L’énigme Égyptienne(14) Le Prédynastique

Note : Cartouche du Prédynastique. Remarquez les cinq pyramides, en haut, au-dessus du premier personnage de gauche. Les mêmes cinq pyramides que nous avons déjà vu précédemment.

 Le Prédynastique :

         Voici les noms de la dynastie 00 : Cette dynastie comporte les pharaons (je devrais dire Horus) d’avant l’unification. Elle n’existe pas dans la liste des dynasties de Manéthon.  On n’en a que quelques traces archéologiques.  Par contre, si je me rappelle bien, Manéthon nous parle d’une époque où régnaient des demi-dieux qui avait suivi l’époque du règne des dieux.  Ces deux époques ne seront pas considérées ici… pour l’instant; on verra plus tard.

         Le papyrus de Turin parle de personnages Shemsou Hor (disciples d’Horus) mais ne cite pas de noms.

        La pierre de Palerme nomme 13 rois d’Égypte, inconnus par ailleurs, mais dont on a trouvé des traces pour certains :

 1. Horus .peou.

2. Horus Seka.

3. Horus Khayou.

4. Horus Tiyou.

5. Horus Tsesh.

6. Horus Neheb.

7. Horus Wadjandj. (Donc 007 a vraiment existé ?) 

8. Horus Mekhet.

9. Horus …a.

10.
11.
12.
13. 
          Puis un grand espace et 10 rois portant la double couronne mais sans leurs noms.  Voyons, avant de continuer si nous pouvons trouver des informations sur ces rois. Au départ, nous savons qu’ils sont tous des Horus et surtout qu’ils portent tous la double couronne; c’est-à-dire que … l’Égypte est déjà unifiée selon cette pierre de Palerme.

         À partir des informations découlant des traces archéologiques, on peut également faire une liste qui, curieusement, donne 13 noms. Coïncidence qui n’est pas relevée nulle part.

 Voici les noms :

 1 – Horus Coquillage

2 – Horus Éléphant (ou Taureau)

3 – Horus Lion4-Horus Scorpion I

5 – Horus Hat

6 – Horus Ny

7 – Horus Pe

8 – Horus Hedjou

9 – Horus Iry (ou Ra)

10-Horus Sekhen (ou Ka)

11-Horus Crocodile

12-Horus… «Deux faucons»

13-Horus…anonyme mais avec faucon.

 
        Déjà, ici, encore un surplus d’information : Les Horus RA et Horus KA sont des noms qui touchent le concept de la spiritualité égyptienne.  Il est à noter que les traductions des noms ne présentent pas les concepts égyptiens qu’ils pouvaient signifier.  Notre traduction n’est basée que sur l’apparence du dessin signature que l’on appelle un Serekh.  En voici un exemple : 

  Horus Sekhen

         Évidemment, tout n’est pas aussi simple si on regarde les informations archéologiques.  Pour en comprendre la complexité, on n’a qu’à jeter un coup d’œil sur la généalogie royale retrouvée peinte sur un mur du temple de Séthi 1er à Abydos :

 
        Voici une partie de la compilation traduite qui nous intéresse pour l’instant; cette liste inclut les trois premières dynasties :

 Prédynastique (5 300 –3 065 av.J.C.)

Prédynastique (Basse Égypte)

1…pu——————————6Neheb
2Seka—————————–7Uadynar
3Jaau——————————8Mejet
4Tiu——————————–9…a
5Tyesh

Prédynastique (Haute Égypte)

 a Scorpion (I)——————8  Horus Hedyu

 1 ?——————————–9  Horus Iri

2 ?——————————–10  Horus Hut

3 Double Faucon ——————-11  Horus Ka

4 ?——————————–12 Horus Nineit

5 Ni——————————–13 Horus Cocodrile

6 Hat——————————14 Horus Scorpión (II)

7 Horus…??———————15 Horus Narmer*

Période Thinite (3 065-2 686 av.J.C.) Dynastíe I (3 065-2 890 av.J.C.)

 1 Horus Aha*——————-5 Horus Adyib*

2 Horus Dyer*——————6 Horus Semerjet*

3 Horus Uadye*—————-7 Horus Qaâ*

4 Horus Den*

       Il est remarquable que cette généalogie écrite à l’époque de Sethi Ier débute en –5 300 av.J.C, c’est à dire 200 ans après l’inondation de la mer Noire.  Un atout de plus pour notre opinion. 

        Parce qu’évidemment, je crois que les scribes du temps de Sethi Ier possèdent des informations plus précises et plus complètes que nos archéologues et qu’en plus ils savaient lire les hiéroglyphes un peu mieux en connaissant le sens conceptuel des mots inscrits.  D’autant plus que la plupart des noms de la liste archéologique, se retrouvent sur celle de Sethi Ier.  Difficile de dire que ces scribes divaguaient plus que nous.

        Un autre détail important est que, selon cette liste de Séthi Ier, il n’aura fallu que 200 ans pour que les «venus de la mer Noire» (les Horus-Faucons) prennent le pouvoir en Égypte. Une indication qu’ils étaient vraiment supérieurs aux habitants du coin !

         Je crois bien que nous venons de faire le lien entre les rois prédynastiques et cette probable civilisation de la mer Noire. Civilisation qui s’est répandue partout et qui était originaire des plateaux continentaux avant la montée des niveaux océaniques que les anciens ont appelé : le grand déluge et qu’ils ont tous situé à l’ère du Lion soit entre –10 700 ans av.J.C, et –8 600 ans av.J.C.  Ce qui ne semble impressionner personne chez nos «spécialistes» mais qui m’impressionne en diable, moi.

         Prenons quelques instants pour revenir sur le concept de NETER qu’on a rencontré avec notre bonhomme TERA, un peu plus haut.

        Le mot NETER est toujours traduit par «dieu»; et pourtant, on possède depuis longtemps les données suivantes :

       «Au grand et suprême pouvoir qui a créé la Terre, le ciel, la mer, les hommes et les femmes, les Égyptiens ont donné le nom de NETER.

         Ce nom a survécu en langue Copte; mais en ces deux anciennes langues, la signification exacte du mot a été perdue

         M. Pierret et De Rougier attribuent ce mot à : Renouvellement.
Mr Renouf lui donne l’expression de la notion : Puissance, force, protecteur et le traduit par : Puissant et Fort.

        Maspero, quant à lui, affirme que le mot est tellement ancien que son sens premier est complètement perdu.  Et comme c’est lui qui l’a traduit par «dieu», on continue de suivre le «maître» même si, en fait, il n’est que le premier important égyptologue (à part Champollion) et que ce qualificatif de «maître» est depuis longtemps dépassé. D’autant plus qu’il indique lui-même que ce mot NETER ne signifie pas « dieu ».  Malgré cette évidence, on hésite à accepter les améliorations des égyptologues qui ont suivi sur certains points «politiquement délicats».

        Brugsch explique, lui, que NETER est : Le pouvoir actif qui produit et crée les choses de façon successive, redonne la vie et régénère. En résumé, le NETER est le suprême pouvoir qui renouvelle et régénère, de façon successive, ce qui existe, tout en étant responsable d’avoir créé ce qui existe (Terre, ciel, etc.). Certains le considèrent comme un «Principe» derrière tout ce qui existe. Ceux qui ont lu mes articles « À la recherche de la science secrète du Seigneur » vienne de redécouvrir Brahman.

         Un «Principe derrière tout ce qui existe» est tout simplement une règle unique qui répond à l’explication de l’existence de tout ce que nous constatons dans notre environnement.  Et cette règle est ce que la science moderne recherche actuellement sous le nom de Théorie de grande unification.  Celle dont les physiciens se moquaient au sujet d’Einstein qui la cherchait.  Jusqu’en 1970 où tous se sont mis à la chercher eux aussi ! (Croyez-vous toujours que nous sommes « supérieurs » intellectuellement aux anciens « primitifs »?).

       Ce concept primordial de «grande unification» est ce que les Égyptiens appellent NETER et ceux qui étaient «porteurs» de ce concept ou si vous préférez, ceux qui possédaient et comprenaient ce concept sont appelés NETERU.

         Ces NETERU étaient ces « êtres supérieurs aux hommes » que nous nous dénommons «les dieux» dans un entêtement inconcevable !

        Curieusement, ces «dieux», de quelque civilisation soient-ils, sont toujours ceux qui nous ont laissé une «science» nous permettant de devenir «civilisés».  Que ce soit la science de l’Atman/Brahman, le Tai Chi ou la Science du Bonheur et du Malheur, ou celle représentée au fond d’une assiette de tortillas dans les hôtels du Mexique : le calendrier grimaçant.

 

         On remarque que cette science est celle d’opposés complémentaires : Atman vs Brahman, Yin vs Yang et Bonheur vs Malheur; curieusement le mot NETER est souvent accompagné de sujets en opposition.

       Par exemple, on lit dans un texte égyptien ancien :

        «Si après avoir été sans renom, tu es devenu renommé, si après avoir été pauvre, tu es devenu riche, ne soit pas sans cœur   en tant que gouverneur parce que «  xeper-nek mer septu nete »r tu es devenu le gardien des provisions du NETER»  (Du Principe, de la Règle, de la Voie, de la Loi)

 et non de « dieu », nom de Dieu !!!

       «Mertu neter pu setem an setem en mesetu neter»

  «Ce qui est aimé de NETER est l’obéissance;

  la désobéissance est détestée par NETER».
        Plus tard, on gardera le même sens originel dans les termes de «La voie du Seigneur» ou encore «Le Tao» c’est à dire : «La Voie». Sans parler de Jésus qui est supposé avoir dit : « Je suis LA VOIE, la vérité et la vie! »

         Cette «science» est celle des « anciens sages » de Socrate; ces sages qui vécurent sur le plateau continental de la mer Noire avant l’inondation de  5,500 av.J.C. Science qu’ils possédaient déjà depuis des millénaires avec ceux des plateaux continentaux.  Cette science est leur concept de ce qu’était la théorie de grande unification ou la règle de l’unité primordiale.

             Mais vous n’êtes surtout pas obligés de me croire. Par contre, traduire le mot NETER par le mot «Principe» change énormément notre compréhension de la civilisation égyptienne.  Cette «science» deviendra plus tard, la loi ou la règle de Maât. (Rectitude ou plutôt: Honnêteté équitabilité.)

        Et je pense sincèrement que si vous ajoutez le sigle du Tai Chï en dessous d’un zodiaque, en plaçant la ligne diamétrale ondulée à l’horizontale, comme ceci :

        Vous pourrez voir la représentation de ce NETER égyptien.

À noter le cadeau gratuit: l’étoile de David sur ce «principe» décrit la composition quantique du noyau de Deutérium (1 proton= 2 x up + 1 Down) + (1 neutron = 2 x Down + 1 Up). Le proton est « bleu foncé »; mais ça c’est un autre sujet…

         De cette science, il n’en reste aujourd’hui que le Zodiaque dont l’interprétation exacte fut oubliée et dénaturée, mais que l’on peut reconstituer grâce aux découvertes scientifiques contemporaines lorsqu’on n’élimine pas l’importance de l’Esprit en tant que source de l’univers.

        Mais là, je suis en train de parler de ce qui est généralement considéré comme de la «science-conne», malgré toutes ces indications que j’ai relevé et qui existent. (79)

        Pour que je reprenne mes esprits, je devrai attendre un peu et continuer dans trois jours seulement.

        Veuilles m’en pardonner.

 Amicalement

                                                                                      Elie l’Artiste

53 pensées sur “L’énigme Égyptienne(14) Le Prédynastique

  • avatar
    16 septembre 2010 à 5 05 35 09359
    Permalink

    Vous parlez d’opposition Atman vs Brahman, quand il n’y a jamais d’opposition entre ces deux concepts ni dans le Brahmanisme ni dans l’hindouisme.

    Et il s’agit de Brahma, pas de brahman qui signifie le membre de la caste des brahmans, ou prêtre. (H)

    Répondre
  • avatar
    16 septembre 2010 à 7 07 24 09249
    Permalink

    « Vous parlez d’opposition Atman vs Brahman, quand il n’y a jamais d’opposition entre ces deux concepts ni dans le Brahmanisme ni dans l’hindouisme. »

    Je parle d’opposition complémentaire: Atman (statique) vs Brahman (actif).

    « Et il s’agit de Brahma, pas de brahman qui signifie le membre de la caste des brahmans, ou prêtre.  »

    1) Brahman (Devanagari: ????????)[1] est un terme sanskrit qui apparaît pour la première fois dans le Rig-Véda composé vers -1200[2]. C’est le Soi suprême de l’Hindouisme comme origine du tout. C’est l’âme cosmique présente en toute chose.Selon la conception hindouiste, Brahman ne peut se définir qu’en énonçant ce qu’il n’est pas (neti-neti, en sanskrit : ni ceci, ni ceci ). (Exactement comme le « Atoum » Égyptien).

    2) Brahm? (devanagari : ???????) est le dieu créateur-démiurge de l’hindouisme, le premier membre de la Trimurti, la trinité des déités hindoues majeures. Il n’est pas mentionné dans les Veda (pas comme Brahmâ, mais comme Prajâpati), ni dans les Br?hmana. Brahm? intervient seulement de façon occasionnelle dans les affaires des dieux, et encore plus rarement dans celles des mortels. Il est considéré comme le père de Dharma et Atri.

    C’est un peu comme si je vous parlais de Dieu « créateur de l’univers » et que vous m’objectiez que Dieu, c’est Jésus-Christ.

    3) brahmane (et non Brahman), nom masculin
    Sens Membre de la caste hindoue sacerdotale, première des castes traditionnelles.

    J’espère que ceci répond à vos questions, qui n’en étaient pas, mais, disons qu’elles étaient des « affirmations questionnables ». 😉

    Pour plus de clarté, comparez Brahman à Atman:
    L’Âtman a le sens de pure conscience d’être ou de pur « je suis ».

    Je parle donc des définitions de Atman et Brahman, qui existaient avant toute structure religieuse de l’Hindouisme. Atman est la « source statique » de tout(l’être) et Brahaman est « l’Action » qui produit le temps, l’espace et tout ce qui existe. Brahman est donc l’être (Atman) en action.

    Les définitions ultérieures à ces deux premières ne sont que des manifestation de la « perte de compréhension » du début. Comme dans toutes les autres religions. On remarque ainsi que, comme chez les Égyptiens, l’Himdouisme à l’origine, est « monothéiste » pour devenir ensuite « polythéiste ».

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    16 septembre 2010 à 8 08 22 09229
    Permalink

    Évidemment, ces deux « monothéisme » n’étaient pas des « religions » mais des connaissances scientfiques. Ce n’est que par la suite qu’on en fit des religions, vers -1400 et -1 200 av J.C.

    C’est à dire: après la « débandade des Puissants » causée par la tentative de « putsch » politique de Marduk.

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2010 à 8 08 17 09179
    Permalink

    Vous recopiez Wikipédia qui est très incomplet.

    La racine est Brahma et elle existe en sanskrit védique. C’est donc bien de Brahma que je parlais. Vous ne faites qu’évoquer le genre neutre.

    Et l’atman n’est en rien plus statique que la principe brahma, et l’atman n’est jamais opposé à brahma. Il en est une partie comme la goutte est une partie de l’océan.

    Et en sanskrit « brahman » veut dire prêtre. Vous employez la forme francisée.

    Je parlais donc bien de « brahma » en tant que principe originel et « atman » en tant que « brahma » en l’individu. Et le « brahman » est bien le prêtre.

    Et vous noterez que j’ai parlé du brahmanisme.

    Si j’ai mis un « s » à caste des brahmans, c’est qu’en français on a le droit soit d’employer le pluriel de la langue étrangère dont on use d’un mot, soit d’y adjoindre un « s » à la forme étrangère.

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2010 à 8 08 20 09209
    Permalink

    Brahma peut être défini par « neti-neti » mais aussi par « iti-iti » il est ceci et cela.

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2010 à 8 08 22 09229
    Permalink

    Pour ma part, je préfère me référer au dictionnaire sanskrit-français de Stchoupak, Nitti et Renou que j’ai dans ma bibliothèque à portée de main et qui est le grand classique complet.

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2010 à 11 11 16 09169
    Permalink

    Je suis bien heureux de n’être pas le seul à réaliser que ce ne sont que des élucubrations d’un personnage qui ne comprend rien au sens profond des hiéroglyphes et de la (Science) des mystères.
    ÉLUcubration=Élie l’artiste.
    Va donc faire tes devoirs comme il se doit avant d’écrire n’importe quoi et d’entraîner les lecteurs dans la fausseté.
    Si du moins tu comprendrais le sens de cette science et que tu t’égarerais un peu ce serait pas si pire, mais tu te crois investie d’un savoir que tu n’as pas et tu ose inscrire le nom d’Élie, pauvre type.
    Continu a faire tes recherches sur wikipedia.

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2010 à 13 01 00 09009
    Permalink

    Je te propose une énigme à mon tour, la voici;
    J’aime bien me promener en forêt, parcontre mes promenades sont ardue car je suis boîteux, quelques fois j’y emmène mes enfants et nous prenons une pose en essayant d’écouter attentivement la langue des oiseaux et lorsque nous poursuivons notre marche sur le sentier de la forêt dense, nous nous surprenons a siffloter le « au clair de la lune ».

    Répondre
    • avatar
      20 septembre 2010 à 20 08 48 09489
      Permalink

      Je ne vois rien d’énigmatique dans « un boiteux qui siffle » avec ou sans enfants.

      Expliquez-moi, à moins que cela fasse partie du sens profond de la (science) des mystères dont vous parlez???

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    20 septembre 2010 à 20 08 13 09139
    Permalink

    « Si du moins tu comprendrais le sens de cette science et que tu t’égarerais un peu ce serait pas si pire, mais tu te crois investie d’un savoir que tu n’as pas et tu ose inscrire le nom d’Élie, pauvre type. »

    Merci. (On dit  » Si tu comprenais… »

    Mais qu’a-t-il de « spécial » ce nom d’Élie??

    Le « non-savoir » que je possède, je l’ai acquis moi-même en cherchant pendant des années. Pouvez-vous dire la même chose de votre « savoir »?

    Quant à la traduction des hiéroglyphes, je suis heureux que vous compreniez que ce n’est pas ma propre traduction.

    Mais ne soyez pas malheureux de ne pas adhérer à mon opinion; pour moi, cela me fait énormément plaisir, puisque ça démontre chez vous un désir de recherche de la vérité. C’est le seul but que je me suis fixé.

    De toutes façon, si jamais vous vous sentiez le besoin de définir les détails avec lesquels vous n’ètes pas d’accord. Soyez bien à l’aise de le faire.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    20 septembre 2010 à 20 08 16 09169
    Permalink

    @ Damian West

    Donc, Atman n’est pas le « soi » intrinsèque ou « l’être » si vous préférez?

    Et Brahman n’est pas la force créatrice de l’univers et il ne possède pas quatre bras?

    Merci de le spécifier si ce n’est pas le cas.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      23 septembre 2010 à 11 11 32 09329
      Permalink

      Vous confondez l’atman et le purusha. Le purusha est le soi, l’atman est le soi aussi mais en tant qu’il est brahma dans le même temps. Il est indéfinissable et à jamais inaccessible à la compréhension. Seuls les libérés vivants peuvent en donner une impression ou une vision et ce n’est jamais par les mots.

      Répondre
      • avatar
        23 septembre 2010 à 13 01 26 09269
        Permalink

        « Vous confondez l’atman et le purusha. Le purusha est le soi, l’atman est le soi aussi mais en tant qu’il est brahma dans le même temps. »

        Donc je ne confond pas puisque je dis que Brahman est Atman en action. (Lire les articles « À la découverte de la science secrète du Seigneur).

        « Il est indéfinissable et à jamais inaccessible à la compréhension. »

        Celui qui a dit cela le premier, tout en affirmant l’existence de Atman, devait avoir un charisme extraordinaire pour être cru. Vous ne croyez pas?

        Personnellement, je me demande comment on peu imaginer l’existence de quelque chose « à jamais inaccessible à la compréhension ». Et je parle de simplement « l’imaginer honnêtement » et non le présenter comme « vérité indiscutable » pour prendre le contrôle de l’esprit de celui à qui l’on s’adresse.

        « Seuls les libérés vivants peuvent en donner une impression ou une vision et ce n’est jamais par les mots. »

        Ah bon! Que voulez-vous que je vous dise?

        Ajoutons, en parallèle, que Marie, Mère de Jésus, est née sans « péché originel » depuis l’adoption du dogme de l’immaculé conception le 8 Decembre 1854.

        Dans mille ans, peut-être que quelqu’un voudra en dénoncer l’irrationalité flagrante?

        André Lefebvre

        Répondre
        • avatar
          23 septembre 2010 à 13 01 45 09459
          Permalink

          L’Hindouisme est une religion très philosophique. En effet, « il n’y a rien à répondre », était la bonne réponse.

          Répondre
          • avatar
            23 septembre 2010 à 20 08 03 09039
            Permalink

            Donc je suis un grand philosophe. Merci beaucoup
            😉

            Disons plutôt que vous m’avez présenté une « vétité dogmatique ». Cela contribuera à ne pas trop me valoriser.

            Amicalement

            André Lefebvre

  • avatar
    20 septembre 2010 à 20 08 18 09189
    Permalink

    @ Damian West

    Et si Brahman (ou Brahma) peut être défini par neti neti, c’est qu’IL PEUT ÊTRE DÉFINI EXACTEMENT COMME ON DÉFINISSAIT « ATOUM » EN éGYPTE 3000 ANS AV j.c.

    C’est bien ça?

    Amicalement

    André lefebvre

    Répondre
  • avatar
    23 septembre 2010 à 11 11 37 09379
    Permalink

    Les anciennes civilisations donnaient des noms à l’indéfinissable ou à l’immensité. Mais c’est le peuple hébraïque qui le premier a su conceptualiser cette notion dans une idée par-delà les mots. D’abord, ils l’ont appelé « ce qui est grand » puis ce fut la naissance du concept en tant que tel, dans la religion et dans toute la pensée humaine.

    Auparavant, les Dieux étaient les forces naturelles fondamentales personnifiées et nommées, après Dieu est devenu l’inconnu, l’imprononçable. Mais le préconcept fut cette notion de vide original brahamnique assez parent des Dieux immortels et spatiaux égyptiens.

    Répondre
  • avatar
    23 septembre 2010 à 12 12 49 09499
    Permalink

    « Auparavant, les Dieux étaient les forces naturelles fondamentales personnifiées et nommées, »

    Peut-on qualifier cette « affirmation » d’un ^peu « dogmatique »?

    Parce que si vous lisez l’Enuma Elish (et non son interprétation d’il y a 70 ans), il n’y a pas de « dieux » qui sont des « forces naturelles ».

    Je ne crois pas que l’on puisse trouver des textes plus anciens que les textes sumériens où les « dieux » sont définis comme des « forces naturelles » dans le texte même.

    Quant à:

    « Les anciennes civilisations donnaient des noms à l’indéfinissable ou à l’immensité. Mais c’est le peuple hébraïque qui le premier a su conceptualiser cette notion dans une idée par-delà les mots. »

    Le peuple hébraïque qui serait le « premier » a conceptualiser cette notion par une idée « au-delàdes mots », est très valorisant pour eux, mais qu’elle différence y a-t-il entre la notion immatétielle et originelle de « Ce qui est » du Atoum Égyptien et de « Celui qui est » du Dieu de Moïse?

    Je suis porté à dire que la notion « Ce qui est » comme origine, est plus exacte que celle de « Celui qui est » qui, incontestablement, dénote une « personification antropomorphique » de l’origine de tout.

    « Mais le préconcept fut cette notion de vide original brahamnique assez parent des Dieux immortels et spatiaux égyptiens. »

    Le vide original brahamanique (brahmanique???), j’imagine fait référence à l’hindouisme qui date au plus tôt vers -2000 av J.C.

    source: « On estime que l’hindouisme est apparu environ 2000 avant J.C. avec l’arrivée des peuples indo-européens, ou Aryens, dans le nord de l’Inde. »

    Par contre, le Rigveda (le plus ancien des vedas) datent entre -1400 et 900 av J.C.

    « La Rigveda-sa?hita fournit les noms de quelques ??is, tels Vishvamitra, Uddalaka, Gritsamada, Atri, Vasi’stha, Bhrigu. Bien que la tradition hindouiste les présente comme des demi-dieux vivant hors du temps et de l’espace, ces personnages semblent mythiques. »

    Demi-dieux vivant hors du temps et de l’espace ne sont pas des « forces naturelles ». à mon sens.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      23 septembre 2010 à 13 01 50 09509
      Permalink

      Vous allez contre toutes les conclusions des plus grands historiens des religions qui considèrent que les Dieux antiques sont des personnifications des forces naturelles fondamentales. En plus c’est évident !

      Vous pensez vraiment que le Védisme est en rupture avec l’Hindouisme ? vous n’êtes pas sérieux ! L’Inde est la seule culture qui soit restée inchangée dans sa pensée religieuse et depuis l’origine.

      Répondre
      • avatar
        23 septembre 2010 à 18 06 56 09569
        Permalink

        Vous constatez avec justesse: « Vous allez contre toutes les conclusions des plus grands historiens des religions qui considèrent que les Dieux antiques sont des personnifications des forces naturelles fondamentales. En plus c’est évident « . Si je répétais les conclusions des plus grands historiens », ce serait que je n’ai absolument rien à dire. Ce qui n’est évidemment, pas le cas, comme vous pouvez le constater.

        De plus, aller à l’encontre des plus grands hisstoriens ne me dérange pas outre mesure, puisque je ne prend pas mes infos parmi leurs « interprétations » mais dans les textes mêmes de l’époque ancienne.

        Et les textes anciens ne disent aucunement que ceux que vous appelez « les dieux » mais que le nom que les anciens leur donnent, signifiant les « Puissants », représentent des « forces naturelles » même si c’est peut-être l’opinion du Pape lui-même.

        D’ailleurs , si vous voulez parler de l’opinion des plus grands spécialistes de quoi que ce soit, demandez à un théologien comment traduire le mot « Elohim ». Si vous en trouvez un qui vous dit que c’est un pluriel du mot « El » qui lui, signifie « Puissant », vous me le direz. Sinon, faites comme moi et demandez à un Rabbin d’une université d’Israël. Il vous le dira. Et si vous voulez augmenter encore plus vos infos sur le sujet, recherchez la signification du mot « Horus » Égyptien et du mot « Lugal-E » Sumérien.

        D’ailleurs l’égyptologue Maspero qui a traduit le mot Horus par « dieu » dit lui-même que ce n’est pas la signification réelle du mot Horus. Donc, l’historien qui affirme « savamment » que les « Horus » étaient des « dieux » Égyptiens, peut bien dire ce qu’il voudra mais c’est inexact.

        Quant à l’évidence de « dieux » = « forces naturelles, il faudrait me donner les textes où c’est mentionné par les premières civilisations.(Et la Grèce) n’est pas l’une des premières civilisations depuis déjà assez longtemps.

        Vous me dites: « Vous pensez vraiment que le Védisme est en rupture avec l’Hindouisme ? vous n’êtes pas sérieux ! »

        Dire que je pense que le Védisme est en rupture d’avec l’Hindouisme, n’est certainement pas sérieux, mais pas de ma part.

        Le Védisme est un « développement » de l’Hindouisme à peu de chose près comme celle du « développement » de l’immaculé conception en 1858 de la notion de « vierge Marie » qui n’est certainement pas « en rupture » avec le Catholicisme.

        Vous ajoutez: « L’Inde est la seule culture qui soit restée inchangée dans sa pensée religieuse et depuis l’origine. »

        Sachant que vous n’acceptez pas les données de Wikipédia, cela limite un peu mes sources; mais en voici au moins une:
        « Toutefois, voici ce que disent en général les encyclopédies: c’est environ vers 2000 ans avant JC, que les Aryens, peuple du Moyen Orient, envahissent l’Inde par le Nord et développent cette religion qui est déjà présente sur le terrain, mais sous une forme rudimentaire et sans fondement véritable. »

        Donc, déjà cette religion est présente à l’arrivée des Aryens qui la développeront. La base de l’hindouisme sont principalement: les Vedas. Et le Rigveda est le plus ancien qui date d’entre -1400 à 900 av J.C. Difficile de dire que cette religion n’a pas changer depuis ses débuts; ne croyez-vous pas?

        Amicalement

        André Lefebvre

        Répondre
  • avatar
    23 septembre 2010 à 19 07 17 09179
    Permalink

    @l’Artiste,
    En n’ayant put résoudre l’énigme j’en conclut que le mot élucubration en valait bien le sens.
    Malheureusement pour toi cette porte t’est fermée pour aujourd’hui.
    Pourtant dans cette énigme tout simple on y parle de quelques éléments primordiale pour l’initié en ésotérisme,cabbale et alchimie, qui peut donné si peu soit-il un sens à ses hiéroglyphes antique et moyennâgeux.
    Tu écris comme si ta conclusion de tout ceci était définitive, j’appel ça de la prétention et de l’arrogance surtout d’utilisé le nom d’Éli.
    C’est pour cette raison que tu demeure dans l’ignorance devant cette « Science » et que tu écris n’importe quoi.
    Quand tu te sera humilié, peut-être te sera-t-il donné d’entrouvrir cette porte et d’y apercevoir les trésors qui s’y renferme.
    Je t’ai donné de nombreux indices, encore une fois, j’espère que tu pourras en prendre avantage.
    (I)

    Répondre
    • avatar
      23 septembre 2010 à 19 07 57 09579
      Permalink

      J’adore rencontrer des détenteurs de vérités secrètes! C’est tout simplement merveilleux de parler avec eux. Ils sont tellement ouvert et… « condescendants » (qui n’est pas, ici, de la généalogie évidemment).

      Entre parenthèse; Elie s’écrit avec un « e » à la fin. Du moins pour le nom que j’utilise. je ne sais pas si ça s’écrit autrement dans la science secrète des mystères profonds.

      Vous dites: « Tu écris comme si ta conclusion de tout ceci était définitive, j’appel ça de la prétention et de l’arrogance … »

      (Note: j’appelle…)

      Ma conclusion est loin d’être définitive puisque je cherche encore aujourd’hui des preuves contraires à ce que j’écris.

      Que vous appeliez cela de la prétention et de l’arrogance, moi, je veux bien, et j’en ai aucune objection.

      Mais comment appelez-vous quelqu’un qui prétend livrer des secrets de la cabbale, de l’alchimie et de l’ésotérisme dans un texte qui ne dit rien de significatif et qui, ensuite, porte le jugement que la personne, n’y voyant que de l’insignifiance, est alors ignorante et qu’en plus, l’auteur du texte insignifiant se permette de demander que la personne en question s’humilie pour atteindre son « savoir » savoureux.

      Cela ne doit probablement pas être de l’arrogance liée à de l’ignorance; mais permettez-moi d’en douter un peu, s’il vous plaît, car cela en a tous les signes?

      J’ai l’impression que, de vous humilier vous-même n’est pas votre principale activité quotidienne. Celle-ci me semble beaucoup plus portée à humilier autrui. De sorte que vous ne remplissez certainement pas la condition que vous prônez pour atteindre ces formidables « secrets ».

      Au niveau de la logique, corrigez-moi si je fais erreur en disant que ce que vous dites frôle le ridicule. Évidemment, nous sommes conscient que la seule correction possible est que ça ne frôle pas du tout le ridicule, mais que c’est effectivement le summum du ridicule; mais je vous laisse la faire vous-même, ce ne serait pas gentil de ma part.

      Détail additionnel; des hiéroglyphes « moyennâgeux », je n’en connais pas. Même dans les écrits de Paracelse.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        23 septembre 2010 à 21 09 18 09189
        Permalink

        Bon! D’accord, Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim vivait au début de la renaissance. Il est né en 1493, je suis né en 1943 (même chiffres). Est-ce que cela signifie quelque chose dans les secrets mystérieux que vous détenez?

        Parce que, comme vous le savez sûrement, l’ésotérisme est tellement riche en enseignements qu’il refuse à tous sauf quelques « privilégiés » « supra humble ».

        En fait je ne serais pas étonné que ceux-ci se targuent d’être les personnes les plus superlativement humble de l’univers; ce qui est tout de même un summum de l’humilité, vous en conviendrez.

        André Lefebvre

        Répondre
  • avatar
    24 septembre 2010 à 6 06 53 09539
    Permalink

    L’artiste,

    Il y a deux courants d’analyse des cultures antiques. D’une part, les historiens qui tentent d’en dégager les principes tout en étant non engagés dans les croyances évoquées. Et d’autre part, les ésotéristes qui affirment transmettre la science secrète des prêtres ou philosophes très-antiques. Vous appartenez à un autre courant qui se nourrit de toutes les publications et qui tente de retrouver ces secrets par des moyens en définitive personnels et donc isolés. Soit vous bénéficiez d’une intuition géniale et vous direz des vérités oubliées depuis longtemps mais que vous ne pourrez jamais prouver, soit vous délirez dans un mélange de références disparates. En d’autres termes, vous pouvez vous créer votre monde de significations, mais le monde ne les entendra pas, car elles sont personnelles. Pour faire science ou autorité, il faut que chaque élément de votre construction tienne l’ensemble, et par des références, déductions et preuves irréfutables, jusqu’à nouvelle découverte certaine et vérifiée.

    Répondre
    • avatar
      24 septembre 2010 à 7 07 17 09179
      Permalink

      Entièrement d’accord; mais on ne peut pas tout faire dans le même article, n’est-ce pas.

      Comme vous le dites si bien,
      « Vous appartenez à un autre courant qui se nourrit de toutes les publications et qui tente de retrouver ces secrets par des moyens en définitive personnels et donc isolés… »

      En fait je n’ai pas ajouté beaucoup. J’ai simplement accepté que les premières « civilisations » n’apparaissent pas en « vase clos » et interagissent entre elles avant même leur définition tout autant que toute leur durée.

      J’ai ajouté également le fait géologique de l’apparition du Bosphore vers -5500. Ce qui n’avait pas encore été fait.

      Ensuite j’ai vérifié les données archéologiques des contrées autour de la Mer Noire, et comparé à ce qui est apparu dans le Croissant fertile vers cette date de -5500. Vous en lisez actuellement le résultat.

      Une chose est certaine, mon travail rassemble toutes les données officielles ainsi que les données traditionnelles en un ensemble qui se tient logiquement au lieu d’un amoncellement hétéroclite de données sans relation logique entre elles.

      C’est d’ailleurs pourquoi cette recherche s’adresse à quatre optiques différents (présentés par quatre séries d’articles)qui finissent pas se rejoindre dans une seule conclusion finale possible. Cette approche n’a encore jamais été employée jusqu’à maintenant, il me semble.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        24 septembre 2010 à 8 08 47 09479
        Permalink

        Si vous avez fait une découverte archéologique essentielle, il vous faut l’homologuer par vos pairs. Sinon elle ne sera pas reconnue. Et donc elle n’existera pas. Dit comme ça dans un article, sans tout le processus d’homologation ce ne peut être pris au sérieux. Qui nous dit que ce que vous dites est vrai ? Qui pourrait être sûr que vous ne reprenez pas une découverte d’autrui ? C’est ce que nous voulons savoir aussi, et c’est ça la méthodologie historienne, ou comme dans toutes les sciences. C’est la garantie que le savoir est vrai jusqu’à nouvelle connaissance ou nouvelle découverte qui saurait changer notre perception de l’histoire.

        Répondre
        • avatar
          24 septembre 2010 à 9 09 04 09049
          Permalink

          Comprenez-moi bien, j’ai été un fervent lecteur des théories de Blavatsky et de Steiner et consort. Et mon imaginaire s’est nourri de toutes ces théories bien libératoires de la pensée. Mais quand il s’agit d’histoire, je ne peux que remarquer que le courant ésotérique s’est séparé de la psychologie moderne après le scandale des photos truquées à la fin du XIXème siècle, quand des ésotéristes ont présenté des photos d’elfes toutes truquées. Auparavant, les premiers psychanalystes et les ésotéristes se rencontraient lors de grandes conférences ou conventions. Et je ne retiens du point de vus historique que l’influence immense de la Théosophie sur Mondrian, Kandinsky ce qui n’est pas rien, et d’autres compositeurs, architectes etc. Le point de vue de l’historien est méta, c’est-à-dire qu’il observe les phénomènes de l’histoire mais il s’observe soi-même comme élément perturbateur des faits objectifs. Je peux vous affirmer, parce que je les connais, qu’aucun historien sérieux du Christianisme ne voudrait être chrétien engagé dans le même temps. Car son analyse d’historien serait orientée par le fait.

          Et vos analyses montrent une telle appartenance à un courant de pensée ou à un groupe attaché à des croyances singulières et non-objectives. Tout comme Mourey sur Agoravox, qui est un adepte d’un courant de pensée très ésotérique qui voudrait imposer ou faire homologuer une vision de l’histoire qui serait plus spiritualiste qu’objective. C’est-à-dire créer une religion, ou asseoir une religion cachée. Ce qui ne peut marcher dans une société ouverte et libre comme la nôtre. L’appareil des historiens et ce qui sauve la civilisation des dérives sectaires et des retours des désordres de cruauté et de destruction.

          Répondre
          • avatar
            24 septembre 2010 à 17 05 15 09159
            Permalink

            « Comprenez-moi bien, j’ai été un fervent lecteur des théories de Blavatsky et de Steiner et consort »

            Pas moi; je n’au jamais aimé ce genre de « pensée magique ». C’est d’ailleurs l’une des raisons pourquoi j’ai travaillé sur le zodiaque (astrologie) afin de prouver ses inanités.

            « qu’aucun historien sérieux du Christianisme ne voudrait être chrétien engagé dans le même temps. Car son analyse d’historien serait orientée par le fait. »

            La rationalité objective est indispensable dans toute histoire quelle qu’elle soit; même l’histoire de l’univers qui devient de l’Astrophysique, tout comme toute autre science. C’est pourquoi mon opinion est que « Tout est histoire ».

            « Et vos analyses montrent une telle appartenance à un courant de pensée ou à un groupe attaché à des croyances singulières et non-objectives.  »

            Cela peut être votre pêrception actuelle, mais je rapporte des faits établis par d’autres qui sont supposément « spécialistes ». La seule divergence est l’interprétation tout simplement parce qu’un « spécialiste » se limite à sa spécialité. Vous ne trouverez pas un spécialiste de l’histoire Égyptienne considérer profondément et sérieusement les liens possibles avec la civilisation Sumérienne. Il y a trop , disons d’intérêts à ce que le spécialiste d’une civilisation valorise sa « spécialité » au dépend d’une autre.

            Ce que j’entend ici, c’est qu’il n’y a personne pour faire une synthèse totale des connaissances acquises.

            « Ce qui ne peut marcher dans une société ouverte et libre comme la nôtre.  »

            Vous trouvez que notre société est ouverte et libre, où chacun à le droit de se faire sa propre opinion et de la partager? Pourtant vous établissez assez bien les limites de cette liberté de penser. C’est exactement ce que fait toute notre société.

            Ce n’est pas moi qui ai débouché le Bosphore et pourtant cela ne fait pas très longtemps que nous avons pu en prendre connaissance. Toute les civilisations anciennes situent le déluge vers 9600 av J.C. mais Mme Wooley(épouse de l’archéologue) a dit que le déluge a dû se produire au IIIe millénaire en Mésopotamie. Trouvez la date officielle du déluge selon les spécialiste de Mésopotamie. Cela vous donnera une idée de ce que je vous dis.

            « L’appareil des historiens et ce qui sauve la civilisation des dérives sectaires … »

            Vous avez raison sur ce point; aussi longtemps qu’une seule opinion officielle sera permise, il ne pourra pas y avoir de dérive sectaire. Autrement dit aucune dérive sectaire n’est possible lorsqu’une seule secte à le droit de parler. On a connu cela avec l’Église catholique pendant 2 millénaires. Mais ce n’est certainement pas de la liberté de penser et d’expression.

            Je pense qu’il est dépassé de vouloir protéger les crédules, les naïfs et autres …Ils devront prendre leurs propres responsabilités face à leurs opinions (s’ils parviennet à s’en faire une). Le résultat sera que ceux qui en profitent actuellement rencontreront une opposition qui, actuellement , est baillonnée.

            Je ne suis pas là pour protéger qui que ce soit; je suis là pour énoncé mon opinion dont je prend la responsabilité.

            Amicalement

            André Lefebvre

          • avatar
            24 septembre 2010 à 17 05 37 09379
            Permalink

            Vous n’avez rien compris. L’ensemble des historiens n’est pas une secte mais des spécialistes qui confrontent leurs découvertes. Ainsi, ce sont d’innombrables avis qui sont débattus. Alors que dans une secte, on impose un dogme et contre le reste du monde.

            Quand vous dites que les Dieux ne sont pas des représentations des forces fondamentales de la Nature, vous ignorez totalement comment les Egyptiens ont conçu leurs Dieux dans les « Maisons de Vie ». C’est le B-A-BA de l’Egyptologie.

          • avatar
            24 septembre 2010 à 23 11 12 09129
            Permalink

            Je n’ai rien compris. D’accord! Mais vous prouvez vous-même que l’ensemble des historiens tiennent à leur chasse gardée. Personne d’autre n’a le droit d’émettre son opinion s’il n’en fait pas partie. Il ne faut surtout donc pas que vous parliez de secte ou de dérive sectaire. Ça ouvre une porte.

            « …Ainsi, ce sont d’innombrables avis qui sont débattus. Alors que dans une secte, on impose un dogme et contre le reste du monde.  »

            Donc, c’est le reste du monde qui est une secte où on impose des dogmes historiques intouchables. Ça ne change pas grand chose. Je n’aime pas les clôtures quelles qu’elles soient; j’espère que vous pouvez comprendre que je ne souffre pas du complexe du mouton.

            « vous ignorez totalement comment les Egyptiens ont conçu leurs Dieux dans les « Maisons de Vie ». C’est le B-A-BA de l’Egyptologie »

            Évidemment! mais votre B-A-BA de l’égyptologie commence vers 3050 av J.C. dans le temple le plus vieux découvert jusqu’ici, à Abydos lors la période Thinite.

            Je vous ai parlé dans l’article çi-haut, de la période qui débute en 5,300 av J.C. Et c’est à cette époque que les « Horus » (donc vos « dieux ») sont arrivés en Égypte par bateaux.Ils sont des « porteurs du Neter (encore traduit par « dieu » ce qui n’a aucun sens. Heureusement que certains égyptologues ne sont pas d’accord avec cette traduction). Ils n’avaient donc pas à les « concevoir ».

            Ce n’est pas moi qui le dit ce sont les écrits et le temple de Séthi Ier. Et ce que vous appelez les « dieux » des Égyptiens est une projection des notions des premiers archéologues venus avec Napoleon, en Égypte, en 1809. Cette notion n’a pas encore évolué depuis ce temps.

            Remarquez que c’est moins pire que la « force de gravité » qui date de 1687, qui a été prouvée erronnée depuis cent ans et que l’on cache derrière un autre nom dit: interaction gravitationnelle. Ce qui n’empêche pas la Terre de toujours attirer la pomme. Parlez-moi de collèges de « spécialistes », je ne peux pas m’empêcher de tomber à genoux.

            Donnez-moi la date de la première construction d’un temple avec une maison de vie datant de 5000 ans av J.C. et je recommence à balbutier le B-A-BA de l’Égyptologie.

            Amicalement

            André Lefebvre.

          • avatar
            24 septembre 2010 à 23 11 33 09339
            Permalink

            Dites-moi; est-ce que les maisons de vie donnaient des cours par correspondance ou par internet? Parce que , selon les archéologues et les ethnologues, tous les dieux sur la surface de la Terre sont supposés être des représentations de forces naturelles.

            Pas mal reconnues internationnellement ces « maisons de vie » des temples égyptiens. Leur B-A-BA s’est répendu sur toute la surface du globe.

            Amicalement

            André Lefebvre

          • avatar
            25 septembre 2010 à 4 04 00 09009
            Permalink

            Le témoignage est de Platon. Lisez Platon et ce qu’il dit des prêtres de Saïs.

          • avatar
            25 septembre 2010 à 4 04 06 09069
            Permalink

            C’est sûr que si vous pensez que l’histoire et l’archéologie sont des oeuvres d’une secte, vous n’irez pas faire vos études d’historien. Sauf à prélever ici ou là les paroles d’historiens qui vont dans votre sens. A tout le moins ce que voue en auriez compris sans méthodologie préalable. C’est pas sérieux ! mais ça reste amusant à lire, je vous le concède.

          • avatar
            25 septembre 2010 à 7 07 06 09069
            Permalink

            « Le témoignage est de Platon. Lisez Platon et ce qu’il dit des prêtres de Saïs. »

            J’ai lu Platon et comme vous semblez l’avoir lu aussi, vous conviendrez qu’il y a plus à lire que mes séries d’articles. Pourriez-vous m’indiquer où il témoigne des prêtres de Sais, ailleurs que dans le Critias ou le Timée? Cela me sauverait du temps.

            « C’est sûr que si vous pensez que l’histoire et l’archéologie sont des oeuvres d’une secte, … »

            Ce ‘est pas moi qui ai abordé le sujet « sectaire », si vous vous souvenez bien. Ce que j’en dis est que ces « collèges » tiennent à leur « chasse gardée ».

            « Sauf à prélever ici ou là les paroles d’historiens qui vont dans votre sens »

            Il semble que vous ne me croyiez pas lorsque je dis que le début de ma recherche avait pour but d’effacer le concept actuel de l’Astrologie.

            « A tout le moins ce que voue en auriez compris sans méthodologie préalable »

            Cette norme d’avoir à « s’imbiber » d’une méthodologie pour « comprendre » quelque chose, m’inquiète un tout petit peu, je l’avoue. Cela me fait penser à la nécessité de s’enquérir auprès d’un théologien pour savoir si on peut sortir un mouton tombé dans un puit le jour du Shabat. 🙂

             » C’est pas sérieux ! mais ça reste amusant à lire, je vous le concède. »

            Je vous remercie infiniment. C’est ce qui m’est le plus important.

            Amicalement

            André Lefebvre

          • avatar
            26 septembre 2010 à 3 03 59 09599
            Permalink

            Non, la méthodologie est une science qui permet de limiter les apports subjectifs pour aborder un sujet de la façon la plus objective. Ce qui ne veut pas dire que les apports subjectifs seraient malvenus, ils doivent juste être perçus pour ce qu’ils sont. Vraiment, l’histoire ne peut être une suite de suppositions hasardeuses. Regardez, ce courant du flou fait qu’aujourd’hui beaucoup de gens doutent même des évidences, car ils aiment trop les délires et les imaginations. La méthodologie nous préserve de ça, heureusement. Ceci veut dire qu’il faut avoir ou acquérir une bonne méthode de recherche, pour trouver la vérité la plus acceptable.

          • avatar
            26 septembre 2010 à 4 04 05 09059
            Permalink

            Je sais c’est chiant ! 🙂

  • avatar
    24 septembre 2010 à 9 09 07 09079
    Permalink

    Lartyst,
    Tsé, té bin bon pour corigé,çé là desu qe tu devrest aicryr, sa ores pluss de sansse.
    Étang doné qe tu ne conprand pa ce don tu parl qan tu te pronomse sûre le sujait de lentyqitai.
    hamykalleman.

    Répondre
  • avatar
    24 septembre 2010 à 9 09 36 09369
    Permalink

    L’Atiste,
    Regarde le squelette,
    Et tu verras la mort.
    Regarde à l’intérieur des os,
    Et tu verras celui qui éveille,
    Celui qui éveille l’homme à l’esprit,
    L’être qui relie l’homme au monde des dieux.
    Neuronique=tout ce qui ne dépasse pas la pensée rationnelle reposant donc sur l’activité des neurones pyramidaux de l’écorce cérébrale.
    Tu vois je te donne encore quelques indices pour que tu puisse sortir de ta prison intellectuelle.

    Répondre
  • avatar
    24 septembre 2010 à 23 11 26 09269
    Permalink

    Moi je regarde un squelette et je vois des os. Je regarde à l’intériur d’un os et, s’il n’est pas trop vieux, je vois de la moelle.

    À partir de là, ton texte perd les pédales.

    « Tu vois je te donne encore quelques indices pour que tu puisse sortir de ta prison intellectuelle. »

    Ouch! Non merci, je préfère ma prison ou je suis libre d’être rationnel; ce qui sous entend de se servir de sa « raison » plutôt que de me retrouver dans un supposé monde des dieux.

    Tu n’es pas au courant que Dieu a dit: « Maintenant que l’homme est devenu comme l’un de nous »?

    Si ça ne te fait rien, je préfère être un dieu ici que dans un autre monde qui risque de m’obliger à m’occuper d’un jardin ou à jouer du picolo.

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    26 septembre 2010 à 8 08 24 09249
    Permalink

    @ Demian West

    Vous devez avoir du poids ici; car le lien pour répondre directement à votre dernier commentaire est coupé.

    Donc, vous dites: « Je sais c’est chiant !  »

    Je ne trouve pas du tout. 😉

    Vous aviez dit auparavant: « Vraiment, l’histoire ne peut être une suite de suppositions hasardeuses. Regardez, ce courant du flou fait qu’aujourd’hui beaucoup de gens doutent même des évidences, … »

    Heureusement qu’ils doutent des évidences car nous en serions encore à penser que le Soleil tourne autour de la Terre. Donc, ce n’est pas aussi « chiant » que ça le paraît.

    Vous parlez des apports « subjectifs » qui ne sont pas malvenus. Tous ceux qui ne sont pas « raisonnables » c’est à dire « rationnels » sont malvenus à mes yeux. La Terre tournant autour du Soleil est un apport subjectif « bienvenu »; mais l’existence improuvée et improuvable de la matière noire et de l’énergie sombre sont des apports « subjectifs » très malvenus puisqu’ils ne se basent que sur une « interprétation » des observations. En fait, c’est de revenir au Soleil qui tourne autour de la Terre.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    26 septembre 2010 à 10 10 35 09359
    Permalink

    L’Artiste,
    Devant ton ignorance et de tes reflexions qui sont le lot des hommes inférieur, je te laisse te perdre dans ta folie de tes interprétations loufoques.
    J’utilise le même language que toi donc ne sois pas surpris que je le fasse de façon arrogante et prétentieuse.
    En passant, ce n’est pas la terre qui tourne autour du soleil, c’est tout le système solaire qui tourne autour de ton nombril.

    Répondre
    • avatar
      26 septembre 2010 à 11 11 51 09519
      Permalink

      Merci Maître.

      Je vou ofre la seul réponsss possib de la part d’1 « homm infériur ». Ce ki souligngngn de fason incontournabl, cett umili-T que vous ecszigé.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    2 octobre 2010 à 11 11 08 100810
    Permalink

    Lartiste,
    Je suis toujours à la recherche d’individu(s,es) qui sont supérieur à moi, il en va de mon évolution, malheureusement ce n’est pas le cas avec toi.
    Tu es tellement facile à sonder et ce seulement en lisant tes articles prétentieux, imaginant soulever le voile d’énigmes que tu ne comprends pas, c’est risible pour ceux qui reconnaissent que la vie est rempli de mystère et que tout ceci est intimement lié au monde spirituelle.
    Tu utilise le mot maître pour m’indentifier, il y a un terme que les psycho-analystes d’autrefois utilisaient et c’est « arrièré », c’est le mot qui me vint à l’esrit lorsque j’ai lu ton dernier commentaire.
    Je suis de bonne foi avec toi car je t’ai donné amplement d’indice avec lesquelles tu aurais put faire quelques recherches et peut-être tu aurais put découvrir une facette différente de l’antiquité.
    Hélas les dés sont jetés pour toi, tu es l’élie du 21 iem siècle, mdr.
    L’important pour moi est de faire savoir que tu raconte n’importe quoi et j’ai la liberté de le faire car j’ai une certaine connaissance du sujet, non que je le maîtrise mais assez pour savoir que tu est dans l’erreur.
    La majorité de tes écris sur le sujet de l,antiquité est de la fausseté et tu t’informe sur wikipedia, qui est une source des plus douteuse, alors j’espère que les lecteurs désireux d’aller plus loin que tes recherches bidon en sois informé et que tu ne mérite aucune attention de leur part si elles ne veulent pas resté ignorante.

    Répondre
    • avatar
      5 octobre 2010 à 14 02 00 100010
      Permalink

      Voici là où « ça bloque entre nous deux:

      « ceux qui reconnaissent que la vie est rempli de mystère et que tout ceci est intimement lié au monde spirituelle. »

      Vous « reconnaissaez que la vie est remplie de « mystère » et vous les acceptez comme tel en les expliquant probablement avec des dogmes. Personnellement, les mystères que je rencontre dans la vie sont une motivation pour les démystifier. Autrement dit; à mes yeux, il n’existe pas de « mystère » incompréhensible.

      Je vous laisse le plaisir de « sauver » l’intellect de la majorité qui pourraient être induite en erreur par mes écrits.Cela vous valorisera sûrement.

      Ces écrits ne sont pas là pour convaincre qui que ce soit; il sont là pour encourager au questionnement personnel.

      Dire que je ne mérite aucune attention, agirait sur moi, comme un stimulateur à vérification des données. C’est exactement le but visé.

      Merci.

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        8 octobre 2010 à 16 04 17 101710
        Permalink

        Je reconnais que tu participe beaucoup au bon fonctionnement du site en publiant tes articles et j’ai réfléchi à mes interventions qui fut un peu désagréable car j,aurais put y emmener des arguments plus clair et plus détaillé et je ne l’ai pas fait, je suis désolé.
        Nous avons quelque chose en commun et c’est l’histoire cependant notre compréhension de l’antiquité est différente, ma quête est spirituelle et dans le Christ car tout l’antiquité se retrouve en Christ pour moi et bien d’autre ‘initié ».
        O CRUX AVE SPE(S) UNIC(A)
        Je te laisse sur cette phrase, j’aimerais que tu fasse l’effort d’en comprendre sa signification, il n’est pas pour rien que le S et le A sont séparés.

        Répondre
  • avatar
    8 octobre 2010 à 16 04 44 104410
    Permalink

     » ma quête est spirituelle et dans le Christ car tout l’antiquité se retrouve en Christ pour moi et bien d’autre ‘initié ».2

    Là nous sommes d’accord; on retrouve le Christ et ses caractéristiques « spéciles » dans l’histoire de toute l’antiquité.

    Mais comme vous dites,notre compréhension, mais je dirais plutôt notre « approche », de l’antiquité est différentes. Mon sujet est « l’antiquité dans le Christ » et le vôtre est le « Christ dans l’antiquité ».

    « j,aurais put y emmener des arguments plus clair et plus détaillé et je ne l’ai pas fait, je suis désolé. »

    De rien. Personnellement je fais tout ce que je peux pour être clair et détaillé; ce qui devrait vous aider dans votre argumentation.

    Au sujet de l’espérence en question, j’ai été « élevé » dans ce contexte. Et j’ai écrit plusieurs articles expliquant cette croix.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      10 octobre 2010 à 5 05 36 103610
      Permalink

      J’aurais souhaité une toute autre réponse que celle de l’espérance ou de la croix.

      Répondre
      • avatar
        10 octobre 2010 à 21 09 06 100610
        Permalink

        Et moi je souhaitais une toute autre réponse que celle-ci.

        André Lefebvre

        Répondre
        • avatar
          19 octobre 2010 à 10 10 03 100310
          Permalink

          De omni re scibili et quisbusdam aliis

          Répondre
          • avatar
            19 octobre 2010 à 12 12 06 100610
            Permalink

            La lampe sous le boisseau?

  • avatar
    19 octobre 2010 à 16 04 12 101210
    Permalink

    @L’auteur

    Ce machin d’antiquité dans le Christ ou inversement,dites moi c’est une blague pour détendre l’atmosphère, vous ne parlez pas sérieusement?

    C’est curieux car au milieu de vos accumulations vous évoquez dans l’ordre la Mer Noire et un déluge ce qui ne me fait pas rire du tout.

    Si vous vous débarrassiez de tout ce fatras spiritualo esotérique Nous ferions à vos cotés un grand pas vers la connaissance

    Manfred Gravinoir.

    Répondre
  • avatar
    19 octobre 2010 à 17 05 59 105910
    Permalink

    Malheureusement, pour faire ce grand pas, il ne suffit pas d’oublier ou de rejeter ce qui est la source de nos « dogmes ». Les religions et la superstition nous ont marqué pendant 3,5 millénaires et on ne se débarasse pas de tels conditionnements en refusant leur réalité.

    D’ailleurs, il est remarquable que les personnes qui parlent le plus de Dieu sont les athées et que ce qui est le plus lu dans les journeaux sont les Horoscopes. Pourquoi? Parce que les Athées refusent d’accepter des « dogmes » incompréhensibles et je suis, moi aussi, d’accord pour dire que c’est inacceptable. Pourquoi l’astrologie? Parce que les conditionnements à la « béquille divine » demandent de rendre quelque chose d’autre, responsable de ce qui nous arrive dans la vie.

    Cependant dire qu’un dogme est faux, ne suffit pas pour l’annuler. Il reste là et continue d’agir dans le subconscient. Il faut la compréhension de la preuve pour l’éliminer.

    C’est ce que je m’évertue à essayer de fournir.

    Tout le « fatras spiritualo ésotérique » est ce qui se retrouve derrière nos interprétations de l’histoire, préhistoire,archéologie et même physique et astrophysique. Le grand pas sera de se débarasser de toute « pensée magique » et de la remplacer par du raisonnable objectif.

    Décrire un mouvement évolutif qui suit la direction successive de : 1)Je suis, 2)Je pense et ensuite 3)j’agis, ne fait pas partie de ce fatras spiritualo ésotérique. C’est de la logique raisonnable pure et simple. Et c’était connu il y a des milliers d’années.

    C’est aussi simple que ça.

    Quant au déluge, il y en aurait eu deux. L’un lors de la fonte des glaciers autour de tous les océans en -9500 av J.C. et l’autre limité à la Mer Noire lors de la formation du Bosphore.

    Il n’y a rien de drôle là-dedans, ce n’est que de l’histoire géologique.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *