Le Pen et ses provoc’ à deux balles approuvée par 39% des Français et 54% des UMPistes. Pourtant, l’immigration reste un atout pour la France, chiffres à l’appui

Marine Le Pen réitère – normal, c’est son fond de commerce : « Mes propos ne constituent en aucune manière un dérapage, mais bien une analyse tout à fait réfléchie » basée sur « une banale constatation d’une réalité physique et juridique. S’agissant du terme occupation, je persiste et je signe, ceux qui ont cru pouvoir déformer cette hyperbole, en indiquant que j’aurais comparé les musulmans aux nazis sont […] des menteurs et des manipulateurs. En m’exprimant ainsi, je n’ai fait que dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Le vrai défenseur de la République, c’est [elle] et non l’UMP asservi. » Vieux refrain. « Ce que tout le monde pense tout bas » ? D’après un sondage Ifop réalisé pour France Soir, 61% des Français (73% des moins de 25 ans et 82% des sympathisants de gauche) lui donnent tort. Voilà donc une place méritée dans notre rubrique Ferme ta gueule ! Le Pen dit encore : « En refusant de condamner l’inadmissible comportement de ceux qui violent la loi, l’UMPS et ses acolytes effectuent un amalgame entre l’islam et islamisme et participent à la crispation légitime des Français. » C’est prier dans la rue, l’inadmissible comportement ? Mais s’ils disposaient d’assez de lieux de culte, le feraient-ils agenouillés dehors ? Le Pen dit n’importe quoi. Elle surfe sur le racisme bien présent chez – hélas – nombre de nos compatriotes. Parce que, pour revenir au sondage mentionné plus haut, dont nous livrions l’aspect positif, il nous enseigne aussi que 39% des Français approuvent son propos (assez ou tout à fait), dont une majorité des sympathisants de l’UMP : 54%. Et la virago d’extrême droite émarge à 27% d’opinions positives dans le sondage de popularité IpsosLe Point du 4 décembre.

Qu’a-t-elle dit exactement ? Le Parisien récapitule : « Je réitère qu’un certain nombre de territoires, de plus en plus nombreux, sont soumis à des lois religieuses qui se substituent aux lois de la République.

sas_pageid=’2358/124754′; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_rhone
sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300×250
sas_target= »; // Targeting
SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);
// ]]>Oui il y a occupation et il y a occupation illégale. Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire. » Quoi qu’elle dise, elle a donc bien tracé un parallèle entre nazis et musulmans ! « Certes il n’y a pas de blindés, il n’y a pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants. J’ai bien dit qu’il ne s’agissait pas d’une occupation militaire (…) J’ai voulu glorifier l’esprit de résistance qui fait qu’on doit s’opposer à l’occupation du territoire. Cela a été le cas dans toute notre histoire. J’entends de plus en plus de témoignages sur le fait que dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même Français ou blanc. » En réalité, Le Pen n’invente rien : elle ressasse le discours tenu par le FN depuis toujours. A titre d’exemple, le très bon blog Droite(s) extrême(s), tenu par deux journalistes du Monde, exhume ainsi un discours de Bruno Mégret datant de 1993 : « Le combat de la résistance visait à s’opposer à la fois à  l’invasion allemande et à l’oppression nazie. Or, aujourd’hui il y a invasion et il y a oppression. Certes, il s’agit de formes molles, non militaires de ces deux fléaux, mais les deux mots peuvent être valablement utilisés. L’invasion, c’est naturellement l’invasion liée à l’immigration », ajoutait le frontiste, dénonçant un pays « victime, depuis de nombreuses années, d’une authentique invasion silencieuse et pour le moment pacifique. L’établissement adopte une attitude de collaboration avec l’envahisseur, le Front national adopte, lui, une attitude de résistance. » La blonde walkyrie ne dit donc ni plus ni moins qu’exactement la même chose que Mégret il y a 17 ans. Droite(s) extrême(s) relève aussi, dans la bouche de Le Pen, une autre comparaison avec l’Allemagne du Reich : « Très clairement comme en 1940, certains croient se comporter dans la France de 2010 comme une armée d’occupation dans un pays conquis ». Provocation grossière qu’expliquent ainsi les auteurs Abel Mestre et Caroline Monnot : « Dans la bataille de succession, la polémique lui permet de casser l’image d’un « FN aseptisé » que lui renvoient ses adversaires. Ses propos du 10 décembre, en faisant scandale, la placent au centre du débat et soudent le parti derrière elle. En externe, comme c’était déjà la vocation de sa sortie du 18 juin, elle préempte le thème de l’islamisation, qu’elle juge porteur (…). »

Pourtant, ce discours anti-immigrés, si l’on est un tant soit peu rationnel, ne devrait pas prendre : l’immigration représente bel et bien un atout pour la France, comme vient de le rappeler le journal espagnol ABC, repris par Courrier international, s’appuyant sur une étude menée durant trois ans par des chercheurs universitaires : « Les immigrés sont une très bonne affaire pour l’économie française : ils reçoivent de l’Etat 47,9 milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards. Autant dire un solde positif de 12,4 milliards d’euros pour les finances publiques, qui ne représente pourtant que la part monétaire de transferts bien plus importants. (…) A ce solde positif de quelque 12,4 milliards d’euros il faut ajouter d’autres revenus pas toujours monétaires, mais d’une grande importance sociale et économique : les immigrés occupent l’immense majorité des emplois dont les Français ne veulent pas, et 90% des autoroutes ont été et sont construites et entretenues avec de la main-d’œuvre étrangère. (…) Majoritairement jeunes, les immigrés sont de grands consommateurs : comme nous venons de le voir, ils versent environ 18,4 milliards d’euros à l’Etat sur leurs dépenses personnelles, notamment en TVA. (...) Parallèlement, de nombreux métiers, en particulier dans les services, ne fonctionnent en France que grâce à l’immigration. Plus de la moitié des médecins hospitaliers dans les banlieues sont étrangers ou d’origine étrangère. Pas moins de 42% des travailleurs des entreprises de nettoyage sont des immigrés. Plus de 60% des ateliers de mécanique automobile de Paris et de la région parisienne appartiennent à des mécaniciens et petits entrepreneurs d’origine étrangère. Dans un domaine aussi crucial que l’avenir du système des retraites, les immigrés jouent un rôle des plus favorables. Le très officiel Comité d’orientation des retraites est parvenu à cette conclusion : « L’entrée de 50 000 nouveaux immigrés par an permettrait de réduire de 0,5 point de PIB le déficit des retraites. » A méditer.

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

A’ lire aussi:

  1. 173 milliards de cadeaux fiscaux au Medef, deux ans de plus à trimer pour le peuple
  2. Rigueur pour les pauvres, cadeaux pour les riches : la criminelle hérésie économique libérale
  3. Dîner du siècle: œufs, farine et quolibets pour les puissants, garde à vue pour les manifestants
  4. Des UMPistes musulmans contraignent Fillon à s’échapper d’un meeting par une porte dérobée !
  5. France Inter : Val le menteur engage Dahan, humoriste UMP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *