L’énigme Égyptienne(28); Le troisième larron ramasse tout!

Momie d’Hatshepsout, décédée à 50 ans. Elle semble décédée du cancer des os, était diabétique et obèse.

Le troisième larron ramasse tout

-1 550 ans av.J.C. Égypte : Le Pharaon est alors Antef VII ou son prédécesseur Sébekemsaf II.  Les relations entre les royaumes de Haute et de Basse-Égypte semblent fertiles en échanges commerciaux au cours des règnes d’Antef VII à Thèbes et d’Apophis Ier du côté Hyksôs.

       Le climat change radicalement à la fin du règne d’Apophis Ier et durant celui d’Apophis II.  Taâ Ier, dit l’Ancien, successeur d’Antef VII, laisse sa place à Séqénen Rê Taâ II, dit le Brave.

        Seqenen-Rê Taâ II péri dans la lutte contre les Hyksos.  Sa momie fut découverte à Deir el-Bahari.  Elle révèle la mort violente de ce roi par plusieurs marques de couperet et de lance.

– Tiens !  On commence à trouver des momies.

Irak : La ville de Lagash est abandonnée. (Pourquoi ?) Site d’Al Hiba (Lagash) : Les fouilles américaines ont permis de découvrir deux sanctuaires superposés datés du IIIe millénaire.

         Le mieux conservé, et aussi le plus récent, est un temple entouré d’une vaste enceinte de 90 mètres de largeur.  Une inscription atteste que ce bâtiment fut construit par Eannatum pour la déesse Inanna et nous en donne son nom, l’Ibgalor.  On sait par d’autres textes sumériens que l’Ibgal se trouve à Lagash, ce qui assure l’identification d’Al Hiba avec Lagash.  On sait qu’Eannatum est un prince sumérien de Lagash vers –2 450 av.J.C, et sa construction, ici, est la plus récente des deux.

Israël : Destruction de Sechem par les Égyptiens. La ville de Jaffa est habitée (Près de Tel Aviv).

Cnossos: Une autre destruction du Palais.

-1 539 ans av.J.C. Égypte : Antef VII est à la fin de son règne et de la dix-septième dynastie.  Nouvel Empire ou second Empire thébain : (-1 539 à –1 069) Dix-huitième dynastie : (-1 539 à-1 293) prise du pouvoir par Amosis.  Il régnera jusqu’en –1 514.

Iah-mes (Celui qui est né de Iôh (la lune)).

 

Il est le fondateur de la XVIIIe dynastie et parvient à libérer l’Égypte de l’emprise des Hyksos.

Je suis convaincu que vous avez remarqué le cheval.

Amosis : meurt vers l’âge de 35 ans et règne environ 25 ans.

 
Voici une stèle d’Amosis :

Sa hache de guerre :

Et sa pyramide :

Il défait les Hyksos, les chasse d’Égypte et les poursuit jusqu’en Palestine.  Ce qui laisse entendre une origine amorrite aux Hyksos; ou du moins, une alliance avec les Cananéens et sûrement un lien avec les Israélites de Jacob.

 Résultat : les Israélites deviennent esclaves. 

 

On note sur sa momie qu’Amosis n’avait pas été circoncis comme l’étaient les autres anciens Égyptiens.                        

La circoncision n’est donc pas d’origine juive ?

-Non.

« Les Colchidiens (habitants de la côte orientale de la mer Noire), les Égyptiens et les Éthiopiens sont les seuls peuples qui aient de tout temps pratiqué la circoncision.  Les Phéniciens et les Syriens de la Palestine reconnaissent qu’ils tiennent cet usage des Égyptiens; les Syriens établis dans les vallées du Thermodon déclarent l’avoir depuis peu emprunté aux Colchidiens.  Voilà les seuls qui aient eu cet usage, et l’on constate qu’ils observent sur ce point les mêmes règles que les Égyptiens.  Des Égyptiens et des Éthiopiens, je ne saurais dire quel est le peuple qui a pris cette coutume à l’autre car elle est, de toute évidence, des plus anciennes.» (Hérodote 484-425, av.J.C, Enquête II, 104).

–         L’usage de la circoncision serait donc originaire de la région des mer Noire et Caspienne ?

–         Eh oui! Ça aussi.

Colchide : Contrée d’Asie, entre la mer Noire et le Caucase.  Selon la légende grecque, Jason et les Argonautes vont y conquérir la Toison d’or.  La Colchide portait aussi le nom d’Aea, et le fleuve qui la traverse, le Phase, est parfois considéré comme la frontière entre l’Europe et l’Asie, ses eaux navigables permettent aux marins d’aller le plus à l’est possible à partir de la mer Noire.

-1 525 ans av.J.C. Égypte : Aménophis Ier ou Amenhotep Ier, pharaon d’Égypte (v.1 525-1 504av.J.C.) durant la période du Nouvel Empire.

– Comme d’habitude les dates ne correspondent pas. C’est la raison de certaines répétitions chronologique. J’ai ajouté certains éléments pour rendre cette nécessité plus atrayante.

        Deuxième roi de la XVIIIe dynastie, Aménophis Ier succède à son père, le pharaon Amosis Ier.  Selon Manéthon, historien égyptien du IIIe siècle av. J.C., il aurait régné vingt ans et sept mois, les premières années étant sous la tutelle de sa mère Ahmès Néfertari.  Durant son règne, Aménophis Ier étend la domination égyptienne à la Nubie, à la Libye et à la Palestine.

        À l’origine de la construction des hypogées de la vallée des Rois, il est le premier des souverains égyptiens à avoir séparé sa sépulture de son temple funéraire.  À sa mort, Thoutmosis Ier monte sur le trône.

        Thoutmès I (Thoutmosis I) est pharaon d’Égypte.  Sa fille s’appelle Hatshepsout
        Thoutmosis Ier est probablement le fils d’Aménophis Ier et d’une de ses concubines, Seneneb.  Il devient l’héritier légitime du trône par son mariage avec la princesse héréditaire Ahmès, sa demi-sœur.  De cette union naîtra Thoutmosis II, son successeur.

        En l’an 2 de son règne, il fait campagne dans le sud et terrasse une révolte nubienne.  Il divise la Nubie en cinq principautés dont le gouvernement est confié à des Nubiens soumis.  Il fait campagne dans le pays de Kouch, avançant jusqu’au-delà de la quatrième cataracte. Au retour de cette campagne, il fait dégager le canal Sehel.  Dans le nord il livre combats dans le Retenou (Syrie) et en pays de Canaan.  Il marche jusqu’à l’Euphrate combattant dans le pays de Naharina (rive ouest de l’Euphrate).  Lors de ses campagnes il fait usage du char militaire et des armes d’importation.

-1 520 ans av.J.C. Chine : Les Shang prennent le pouvoir.

–1 514 ans av.J.C. Égypte : Prise du pouvoir d’Aménophis I.  Il décède en –1 493.

        Et nous arrivons à un carrefour de l’histoire égyptienne qui marquera une bifurcation religieuse de l’humanité causée par la volonté de réintégrer la connaissance ancienne tout en s’en servant pour assurer le pouvoir.  Le but est le même que celui visé par Imhotep mille ans auparavant, mais les moyens différents résulteront à tout autant de confusion.

-1 513 av.J.C. Égypte : Naissance de Moïse

-1 512 ans av.J.C. Égypte : Décès de Thoutmosis I. Thotmes II (Thoutmosis II) est Pharaon d’Égypte; il épouse Hatshepsout. Son règne est court.

                        
        Hatshepsout : Reine d’Égypte, XVIIIe dynastie (1 483 av.J.C.).

        Fille de Thoutmès Ier, elle s’empare du pouvoir à la mort de son demi-frère et époux Thoutmès II, au détriment de Thoutmès III, son neveu et beau-fils.  Elle mène une politique pacifique et fait construire un magnifique temple à Deir el-Bahari

        Par contre, même si elle s’est nommée Pharaon, elle n’a pas reçu l’enseignement secret qui n’est réservé qu’au Pharaon et au grand prêtre : cet enseignement de l’époque prédynastique qu’Imhotep avait rendu accessible au peuple en lui donnant un repère visuel : le Soleil.

Revérifions l’époque d’Hatshepsout d’une façon toute particulière :

 -1 525 ans av.J.C. Égypte : Thoutmès I (Thoutmosis I) est pharaon d’Égypte.  Sa fille s’appelle Hatshepsout

-1 512 ans av.J.C. Égypte : Décès de Thoutmosis I. Thotmes II (Thoutmosis II) est Pharaon d’Égypte; il épouse Hatshepsout. Son règne fut court.

 –1 500 ans av.J.C. Égypte : La reine Hatshepsout et Thoutmosis III construisent leurs temples à Deir el-Bahari orientés avec une légère différence de celui construit 600 ans plus tôt.

 –1 491 ans av.J.C.  Égypte : 8e année du règne d’Hatshepsout.  Elle envoi 5 vaisseaux dans le pays de Pount.  On y rapporte des arbres à encens et toutes sortes d’épices.  Le voyage dure 1 an et est dirigé par Senmout, bras droit de la reine.

 –1 481 ans av.J.C. Égypte : Thoutmosis II prend le pouvoir et meurt très tôt, remplacé par Hatshepsout, régente au nom de ThoutmosisIII.(?)
-1 480 ans av.J.C.  Égypte : Hosarsiph, prêtre d’Amon, se retire au Sinaï où Jethro, sacrificateur du temple de Madian, l’initie.  Manéthon, l’historien, nous certifie «qu’Hosarsiph et Moïse ne font qu’un». (À vérifier.)

 -1 478 ans av.J.C. Égypte : Thoutmosis III devient pharaon et Hatshepsout corégente jusqu’à sa mort en –1 456 av.J.C.  Date où Thoutmosis III est seul au pouvoir pendant trente ans.

 -1 470 ans av.J.C. Canaan : Les Égyptiens annexent Canaan et le Liban en vainquant une coalition de rois Cananéens à Megiddo.  Tout y fut massacré et laissé dans la désolation par Thoutmès III (Thoutmosis) au nom de son Dieu Amon Ra.

–1 456 ans av.J.C. Égypte : Thoutmosis III fomente une révolte et prend le pouvoir.  Il détruit tout ce qu’il peut d’Hatshepsout.  

Mort d’Hatshepsout et fin de la corégence avec Thoutmosis III.

 -1 433 ans av.J.C. Égypte : Moïse revient chercher les esclaves juifs. C’est la date de l’Exode.

 –1 426 ans av.J.C. Égypte : Aménophis II est corégent avec son père Thoutmosis III pendant trois ans.  Après la mort de celui-ci, il règne jusqu’en –1 401.

 –1 423 ans av.J.C. Égypte : Mort de Thoutmosis III.

–1 394 ans av.J.C. Palestine : Destruction de Jéricho.

         Donc, très belle chronologie, tout à fait «politically correct» de bout en bout.  Exactement comme si on dénombrait, dans notre presse officielle, les années de pouvoir de tous nos présidents ou premiers ministres. Par contre, on le sait très bien, personne ne vit sa vie au pouvoir exactement comme le décrivent toutes les biographies politiques.  Essayons d’y voir plus clair.

 Mon père je m’accuse…

        Essayons de situer Moïse dans cette histoire en se servant des renseignements tirées de la Bible.  Pour cela, il faut faire un petit calcul très simple : Le roi Salomon prend le pouvoir en -963 av.J.C, selon les données officielles.  Dans la quatrième année de son règne, il commence la construction du Temple qu’il termine dans la onzième année de son règne.  Le début de cette construction est donc -960 av.J.C, et se termine en -953 av.J.C.

        La Bible nous dit que la date de la construction du temple de Salomon se fait 480 années la après sortie d’Égypte.  Ce qui donne comme date de l’exode, lorsque le temple est terminé : -1 433 av.J.C.  Retenons que Moïse est âgé de 80 ans lors de la sortie d’Égypte ce qui lui donne comme date de naissance : -1 513 av.J.C.

        L’histoire de Moïse «sauvé des eaux» est une fiction tirée de l’histoire de Sargon qui, 1000 ans auparavant avait été sauvé des eaux pour devenir roi et constructeur de l’Empire d’Akkad.  Cette histoire était sûrement connue de l’élite égyptienne mais tout aussi sûrement inconnue des esclaves juifs.  C’est probablement pourquoi Moïse s’est attribué cette légende de Sargon.  Pour se réinventer et se donner une nationalité juive.

        Donc en –1 513 av.J.C, naît Moïse en Égypte; et la Bible nous raconte qu’il fut adopté par la « Fille du Pharaon ».  C’est exactement le titre que prendra officiellement une jeune fille appelée Hatshepsout, fille de Thoutmosis IPersonne d’autre qu’elle, dans toute l’histoire égyptienne, ne portera ce titre.

         Cette «Fille du Pharaon» avait comme jeune amoureux un nommé Senmout, qui devint le futur grand architecte de la reine et de l’empire, tout autant que son bras droit.  Et la date de –1 513 av.J.C, concorde avec celle où Hatshepsout est une jeune fille qui se mariera un an plus tard au Pharaon Thoutmosis II.

         Lorsque Thoutmosis II prend le pouvoir et épouse Hatshepsout en –1 512 av.J.C. Moïse est âgé d’un an et la Bible nous raconte qu’il fut adopté par le Pharaon comme son propre fils.  On parle donc ici de Thoutmosis II en tant que père adoptif de Moïse.

 – Il faut lire les mots, il y en a d’autres !

        Lorsque Thoutmosis II meurt en –1 499 av.J.C. Hatshepsout prend le pouvoir et Moïse est maintenant âgé de 14 ans.  Et c’est là où se cache la vraie histoire de Moïse. (Un peu différente de la version de Cecil. B. DeMille.)
       

        Il est fils de la «Fille de Pharaon», adopté par un Pharaon et éduqué comme un fils de Pharaon. Il est donc légitimement le successeur de Thoutmosis II.

         Puisque, on le sait, la légitimité était transférée par la mère.  Mais, il n’est pas «fils de la famille royale» même si Thoutmosis II pouvait le croire sien; il est probablement fils de Setmout. (Ah ! L’amour et la jeunesse !)

        L’histoire n’a rien retenu d’un tel protagoniste; mais la Bible nous dit que Pharaon voulait le faire mourir.  C’est encore plus curieux parce qu’Hatshepsout, lorsqu’elle prit le pouvoir, se nomma elle-même Pharaon et commença à se faire représenter comme personnage masculin sur les peintures et les statues.

        La seule conclusion possible à ce mystère est que le Pharaon qui voulut faire mourir Moïse est Hatshepsout, sa mère naturelle.  Sous le prétexte personnel de garder la pureté du sang dans la lignée des rois, probablement; ou même, simplement pour garder le pouvoir.  Il est, par ailleurs, incroyable qu’une fille de Pharaon puisse accepter d’adopter un rejeton d’esclave juif. Une fille de Pharaon ne pouvait même pas se marier avec quelqu’un d’autre que de sa propre famille.

         Dans la situation politique de –1 499 av.J.C, il est concevable qu’Hatshepsout ait pu décider d’éliminer le seul personnage qui pouvait l’empêcher d’accéder au trône d’Égypte; même s’il est son fils.  Moïse s’enfuit, alors dans le désert, et se fait passer pour un enfant juif sauvé des eaux à sa naissance et adopté par la «Fille du Pharaon».  Ce qui lui donne une nationalité juive lorsqu’il s’adresse au prêtre de Madian, Réouel, qui deviendra son beau-père.  Probablement qu’Hosarsiph, prêtre d’Amon est celui qui amène le dauphin de 14 ans, Moïse, au Sinaï pour lui sauver la vie.

        Nous savons qu’Hatshepsout est devenue Pharaon; nous avons également vu qu’elle tient tellement au pouvoir qu’elle refuse de le remettre à Thoutmosis III aussi longtemps qu’elle fut vivante.  Il devient évident que c’est Hatshepsout qui veut faire mourir Moïse et celui-ci doit prendre la fuite dans le désert pour échapper à sa mère.  Logiquement, il devait être plus dangereux pour lui d’être dauphin «naturel» que d’être un « héritier légitime du roi » trucidant un contremaître de chantier

        C’est également à partir de cette époque que le mot «Pharaon» est adopté pour identifier l’autorité égyptienne.  Pharaon signifie «Grande Maison» et comme il y avait deux rois : Hatshepsout et Thoutmosis III, même si celui-ci ne régnait pas, Hatshepsout institue le titre de Pharaon pour, probablement, donner l’impression d’une corégence à Thoutmosis III.

         À cette époque, Thoutmosis III étant trop jeune pour régner, Hatshepsout s’empare du pouvoir.  Il faut noter que Thoutmosis III n’est pas le fils d’Hatshepsout; il est le fils d’une épouse du harem de Thoutmosis II.  Il ne faut pas oublier, toujours, que la légitimité au trône découle exclusivement du coté maternel et jamais du côté paternel; ce qui faisait d’Hatshepsout, fille de la princesse légitime Ahmès, la seule personne légitimée au pouvoir.  Elle détient aussi la possibilité de se remarier pour légitimiser le nouveau pharaon; ce qu’elle ne fit pas.  On ne peut qu’en déduire qu’elle voulait garder le pouvoir sans le partager.

 – Il y en a eu d’autres comme elle.

        En –1 456 av.J.C, la reine Hatshepsout décède, probablement empoisonnée par Thoutmosis III qui prend le pouvoir.

– Il en avait sûrement assez d’être deuxième violon.

        Ce n’est que 23 ans après le décès d’Hatshepsout, en –1 433 av.J.C, que Moïse ose se permettre de revenir en Égypte pour s’emparer des esclaves et créer un peuple qu’il dira «Peuple élu du seul vrai Dieu, le très haut Yaweh».  Yaweh signifie : Seigneur.

        Hatshepsout ayant empêché Moïse de devenir Pharaon,  Moïse se prescrit comme chef du peuple élu du Dieu unique.  Et le peuple élu devenant plus important que le peuple égyptien, Moïse devenait donc, plus important que Pharaon, puisqu’il est le chef de ce «peuple élu».

         Le Pharaon auquel Moïse s’adresse pour libérer les juifs est donc Thoutmosis III qui règne jusqu’en –1 423 av.J.C.  Dans la Bible, Moïse n’a aucune difficulté à se faire recevoir de Pharaon. Et on ne se demande jamais pourquoi ?  On connaît maintenant la réponse : Pharaon est son demi-frère. Moïse parvient alors à convaincre son demi-frère et amène «son peuple élu» dans le désert où il le promène pendant 40 ans pour le «mettre à sa main et lui enseigner ce qu’il connaît».

        Lorsqu’ils entrent en Canaan, ils détruisent la ville de Jéricho en

–1 393 av.J.C, qui, elle, ne se relèvera plus jamais de ce dernier combat.

 -1 393 av.J.C, est la première date attribuée officiellement par les archéologues comme la fin définitive de l’existence de Jéricho.

        Aujourd’hui, on s’obstine entre –1 400 et –1 393.  Grosse chicane au sujet de la précision des dates. C’est absolument Incroyable !  Surtout que notre recherche, ici, s’étend sur une période de 500 000 ans et qu’aucune des dates officielles inscrites dans cette recherche n’est assurée.  Vive l’objectivité !

         La question intéressante qui me vient à l’esprit est : comment Moïse a-t-il pu convaincre Thoutmosis III de laisser partir les Hébreux ?   Nous y reviendrons sûrement; parce que les grenouilles et la grêle, moi….

         Voyons ce que tout ça donne au niveau international :

-1 500 ans av.J.C. Grèce : Début de la civilisation mycénienne. Arrivée du linéaire B

Ougarit: Découverte du premier alphabet; simplification géniale par rapport au cunéiforme sumérien.  Il rapproche l’oral de l’écrit.  Les signes sont tous des consonnes comme l’hébreu et l’arabe.

Sumer : Les Hurrites d’Anatolie conquièrent les Assyriens.  Les bas-reliefs du temple de Karaindash sont la forme d’art dominante. Les Aryens fondent le royaume de Mitanni.  La capitale est Wassukkani. Ils sont envahis par les Hittites.

Inde : Les Aryens occupent la vallée de l’Indus et du Gange.
Le Rig Veda est composé. La côte ouest de l’Inde s’affaisse de 40 pi et la ville «légendaire» de Dwaraka est engloutie.  Dwaraka est la ville fondée par Sri Krisna. Elle fut découverte en 1981 et reconnue en 1988.

 Sinaï : La ville de Gaza est prospère. Fondation de Tanger par les Phéniciens.

Mexique : Izapa est un centre très populaire sur la côte du Pacifique près du Guatemala.  Les Olmèques arrivent à Chavin de Huantar.

Grèce : Fondation de Thèbes.

Mer Égée : La ville d’Akrotori est enfouie sous les cendres volcaniques du Santorin.

Yémen : 5 Royaumes : Main, Saba, Qataban, Aoussane, Hadramut.

 Angleterre: Déclin de la civilisation; elle durera près d’un millénaire.

Égypte : La reine Hatshepsout et Thoutmosis III construisent leurs temples à Deir el-Bahari orientés avec une légère différence de celui construit 600 ans plus tôt.

 –1 491 ans av.J.C. : Égypte : 8e année du règne d’Hatshepsout.  Elle envoie 5 vaisseaux dans le pays de Pount.  On y rapporte des arbres à encens et toutes sortes d’épices.  Le voyage dure 1 an.

 -1 481 ans av.J.C. Égypte : Thoutmosis II prend le pouvoir et meurt très tôt, remplacé par Hatshepsout, régente au nom de Thoutmosis III.

–1 480 ans av.J.C. Égypte : Hosarsiph, prêtre d’Amon, se retire au Sinaï où Jethro, sacrificateur du temple de Madian, l’initie selon Manéthon, l’historien.  Celui-ci nous certifie qu’Hosarsiph et Moïse ne font qu’un.

Inde : C’est vers cette date que les sages de l’Inde écrivent les Manuras
(Manura = Recueil de faits historiques).  Les plus connus sont :
Ramayana (Histoire de Ram), Maha Bharata, Drona Parva,
Samaritain Sutradhara, Ghatotracha-badma, Rasernava, Kiratarjuniya, Karna Parva.  Le Maha Bharata raconte la guerre des dieux utilisant des disques volants armés de «trompes d’éléphant» lâchant des éclairs
de feu capables de détruire les villes ennemies.  On appelait ces disques : des Vimânas.  Ils ont la forme d’une sphère et naviguent grâce au mercure.  Les autres recueils historiques parlent des mêmes dieux et véhicules; qui sont à cette époque, de l’histoire ancienne, depuis longtemps.

–1 478 ans av.J.C. Égypte : Thoutmosis III devient pharaon et Hatshepsout corégente jusqu’à sa mort en –1 456 av J.C.

         Le règne de Thoutmosis III commence nominalement à la mort de son père Thoutmosis II.  Le nouveau roi est formellement choisi lors d’un oracle d’Amon.  Cependant, il est encore très jeune, et c’est sa belle-mère, la reine Hatshepsout, qui exerce réellement le pouvoir.  Peu à peu (peut-être dès l’an 2), celle-ci prend tous les attributs de la royauté, et l’Égypte connaît alors une véritable corégence, avec deux rois à la fois.  Thoutmosis III ne gouverne pas, (c’est donc très clair !) mais est associé à tous les évènements marquants sur les bas-reliefs.

        Date où Thoutmosis III sera seul au pouvoir pour trente ans.

C’est durant ce règne qu’il obtiendra le titre actuel de «Napoléon de l’ancienne Égypte».

 –1 475 ans av.J.C. Civilisation Crétoise : Détruite par l’éruption du volcan Santorin (Daté de –1 500 ?)

 – 1 470 ans av.J.C. Canaan : Les Égyptiens annexent Canaan et le Liban en vainquant une coalition de rois Canainites à Megiddo.  Tout y est massacré et laissé dans la désolation par Thoutmès III (Thoutmosis) au nom de son Dieu Amon Ra.  (Les Israélites n’y sont pas encore mentionnés ?) Ils ne sont donc pas encore arrivés.

–1 456 ans av.J.C. Égypte : Thoutmosis III accède au trône à la mort d’Hatshepsout, en l’an 22 de son règne.

        Thoutmosis III fomente une révolte et prend le pouvoir. Il détruit tout ce qu’il peut d’Hatshepsout.

        Mort d’Hatshepsout et fin de la corégence avec Thoutmosis III  Il semblerait qu’Hatshepsout fut la première à parler du dieu Aton dans une gravure sur les murs de Karnak : «Je suis Aton qui créa tout être, qui donna force à la terre, qui acheva sa création ».

 Le Dieu Aton est celui du monothéisme égyptien qui apparaît avec
Aménophis IV (Akhenaton).

 – Je pense que ce concept était un «secret» révélé seulement au grand- prêtre et Pharaon qui reçoivent un enseignement «spécial» et «exclusif». Déjà, longtemps avant, Abraham possédait cette connaissance qu’il détenait de son père Théra et qui lui venait des Sumériens.

 -1 450 ans av.J.C. Crête : Des envahisseurs venant de Grèce assimilent les Crétois; c’est le début de la civilisation mycénienne.

–1 433 ans av.J.C.  Égypte : Moïse revient chercher les esclaves juifs.  C’est la date de l’Exode.

 –1 426 ans av.J.C. Égypte : Aménophis II est corégent avec son père Thoutmosis III pendant trois ans.  Après la mort de celui-ci, il règne jusqu’en –1 401

-1423 ans av.J.C. Égypte : Mort de Thoutmosis III.

–1 401 ans av.J.C. Égypte : Prise du pouvoir par Thoutmosis IV jusqu’en –1 391 av.J.C.

 –1 400 ans av.J.C. Chine : La ville de Anyang devient la capitale des Shangs.

Phénicie : Les Phéniciens se soulèvent contre l’Égypte et deviennent indépendants.

Mésopotamie : La ville de Bougarit est prospère et on y écrit des tablettes en cunéiforme.  Kurigalzu règne à Babylone. Au temple d’Ésagil à Babylone, un prêtre appelé Shaggil-Kinam-Ubbib fait son service.

Palestine : On découvrira, en Égypte (Tell el Amarna) des petites tablettes écrites au Pharaon par des roitelets de Palestine et de Syrie.
Certaines sont en hébreu.  On savait écrire au temps de Moïse ! Mais, surtout c’est à cette époque que les Juifs sont revenus en Palestine et les dates concordent parfaitement.

 Italie : La ville de Ravenne est habitée.

Suède : Des Germaniques introduisent la civilisation du bronze.

 Tunisie : Les Phéniciens fondent la ville d’Utique.

 Turquie : Civilisation du fer

 -1 393 ans av.J.C. Palestine : Destruction de JérichoAménophis lll est le dernier Pharaon dont on fait mention avant la destruction de Jéricho.

        «Un évènement astronomique se produit : la rotation de la terre est perturbée (?).  En Israël, on rapporte que le Soleil ne s’est pas couché et que le jour fut prolongé presque une journée, et en Amérique, dans les Andes durant le règne de Titu Yupanqui Pachacuti II, la nuit se prolongea parce que le Soleil ne s’est levé que 20 heures plus tard que normal. (Non mais! Vous me prenez pour une cruche!!! Ce n’est pas possible!

-Oui, Je sais!)

         C’est la date du combat des Israélites contre les Cananéens dans la vallée de Ajalon près de la ville de Gibéon.  La légende Andine confirme le fait, puisque cette légende est pré conquête espagnole. 

– Incroyable, incompréhensible et impossible, mais …peut-être… vrai ?  Plusieurs légendes d’Amérique, paraît-il parlent d’une nuit exagérément longue à cette époque.

 -1 391 ans av.J.C. Égypte : Aménophis III prend le pouvoir.  Il règne jusqu’en –1 353.

–1 375 ans av.J.C. Cnossos : Une autre destruction du Palais; apparition du linéaire B dont les tablettes d’argile sont cuites par cet incendie qui détruisit le Palais.

 -1 353 ans av.J.C. Égypte : Aménophis IV tente de supprimer le culte d’Amon pour celui d‘Aton; il change son nom en Akhenaton. Il meurt en –1 336.  On découvre sa momie au site KV 55.  Celle-ci aura été vandalisée.

– Tiens ! Tiens !  Le Monothéisme apparaît en Égypte après Moïse ?

       Néfertiti (son épouse) détruira toutes les représentations d’Akhenaton. À la mort de celui-ci, il est très possible qu’elle devint Pharaon sous le nom de Semenkare en prenant les attributs masculins. (Comme l’avait réussi Hatshepsout)   Viendra ensuite le règne très bref de Toutankhamon (Il fut couronné à l’âge de neuf ans) durant lequel une nouvelle élite des prêtres apparaît.

 -1 350 ans av.J.C. Mésopotamie : Traité de paix entre le roi Hittite Suppiluliuma et le roi de Mitanni, Mattiwaza.  Celui ci fut découvert dans la cité sainte hittite de Arinna.

        Les dieux Teshub et son épouse Hebat sont les dieux suprêmes des deux royaumes; par contre une surprise à la fin de la liste des dieux : on y trouve les noms Mithra, Varuna, Indra, Nasatya du panthéon hindou.

        Les ancêtres de tous ces dieux sont également nommés : Anu

et Antu, Enlil et Ninlil, Ea et Damkina, Sin, Nergal, Ninurta et Ishtar. «Les premiers dieux sumériens» que nous avons rencontré dans « Le mystère Sumérien ». Le monde est petit, non?

– C’est quand même formidable  cette «suite dans les idées» de la part de ces rois. On jurerait qu’ils savent de quoi ils parlent !  

 Récapitulons un peu : Nous venons de voir que Moïse a instauré le monothéisme avant Akhenaton, mais il l’a instauré ailleurs qu’en Égypte.  On peut se demander pourquoi.

         Nous avons déjà vu également que le monothéisme existait bel et bien à l’époque prédynastique égyptienne.  Nous savons que le Pharaon et le grand prêtre étaient les seuls à recevoir cet enseignement secret qui concernait les connaissances des «Dieux» Puissants même depuis l’époque prédynastique.  Ces connaissances comprenaient sûrement, on s’en souvient, entre autres, la source de l’univers qu’ils appelaient Atoum.

         Nous avons tout autant spécifié qu’Imhotep avait transféré la représentation de cette source de l’univers Atoum, dans le Soleil Ra. Ensuite, tout a évolué en Amon Ra.  Les Égyptiens ont perdu la perception d’un concept immatériel pour en arriver à adorer le Soleil qu’ils pouvaient voir tous les jours. 

 Le même résultat conceptuel fut atteint en Amérique un peu plus tard.

         Par contre l’enseignement secret continuait toujours à être donné au Pharaon et au grand-prêtre.  Moïse, en tant que successeur de Thoutmosis II a définitivement reçu cet enseignement et Thoutmosis III l’a également reçu avant de devenir Pharaon.

        Par contre, Hatshepsout ne l’a sûrement pas reçu.  Celle-ci a gardé le pouvoir pendant près de 43 ans et a fait certains changements dans la religion égyptienne, sans connaître les «secrets anciens». C’est ce qui a augmenté le pouvoir des prêtres.

        Pendant ce temps, Moïse réfugié chez un prêtre de Madian, descendant d’Abraham, reçoit une autre portion de l’enseignement ancien : les connaissances d’Abraham données par son père Théra, prêtre des Puissants.  Lorsqu’il revient en Égypte, Moïse possède des connaissances plus élaborées que celle du Pharaon.  C’est ce qui a produit l’histoire de la confrontation des prêtres magiciens du Pharaon versus Moïse qui en est sorti vainqueur.

            23 ans après la mort d’Hatshepsout, Moïse rencontre son demi-frère Pharaon et tente de le convaincre de rétablir l’ancienne connaissance de la source immatérielle Atoum de l’univers. 

         Pharaon sait très bien que ce chambardement religieux risque de lui faire perdre le pouvoir et de lui attirer la défection des prêtres d’Amon qui ont augmenté leur pouvoir sous Hatshepsout.  Il ne peut donc pas accepter. 

À noter un détail qui pourrait être un secret caché dans la Bible ressemblant au genre de cachettes bibliques : Le demi-frère de Moïse se nomme Aaron; c’est extrêmement près du titre Pharaon; qui lui était effectivement demi-frère de Moïse. 

        Moïse, après plusieurs pourparlers, parvient à lui faire accepter de laisser partir les esclaves promettant de leur inculquer cette notion de «source immatérielle de l’univers». Thoutmosis III accepte et Moïse parvient à son but après 40 ans de vagabondage dans le désert.  (Si les hébreux n’avaient pas compris, il les aurait gardés dans le désert encore plus longtemps.)  Pour protéger cette notion de «source immatérielle» de « tout ce qui est », il institut les Lévites comme prêtres du «Très Haut».  Ces Lévites se caractérisent par une plaque qu’ils portent sur leur poitrine; tout comme les tablettes de destiné que portaient les dieux sumériens sur leurs poitrines aussi.

         Cette connaissance de la source immatérielle de l’univers embête un peu les Pharaons suivants. Car des barbares, anciens esclaves, possèdent maintenant le «secret» que seul le pharaon et le grand prêtre ont le droit de connaître; de plus cette connaissance n’est plus un secret, puisque toute leur population est au courant.

        Ce sera Aménophis IV (Akhenaton) qui voudra réinstaurer de façon publique le culte de la «source unique de l’univers» qu’il appelle Aton au lieu d’Atoum.  Par contre, son enseignement est celui d’Imhotep qui a éliminé le concept «immatériel».  C’est pourquoi Akhenaton adore le soleil.  Malheureusement, Thoutmosis III avait raison, les prêtres d’Amon étaient trop puissants et Akhenaton fut éliminé.

 Extrait d’un hymne à Aton : «Tu apparais, splendide, à l’horizon du ciel, ô Aton vivant, créateur de la vie. […] Tu remplis toute contrée de ta perfection…   Quand tu dissipes les ténèbres en dardant tes rayons […] les habitants se lavent, s’habillent, et leurs bras se dressent pour t’adorer; le pays tout entier se met au travail, tout le bétail est satisfait de sa pâture; les arbres verdoient; les oiseaux s’envolent de leur nid.» 

        L’enseignement «d’une source immatérielle créatrice de l’univers» fut donc sauvegardé exclusivement par le peuple juif.

            Au cours des siècles qui suivront, s’ajouteront d’autres connaissances cachées véhiculées par des peuples différents issus, eux aussi, de ces Puissants qui avaient évacué les bords des Mer Noire et Caspienne en –5 500 av.J.C.

        Parmi ces autres peuples on trouvera la connaissance de la nature trinitaire de l’univers «Âme esprit matière» qui sera incorporée à la connaissance chrétienne. 

Nature trinitaire qu’on retrouve curieusement dans la composition d’un proton et d’un neutron ou dans la composition d’un atome ou de la Terre (Air Eau Terre).

        La prochaine grande bifurcation religieuse et philosophique surviendra avec l’avènement de Jésus-Christ 13 siècles plus tard.

– A-t-il vraiment vécu ?  N’a-t-il pas vécu ?  Ce sont deux questions auxquelles je m’attaquerai peut-être un jour.

 Pas d’absolution possible…

Mon fils ! Va et ne pèche plus.

-Dans ce cas, je n’ai rien à ajouter…

        Dernière note avant de terminer : En 2003 de notre Ère, les théoriciens ont décrété que l’univers avait la forme d’un ballon de foot, composé de 12 pentagones collés sur une sphère; un cosmos dodécaédrique.

       Peut-être que si on en faisait une carte géographique on obtiendrait quelque chose qui ressemble beaucoup à mon calendrier; et que l’on pourrait éventuellement comprendre que : ces émigrés des plateaux continentaux de la Mer Noire, avaient gardé leur histoire pendant des centaines de milliers d’années sans subir d’évènements cataclysmiques qui aurait pu effacer cette histoire; ce qui est exclusif, selon la géologie, à leur région. 

        Nous comprendrions peut-être également, que les hommes de cette région ont évolué, après l’apparition de leur agriculture, pendant au moins, 10 000 ans sans cataclysmes.  Nous et notre «culture» n’en sommes qu’à, tout au plus, 6 000 années.  Peut-être est-ce possible qu’ils aient quelque chose à nous enseigner ?

         De toute façon, si tel est le cas, on devrait en trouver les traces dans l’autre série d’articles: Le mystère sumérien.

          Ceux qui l’ont lu le savent déjà. Pour l’instant, je vous laisse avec une représentation symbolique des quatre fleuves d’Éden, ou des quatre bras de Brahman, ou encore du « vent des quatre directions » sumérien, on peut même ajouter les « quatre piliers de l’univers » chinois; le vieux yin, le jeune yang, le vieux yang et le jeune yin.

                                                                                             Élie l’Artiste

6 pensées sur “L’énigme Égyptienne(28); Le troisième larron ramasse tout!

  • avatar
    27 octobre 2010 à 8 08 08 100810
    Permalink

    Et voilà!

    C’est le dernier article sur les Égyptiens. Ouf!

    Soyons-en heureux! Du moins j’espère que vous l’êtes autant que moi. 😉

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    30 octobre 2010 à 5 05 35 103510
    Permalink

     »L’histoire de Moïse «sauvé des eaux» est une fiction tirée de l’histoire de Sargon…. » (@)

    Ha! Ha! :-O C’est à partir de ce moment que les juifs ont apprit à mentir… 😉

    Merci l’Artiste pour ces textes, J’attaque bientôt la prochaine série. (Y)

    Répondre
    • avatar
      30 octobre 2010 à 8 08 02 100210
      Permalink

      Heureux que tu t’y amises Pierre 😉

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
    • avatar
      30 octobre 2010 à 8 08 12 101210
      Permalink

      Ce n’est pas un mensonge mais une anecdote qui est censée exprimer un symbole : Moïse a été sauvé des eaux, tout comme chaque initié qui voyage dans la barque solaire après sa mort. Les initiés voyagent dans la barque dès leur naissance. C’est un symbole de résurrection non pas après la mort mais au cours du flux de la vie. cf : le concept de « Grande Résurrection d’Alamût » chez les Ismaéliens.

      Répondre
      • avatar
        30 octobre 2010 à 8 08 17 101710
        Permalink

        « Ce n’est pas un mensonge mais une anecdote qui est censée exprimer un symbole »

        Disons que cette « anecdote » a permis à Moïse de se dire membre de la race Juive. Autrement, il aurait été reconnu comme un fugitif égyptien. Ça va-t-y comme ça? 🙂

        Amicalement

        André Lefebvre

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *