Le vieux lion sort et rugit encore une fois!!!

Le vieux lion sort et rugit encore une fois!!!

 

Publié le 25 avril 2011

Parizeau invite à voter pour le Bloc

Anabelle Nicoud
La Presse

Au secours de Gilles Duceppe, l’ancien premier ministre a prononcé ce matin un discours aux accents très souverainistes, devant une centaine de militants.

«Au Québec, on a tous les mêmes intérêts», croit Jacques Parizeau. Alors que la campagne du Bloc bat de l’aile, le ténor péquiste a insisté sur l’utilité du Bloc à Ottawa.

«C’est long. C’est vrai que c’est long», a-t-il dit, rappelant la courte victoire du non en 1995. «Ça aurait pris peu de choses. Ça aurait fait longtemps (si on avait gagné) qu’il n’y aurait plus de Bloc à Ottawa. Quand on y pense, ça donne une sorte de frisson. Je comprends les gens qui disent: « C’est bien long« .»

Sans les citer, Jacques Parizeau a fait allusion au NPD et à Jack Layton. Qualifié de «mirage» par Gilles Duceppe la semaine dernière, Layton a été qualifié de «poudre aux yeux» par Parizeau.

Il faut donner au Bloc un appui, dit Jacques Parizeau, pour enfin donner la souveraineté au Québec. «Ça prendra le temps que ça prendra, mais ça se fera», dit-il.

                             —————————————————

       Cet article ne dit absolument rien de ce qui s’est déroulé lors de ce discours de Jacques Parizeau. Le vieux MENTOR péquiste est toujours aussi acerbe et vindicatif. Son esprit est toujours aussi limpide et sa façon de livrer son message est toujours aussi efficace.

       D’une logique absolue, Jacques Parizeau m’a fait vibrer, encore aujourd’hui, autant qu’à l’époque. Je ne sais pas ce qui émane de cet homme mais son pouvoir de persuasion est extraordinaire. Je suis bien conscient combien un exposé concis, logique et intelligent peut m’agripper aux tripes, mais là, avec cet homme, c’est autre chose.

      J’ai l’impression que sa puissance de persuasion est simplement qu’il s’adresse à tous comme à des adultes intelligents qu’il considère lui-même comme ses égaux. Personne d’autre, en politique, depuis 40 ans, n’a maîtrisé avec autant de dextérité, cette aptitude de revaloriser ses auditeurs au moyen de ses propres idées.

      Sans pouvoir m’en empêcher, je suis redevenu souverainistes pendant dix minutes. J’en suis encore abasourdi en écrivant ces lignes.   

      Mais, malgré cette expérience personnelle, ce n’est pas chez moi que ce pouvoir s’est manifesté avec la plus grande intensité.

      Gilles Duceppe, qui, depuis plusieurs années, avait perdu de son mordant, ne se donnant même plus la peine de prononcer adéquatement les mots qu’il prononçait, est, tout à coup, ressuscité tel un nouveau chef qui vient d’entrer en fonction.

      Le discours de Parizeau a métamorphosé complètement le chef du Bloc. Ses mots étaient prononcés comme jamais auparavant, des éclairs sortaient de ses yeux, au lieu de simplement des rougeurs sur les joues, et la concision de son discours s’élevait de plusieurs crans.

      Est-ce là la manifestation des derniers soubresauts d’un feu souverainiste qui s’éteint au Québec? Je crois que c’est, effectivement, une grande possibilité. Mais on ne peut pas refuser de prendre conscience qu’un Jacques Parizeau est un politicien qui n’est égalé par aucun de ceux qu’on nous présente aujourd’hui où qu’on puisse les chercher.

      Même à son âge avancé, l’homme reste une sommité par sa « présence » politique. Jacques Parizeau est un « maître » incontestable dans notre politique Québécoise. Il a acquis et mérité facilement le statu de « Vieux Sage » de la société québécoise. Je n’ai jamais oublié sa phrase, exposant parfaitement tout le problème auquel il se confrontait, et qui était d’une lucidité extraordinaire de simplicité :

                             « Avant de faire, …Il faut Être! ».

        Même si Parizeau appliquait cette phrase à l’ensemble des Québécois, c’est là le secret philosophique que chacun des individus doit s’appliquer à lui-même. L’individu doit découvrir QUI il est, pour ensuite manifester ses choix personnels selon sa propre perception. Autrement dit : manifester la perception d’un individu « LIBRE ».

      J’ai énormément de respect pour cet homme qui a eut le courage de provoquer ouvertement le Canada en duel, avec sa proposition de faire du Québec, un pays. Seul un tour de passe-passe malhonnête de la part de Québécois au fédéral a fait échouer sa tentative. Personne ne peut aujourd’hui refuser de le reconnaître.

      Ceci dit, la sortie de sa tanière du vieux lion respecté et écouté, ne changera probablement pas la donne aux prochaines élections.

      Le peuple en a assez des « illusions » incarnées par les candidats; et le souverainisme de Gilles Duceppe est, lui aussi, devenu une illusion aux yeux du peuple.

      La majorité de la population est de plus en plus consciente d’une seule réalité : tout notre système démocratique n’est que de la « poudre aux yeux » pour empêcher le citoyen de se rendre compte qu’il est une « corne d’abondance » pour ceux qui sont aux pouvoir.

      Cela devient de plus en plus difficile, pour le pouvoir, de le cacher, lorsque tous les « avancés sociaux » fondent à vu d’œil et que toutes les « caisses détenant la richesse du peuple », se font détourner de sommes faramineuses vers on ne sait trop où, ni trop comment. Mais le constat émerge sans pouvoir le cacher : Le peuple se fait voler constamment et de plus en plus intensément.

      La soif de richesse du pouvoir n’a plus aucune retenue; c’est la course au pillage de la richesse du peuple par tout un chacun qui en reçoit l’opportunité.

      C’est également ce pillage des fonds publics qui est défendu par une imitation très vague de la « Démocratie ». Celle-ci est devenu LE nouveau dogme Divin et n’a, malheureusement, pas de résultats différents que ceux de tous les dogmes divin qui ont précédé.

      La malhonnêteté est tellement incrustée dans tout l’esprit politique, qu’on parle actuellement d’une possibilité « démocratique » d’un « vote stratégique ». Le vote « stratégique » est de voter à l’encontre de ses valeurs personnelles pour empêcher l’obtention de la majorité par l’un des partis dont nous n’appuyons pas l’idéologie.

      Et la majorité considère cela comme une « stratégie intelligente » quand, en fait, c’est une manifestation de pure malhonnêteté démocratique.

      La démocratie est de donner une voix à chacun des individus pour que chacun d’eux fasse valoir, de façon égalitaire, chacun son opinion de la marche à suivre par la société qu’ils composent tous.

      Un vote «  stratégique » d’une minorité qui empêche l’élection majoritaire d’un parti choisit par la majorité d’une population devient alors une démarche contre la volonté de cette population et donc, une démarche absolument anti-démocratique. Si votre option n’est pas acceptable pour la majorité, vous n’avez pas le droit de bloquer l’option démocratique de cette majorité. C’est de la malhonnêteté sociale absolue.

        Remarquez que le vote « stratégique » n’a pas vraiment autant d’importance électorale qu’il peut paraître en avoir. Par contre, il a une importance sociale incontournable. Il démontre à quel niveau d’honnêteté, la politique a conduit les citoyens de notre société. La majorité des citoyens « votants », est prête à ce genre de « bassesse anti-démocratique » non seulement pour défendre son opinion, mais strictement pour empêcher la volonté du peuple de prendre le pouvoir.

      Est-il surprenant que la majorité silencieuse n’accorde plus aucun crédit à notre système dit « démocratique »?

      Est-il surprenant que la majorité silencieuse ne se déplace même plus pour aller faire ce petit X insignifiant sur un bulletin de vote qui ne représente rien de ce qu’ils croient?

      Je pense que cette situation est très normale pour ceux qui en ont marre.

      Malheureusement, cette majorité silencieuse ne perçoit aucun moyen pour faire valoir leurs droits et leur opinion. Et pourtant, il en existe un qui est à la base même de la vraie démarche démocratique.

                                        Le droit de veto!!!

L’Individu, insatisfait de la situation politique actuelle, a le droit de manifester son refus de cette situation. Même si la structure électorale semble lui refuser ce droit, elle ne peut absolument pas le faire.

Si cette majorité silencieuse, qui équivaut à près de 47% de la population, manifeste son droit de VETO aux élections, le gouvernement ne pourra pas refuser de voir cette proclamation du droit démocratique de la population. Ils sont déjà inquiets du peux de participants à l’élection; il est temps de leur faire savoir pourquoi si peu participent.

         De plus, ceux qui votent pour un choix « moins pire que les autres » se rallieront à cette majorité silencieuse pour faire grimper le taux d’insatisfaction à plus de la majorité de la population. Car il y a au moins 25% de la population qui vote de cette façon. On les appelle actuellement les « indécis ». Ils ne sont pas indécis pour choisir l’idéologie partisane qu’ils préfèrent, ils n’en préfèrent aucune. Ils sont indécis pour choisir le parti qui les dépouillera le moins rapidement. Ils votent pour « le moins pire ».

          Refusez tout simplement cette caricature insignifiante de la Démocratie et apposez votre VETO sur le bulletin de VOTE.

          Le résultat du VETO devrait alors se situer autour de 72 %; croyez-vous vraiment que le gouvernement peut se boucher les oreilles devant ce cri de la population?

         S’ils le font, ils devront accepter d’être responsables des conséquences.

 Amicalement

                                                              Elie l’Artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *