L’énigme égyptienne(5) Retour de l’homme errant

 Le retour de l’homme errant

                Publication dans «Nature» de juin 2003 : «Trois crânes ont été découverts en 1997 dans la région de l’Afar en Éthiopie, les paléontologues ont mis 6 ans pour reconstruire le casse-tête de 200 morceaux et dater les restes retrouvés (méthode Argon).  Cette étude a permis de dater les ossements entre 154 000 et 160 000 années, alors que jusqu’à présent les plus vieux fossiles d’Homo sapiens en Afrique n’avaient que 100 000 ans !  Mais ce long travail en valait la peine : ces recherches prouvent l’existence de l’Homo sapiens en Afrique à une époque reculée et nous rapproche du résultat de 250 000 ans obtenu par la biologie sur la datation de l’apparition de l’homme moderne.  Ces restes fossiles renforcent donc la théorie des partisans «Out of Africa» selon laquelle les ancêtres de l’homme moderne sont issus d’Afrique.  (La piste africaine).»

        «C’est Tim White (paléoanthropologue à l’université de Berkeley) et son équipe qui ont dégagé les ossements.  Les nouveaux venus ont été identifiés comme une sous espèce d’Homo sapiens et nommés Homo Sapiens idaltu.  Les 3 crânes (2 adultes et un enfant) portent des traces d’entailles évoquant des pratiques mortuaires et peut-être cannibales.  (Entailles sur le crâne avec pratiques cannibales signifie : manger la cervelle.  À comparer avec les expériences sur des souris où celles-ci augmentent leur «savoir» en mangeant la cervelle de celles possédant un savoir inconnu des souris gastronomes.)» – (Imaginez quel bien peut en tirer, ceux qui mangent de la cervelle de singe ou de mouton ?)

       À noter, de nombreux fossiles ont été trouvés dans une posture et dans un lieu qui démontre que ces hominidés inhumaient leurs morts ! Contemporain de l’Homo sapiens, le Néanderthalien n’était ni son ancêtre, ni son descendant.  Ce sont deux espèces bien distinctes.

        Après l’époque de l’Arkin 8, c’est vers –80 000 ans, au Paléolithique moyen qu’Homo érectus fut remplacé par Homo néanderthalis; on devrait plutôt dire que les Néanderthaliens prirent prépondérance partout au lieu de se limiter à Arkin 8.  C’est à peu près à cette époque que des outils de pierre plus efficaces apparurent; mais la découverte d’Arkin 8 remet en question cette affirmation. Les outils en question existaient déjà à Arkin 8 depuis 500,000 ans. 

        C’est également à cette époque que l’homo sapiens évolua biologiquement selon la découverte de l’Adam bio vers -83 000 ans. (La première évolution bio fut du côté de l’Ève bio vers -250,000 ans et la deuxième fut celle de l’Adam bio vers -83,000 ans).

        N’est-il pas possible que l’Arkin 8 soit un site néanderthalien qui démontrerait que, sans prendre possession de tout le territoire à cette époque, les Néanderthaliens accuseraient leur présence autour du Nil avant d’apparaître en Europe vers –400 000 ans, et qu’ils prirent possession de tout le territoire européen et asiatique vers –80 000 ans?

        Les Néanderthaliens seraient alors originaires d’Afrique de l’Est comme toutes les autres «cultures» ayant subi une évolution.  Ils seraient originaires d’Afrique et ensuite se seraient répandus sur les trois continents accessibles à l’époque; réplique de tous les scénarios antérieurs et postérieurs.  Évidemment, ceci amène la question : «Mais que diable avait de spécial cette région Est-Africaine pour, à chaque fois, être responsable d’une évolution culturelle?»  Pour l’instant, nous sommes dans l’impossibilité d’y répondre.

       La sépulture la plus surprenante fut mise à jour en 1960 dans la grotte de Shanidar, dans les monts Zagros,  au nord de l’Irak. Sur ce site, furent retrouvés neuf fossiles de Néandertaliens dont certains avaient sans doute été tués par la chute de blocs rocheux détachés du plafond.  Au fond de la grotte, dans un gisement vieux de 60 000 ans, on trouva la tombe d’un chasseur dont le crâne était sérieusement écrasé. (Évidemment, il était décédé au moment de la découverte ! Sniff!)

        Les résultats des analyses des échantillons de terrain situés à l’intérieur de la tombe furent étonnants.  La tombe contenait une quantité de pollen jamais égalée.  De toute évidence, un nombre considérable de fleurs avaient été déposées dans la tombe par les compagnons du défunt.  Parmi ces plantes, certaines servent encore de médicaments aux peuplades vivant actuellement en Irak.  Les Néanderthaliens avaient-ils développé une médecine ?  On sait parfaitement qu’ils soignaient leurs blessés et subvenaient aux besoins des handicapés physiques suite à des blessures. Ce qui appuie encore une fois, la thèse de «structure sociale» chez les Néanderthaliens, et qu’ils avaient une « médecine » basée sur les herbes.

        L’amélioration subséquente des outils Moustériens est apparue vers -40 000 ans avec la culture atérienne et la culture khormusienne.  Apparurent également le lance-javelot (propulseur) et probablement l’arc comme on l’a vu plus haut.  C’est vers –30 000 ans que la condition pluviale cessa et que la désertification a commencé au Sahara.  Les habitants de cette région durent se déplacer vers la vallée du Nil où de nouvelles industries et de nouvelles cultures se développèrent.

        La culture sébilienne qui suivit la khormusienne a, sur l’aspect des outils, été une régression.  Par contre, la culture silsillienne (Ballanien-Silsilien) fit des progrès marqués au niveau de la technologie des outils.  Des outils spécialisés apparurent ainsi que les microlithes.  Il n’existe aucune trace qui précède cette technique de lames silsillienne qui, en certains cas, devance de milliers d’années l’équivalent européen. 

        Cette culture silsillienne est-elle la première culture homo sapiens moderne ?  La date concorde.  Mais alors, qu’est-ce qui l’a provoqué? Parce qu’à partir de ce moment-là, ça ne traînera plus du tout. 

       C’est pourquoi, je le répète, qu’est-ce qui a provoqué la culture silsillienne ?  Réponse officielle : On ne le sait pas !

        C’est la culture Qadan (vers –15 000 ans) qui, la première, démontra des signes majeurs de récupération de semences et de techniques agricoles.  Ils se servaient de faucilles et de pierres à moudre.  L’usage de ces outils performants disparut autour de –10 000 ans «pour une courte période» sans que l’on sache vraiment pourquoi.  Selon toute probabilité, peut-être à cause d’une invasion d’une autre population suite à la montée des niveaux marins.  Population venant des plateaux continentaux maintenant submergés.  Ceci provoqua une confrontation qui obligea dorénavant tous les habitants, anciens et nouveaux, à survivre au moyen de chasse et cueillette tout en se protégeant derrière des murs, éliminant par le fait même la possibilité de poursuivre l’agriculture comme auparavant.

        Il est un fait indéniable qu’officiellement, les premières «villes» emmurées apparurent avant l’agriculture officielle; par contre on vient de voir que l’agriculture existait avant la date officielle.  Il ne peut y avoir qu’un seul déroulement logique du scénario, c’est-à-dire, une régression de l’agriculture causée par l’élévation des niveaux marins, qui soit apte à donner une explication acceptable des faits constatés archéologiquement.

        Trois cimetières Qadans, l’un à Tushka, les deux autres à Jebel Sahaba renferment des corps qui furent victimes de violence.  Des pointes de pierre furent trouvées dans les corps.  Au moins 40% des corps trouvés à cet endroit portaient des blessures produites par des projectiles du style javelots et flèches.  Cette violence est caractéristique de cette période brève qui a suivi la montée du niveau Méditerranéen;  c’est à noter comme très important

        Et c’est également à cette époque qu’on est confronté à la culture natufienne, que les Archéologues nous jettent comme une pierre dans la mare.  Qu’est-ce que cette culture natufienne et comment simplifier tout ce qui s’amoncelle comme informations à cette époque ?

        En abordant la culture natufienne, on se doit de mentionner la ville de Jéricho datant d’avant 9,000 ans av.J.C qui représente la sédentarisation avant l’agriculture.  La ville est tout de suite protégée par des murs à son apparition.

http://www.bibleplaces.com/images/Jericho_Neolithic_tower_45-01tb_wr.jpg

http://www.ccny.cuny.edu/architecture/archprog/slide-232/images/011%20Jericho.jpg

Voici la fameuse tour de Jéricho :

ainsi qu’une autre photo plus rare  de Jéricho :

       Sur cette deuxième photo, on voit une plateforme d’une épaisseur de 12 pieds qui servait à quoi au juste ?  Personne ne le sait.  Par contre, on sait que plusieurs autres plateformes semblables se retrouvent sur presque tous les sites des premières villes. Retenons-nous d’attribuer ces plateformes à un culte religieux quelconque comme le demande la facilité habituelle.

        À Jebel Sahaba et dans d’autres sites on retrouve la preuve que vers –7,000 ans, les habitants étaient en guerre contre une culture plus puissante et plus nombreuse de l’épipaléolithique.  Malheureusement… nous ne savons pas laquelle; mais apparaissent alors des preuves de massacres collectifs.

        Nous savons que l’épipaléolithique succède au paléolithique supérieur, et que c’est la période située entre 9,800 et 8,000 av JC.  Nous ne savons donc pas de quelle culture il est question, mais tout indique qu’elle est originaire des plateaux continentaux qui furent submergés à cette époque.  Et comme nous l’avons supposé plus haut, les hommes des plateaux continentaux devaient être plus nombreux que ceux des hautes terres, parce que l’homme s’installe plutôt près des côtes qu’au faîte des montagnes.  Ça semble d’ailleurs être le même scénario tout autour de la Méditerranée. N’oubliez surtout pas que cette culture inconnue est qualifiée de plus puissante que celles que nous connaissons de cette époque.

            L’agriculture a officiellement commencé vers -8,000 ans av.J.C.  Mais les trouvailles archéologiques laissent entendre que déjà, vers –15,000 ans av.J.C on se servait de faucilles et on avait commencé à faire de la pré-agriculture (Donc, deux fois plus loin dans le temps).

          J’hésite à croire que, pendant 7,000 ans, ces hommes ont coupé du blé sauvage sans en laisser tomber quelques grains autour de la « maison » pour se rendre compte qu’ils pouvaient le « planter » et récolter un peu plus près de chez eux. J’hésite tellement, que je suis tenté d’affirmer que cela n’a aucun sens et que l’agriculture existait il y a plus de 15,000 ans. Je conçois l’importance des cruches en archéologie, mais je refuse d’en être une.

       On dit actuellement : pré-agriculture parce que j’imagine qu’on veut protéger cette date de –8,000 ans pour le début de l’agriculture officielle; mais à mon sens, on fait de l’agriculture ou on n’en fait pas.  Lorsqu’on «touille» le sol pour y mettre des graines afin de récolter à l’automne, même si on le fait à la main et qu’on est tout seul à le faire dans sa région, on fait de l’agriculture. Pas besoin d’avoir un tracteur ou que tout le monde fasse son jardin.  Un peu comme ce que l’on dit dans la Bible au sujet de Caïn : «il travaillait le sol» et récoltait des légumes.  Donc Caïn était agriculteur qu’on le veuille ou non.  Et Caïn est un agriculteur qui vivait AVANT le déluge.  Donc, comme le déluge fut provoqué par la fonte des glaciers autour de -10,000 av. J.C., et que nous trouvons de la « pré-agriculture » vers -15,000, on obtient encore une corrélation entre l’Archéologie officielle et la Bible. Malgré ceux qui refusent de l’admettre.

        Bon !  Je sais bien que ceux qui se servent de la Bible pour retracer l’histoire de l’humanité, risquent de se fourvoyer; mais la Bible, même si elle n’est pas un rapport archéologique, donne quand même des indications pertinentes. Et je crois que ceux qui réfutent ou surtout discréditent ces indications, sont dans les patates et ne sont que des «bulles pleines de vent» qui se valorisent en dévalorisant ce qui les entoure et ce qui les précède. 

       D’ailleurs, je remarque que la plupart de ceux-là se servent d’anciens écrits pour appuyer leurs opinions et éliminent ce qui n’y concorde pas, le cataloguant comme «élucubration imaginaire».  C’est un peu enfantin si ce n’est pas tout simplement malhonnête.

       Voici donc une révision des dates du Néolithique égyptien selon les différentes «cultures» que les Archéologues ont trouvées.  Dates du Néolithique égyptien Paléolithique tardif –40,000 à –10,000.
Cette période est caractérisée par les sortes de pierres taillées : macrolithiques et microlithiques.

       Il est évident que le macrolithique a dû apparaître avant le microlithique, ne serait-ce qu’à cause des difficultés de fabrication. Malgré cette norme logique, la chronologie qui suit commence par une «culture» dite microlithique :

o Halfan       (20 000-17 000 BP)  (18 000-15 000 av.J.C.) (Microlithe)

o Fakhurian  (18 000-17 600 BP) (16 000-15 000 av.J.C.) (Macrolithe)
o Idfuan       (17 800-17 000 BP)  (15 800-15 000 av.J.C.)          “Macro..

o Ballanan    (16 000-14 800 BP)  (14 000-12 800 av.J.C.)           “ Macro..

o Sebilian     (16 000-13 611 BP)  (14 000-11 611 av.J.C.)           “ Macro..

o Sebilian     (15 000-11 000 BP)  (13 000-9 000 av.J.C.)             “ Macro..

o Menchian   (14 000-11 000 BP)  (12 000-9 000 av.J.C.)             “ Mavro..

o Affian        (c.14 000 BP)           (12 000 av.J.C.)                       “ Macro..

o Isnan        (13 000-12 500 BP)  (11 000-10 500 av.J.C.)            “ Mavro..

        Comme vous pouvez le constater, une seule culture microlithique est présente dans la chronologie qui précède; et c’est la première.  Les suivantes sont toutes du macrolithique : Très curieusement, le microlithique est le plus ancien, ce qui n’est pas normal.

        Celles-ci sont microlithiques :

• Arkinian        (c.9 500 BP)          (7 500 av.J.C.)

• Qarunian      (c.8 100-7 180 BP) (6 100-5 180 av.J.C.)

• Elkabian       (c.8 000 BP)          (6 000 av.J.C.)

• Shamarkian (c.7 700 BP)           (5 700 av.J.C.)

       Évidemment que dans le texte où j’ai pris ces informations, la liste se présente différemment.

       Tout simplement parce que : Les Archéologues ne semblent pas prêter énormément d’attention à la datation; ils présentent plutôt les informations selon les «endroits» qui furent fouillés.  Résultat, leurs interprétations se font principalement selon la géographie ce qui leur donne énormément de difficultés à la réinterpréter selon la chronologie.  Comme je viens de le dire plus haut, nous nous attacherons un peu plus à la datation. 

       Donc, selon la liste ci-haut, on constate que le macrolithique est disparu vers 10 500 av.J.C. tandis que le microlithique, qui était déjà présent à un endroit vers 18,000 av.J.C. a survécu, ici, jusqu’en 5,700 av.J.C, et sûrement jusqu’à l’apparition de la civilisation égyptienne.

        Voyons comment se comporte cette liste face à ce que nous avons vu précédemment ?

       Acceptant le fait que le Macrolithique est une technique moins évoluée que le Microlithique, on se rend compte que cette technique disparaît vers -10 500 av.J.C et, encore une fois, on perçoit, cette fois-ci, une réaction technologique à la montée des niveaux des océans. 

       L’Arkinien microlithique a remplacé toutes les techniques macrolithiques vers 7 500 av.J.C.   Évidemment qu’entre 15 000 ans av.J.C et 7 500 ans av.J.C la technique microlithique n’était pas disparue; mais officiellement, on ne sait pas vraiment où elle se manifeste. 

       Par contre, nous, on se rappelle très bien de la culture Qadan qui, vers 15 000 av.J.C se servait de faucille.  Ces faucilles étaient fabriquées en ajoutant des microlithes à un morceau de bois incurvé. Donc, la culture Qadan (15 000 av.J.C.) a préservé la technique microlithique; et on vient de voir que ce Microlithique vient de la culture Halfan (première de la liste) qui s’étend de 18 000 ans av.J.C à 15 000 ans av.J.C. 

        Les dates concordent encore parfaitement et je crois bien que nous avons levé un coin du voile. On a aussi vu que le Microlithique qui a précédé la culture Halfan fut celui de la culture silsilienne.

        Bon, les noms de cultures sont tirés de recherches en anglais donc peuvent être parfois différents de ceux en français mais… Voici quand même une faucille.

        Tiens !  Aussi bien en profiter et vous montrer une photo d’un propulseur que j’ai appelé dans mon ignorance : un lance-javelot.

À suivre

                                                                        Élie l’Artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *