Le mystère Sumérien(4) Enuma Elish(suite)

Asurbanipal créateur de la bibliothèque de Ninive ou ce texte fut trouvé. 

Suite de l’Enuma Elish

Nous en étions à la description de Marduk

 3) Il l’a rendu parfait et l’a dote d’une double tête divine.

       Ici je fais une parenthèse parce que ce vers traduit de l’anglais me fait sursauter.

        À une époque des débuts de mes recherches, quand j’étais jeune, je cherchais dans la mythologie grecque.  Je veux parler ici plus spécialement du «mythe» de Persée.

      Dans ce récit, Héra, épouse de Zeus, a un fils dont je ne me rappelle plus le nom mais qui est fiancé à Andromède.  Persée suivant Andromède dans ce qu’elle croit être un rêve, espionne le fils d’Héra qui est devenu affreux, punit par Zeus de son orgueil et vit dans l’Hadès. 

        Le fiancé donne un secret à Andromède qui doit être la solution d’une question à laquelle Persée doit répondre pour mériter la main d’Andromède.  Le secret représentait le plus grand secret des dieux qu’Héra avait donné à son fils.

        Lorsqu’Andromède posa sa question, Persée, qui avait vu la représentation du secret, répondit : «une bague ornée de deux perles, l’une noire, l’autre blanche».  C’était cette bague qui représentait le plus grand secret des dieux.

        Pour moi, cette bague m’avait toujours fait penser à deux planètes sur la même orbite.  Je suis étonné de trouver ici un dieu ayant une «double tête divine» dans un contexte où les planètes sont des dieux.

        Est-ce que ce vers sumérien a pu se rendre jusqu’au mythe de Persée ? Ce serait quand même extraordinaire mais loin d’être impossible puisque tous les mythes sont originaires de cette mythologie sumérienne.  D’autant plus que ces couleurs de perles représentent une dualité opposée complémentaire style Yin/Yang.

       Je ferais également remarquer que le scénario du dernier film « Le choc des Titans » raconte l’histoire de Persée, mais ne contient pas du tout le « fond de scénario » du récit originel. L’accent est mit plutôt sur l’action et les « effets spéciaux », tout en éliminant le plus possible les « cadeaux » que Zeus fait à Persée pour l’aider dans sa quête ainsi que les relations « humains/divinités » de personnage d’Andromède.

          C’est quand même un très bon film, mais qui n’augmente pas « l’érudition » du spectateur. Ce qui est dommage, à mes yeux.

          Mais je dois m’arrêter pour ne pas dériver de mon but qui est de comparer les sens donnés au texte sumérien par différentes traductions.  Par contre rien ne vous empêche de vérifier ce mythe de Persée, si vous parvenez à en trouver un de complet; ce que je vous souhaite sincèrement; car il semble qu’une censure agissant au noir, élimine les détails d’anciens textes qui ne sont plus « acceptables » dans l’interprétation officielle. Par exemple, essayez de trouver un texte du Critias de Platon. C’est devenu très difficile.

 1) Il est bien plus sublime, il les dépasse partout,

3) Parfait était ses membres, au-delà de la compréhension

 1) Impossibles à imaginer, insupportables à regarder

 3) Quatre étaient ses yeux, quatre étaient ses oreilles

 3) Lorsqu’il bouge les lèvres des flammes surgissent

 3) Grandes étaient ses organes de l’ouie

 3) Et les yeux, du même nombre, examinaient toutes choses

 3) Il était le plus élevé des dieux, dominante était sa stature.

 3) Ses membres sont énormes, il était extrêmement grand.

 3) « Mon petit fils, mon petit fils !”

 Note : Évidemment c’est Anu qui s’exclame ici.

 1) Mon enfant est un Soleil : le vrai Soleil des dieux !

 3) Habillé de l’attraction de dix dieux, il était fort à l’extrême

 1) Et cinquante rayonnements terrifiques sont accumulés sur lui !

 3) Anu procréa et enfanta le vent des quatre directions

Note : On rencontre ici, pour la première fois, ce concept de la Bible où le fleuve d’Éden qui, du centre du jardin, se sépare en quatre bras, Nord, Sud, Est, Ouest. Ici le centre est Anu, le Soleil; le jardin devient le système solaire. Ceci signifie qu’Anu vient donc d’augmenter de puissance.

 3) Reléguant à son pouvoir le dirigeant de la multitude

 Note : Celui qui dirige la multitude est évidemment le vent des quatre directions qui fut relégué au pouvoir de Marduk.

 3) Il fabriqua…… plaça le tourbillon de vent

 3) Il produisit des courants qui perturbèrent Tiamat

 1) Ainsi troublée, Tiamat nuit et jours s’agitait, et ses dieux, sans relâche, supportaient les coups-de-vents.

 Note : Il semble bien que l’arrivée de Marduk dérange toutes les planètes du système solaire. Ce qui est tout à fait normal,  même dans le concept scientifique actuel. Ajoutons que la science actuelle souligne une très grande possibilité d’intrusion d’une planète qui perturbe les autres au début de notre système solaire.

 1) Ayant donc machiné du mal dans leur esprit,

 3) À Tiamat, leur mère, dirent :

 3) « Lorsqu’ils ont tué Apsû, ton époux

 3) Tu ne l’as pas aidé, mais tu es restée immobile

 1) Et maintenant, Anu ayant produit ces quatre vents terribles,

 3) Tes centres vitaux furent coupés de sorte que nous ne pouvons avoir aucun repos

 1) Apsû ton époux n’est plus en toi

 1) Ni Mummu qui fut enchaîné : tu demeures donc seule !

 3) … tu erres désemparée

 1) (Et nous) qui ne reposons pas, tu ne nous aimes donc plus ?

3) … nos yeux sont chauffés

 3) ….sans cesse. Laisse-nous avoir le repos !

 1) (mets-toi debout contre eux ! Tire vengeance d’eux!)

 1) (Réduits-les à néant (?)) et fais-en des fantômes !

 3) Lorsque Tiamat entendit ces mots, elle fut enchantée

 1) Puisque vous-même l’avez décidé ensemble, fabriquons des tempêtes

 1) Or d’autres dieux (étaient venus) là-dedans, (qui a)vaient aussi conçu (du mal)

 3) … battons-nous et contre les dieux….»

Note : Ouf! Enfin on peut saisir le sens de ces derniers vers. Des « objets célestes » qui ne sont pas les « dieux » officiels, se joignent à Tiamat pour reprendre le contrôle du système solaire et venger l’originel Apsu, premier époux de Tiamat.

 3) Enragés, ils complotent sans cesse, nuit et jours

 3) Ils sont prêts au combat, grognant, rageant

 1) Ils tinrent un conseil pour machiner la guerre

 3) Mère Hubur, celle qui façonne toutes choses

 3) ajouta des armes inégalables, généra des monstres-serpents

 1) Aux dents pointues, aux crocs (?) impitoyables

 1) dont elle emplit le corps de venin en guise de sang

 3) des dragons rugissant qu’elle avait revêtus de terreur

 3) les avaient couronnés de brillances, les rendant comme des dieux

 Note : Ici on apprend que l’armée de Tiamat, n’est pas composée de dieux mais en gagnent l’apparence (dans notre scénario, cela signifie l’apparence de planètes). Cette mère-Hubur est celle qui crée ces nouveaux guerriers qui doivent être des comètes ou planétoïdes puisqu’ils ne sont pas des planètes.

 3) Qui que ce soit les contemple est submergé de terreur

 1) et qu’une fois lancés (dit-elle), ils ne reculent jamais!

 3) Elle organisa la Vipère, le Dragon, et le monstre Lahamu

 Note : On doit se rappeler que Lahamu est effectivement un dieu. Il est donc du côté de Tiamat.

 3) Le Grand-Lion, le Chien-Fou et l’Homme Scorpion

 Note : Voici donc l’argument de M.Bottero; on se rend compte que cet écrit est fait pour la louange du dieu Marduk vers -2,000 av.J.C.  Par contre, « Le Grand-Lion » est alors un ennemi des Assyriens et fait penser au Sphinx, le « Chien-Fou » est un autre ennemi qui fait penser à Thot et « l’Homme-Scorpion » est définitivement le roi égyptien qui libéra son peuple des Puissants (ou dieux) Faucons/Serpents quelques siècles auparavant.  (On trouvera cela dans l’Énigme Égyptienne)

            Il semble bien que dans ce combat, livré par Marduk, tous les ennemis des Assyriens vont y être intercalés. 

        Cependant, puisque le texte original est sumérien et précède cette prise de contrôle par Marduk, nous pouvons avec assez de certitude dire que ces ennemis intercalés ne font pas partie du texte sumérien original; mais cela n’est pas certain puisque le roi Scorpion a vécu avant -3000 av J.C.

 3) Puissants démons-lion, la libellule, le centaure

 1) Tous brandissant des armes impitoyables et sans peur au combat

 3) Ses décrets (de Tiamat) furent fermes, ils étaient au-delà de toute opposition

 3) Tous ensemble, onze de ce genre elle porta à l’avant

 Note : Lorsqu’on enlève les descriptions effrayantes et que l’on compte les membres de l’armée de Tiamat, on arrive au total de neuf guerriers jusqu’à maintenant.  Pour arriver à onze, il devra y avoir d’autres guerriers d’ajoutés plus loin qui totalisera une armée de onze combattants. On verra bien.

 1) Après quoi, parmi les dieux ses rejetons, qui avaient tenu conseil avec elle

 3) Elle éleva Kingu, le fit chef parmi eux

 Note : et nous avons un dixième combattant de nommé.  Le Onzième devrait être Tiamat elle-même ?  Nous le verrons bien.

 3) la direction des grades, le commandement de l’assemblé

 3) Le brandissement des armes pour le face à face, avançant vers le combat

 1) l’autorité sur les combattants

 1) Elle lui mit tout cela en main et elle l’installa sur le siège-d’honneur

 3) Je t’ai jeté le sort, t’élevant dans l’assemblée des dieux

 3) Pour conseiller tous les dieux, je t’ai donné plein pouvoir

 1) Sois le plus grand ! Sois mon époux unique !

 Note : À remarquer ici que le pouvoir, chez les sumériens est propagée et justifiée par la mère ou la femme et non le père. C’est pourquoi Tiamat épouse Kingu.

 3) Ta parole prévaudra sur tous les Anunnaki

 3) Elle lui donna la tablette des destinées, fixée sur sa poitrine

 1) Qu’irrévocable soit ton ordre ! (Dit-elle). Que ta parole se réalise !

 3) Aussitôt que Kingu fut élevé, possédé du grade d’Anu

 3) Ils décrétèrent le sort des dieux, ses fils

 3)” Ta parole fera s’affaisser le premier

 3) elle humiliera l’Arme-de–puissance tellement efficace dans son balayage

               Nous venons de terminer la première tablette.  Je ne croyais pas que ce soit autant de travail.  Par contre, ça en valait la peine. Jusqu’ici, le concept «création du système solaire» n’est pas encore débouté.  En réalité, si c’est bien ce que veut décrire l’auteur original sumérien, il y a ici plusieurs vers qui n’étaient probablement pas dans l’original.  Malgré qu’ils ne nuisent pas vraiment au récit et n’en change pas la teneure cosmologique.  Nous assisterions donc, simplement, au «combat» pour la suprématie du centre de gravité du système solaire. En d’autres mots, nous assistons à l’installation de l’équilibre des « orbites » des planètes.

 À suivre.

 Amicalement

                                                                                              Elie l’Artiste

4 pensées sur “Le mystère Sumérien(4) Enuma Elish(suite)

  • avatar
    30 août 2010 à 5 05 14 08148
    Permalink

    Avez-vous remarqué que lorsqu’on discute un sujet sans présenter les faits exacts, un débat s’anime aussitôt?

    Ce n’est pas le cas lorsqu’on présente en intégralité le sujet à débattre.

    J’ai passé des semaines à débattre de l’Enuma Elish sur des forums où il se disait n’importe quoi. Ici, en présentant le texte intégral (sauf les répétitions), il n’y a plus rien à débattre. Les faits sont là.

    Intéressant non?

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    19 août 2011 à 6 06 42 08428
    Permalink

    Bonjour,

    Je suis nouveau sur le site et j’y suis venu pour lire ce que vous écrivez a propos des tablettes sumériennes, et surtout pour leur traductions.

    Je pense comme vous que c’est la création du système solaire qui est décrit sur cette tablette. Il y a juste un point qui me chifonne concernant la bague dont parle Percé. Je m’explique :

    Il semblerai que notre système solaire soit un système a étoile double (infos prise sur le net mais qui ne sont toujours pas officielles) avec Vulcain. Il semblerai (toujours le conditionnel) que le deuxieme soleil soit une naine brune (il me semble que c’est brune) et qu’elle n’est pas visible pour un tas de raison trop longue a expliquer ici.

    Alors ma question est simple, la bague de Percé ainsi que les traductions de la tablette ne peuvent-ils pas plutot représenté ce systeme à deux étoiles, le soleil représentant la perle blanche, et la naine brune (Vulcain ?) la perle noir?

    Vous allez me dire que la bague représent plutot le cycle de planètes tournant autour du soleil, mais jusqu’a Galilé, et même après l’homme a toujours considéré que c’était la terre qui était fixe, et que le soleil tournait aurtour d’elle.

    Je pense qu’il serait utile de revoir toute cette tablette avec ce principe d’étoile double (soleil et naine brune) pour voir ce que cela donnerai. Je pense que l’on aurait alors des surprises des plus interessante.

    Pour le peut bien sur que l’on soit dans un système a double soleil. Et si cela concorde, cela ferait encore plus de poid pour appuyer cette idée.

    Je ne peux le faire en raison d’un manque évident de connaissances en la matière, donc, avis aux amateurs …

    Répondre
    • avatar
      19 août 2011 à 7 07 16 08168
      Permalink

      Les sumériens connaissaient l’héliocentrisme. Ce n’est que plus tard que l’homme perdit cette connaissance.

      Et c’est par « vantardise » actuelle qu’on continue à leur refuser cette connaissance.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
  • avatar
    19 août 2011 à 6 06 46 08468
    Permalink

    De plus, le grand secret des dieux dont vous parlez serait (du moin pour moi)justement ce systeme d’étoile double dont on ne voit et ne sais rien par l’observation directe ?

    A méditer…

    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *