Legault: « celui qui doit venir » ?

 
 

 

Il semble bien que Legault sera le prochain proconsul à qui les maîtres du monde confieront la gestion du Québec.  Voyez, tous les sondages le disent…   Bidons les sondages ?  Bien sûr.  Mais un sondage bidon est bien plus révélateur que ne le serait un sondage honnête, car une population peut changer d’avis en quelques semaines de manipulation, alors que ceux qui fabriquent et bidonnent les sondages, eux, n’en changeront pas…

Les sondages sont donc, la plupart du temps, des prophéties qui se réalisent : les résultats des sondages sont un élément fondamental de l’enfumage à chaud et à froid  du surgelé démocratique qu’on nous fait bouffer. Considérez  les sondages comme des messages que le vrai pouvoir vous envoie.

Ainsi, l’immense popularité de Layton a commencé avec de surprenants résultats de sondages…et ce n’est que bien plus tard qu’on a compris l’astuce de donner sans risque son heure de gloire à la gauche en lui offrant un sacre ante mortem. Maintenant, les sondages disent « LEGAULT » et il semble que celui-ci sera le nouvel oint du Système.

Oh, il ne faut jurer de rien ; voyez comment Ignatieff, qui avait été prévu pour le poste  de PM à Ottawa, est disparu comme il est venu, quand il a semblé plus simple de garder Harper, qui apparaissait désormais prêt à toutes les compromissions… Mais tout indique que ce sera Legault et il faudra s’y faire, quoi qu’en pensent mes amis de la Gauche qui s’énervent…

Qui s’énervent bien à tort, car ce serait quoi l’alternative réaliste à Legault ?  Un Charest totalement discrédité – et vu par beaucoup, a tort ou a raison, comme un outil du crime organisé ?  Le PQ en déroute,  comme prévu, avec une leader mal-aimée et une vieille option indépendantiste dont toutes les rides apparaissent soudain comme sur le portrait de Dorian Grey ?  Québec Solidaire, encore marginal et qui le restera jusqu’à ce qu’il ait réalisé sa fusion avec  Projet Montréal ?

Qui d’autre que Legault pourrait prendre la main ? Alors, puisque c’est lui qu’on nous destine, il vaudrait mieux faire un petit effort de pensée positive et se demander déjà ce qu’on pourra attendre de lui…

D’abord, il semble bien que Legault arrive à point pour mettre à  l’heure deux (2) grandes pendules qui retardent depuis longtemps… et en remettre en marche au moins trois (3) autres, où il semble que les souris – ou des rats – aient fait leur nid.

1.  Mettre à l’heure la pendule constitutionnelle.

Il y a deux générations que la place du Québec dans le Canada ne se négocie plus de bonne foi. On se borne à l’affirmation impuissante, vociférée par une minorité velléitaire, que l’on en sortira… Ce que l’on ne fera pas que dans le cadre d’une Union Nord Américaine, lorsque ce sera devenu totalement inutile.  Le monde a changé, le partage des pouvoirs entre Ottawa et Québec doit être revu pour de simples raisons d’efficacité et l’on tarde trop à le faire. Legault, le ci-devant sécessionniste devenu pragmatique, est l’homme pour le faire.

La menace de l’indépendance écartée, on aura des négociations sereines avec Ottawa, car l’avènement de Legault peut marquer la fin du Parti Libéral au Québec… Or,sans le Québec comme position de repli et pépinière de talents, le Parti Libéral au palier fédéral cédera au Parti Conservateur le rôle de parti « naturel » e gouvernance.  C’est la fin d’une époque et  Harper ne ratera pas cette chance. On peut compter qu’Harper donnera au Québec de Legault tout ce qui sera raisonnable et consolider la position de celui-ci en lui offrant un « fédéralisme renouvelé » qui sera bien accueilli au Québec.

2.  Mettre à l’heure la pendule syndicale.

Le syndicalisme au Québec doit être changé.  Il n’est pas acceptable que les piliers sur lesquels repose principalement la défense des intérêts des travailleurs soient ancrés dans le secteur de la construction et la fonction publique, dans la corruption, le népotisme et le travail planqué.

En refusant une enquête dans la construction, on a associé syndicalisme et mafia dans l’esprit de la population et cela ne changera que quand tout le mouvement syndical aura montré patte blanche et aura accepté que son leadership se soumette aux principes de la démocratie sous contrôle judiciaire.

Dans la fonction publique, on a une aberration, puisque le syndicalisme oppose le travailleur à un employeur présumé « exploiteur » qui, ici… est la population elle-même !  Une grève dans la santé, l’éducation, les services publics n’est pas ne lutte contre le capitalisme. C’est une prise d’otage de TOUS les travailleurs par certains qui sont « bien » syndiqués.  Il faut comprendre que le torchon bbule entre le peuple et les syndicats et qu’une large part de la population est jalouse, aussi, des conditions privilégiées dont elle estime que jouissent les fonctionnaires.

Legault aura donc le large soutien de la population pour remettre le syndicalisme à sa place dans ces deux secteurs. Il gagnera cette bataille  – peut-être brutale, mais courte – qui sera décisive et qui marquera aussi la fin d’une époque. Sans la construction et la fonction publique, les syndicats ne représenteront plus une force dominante au Québec et c’est tout le syndicalisme actuel, jugé anachronique, qui pourra être réciblé.

Ayant remis ces deux (2) pendules à l’heure, Legault aura ensuite le vent dans les voiles pour s’attaquer aux trois (3)  problèmes irritants  que sont la Santé, l’Éducation et la Justice et où c’est l’immobilisme béat dans l’ineptie qui est l’ennemi.  Ce qu’il propose à ce jour en ces domaines est bien sommaire, mais soyez sûrs  qu’il bonifiera ses offres selon le calendrier de la campagne électorale à venir. 

Or, il suffirait d’UNE avancée spectaculaire dans chacun de ces dossiers, pour que Legault apporte plus que ce que nous à donné le tandem PQ-PLQ depuis des décennies. Il pourrait se limiter à des améliorations peu coûteuses, mais bien visibles.

Ainsi, en santé, , faire que, dans les 90 jours des élections,  chaque citoyen ait son médecin de famille. Une simple question d’appariement… et de fermeté avec les médecins.

En éducation, qu’on laisse TOUTE la composante pédagogique à la discrétion des enseignants et qu’on donne toute a responsabilité des examens au Ministère. On aurait tout de suite des élèves qui apprennent. On discuterait ENSUITE, ad nauseam,  de docimologie et d’évaluation formative et normative…

Dans le système judiciaire, faire que, en toutes  matières contractuelles, l’arbitrage devienne le premier palier incontournable de résolution des conflits.

Ne me faites pas dire que ces trois mesures suffiraient à régler tous les problèmes ! Il y a des dizaines d’autres choses urgentes à faire… Mais ces trois (3) mesures faciles instaureraient un climat d’optimisme. Elles passeraient le message qu’on est sorti de l’immobilisme. Qu’on VEUT changer quelques choses, envers et contre tous les corporatismes.

Je vois presque des mains se lever pour demander «  Et  la dette ? Et la répartition de la richesse ? Et le contrôle des banques sur l’économie… ? » Baissez ces mains que je ne saurais voir. « Ne demandez  pas l’impossible. Il n’est pas dans les pouvoirs réels de nos gouvernants de toucher ces sujets. Si Legault n’avait pas déjà donné l’assurance qu’il n’y changerait rien, il ne serait pas dans la course et son nom ne serait même pas mentionné…

Etes-vous celui qui doit venir » – demandait les envoyés du Baptiste – «… ou devons-nous en attendre un autre ? ».  Il faudra attendre, car Legault  ne viendra pas réaliser les grands espoirs de ceux qui veulent une nouvelle société. Mais, attendant le messie, il faudrait se demander, cependant, si AUJOURD’HUI ce que peut offrir Legault n’est pas le meilleur de ce que peut offrir le régime que nous avons.

Si votre  réponse  est « non », dites-moi :  qui pourrait être élu et faire mieux ? 

Si votre réponse est « oui », mais que vous en  vouliez plus, il faudrait changer le régime. Mais cela ne se ferait qu’avec des fusils. Pensez-vous sérieusement que les Québécois veuillent faire une révolution ? Alors, amis de Gauche, en attendant, pourquoi pas Legault ?

Pierre JC Allard

12 réflexions au sujet de « Legault: « celui qui doit venir » ? »

  1. Pour avoir suivi la CAQ dès le début et avoir eu l’occasion de commenter les premiers écrits avec parfois des réactions de Legault lui-même, j’en suis sorti totalement désenchanté par le simplisme des propositions politiques. Quelques exemples. À part Legault, je ne connais personne du monde de l’enseignement incluant les profs eux-mêmes qui croit que la priorité est de hausser de 20% la rémunération en échange de concession sur la sécurité d’emploi. Legault prétend aussi couper de 23% le budget d’opération d’Hydro mais si on lui demande sur quoi il se base pour un tel chiffre, sa réponse est plus que navrante: certains anciens dirigeants lui ont dit que…En santé, prétendre que le problème de l’accès au médecinde famille va se résoudre par une hausse combinée de la rémunération et de la productivité des docs relève de la pensée magique pure. Quant à l’idée d’abolir les commissions scolaires et les agences de santé sans vision globale et sans dépolitisation de la gestion de ces 2 grands domaines, c’est de la poudre aux yeux. Pour le reste, c’est du on verra…Bref un programme politique d’un comptable sans imagination . D’ailleurs la dette et le chomage ne semblent pas tellement le préoccuper puisque l’essentiel de son programme est de payer plus cher 2 groupes relativement favorisés, les profs et les docs en abolissant 6 à 7000 postes à l’Hydro, dans les agences et les cs. Très excitant!
    Note: en plus il semble ignorer totalement les effets d’une hausse de rémunération d’une partie du secteur public sans percevoir les vases communicants.

  2. «Québec Solidaire, encore marginal et qui le restera jusqu’à ce qu’il ait réalisé sa fusion avec Projet Montréal ?»

    Vous jouez leur jeu, M. Allard. La gauche s’«énerve» vous dites? Il y a de quoi. Les médias parlent de trois options à Radio-Canada, du PQ, de la CAQ et des Libéraux! Il n’y a même pas mention de Q-s! Les décideurs, les maîtres comme vous dites, ont boycotté Q-s, en ne la nommant pas, et pourtant!

    On compte beaucoup plus de membres militants dans Q-s, que dans la CAQ de Legault, où les 300 membres réunis à Québec étaient sensiblement les mêmes débiles réunis à la création du Réseau Liberté Québec. On est plus de 5000 chez Qs, mais vous nous maintenez dans la marginalité, vous aussi M. Allard.

    Aucune invitation à un débat, on nous ridiculise, alors qu’on a la SEULE option indépendantiste, qui ait un caractère révolutionnaire et qui puisse attirer les Québécois, en regard du fait qu’il y a un PROJET, derrière notre volonté de faire l’indépendance et que nous sommes le seul parti à défendre les intérêts des moins nantis, des travailleurs, contrairement aux 3 autres partis qui défendent bec et ongles, les intérêts des investisseurs, donc de cette poignée minoritaire de bourgeois, qui sont incapables de travailler et de vivre de leur propre labeur.

    Projet Montréal? C’est quoi le rapport?!?

    Une alternative réaliste, existerait si les médias faisaient leur travail impartialement, ce qui n’est de toute évidence pas le cas.

    «Alors, puisque c’est lui qu’on nous destine, il vaudrait mieux faire un petit effort de pensée positive et se demander déjà ce qu’on pourra attendre de lui…»

    Privatisation, rien de bon. Un cancer généralisé pour lui, ça je l’attends! Avec une tumeur maligne. Je n’attends rien d’autre d’un bourgeois, qui servira d’autant plus les intérêts de sa classe parasitaire, plutôt que ceux des exploités, qu’il a exploité lui aussi. Legault, avec ses privatisations, fera plaisir aux bourgeois, et il teintera, avec l’aide des médias conciliants, ses gestes de populisme, «il faut faire ces changements nécessaires», etc.. Alors que dans les faits, on constate toutes les ratées du privé dans la santé, ou par exemple, les ratées des évaluations des enseignants aux États-Unis d’Amérique, etc..

    «La menace de l’indépendance écartée, on aura des négociations sereines avec Ottawa, car l’avènement de Legault peut marquer la fin du Parti Libéral au Québec… »

    Comme si le fédéralisme avait déjà fonctionné…

    «On peut compter qu’Harper donnera au Québec de Legault tout ce qui sera raisonnable et consolider la position de celui-ci en lui offrant un « fédéralisme renouvelé » qui sera bien accueilli au Québec.»

    Le fédéralisme fonctionne, quand ça fait l’affaire du gouvernement fédéral, que Legault soit au provincial au Québec? Bref, le fédéralisme ne fonctionne pas, il fait semblant de fonctionner, quand les oppositions provinciales ne sont pas trop trouble-fête? Donc, le fédéralisme ne fonctionne pas.

    «Le syndicalisme au Québec doit être changé. Il n’est pas acceptable que les piliers sur lesquels repose principalement la défense des intérêts des travailleurs soient ancrés dans le secteur de la construction et la fonction publique, dans la corruption, le népotisme et le travail planqué.
    En refusant une enquête dans la construction, on a associé syndicalisme et mafia dans l’esprit de la population et cela ne changera que quand tout le mouvement syndical aura montré patte blanche et aura accepté que son leadership se soumette aux principes de la démocratie sous contrôle judiciaire.»

    Je ne partage pas cet avis. Quant aux syndicats, ils doivent peupler tous les secteurs, et non seulement celui de la construction et des fonctions publiques.

    Pour ce qui est de la patte blanche, tant qu’il n’y aura pas de partage de la richesse au plus haut point, donc l’abolition des classes, il y aura du crime, du vol, de la corruption, de la collusion, c’est peine perdue et totalement naïf de croire qu’après avoir montré patte blanche, tout se règlerait tout seul. À la prochaine enveloppe brune, il y aura quelqu’un pour la saisir, vous pariez?

    «Dans la fonction publique, on a une aberration, puisque le syndicalisme oppose le travailleur à un employeur présumé « exploiteur » qui, ici… est la population elle-même ! Une grève dans la santé, l’éducation, les services publics n’est pas ne lutte contre le capitalisme.»

    C’est une lutte pour les intérêts des travailleurs quand même, quand le gouvernement sert, comme le serviront les caquistes, le ô capital et les minorités parasitaires bourgeoises. Ôter le pouvoir syndical aux fonctions publiques, c’est accepter le rôle de l’État, comme un pouvoir au-dessus des soviets, des comités populaires, c’est quasiment du stalinisme, et je déplore que vous agissiez de la sorte avec ces travailleurs, qui ont autant le droit que les autres, de faire valoir leurs intérêts via un regroupement, leur donnant un rapport de force considérable, en fonction de ce qu’ils accomplissent dans notre société.

    Je ne partage donc pas votre enthousiasme à ce que Legault saccage le travail fait par les travailleurs de la fonction publique et qu’il bafoue de la sorte, la démocratie réelle, le rapport de force légitime des salariés, contre les employeurs.

    Quand ce sont des crosseurs qui gouvernent, qui contrôlent l’État, on peut se demander qui set l’employeur réel, en arrière. Quand votre État est capitaliste, c’est le capitalisme qu’il sert et le syndicalisme ne doit pas disparaître.

    Dois-je énumérer des luttes que es syndicats des fonctions publiques ont mené? Les batailles du 301 contre la privatisation de l’eau à Montréal pour ne prendre qu’un exemple…

    «C’est une prise d’otage de TOUS les travailleurs par certains qui sont « bien » syndiqués. Il faut comprendre que le torchon bbule entre le peuple et les syndicats et qu’une large part de la population est jalouse, aussi, des conditions privilégiées dont elle estime que jouissent les fonctionnaires.»

    Plutôt que de jalouser, les travailleurs doivent mettre de côtés vos beaux discours, et ceux du patronat, et des médias qui les servent indéniablement. Ils doivent se syndiquer eux-mêmes, et aller chercher ces avantages qu’ils jalousent, comme ces jalousés ont été se les chercher.

    Mais bien entendu, les médias de masse, dont les couches pleines de Péladeau, continuent de marteler aux moins nantis, que ce qui est le mieux, c’est d’être moins nantis et d’avoir des conditions de merde au travail… Et là, on dirait que vous aidez la cause…

    «Legault aura donc le large soutien de la population pour remettre le syndicalisme à sa place dans ces deux secteurs.»

    À sa place!?! Ouf! Si les travailleurs, de quelconque secteur, cessent de travailler, ce dit secteur en sera marqué! Si les fonctions publiques exercent une pression, nous verrons leur apport et leur nécessité, d’où la nécessité des syndicats, pour coordonner de tels mouvements.

    Prendre en otage vous dites? C’était le but des syndicats, de dire, «regardez quand je ne fais plus le travail que vous attendez de moi!» «Regardez l’importance que j’occupe dans la société que vous chérissez!»…

    «Sans la construction et la fonction publique, les syndicats ne représenteront plus une force dominante au Québec et c’est tout le syndicalisme actuel, jugé anachronique, qui pourra être réciblé.»

    Anachronique, selon les capitalistes et les intérêts capitalistes. Car au départ, les syndicats sont des soviets. Si vous leur ôtez leur rôle, à quoi servent-ils? Réciblés? Comme aux États-Unis d’Amérique, et conciliants avec ça? Tiens donc! Et on se demande pourquoi le syndicalisme au Québec, stagnait à 40%! On ne lâche pas PJCA!

    Avec un peu de chance, Legault va cibler les recruteurs aussi et encadrer tout ça d’une loi…

    Moi, je vois le contraire. Je vois des syndicats qui ont joué la «game», comme les entreprises et leur corporatisme. Les syndicats ont évolué dans un monde totalitaire, où le capital ne s’est jamais partagé et tant que le système monétaire, capitaliste ne sera pas aboli, les syndicats seront pareils. Vous frappez sur le mauvais clou, et semblez préférer voir le Titanic continuer de voguer, avec ses multiples patchs…

    «Ainsi, en santé,, faire que, dans les 90 jours des élections, chaque citoyen ait son médecin de famille. Une simple question d’appariement… et de fermeté avec les médecins.»

    Ha ha! Comme si Legault avait pour but premier, de donner un médecin de famille à chacun de nous! Quand il privatisera en partie la santé, c’est Pierre qui se déshabillera, pour habiller Paul. Rien d’autre. Et les mythes demeureront mythes, et nous perdrons le peu que nous avions.

    «On aurait tout de suite des élèves qui apprennent. On discuterait ENSUITE, ad nauseam, de docimologie et d’évaluation formative et normative…»

    Et on connait la suite. Les ratées aux États-Unis d’Amérique sur le principe d’évaluation, etc..

    «Si votre réponse est « oui », mais que vous en vouliez plus, il faudrait changer le régime. Mais cela ne se ferait qu’avec des fusils. Pensez-vous sérieusement que les Québécois veuillent faire une révolution ? Alors, amis de Gauche, en attendant, pourquoi pas Legault ?»

    Dans vos rêves! Québec-solidaire, en avant tous! Legault, la meilleure chose qu’il peut apporter, c’est son foie et ses organes, après un accident de voiture.

    «Soyons réalistes! Exigeons l’impossible!» Ernesto Che Guevara

  3. Quand je regarde la « palette » qui se présente pour nous « diriger », le moral me tombe aux chevilles.

    Je ne sais même plus comment exprimer mon désarrois. D’autant plus que je commence à croire que ça ne vaut même pas la peine que j’essaie.

    Refuser la « pensée magique » que je vois partout m’oblige à attendre un « nouveau messie ». Ce n’est vraiment pas drôle!!!

    André Lefebvre

  4. J,ai une vieille tante que j’adore.

    Je lui ai demandé:
    « Comment vas-tu, ma tante? »

    Et elle m’a répondu:…pendant une heure et demi sans s’arrêter de parler, en me répétant tout ce qu’elle m’avait dit la dernière fois que je lui avait parlé.

    Je l’adore, ma tante.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    • Et moi, un vieil oncle radoteux, il s’ennuie du crédit social, qu’il dit. Il pense encore que Duplessis va resurgir et se présenter aux élections…

      Il n’a pas l’air seul dans son cas…

  5. Dommage que ce monsieur Legault soit un: Celui qui était présent et actif lorsque quelqu’un aurait pu et dû se lever debout avant que le Québec (que son gouvernement de l’époque tenait dans la paume de sa main) ne soit soufflé aux 4 vents. Il aurait eu plus de crédibilité, mais je n’ai aucun souvenir d’une quelconque dissidence de sa part quand il était opportun de le faire. Sinon j’avoue que pendant plusieurs années le menu proposé pour les élections en était un de disette. Il y a longtemps d’ailleurs que j’ai faim. Comme son passé le rattrape, je m’abstiendrai de voter pour un idéal, trop peut tentée d’essayer de croire en quelqu’un qui n’a rien fait quand il pouvait mais qui promet de faire. Ça devient une manie à force. Il ne propose rien de moins que majoritairement le gros bon sens, sauf que trop de gens sensés ont subitement perdu toute lucidité une fois au pouvoir. No more. Il n’avait qu’à parler quand il avait droit de parole. Je crois qu’il en a eu suffisamment le temps à ce moment-là…

    Personnellement, je miserais (pire que les courses ces élections) sur Amir Khadir. Il s’est ouvertement mis impopulaire alors qu’il a agi (et pas seulement parlé) pour les québécois, en tentant à plusieurs reprises de faire respecter les règles de la démocratie trop souvent bafouées. Qu’on ait aimé ou pas, il n’en demeure pas moins qu’il s’est fait l’avocat du diable dans cette tourmente du: je t’en passe une petite vite mais tu n’y verras que du feu et tu vas aimer ça. A bien des égards il est demeuré plus attaché aux fondements mêmes de la démocratie, liberté, égalité, justice et plus attaché au respect des citoyens qui composent le Québec que de nombreux québécois même ceux qui se disent souverainistes. Sa détermination et encore plus sa façon de nager à contre-courant devraient logiquement supplanter Sieur Legault selon moi et sans hésitation, Mais tout est conditionnel. (Je mettrai à profit ici l’art de se retirer avant de se foutre les 2 pieds dans les plats comme le font les politiciens). Sérieusement, je n’irai pas voter, mon corps refuse de marcher jusqu’à un pôle parce que mon esprit crie aux subterfuges et mon être en a marre de se faire avoir.

    M. Khadir n’est sûrement pas prêt à se ramasser la fonction publique sur le dos, mais à bien des égards les autres non plus et est-ce mieux de lutter pour changer les choses plutôt que de faire des sourires condescendants et des compromis qui durent et perdurent tout en donnant l’impression qu’on peut faire face et qu’on contrôle la situation? Avions-nous besoin d’une loi pour faire un amphithéâtre à Québec? Non. Avions-nous besoin d’une loi pour accréditer son promoteur? Oui. Madame de Marois, extrêmement financièrement établie et reconnue établie, s’était insurgée contre les centrales nucléaires, dont Gentilly principalement (y en a qu’une dommage). Cependant, le 29 juin dernier on a émis le permis de réfection de la centrale ainsi que la construction d’un dépôt de déchets nucléaires et elle n’a plus rien dit car elle était occupée à être en vacances probablement, sinon occupée à ne rien dire parce que le dossier nucléaire n’était plus à la mode du jour, donc moins vendeur au niveau des votes et de la popularité et du: elle est donc bien bonne madame de Marois.de se soucier de la santé des québécois alors qu’elle a tout et pourrait se foutre du petit peuple…, mais rassurez-vous… elle s’en

    Ce qui amène à M. Legault, et son passé péquiste mais surtout membre d’un gouvernement longtemps au pouvoir, fervent suiveux du je poursuis la construction de Gentilly et sa production et je pitche énormément (d’auto-que-tones) dans de jolies réserves, à l’abri des orignaux, des poissons, de tout animal qui pourrait les troubler et surtout qu’ils pourraient chasser, et du tourne-toi les pouces en attendant un chèque parce qu’on va noyer ton paysage et ta faune car on a besoin d’eau pour l’électricité qu’on vend aux USA baslaque parce que la centrale de Gentilly ne fournit plus…elle se meurt, il a dit quoi? euh attendez je vais retrouver: je n’ai rien trouvé désolée. Par contre je suis tombée sur ce texte intéressant, ce qui me permet de croire que je ne suis pas la seule zombie sur la planète.

    http://www.ameriquebec.net/actualites/2011/11/26/legault-charest-caq-plq-cest-loncle-paul-qui-tire-les-ficelles-7940.qc

    PS: si certains propos ont pu porter à confusion, irriter ou déranger, je décline toute responsabilité et maintiens le respect de l’individu derrière le personnage social (il existe sûrement… le respect ou l’individu? bref) , eus égard à la liberté d’expression, prioritairement en ce qui concerne les dossiers à caractère social. (Formule soumise pour distribution en ces temps de: on va bientôt vous interdire de dire parce qu’on a les moyens de vous la faire fermer)

    Ouf^^

  6. M. Allard,
    pour ma part je ne vois dans votre texte qu’une superbe mise en garde ironique mais non sans un brin de résignation.
    J’ai suivi quelques uns de liens que vous soumettez et en conclus qu’en plus cette résignation est documentée.
    J’en retiens l’en-tête de votre  » Le leurre de la démocratie  » : Votez bien, Votez rien.
    En effet, en lisant ce texte je me disais que là, dans l’annulation de son vote par une majorité d’électeurs, résidait sinon LA solution, du moins un début de reprise en main (en bouche?) du débat par ceux et celles qui sont directement visés par les manœuvres et diktats des oligarques.
    Je retiens aussi de ce même texte :  » Y a–t-il une chance que nous échappions à cette fausse démocratie de manipulation et de corruption ? Peut-être… par le pire « .
    Peut-être est-ce là le sens à donner à  » Alors, puisque c’est lui qu’on nous destine, il vaudrait mieux faire un petit effort de pensée positive et se demander déjà ce qu’on pourra attendre de lui… » le pire, ou un pas de plus nous y menant?
    Bien sûr je sais bien l’utopie de l’annulation du vote, celle qui est la dernière manifestation de la vrai force plébéienne, celle sans fusils, cela va sans dire.
    Chaque fois qu’en ma conscience, personne ne représentait ce à quoi, comme électeur, j’aspirais, ça a été mon réflexe. Réflexe qui m’a laissé en paix avec moi-même et qui de ce fait, m’a permit de continuer à tenter de faire bouger les choses autour de moi.
    Je l’ai écrit sur plusieurs tribune. Le Québec est riche et si d’aventure il finissait par accéder au statut d’État, rien ne nous indique que ces mêmes oligarques ne comploteraient pas ici, comme actuellement au Moyen-Orient, en Afrique et ailleurs.
    D’ailleurs, ne le font-ils déjà pas, à la « soft »?
    Y aura-t-il ce méga-crash qui ruinera l’ensemble des possédants, le système implosera-t-il? Je l’ignore.
    Je sais, par contre, l’indifférence voulue et entretenue par nos possédants via leurs médias mainstream pour le ti-peuple et que, chacun qui le sais a pour obligation de combattre, même au risque d’importuner.
    Je reviens donc à votre mise ne garde que, soit dit en passant j’ai faite circuler, non san y avoir ajouter ce qui précède.
    André Lemay

  7. Nous avons un mouvement et un chef prêts à faire tout ce que vous attendez. mais personne, ni vous, n’en parle: L’Option nationale et M. Aussant.

  8. @ SG

    « Une alternative réaliste, existerait si les médias faisaient leur travail impartialement ». Vous êtes dans le deni, les syndicats ne sont pas des soviets et Mao vous aurait mis en ré-éducation.

    @ L’artiste

    Sylvain en a. Appelez-le mon oncle…

    @ André Lemay

    On pourrait parler aussi d’un brin d’ironie et d’une grande résignation… Mais je suis très sérieux quand je dis que Legault est actuellement ce qui peut nous arriver de mieux.

    PJCA

    • «Vous êtes dans le deni, les syndicats ne sont pas des soviets et Mao vous aurait mis en ré-éducation.»

      Mao n’était pas communiste et c’était un dictateur sur le prolétariat, il n’était pas sous la dictature des soviets.

      Quant à Legault, la seule chose qu’il peut faire de bon pour le Québec, c’est de signer sa carte de don d’organes!

      Toutes les mesures qu’il propose, elles ont été mises en place, ailleurs, et on voit le résultat.

      Évaluer les enseignants, aux États-Unis, cela donne des perversités. Alors qu’en Finlande, on fait le contraire que les résultats suivent.

      Privatisation de la santé, on voit le résultat ailleurs, et je ne parle pas de la qualité des soins qui diminue et de l’accessibilité, mais de la soudaine «liberté» des riches, de faire des profits sur les maladies d’autrui. Pathétique, et on se demande pourquoi la richesse se concentre au sein de cette minorité parasitaire, laquelle est déjà pas mal confortable dans ce système pourri.

      Legault est le personnage le plus à droite sur l’échiquier au Québec, avec sa clique de malades mentaux de l’ADQ/Équipe Gérard Deltell. Même Charest est à gauche en comparaison. Le PQ a l’air «communiste» à côté de Legault, et ses disciples du ô capital.

      Legault est la pire chose qui soit arrivée au Québec, et il n’a même pas encore pris le pouvoir.

      Prendre des décisions difficiles, ça devrait commencer par nuire aux riches, pas aux pauvres!

  9. Si les deux Empires parlent autant de la CAQ tout en ignorant Option National, je me dis qu’il y a sincèrement un partie pris de la part de nos 2 célèbres clowns des télécommunications… Et vraiment très flagrant de surcroit…

  10. La seule chose que je vois de bonne à la venue de Legault, c’est la division de la droite, rien d’autre.