Le mystère Sumérien(6) La preuve que nous cherchions

La preuve que nous cherchions.

Deuxième tablette

 3) Lorsque Tiamat ait eu ainsi donné l’importance à son travail

 3) Elle se prépara au combat contre les dieux, sa progéniture

 3) Pour venger Apsû, Tiamat planifia le mal (ou le désastre)

 1) Il fut expliqué à Ea qu’elle harnachait ses forces-de-combat

 3) Aussitôt qu’Ea entendit parler de cela

 3) Il tomba dans un silence noir et resta assis immobile.

 3) Les jours passèrent et sa colère diminua

 1) Il se rendit en personne au-devant de son grand-père Ahsar

 1) Entré en présence d’Ansar, père de son progéniteur

 3) Il lui répéta tout ce que Tiamat avait comploté

 1) Mon père Tiamat notre génitrice, nous a prit en haine

 3) Elle a organisé le rassemblement et est furieuse de rage

 1) Et ses dieux au complet l’entourent

 3) Même ceux que vous avez générés marchent à ses côtés

 3) Ils se pressent et marchent au côté de Tiamat

 3) Enragés, ils complotent sans arrêt, nuit et jour

 1) se poussant au combat, trépignants enragés

 1) Ils ont tenu conseil pour machiner la guerre

 3) Mère Hubur, elle qui façonne tout

 Note : Suit ensuite la liste des armes effroyables créées par « mère-Hubur ». Je ne répèterai pas cette liste. Il y a d’ailleurs énormément de répétition dans les textes sumériens. Une chose est à remarquer dans les structures de phrases sumériennes : on intercale le sujet qui viendra, au milieu d’une phrase. Par exemple : « parce que parmi les dieux, son premier-né, qui formèrent l’assemblée » Ça ressemble un peu à de l’anglais qui place le sujet «un peu partout» à mon sens français. Cette dernière phrase se dirait mieux : «parce que parmi les dieux qui formèrent l’assemblée, son premier-né….».

 Je vais passer à la fin de cette répétition…

 1) Lorsque Ansar eut appris cette fort troublante affaire

 3) Il frappe ses cuisses et mordit ses lèvres

 Note : Les lignes suivantes sont endommagées et plusieurs interprétations sont accessibles voici l’une d’elles :

 3) son Cœur fut maussade, son humeur inquiète

 3) Il couvrit sa bouche pour étouffer son exclamation

 1) Toi-même (lui dit-il) Sois l’adversaire, au combat

 1) Soutiens le choc de l’action qu’elle mènera contre toi

 1) Tu as enchaîné Mummu (?) Tu as mis Apsû à mort :

 3) maintenant, occis Kingu qui marche devant elle

 1) N’est-ce pas toi (?) l’Oracle de Sagesse

 1) le conseiller des dieux, Nudimmud ?

 Note :        Une brisure où l’on perd à peu près 12 lignes.  Je n’ai pas la traduction anglaise pour les vers suivants;

 1) Alors Ea ouvrit la bouche :

1) Ô toi esprit profond qui arrêtes le Destin,

1) (Toi qui seul) as (pouvoir) (de produire et d’an) éantir

1) Ansar, esprit profond, qui arrête le destin

1) Toi qui seul as pouvoir de produire et d’anéantir

1) L’ordre que tu m’as donné, nous le…sur le champ.

1) Sitôt (?) que j’ai (?) fait (….)

1) Moi-même (je… Apsû, pour (en)

1) à présent (…………) (….)

1) (……………………………….)

1) (…j’ai supprimé (?) le rebelle, exterminé (……)

1) Anéanti (………………)

1) Lorsque Ansar (eut ouï) ce discours, il lui agréa. Il dit à Ea 

1) Ton âme (….) en liesse

1) (La conduite (?)) inconvenante de Tiamat doit être châtiée (?)

1) Engage (?) (Donc le combat contre (?)) Tiamat

1) Ea s’en fut, alors, cherchant à percer les plans de Tiamat

1) Mais….il rebroussa chemin

1) Et ne put être ainsi le vengeur des dieux

 Note :        Ici ça se complique un peu parce que les manques sur les tablettes sont fréquents et nous n’avons que des parcelles de l’une ou l’autre traduction.  Je vais donc donner une série de traductions no 1 groupées et poursuivre.

1) Étant allé trouver Ansar il s’adressa à lui

1) (………………………….0

1) Son / sa (……………) l’a emporté (?) sur moi

1) (……………………………) De Quingu (?), son époux

1) (……………………………) redouter (?) le combat

1) (……………………………) Qui donc (s’) avancera contre elle

1) (et ré) duira-au-silence (……………………….)

1) Voilà pourquoi (?) j’ai rebroussé chemin

1) Reste pourtant Anu (?) envoie-le à ma place (?)

 Note :        Suivent cinq lignes effacées. Nous comprenons cependant que Ea n’a pas affronté Kingu et qu’il a rebroussé chemin. Il propose d’envoyer son père Anu, à sa place.

 1) Anshar adressa donc ces mots à Anu son fils

 3) «…. Puissant héros

 3) duquel la puissance est remarquable, son assaut ne peut être résisté

 1) Vas donc toi-même te dresser face à Tiamat

 3) que son humeur se calme, que son Coeur puisse être tolérant

 1) Mais si elle ne veut pas entendre tes paroles,

 1) conjure-la d’un charme, elle s’apaisera 

 3) Lorsqu’il entendit l’ordre de son père Anshar

 3) Il se dirigea directement vers sa voie (route), poursuivant la route vers elle.

 Note : la traduction française de ce dernier vers est; « 1) Anu prit route vers elle, vers elle il dirigea ses pas ».

         Ceci m’a créé un petit problème car la traduction française simule une répétition qui n’est pas dans la traduction anglaise. Répétition qui laisse un doute dans mon esprit sur la présence possible de l’influence de cette «connaissance analogique indispensable» dont on parlait plus haut. 

        Par contre, je ne vois vraiment pas d’analogie dans une répétition; seulement une possibilité de détournement du problème.  Ce qui, malheureusement en détourne également le sens, et qui nous cache un détail des plus importants au niveau de notre vérification

        Il va sans dire que si jamais il devenait évident que ce récit raconte la création de notre système solaire en entier, il devrait y avoir un nombre presque incalculable d’excuses, de la part de plusieurs personnes, qui devraient se matérialiser. Excuses nécessaires envers un certain monsieur qui fut qualifié d’escroc intellectuel par un grand nombre de personnes un peu (beaucoup) élitistes dans leurs jugements.

        Le problème est très important parce qu’il se présente au niveau du mot «way» que je traduis depuis le début par «façon» ou « route ». 

        Ce dernier vers sumérien indique qu’Anu voulant rejoindre Tiamat, se dirige vers un certain endroit pour ensuite suivre la route qui mène vers elle. 

        Cet endroit est défini par le fameux mot «way» qui prend indiscutablement ici, le sens de «route», « voie», «parcours habituel» sinon comment savoir où Anu peut commencer sa recherche pour aller   rejoindre Tiamat? 

        Ce simple constat étoffe énormément et puissamment, le sens de «trajet habituel» à donner au mot «way».  Ce qui, par la suite, nous oblige à constater la possibilité de la présence du sens que nous donnons au mot «orbite». 

        De cette façon, le scribe nous dit qu’Anu, pour rejoindre Tiamat, se rend tout simplement sur l’«orbite» de Tiamat qu’il suit, ensuite, pour arriver jusqu’à elle.  De plus, ce «way» anglais et cette «orbite» français confirme le sens du mot «destinée» qui est toujours irréversible dans l’esprit d’un Sumérien.  Jusqu’à plus ample information, une orbite planétaire est «irréversible» à moins d’un cataclysme qui est également dans l’esprit d’un Sumérien; on le rencontrera sûrement quelque part.

         Pour nous le problème, apporté par la traduction de ce vers, est vraiment un cadeau qui nous ouvre une porte sur l’esprit analogique de notre scribe sumérien tout en étant un cadeau pour l’interprétation cosmologique de cette naissance et combat des dieux. C’est la preuve que nous cherchions.

        Évidemment, comme M. Bottero tient à souligner que ce texte n’est pas une description de la création de notre système solaire, sa « traduction » par une « répétition » sans signification ne nuit pas à l’interprétation qu’il propose.

       Reposons-nous un peu pour effacer cette impression de manipulation de texte pour éviter le sens réel de celui-ci, qui ne peut pas, ne pas nous effleurer.  Je vous dis tout de suite que nous aurons des preuves beaucoup plus « accablantes » avant la fin de cette étude. Je vous le promets.

 À suivre

                                                                         Elie l’Artiste

Une pensée sur “Le mystère Sumérien(6) La preuve que nous cherchions

  • avatar
    3 septembre 2010 à 1 01 30 09309
    Permalink

    Je ferai remarquer que si vraiment, comme on le constate actuellement, l’Enuma Elish raconte la « création » de notre système solaire, c’est que ses rédacteurs savaient que ce système était héliocentrique.

    On a également découvert qu’ils avaient une notion exacte de la gravitation et qu’ils connaissaient au moins la ceinture de Kuyper et peut-être le nuage de Oort.

    Oui, je sais, c’est incroyable!

    Mais qu’adviendra-t-il de cette « conviction » si nous obtenons la preuve qu’effectivement, ce qui a été établit dans le ciel, fut reproduit sur Terre à Babylone?

    J’espère que vous serez d’accord avec moi que nous devrons traverser ce pont, seulement lorsque nous arriverons à la rivière.

    Et je vous promets que nous allons y arriver.

    André lefebvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *