Les bons coups de nos administrateurs!!!

 

Les bons coups de nos administrateurs!!!

      Dans mon dernier article, je me suis promis de ne plus parler politique. Je vais tenir promesse et vous parler des améliorations sociales apportées par l’administration depuis dix ans. Je vais m’en tenir aux faits simplement en les décrivant sans aborder le côté politique.

     Je change donc complètement mon angle de vision, pour appuyer le mieux que je puisse le faire, les décisions qui se sont avérées positives dans l’administration de notre société. Il est parfois important de souligner les succès de notre administration.

     Personnellement, c’est simplement pour contrecarrer les possibilités d’ulcères d’estomac que j’ai pu développer ces dernières semaines.

Allons-y!!!

Il y a onze ans:

Dans la presse du 15 juin 2000

      Le premier ministre M. Bouchard, voyant les problèmes de son personnel administratif, décide d’améliorer leur sort.

      Il exprime sa pensée ainsi :

 « Depuis quatre ans, j’ai personnellement été confronté au départ d’une douzaine de personnes de très haut niveau qui ont quitté la fonction publique à la suite d’offres (de la part du secteur privé) qu’elles ne pouvaient pas refuser», a dit le premier ministre. »

     Pour cesser cette migration qui nuit au peuple en le privant d’une administration saine, il prend le taureau par les cornes :

«     Les sous-ministres, qui gagnaient entre 93 000 $ et 131 000 $, verront donc leur salaire grimper entre 104 000 $ et 158 000 $. Il en sera de même des différents dirigeants d’organismes publics.

        Un député de l’Assemblée nationale touche donc actuellement 60 860 $ par année, plus une allocation annuelle non imposable de dépenses de 12 389 $.

       Il faut dire toutefois que 102 des 125 députés de l’Assemblée nationale touchent des primes salariales supplémentaires pour des fonctions additionnelles qu’ils occupent.

      Avec le salaire de député plus la prime de fonction, le premier ministre touche annuellement 124 763 $, un ministre, le président de l’Assemblée nationale ou le chef de l’opposition 106 505 $. »

        Il conclut en disant : «Quand on entre en politique, on sait à quoi s’en tenir. Il y a des satisfactions considérables, mais il y a un côté passif et la rémunération, c’en est un».

                             ——————————————————–

 Neuf ans plus tard….

 9 Juin 2009

       Le fonctionnaire le mieux payé de l’État québécois, (secrétaire général du Conseil exécutif) Gérard Bibeau, sera encore mieux payé puisqu’il vient de se voir accorder une hausse de 16,5 % de salaire, en pleine crise économique. Salaire « maximum normal » de 235 008$,

« Maximum normal » signifie certainement qu’il peut y avoir des « ajouts » anormaux.

 Il y a neuf ans : 131,000$ aujourd’hui : 235 008$, Augmentation de salaire de 104,00$

      Je me dois donc, de souligner cette nette amélioration de la qualité de vie de cet administrateur dévoué au public. Mais ce n’est pas tout :

       Pour toutes les autres fonctions (sous-ministres réguliers, sous-ministres associés, sous-ministres adjoints ou délégués généraux), la hausse salariale de 2008 à 2009 a été fixée à 2%.

      Les salaires de la plupart des sous-ministres sont plus élevés que ceux de leurs patrons les ministres, qui touchent environ 158 000 $. 

      Il devient, ici, impérieux de mettre l’accent sur le désintéressement, c’est-à-dire : le dévouement désintéressé des ministres que nous avons élu, qui, comme députés, n’avait en vue que l’administration saine de la chose publique. On ne le soulignera jamais assez.

      Le montant des salaires et le pourcentage des dernières hausses :

 SALAIRES DES SOUS-MINISTRES ET HAUTS FONCTIONNAIRES EN 2009*

 SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL EXÉCUTIF

235 008 $ (+ 16,47 %) Il y a neuf ans il gagnait 131,000$ Hausse de salaire de 104,00$ en neuf ans. Une nette amélioration de qualité de vie.

 SOUS-MINISTRE, NIVEAU 4

195 840 $ (+ 2 %)

 SOUS-MINISTRE, NIVEAU 3

189 904 $ (+ 2 %)

 SOUS-MINISTRE, NIVEAU 2

178 919 $ (+ 2 %)

 SOUS-MINISTRE, NIVEAU 1

167 931 $ (+ 2 %)  Il y a neuf ans : 93,000$ augmentation de : 75,000$ en neuf ans.   Même constat positif de ma part. J’en suis même déconcerté.

 SOUS-MINISTRES ASSOCIÉS OU ADJOINTS

Niveau 2 : 167 931 $ (+ 2 %) Niveau 1 : 144 617 $ (+ 2 %)

 DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL

144 617 $ (+ 2 %)

 DÉLÉGUÉ ET CHEF DE POSTE

130 066 $ (+ 2 %)

Source : Gazette officielle du Québec *(maximums normaux)

Voyons au-delà des « Maximum Normaux » :

 L’explication  récoltée au ministère de l’éducation qui s’applique à tous les ministères:

        Les primes des hauts fonctionnaires sont versées en vertu de certains décrets gouvernementaux, « en lien avec une évaluation de rendement. »

      « Les bonis entrent en ligne de compte une fois que l’échelle de salaire maximale est atteinte », dit Mme Tremblay porte-parole du ministère de l’Éducation.

        Des données obtenues par Le Journal grâce à la Loi sur l’accès à l’information révèlent que le sous-ministre et les sept sous-ministres adjoints du ministère de l’Éducation se sont partagé en 2008 87 250 $ en bonis au rendement.

 Données de 2009 :

 Les primes versées

Sous-ministre : Michel Boivin: 19 200 $

 Sous-ministres adjoints

Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire :

 Pierre Bergevin: 12 363 $

Information, communication et administration :

Marie-Claude Champoux: 14 178 $

 Réseaux :

Line Gagné: 12 220 $

 Services à la communauté anglophone :

Léo LaFrance: 7 089 $

 Formation professionnelle et technique, et formation continue :

Michelle Lapointe: 6 210 $

 Aide financière :

Mimi Pontbriand: 4 648 $

 Enseignement supérieur :

Hélène P. Tremblay: 11 342 $

 Évolution des bonis depuis 3 ans :

 2006 : 67 158 $ pour 8 hauts fonctionnaires

2007 : 67 639 $ pour 8 hauts fonctionnaires

2008 : 87 250 $ pour 8 hauts fonctionnaires (+ 28% en un an)

 Calcul :

En fonction de l’évaluation de rendement, le montant accordé varie entre 0 % et 10 % du salaire

 Salaire des hauts fonctionnaires :

Sous-ministre : Entre 160 000 $ et 192 000 $ par an

Sous-ministre adjoint : Entre 109 061 $ et 164 638 $ par an

 Un an plus tard :

16 août 2010

     Les sous-ministres, délégués généraux, dirigeants d’organisme, leurs adjoints et subalternes immédiats ont droit à une hausse de 0,5 %, hausse s’appliquant rétroactivement au 1er avril. Un second relèvement tombera le 1er avril 2011. Il sera de 0,75 %.

     Cela fait en sorte que le secrétaire général de la machine bureaucratique, Gérard Bibeau, a vu son salaire passer de 235 008 $ à 236 183 $. Dans huit mois, il atteindra 237 954.

     La rémunération au sommet de l’échelle salariale des sous-ministres en titre, elle, a grimpé de 195 840 $ à 196 819 $, pour culminer à 198 295 $, l’an prochain.

     Le poste de délégué général à l’étranger, au haut des échelons salariaux, rapporte maintenant 145 340 $ et vaudra, en avril 2011, 146 430 $.

     Les salaires des élus à l’Assemblée nationale sont gelés pour deux ans.

     En ce moment, le salaire de base des députés – baptisé «indemnité annuelle» – est de 85 388 $. En théorie, il est aligné sur le revenu moyen consenti à un cadre supérieur de «classe IV». Or, le salaire moyen de cette catégorie de fonctionnaires monte. Il a atteint 87 375 $. Il sera bientôt 87 811 $. C’est 2423 $ de plus que pour les députés.

     Tous les élus sont évidemment touchés par ce gel. Le premier ministre Jean Charest a droit à 175 045 $. La différence de traitement avec le secrétaire général est passée de 59 963 $ à 61 138 $, en avril, et sera de l’ordre de 62 909 $, en 2011.

     Les députés ont droit à des primes qui varient selon la fonction parlementaire qu’ils assument.

      Ajoutées à l’«indemnité annuelle» (salaire), cela fait en sorte que le président de l’Assemblée nationale, Yvon Vallières, et la chef de l’opposition officielle, la péquiste Pauline Marois, touchent autant qu’un ministre.

     Le président d’une commission parlementaire gagne 106 735 $, au total.

       Il m’est, dorénavant, impossible de continuer d’affirmer que nos administrateurs ne font pas des pieds et des mains pour améliorer la qualité de vie des Québécois.

 

 

 

      Je retire donc tout ce que j’ai pu dire de négatif sur l’administration publique et veuillez considérer tout cela comme étant « non avenu ».

 

Merci à l’avance.

 Amicalement

                                                                          Elie l’Artiste

5 pensées sur “Les bons coups de nos administrateurs!!!

  • avatar
    21 avril 2011 à 8 08 14 04144
    Permalink

    J’aurais dû mentionner que les différences notoires des salaires entre le privé et le public, en 2000, avaient été provoquées par l’apparition du capitalisme sauvage plus de dix ans auparavant.

    Mais je ne l’ai pas fait, car cela aurait voulu insinuer que M. Bouchard, premier ministre de l’époque, aurait introduit le capitalisme sauvage au gouvernement.

    Et comme je voulais cet article « positif », je me suis abstenu.

    Ce qui n’est pas le cas pour mes commentaires, évidemment.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
  • avatar
    21 avril 2011 à 12 12 08 04084
    Permalink

    C’est très positif… 😛
    Même les « petits » directeurs d’école ont des bonis. C’est la règle où tout se règle par l’administration.
    Alors pour avoir ses bonis, il faut ne pas perdre une de ses brebis…
    Une brebis assise vaut son pesant d’or, même si elle ne fait rien.
    Une brebis « dehors » n’est pas « rentable ».
    Une brebis qui ne réussit pas ne peut pas aller engraisser d’autres administrateurs à d’autres niveaux.
    Ou bien elle est un « échec » pour l’éleveur de brebis.
    (G)

    Répondre
    • avatar
      21 avril 2011 à 14 02 39 04394
      Permalink

      Je suis heureux que tu te sois rendu compte de l’immense effort que j’ai dû déployer pour demeurer positif dans cet article mon cher Gaétan.

      Je te remercie.

      Je vais essayer de continuer mon élan de « positivisme aigü » dans mes futurs articles. (D)

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
      • avatar
        22 avril 2011 à 0 12 46 04464
        Permalink

        Je viens de lire une phrase qui m’a frappé.
        « Un pessimiste, c’est quelqu’un qui est informé »
        Il y a un peu de distorsion dans ton optimisme.
        Le bravo de la vache n’a pas l’air très « franc »…
        🙂
        J’ai hâte de voir le prochain article optimiste…

        Répondre
        • avatar
          22 avril 2011 à 7 07 49 04494
          Permalink

          Ça viendra sûrement bientôt.

          Mais aujourd’hui???

          Je ne crois pas; c’est vendredi…saint.

          Amicalement

          Elie l’Artiste

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *