaki sur le littoral de la mer Noire avant le Déluge.  Alors comment six apkalu ont-ils pu vivre au service d’Enki avant que les anunnaki ne s’installent en Mésopotamie ?

        La réponse est, encore une fois, dans les textes sumériens.  Ceux-ci nous disent que Enki s’était, depuis longtemps, installé dans les marais du Golfe Persique, lorsqu’il fut décidé que tous les anunnaki, menacés par la création du Bosphore, émigrent dans ces marais.  Donc, avant le déluge, Enki avait déjà commencé à «civiliser» des humains.

        C’est d’ailleurs probablement pourquoi, lorsqu’il est décidé de créer un serviteur humain, Enki répondit : «Cet être existe déjà.  Il ne suffit qu’à lui donner l’image des dieux.»  Lui-même l’avait déjà expérimenté sur certains hommes, dans sa ville d’Éridu. Il parlait donc d’expérience.

        Voyons ce texte appelé : Enki et l’E-engurra

After the water of creation had been decreed,

After the name hegal (abundance) born in heaven,

Like plant and herb had clothed the land,

The lord of the abyss, the king Enki,

Enki the Lord, who decrees the fates,

Built his house of silver and lapis lazuli;

————————————————

Après que l’eau de la création fut décrétée

Après que le nom Hegal (abondance) fut né dans le Ciel,

Comme des plantes et des herbes eurent habillé le sol,

Le Seigneur de l’Abysse, le roi Enki,

Enki le Seigneur qui décrète les sorts,

Construisit sa maison d’argent et de lapis lazuli;

        On voit ici qu’Enki construit sa maison bien avant les autres anunnaki dans les marais du Golfe Persique puisqu’il construisit «sa maison» au tout début de la «création».  D’ailleurs, les dieux ne construiront leur maison autour de la sienne seulement après qu’Enki eut invité Enlil chez lui.  C’est alors qu’Enlil vantera la maison d’Enki aux yeux des autres anunnaki.  On peut penser qu’Enlil veut les convaincre de déménager.

Enlil says to the Anunnaki:

« Ye great gods who are standing about,

My brother has built a house, the king Enki;

Eridu, like a mountain, he has raised up from the earth,

In a good place he has built it.

Eridu, the clean place, where none may enter,

——————————————–

Enlil dit aux Anunnaki :

«Ecoutez grands dieux qui vous tenez autour,

Mon frère a construit une maison, le roi Enki;

Eridu, comme une montagne, il a élevé de la terre,

Dans un bon endroit il l’a construite.

À Eridu, l’endroit propre, où personne ne peut entrer,

         L’expression «Il a élevé de la terre» indique que Enki s’est installé dans les marais dont il a asséché une partie.  C’est aussi pourquoi : «…personne ne peut y entrer.».

        Dans un autre texte, «Enki et l’Ordre mondial», on voit Enki qui crée un domaine pour chacun des dieux.

The Anunna-gods, the great gods,

have taken up dwelling in your midst,

———————————————

Les dieux Anunna, les grands dieux,

Ont pris domaine dans ton milieu,

        Dans la Genèse d’Éridu, on trouve des vers encore plus

explicites :

Nintur’s creatures let me bring them back

let me lead the people back from their trails.

May they come and build cities and cult places,

———————————————-

Les créatures de Nintu (hommes) laissez-moi les ramener

Laissez-moi les ramener de leurs sentiers

Qu’ils puissent venir et construire des cités et des endroits de culte,

        Je pense que nous tenons en main plusieurs indications qui supportent notre opinion.  Mais est-ce suffisant pour affirmer que nous avons trouvé le vrai scénario de ce qui s’est déroulé réellement ?

Plusieurs répondront oui, mais personnellement je crois que non.

          Nous devrons alors continuer encore un peu. De toutes façons, ce récit et surtout cette recherche, est passionnant.

 À suivre

                                                                       Elie l’Artiste

4 pensées sur “Le mystère Sumérien(20) L’homme devint « intelligent »!

  • avatar
    27 octobre 2010 à 1 01 30 103010
    Permalink

    Une question qui me trotte dans la tête.

    Est-ce les Annunakis étaient-ils géants ou les nouveaux hommes-serviteurs ? :-S

    Répondre
    • avatar
      27 octobre 2010 à 4 04 03 100310
      Permalink

      Géants, je ne pense pas.

      Cette notion de « géant » se rapproche plutôt d’homme supérieur.

      Mais qui sait?

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    24 août 2011 à 8 08 37 08378
    Permalink

    Bonjour,

    Je pense qu’il y a quelques lacunes dans lese traductions dont vous vous servez exemple le mot Adapa dont la définition que vous donnez n’est pas très explicite. Je vous recommande donc de lire « Le testament de la vierge » d’Anton Park qui pour moi est un expert des langues summériennes et égyptienne. Sont travail d’analyse ethimologique est incomparable. Ils donne beaucoup plus de sens dans ces racines de mots que l’on a abondament mis en nom propre et qui veulent dire bien plus qu’un cela.

    Je trouve votre études interressante, surtout la partie ou vous confrontez le serpent de la bible avec celui des summériens. A ce sujet je vous conseille un autre livre « le mensonge originel » (je n’ai plus l’auteur)qui raconte très bien la mystification du serpent voulant instruire l’Homme et du dieu vaincqueur qui lui veux l’asservir a jamais. Et comme on le dit souvent ce sont les vaincqueur qui écrivent l’histoire, alors le mauvais role a été donné au serpent…

    Amicalement

    PS : il est dommage que 4 ou 5 pages de vos articles ne soit pas disponible car la page ne souvre pas. Est-ce normal?

    Répondre
    • avatar
      24 août 2011 à 11 11 26 08268
      Permalink

      Non, ce n’est pas du tout normal et j’en suis très fâché moi-même.

      Surtout que j’ai constaté que les pages manquante sont celles qui « prouvent » que « ce qui fut ordonné par Marduk dans le ciel, fut effectivement construit à Babylone tel qu’il l’avait ordonné ».

      Je vais essayer de remédier au problème très bientôt.

      Merci de votre commentaire.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *