Les dessous du Chou

Qui ne connait pas les bienfaits de ce légume vert et merveilleux, dans lequel on prétend que les enfants naissent ?

Que la légende soit vraie, ou pas, c’est le moment de découvrir des aspects souvent méconnus du chou.

Un chou, c’est un chou, c’est entendu, mais si tout le monde connait le chou de Bruxelles, célèbre par sa petite taille, nombreux sont ceux qui ignorent l’existence du choux rouge tête de nègre, du chou de Kerguelen, du quintal d’Alsace du gros des vertus, du cœur de bœuf, ou même du demi-nain de la halle, qui est une variété de chou de Bruxelles et non pas un élu présidentiel. lien

Le chou, tout comme le houx est une plante verte, avec la différence notable que le houx ne se consomme pas, en raison de la toxicité de ses baies rouges, et de la coriacité de ses feuilles, dont les piquants découragent de toute façon le gastronome avisé.

Qu’ils soient des nantis, ou démunis, tous s’accordent sur un point : on ne peut vivre sans le chou.

Par contre il faut s’insurger sur cette croyance populaire qui voudrait que l’on puisse être « bête comme chou ».

Tout d’abord parce que le chou est un végétal, et ensuite parce que rien ne permet d’affirmer qu’il ne puisse être intelligent.

Lorsque l’on sait qu’il possède des propriétés mathématiques, (suite de Fibonacci) et que sa géométrie auto similaire le fait citer comme exemple de fractale naturelle, personne ne peut aujourd’hui évoquer sans sombrer dans le ridicule, la bêtise du chou.

Le chou se consomme pour le meilleur profit des pétomanes, métier hélas en voie de disparition.

L’un des plus célèbres pétomanes était le fameux Misou Misou que l’on découvre sur cette vidéo en train d’interpréter la chanson « étienne étienne » de Guesch Patti.

(à lire ou relire « le pétomane ne répond plus) de San Antonio)

En effet, un chou, surtout présenté sous la forme d’une soupe, a la particularité de provoquer des gaz intestinaux, du meilleur effet en société, lorsque l’on est un tant soi peu habile du sphincter.

Bien sur, le méthane, ce gaz produit par la fermentation du choux, à l’inconvénient d’avoir une odeur plutôt désagréable, mais on ne peut pas tout avoir, le beurre et l’argent du beurre.

D’ailleurs ces gaz intestinaux ne sont-il pas pour une bonne part la clef de la réussite du célèbre « la soupe au choux » avec le trio des regrettés Villeret, Carmet et de Funès.

Le choux peut nous en faire voir de toutes les couleurs, du rouge, au vert, en passant par le blanc, le violet, le jaune, le bleu et le rose.

Le chou, s’invite même sur la scène de la mode, et Yukino Kurosu à gagné « le Japan triumph inspiration award 2009 » en présentant à Tokyo un ensemble de lingerie plutôt assez « chou ». Le défilé de mode est sur cette vidéo

Du choux fleur, qu’il est d’un gout discutable  d’offrir, au chou-rave, cher à  Mandrika avec son complice « le concombre masqué »,  en passant par l’endive, le chou rouge, le Pé Tsaï, le chou Cabus, et le brocoli, les variétés de choux sont multiples. lien

Mais plutôt que de s’assigner à la longue et fastidieuse liste des 400 variétés de choux, je vous propose de faire le tour de quelques façons de l’apprêter. lien

On peut consommer le chou cru, ou cuit. (ne cherchez pas de contrepèterie, il n’y a en a pas, ou alors elle est involontaire)

Un choux trop chaud peut provoquer une déclaration du genre : « ouh…hai  haud.. ! » et pour éviter çà, il faut donc le manger cru.

Le choux cru, à ne pas confondre avec la choucroute (qui n’est pas la femelle du chou cru) a l’avantage de garder toutes ses vitamines, lesquelles sont nombreuses, et ne varient pas quelle que soit la taille du chou.

Si l’on écarte les légumes géants de Don José Carmen Garcia Martinez, évoqués dans cet article , le record du chou le plus gros est détenu par un nommé Hubacek avec un chou vert de 63,5 kg. lien

Les recettes de salade de chou cru sont innombrables, et je vous propose d’essayer celle du « Pé Tsaï aux oranges ».

Çà consiste à dépiauter chaque quartier d’orange en enlevant la fine peau qui les retient, et libérant ainsi les minuscules « particules » d’oranges, mélangeant celles-ci avec des feuilles de Pé Tsaï coupées finement en lamelles, accompagnant ce mélange avec une sauce huile de noix, et jus d’orange pressées, vinaigre, sel et poivre.

C’est tout simplement délicieux, surtout si l’on râpe sur l’ensemble des quartiers de noix.

D’autres préparations originales sont à découvrir, comme celle du chou aux anchois, ou la salade de chou cru à la noix de coco.

Ici, d’autres recettes de salades de chou.

Passons à la choucroute.

Quitte à faire bondir quelques alsaciens, son origine serait chinoise.

Il y a 2300 ans, les coolies qui participaient à la construction de la grande muraille se nourrissaient de choux fermentés.

La légende veut que ces choux abandonnés lors d’un hiver rude, ayant fermenté sous la neige, les ouvriers de la muraille s’en nourrirent assurant ainsi leur survie.

Ces choux fermentés firent le voyage avec les Tatars et les Mongols, jusqu’en Europe, et les allemands, au 16ème siècle mirent au point une méthode de fermentation au sel dans la région de Francfort.

Ils appelaient çà « sauerkraut » (herbe aigre) qui devint le « sürkrut » alsacien. lien

On dit qu’il y aurait 1000 recettes « uniques »en Alsace, lesquelles proviennent aussi bien de Colmar que de Strasbourg, jusqu’à Saverne, Brienne-le-Château ou Montbéliard. lien

Il faut bien sur éviter de cuire la choucroute dans des casseroles en aluminium, vu l’acidité du chou qui, dégradant l’aluminium pose de réels problèmes de santé. lien

La meilleure choucroute est à mon humble avis la choucroute royale, et pour qu’elle le soit, il faut y ajouter des quenelles de foie. (la recette est sur ce lien)

Ne transigez pas sur la qualité des « morteaux » que vous y mettrez, et pour ma part, le jambonneau que j’y ajoute est de préférence fumé.

Pour l’accompagner, un pinot noir d’Alsace s’impose, mais ont peut tout aussi bien choisir un riesling, ou une bière Fischer (bouteilles de 66 cl) et quitte à me faire des ennemis en Alsace, j’opterais pour une bonne Duvel.

L’un des intérêts de la choucroute réside dans sa fermentation, celle-ci le rendant plus digeste.

Pour faire une bonne choucroute, il faut utiliser le chou de Milan Quintal d’Alsace, et si vous voulez vous lancer dans sa fabrication, vous pouvez aller sur ce lien.

Mais on peut aussi utiliser le Brunswick, le Krautkaiser, le Fildelkraut.

Votre choucroute pourra se garder une année.

A part la célèbre soupe aux choux, qui parait-il faire perdre 5 kg en une semaine, (lien) on ne peut faire l’impasse sur le chou farci ?

Ce plat d’origine périgourdine se décline de plusieurs manières, et sur ce lien, on peut découvrir la recette classique.

N’oublions pas le Kig Ha Farz qui comme son nom l’indique nous vient tout droit de Bretagne.

A ce sujet, il faut ici préciser que le chouchen, malgré toutes ses qualités, n’est pas un chou, mais qu’il est pour beaucoup la véritable boisson des dieux

Il ne faudrait pas non plus ranger dans la catégorie des choux,  les choux à la crème, qui même s’ils sont farcis de crème, ne sont pas pour autant des légumes.

Le chou est l’un des rares occupants d’hiver de nos jardins, et même s’il existe des choux de printemps (que l’on sème en septembre) ou des choux d’été et d’automne, que l’on sème au printemps, c’est le chou d’hiver qui reste le favori des jardiniers.

Augustin Pyramus de Candolle, membre du conseil souverain de la république et canton de Genève, en a fait en 1828 un ouvrage court et passionnant : (mémoire sur la famille des crassulacées, paru chez Treuttel et Würtz).

Je ne vous ennuierait pas avec les distinctions pointues qu’il fait entre les crassula, les tillaea, les bulliarda, les kalanchoé, mais on y apprend que « dans cette famille, c’est le seul exemple (à sa connaissance) dans le règne végétal de plantes à feuilles opposées, dont les paires sont, non pas croisées à angle droit, mais dont chacune coupe la précédente sous un angle fort aigu, de telle sorte que les paires sont disposées en spirale, la 6ème se trouvant sur la 1ère, la 7ème sur la 2ème et ainsi de suite » lien

On ne peut quitter l’histoire du chou sans évoquer celle de l’homme à la tête de chou, un certain Serge Gainsbourg.

On peut l’écouter sur cette vidéo.

Mais c’est sur le chapitre de la santé que le chou est le plus passionnant.

Il peut guérir les rhumatismes. Lien

Un grand verre de jus de chou rouge tous les jours assure une bonne protection contre les douleurs rhumatismales. lien

200 gr de chou-fleur cuit couvrent la totalité de nos besoins quotidiens en vitamine C.

Il est riche en vitamines B9 indispensables au renouvellement de nos cellules. lien

Il a des propriétés antioxydantes permettant de renforcer les défenses immunitaires, et d’après le docteur Catherine de Goursac, grâce a ses glucosinolates, il lutte efficacement contre le cancer de l’estomac. lien

Espérant que cet article ne vous aura pas trop déçus, ou mis sans dessus dechoux, je laisserais le dernier mot à mon vieil ami africain, qui aime bien dire :

« Une bonne soupe au choux, au docteur fait perdre 5 sous ».

L’image illustrant l’article provient de « jardino.e-monsite.com

20 pensées sur “Les dessous du Chou

  • avatar
    7 novembre 2010 à 15 03 56 115611
    Permalink

    Salut Olivier,

    Comme tu m’as inviter à venir lire ton article, je vais improviser un petit texte sur le chou. 😀

    Refrain :

    Nos ministres se prennent le chou
    Pour savoir qui sera le chouchou.
    Ils en oublient tout ralliement.
    Il n’y a plus de gouvernement.

    Un couplet :

    Jean-Louis suce à présent des cachous,
    Fillon se repositionne doucement.
    Cette opération lamentable échoue :
    Quel leurre ce remaniement !

    Répondre
  • avatar
    7 novembre 2010 à 17 05 14 111411
    Permalink

    Classés X

    Lagarde exhibe ses bijoux
    Et ses précieux cailloux.
    Bernard Kouchner est un pou,
    Borloo est un mou du genou.
    Fillon est gai comme un hibou
    Et Sarkozy tient son joujou !
    Alors autant parler du chou…

    Répondre
    • avatar
      7 novembre 2010 à 17 05 58 115811
      Permalink

      Voris
      en alexandrins, comme çà, au débotté, çà pourrait donner:

      quand christine lagarde exhibe ses bijoux
      qu’elle tient de sa famille, dont au fond elle se fout
      et quand bernard kouchner admet n’être qu’un pou
      ce qu’il convient sans peine, puisqu’il n’est pas si fou,
      lorsque le sieur borloo, ce champion du genou,
      puisqu’il sait se baisser, pour éviter les coups,
      invite à l’apéro, ceux qui boivent des coups

      pendant que le fillon et ses yeux de hibou,
      et ne dort que d’un oeil, au milieu des ripoux

      dans un square improbable un enfant président
      fait des chateaux de sable sur le dos des manants
      il s’appelle nicolas, mais pas dupond aignant

      il les a tous trahis, du plus bete au plus grand,
      ce n’est qu’un jeu pour lui,
      il est indifférent à ce peuple qui lui, souffre des jours durants,
      ce peuple dans la rue, qui en se révoltant
      voudrait bien qu’il comprenne, lui, le p’tit président,
      qu’ils en ont raz le bol, d’être toujours perdants
      qu’ils ne supportent plus ses mensonges évidents,

      ils se sont fait avoir, en mai 2007
      et vont lui faire payer sa sinistre conquête.

      t’en dis quoi?

      Répondre
  • avatar
    7 novembre 2010 à 18 06 29 112911
    Permalink

    J’aime bien « dans un square improbable un enfant président fait des châteaux de sable sur le dos des manants »

    Les alexandrins pour une chanson, ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile.

    Répondre
    • avatar
      8 novembre 2010 à 1 01 16 111611
      Permalink

      Voris,
      çà m’a amusé d’improviser çà en direct, sur le clavier,
      je suis habité par l’alexandrinite,
      une fois le mouvement lancé, je ne peux m’empecher de faire des alexandrins,
      c’est une maladie étonnante et vivace
      comme un gentil virus qui jamais ne se lasse
      et qui de pieds en pieds, vous poussent à inventer
      des phrases improbables au rythme forcené

      vla qu’ca me reprend!
      :-O

      Répondre
      • avatar
        8 novembre 2010 à 10 10 55 115511
        Permalink

        Attention, l’alexandrinite peut provoquer une tendinite du poignet. Qui peut bien sûr être due aussi à une autre cause…

        Nouvelle chanson (au fait, l’album 3 titres « La Sarkoverdose » est en attente chez Jamendo. Je crois qu’il assez hilarant) :

        Villepin villipende

        Villepin villipende
        Sarkozy qui voudrait qu’on le pende
        A un croc de boucher.
        Mais Villepin est bouché :
        Comme à l’époque du CPE…
        “La France d’Après, c’est eux !”
        Vous noterez les guillemets
        Non, il ne l’a pas dit mais
        Villepin apostrophe,
        Met Sarko entre parenthèses.
        Cet amoureux des strophes
        En prend vraiment tout à son aise !
        Il stigmatise Sarkozy
        Mais la France d’Après c’est aussi lui.

        Ce qu’on retient à son crédit,
        C’est son attachement gaullien
        Contrairement à Sarkozy
        Qui, lui, a rompu le lien.
        Parlant de liquider très vite
        L’héritage de Mai 68,
        Il omit de dire par euphémisme
        Qu’il liquidait aussi le gaullisme.
        C’est un effet de la Rupture
        Faut voir ce que la France avale,
        Comme on se moque de sa figure
        En réhabilitant Pierre Laval !

        En 68, on brisait nos chaînes,
        On faisait tomber le Grand Chêne,
        Mais aujourd’hui on est aux fers
        On nous menotte, comment faire ?
        Villepin serait une vipère
        Qui dénonce et qui vitupère ?
        Sarkozy un drôle de serpent
        Qui rampe et qui sait faire le paon,
        Qui devant les riches fait la roue ?
        Le seul opposant, c’est Bayrou.
        Je conclus par : “deviens toi-même
        En te construisant au MoDem !” (*)

        Voris Bian.

        N.B : Cette partie militante sera retirée du slam ou de la chanson en cas d’album publié.

        Refrain si chanson :

        Villepin villipende, pende, pende.
        Sarko voudrait qu’on le pende, pende, pende.
        Sarkozy cause, cause, cause
        Deux hommes pour la même cause, cause, cause.

        Répondre
        • avatar
          8 novembre 2010 à 12 12 10 111011
          Permalink

          bien joué Voris,
          et on pourra l’entendre où et quand?
          ? 🙂

          Répondre
          • avatar
            8 novembre 2010 à 13 01 14 111411
            Permalink

            Ah ! celle-là je viens de la faire seulement. C’est l’actu du jour. J’ai retardé mon album La Sarkevordose car j’avais mis un effet comique « elle apercevit » que finalement j’ai enlevé. Cela aurait fait rire certains. Pas une bonne idée. J’ai dû re soumettre entièrement l’album ce soir.

          • avatar
            8 novembre 2010 à 13 01 35 113511
            Permalink

            ok,
            tiens nous au courant.
            comment il marche ton logiciel?
            j’avoue n’avoir pas compris encore le mode d’emploi!
            il faut un piano?
            l’ordinateur suffit-il pour tout faire?
            j’aimerais bien m’y essayer.
            😉

          • avatar
            8 novembre 2010 à 13 01 49 114911
            Permalink

            Si tu parles d’Audacity, il faut le synthétiseur. Mais on peut aussi copier-coller des sons et des musiques pour les traiter. Des samples, par exemple. J’en utilise parfois (pour des styles très particuliers, la samba par exemple) mais le plus souvent je fais ma propre musique au synthé.

    • avatar
      9 novembre 2010 à 1 01 29 112911
      Permalink

      pas mal, pas mal,
      ma préférée c’est la deuxième,
      et tu devrais essayer de la chanter sur le thème de « gare au gorille »
      je l’ai essayé, çà tourne plutot bien,et çà te permettrait de rajouter quelques couplets?
      genre
      (j’improvise)
      en ce qui concerne monsieur borloo
      il est tout de même étonnant
      que son nom finisse par l’eau
      ce qui sonne étrangement
      tous les avis sont unanimes
      le ministre aurait un penchant
      pour le bon vin des abymes
      et les alcools évidemment

      sarkoverdo-o-o-oose

      t’en penses quoi?

      Répondre
      • avatar
        9 novembre 2010 à 6 06 56 115611
        Permalink

        « Gare au gorille », je ne peux pas à cause des droits d’auteur. C’est pour cela que j’ai modifié la mélodie la première qui était construite à l’origine sur « le nombril de la femme d’un agent de police » ou « Carcassonne », c’est la même. Du coup, c’est moins plaisant.

        J’ai vu que tu avais fermé aux commentaires ton article en Une.

        A cause de la Guerre de Cent Ans qui oppose les disonneurs et les centpapistes ?

        Répondre
        • avatar
          9 novembre 2010 à 7 07 21 112111
          Permalink

          Voris,
          je n’ai rien fermé du tout,
          çà doit venir d’ailleurs,
          je me renseigne.
          au sujet du gorille, rien n’empèche un auteur d’utiliser une musique existante pour y mettre d’autres paroles,
          ce n’est jamais qu’une parodie.
          bien sur, si il y a une exploitation commerciale, çà provoque des droits d’auteurs, mais je ne crois pas que ce soit ton cas?

          Répondre
          • avatar
            9 novembre 2010 à 8 08 14 111411
            Permalink

            Hélas ! Ce n’est pas comme ça que cela se passe dans le monde des gredins de la SACEM. Le simple fait d’utiliser une chanson te condamne à payer des royalties même si tu n’en tires pas de profit. Certains le font quand même mais à leurs risques et périls. Si tu es dénoncé, tu déchantes en recevant la facture de la SACEM qui es très, très lourde !

            Dans mon association, c’est arrivé. Un chanteur a été dénoncé parce qu’il a chantonné deux couplets pour accorder sa guitare. Et nous avons reçu la douloureuse !!! Ce business est scandaleux. Brassens l’aurait dt aussi, je pense.

          • avatar
            9 novembre 2010 à 13 01 57 115711
            Permalink

            çà me surprend,
            je ne le fais plus maintenant, mais il y a quelques années, je parsemais mon spectacle de parodies dont de nombreuses chansons de brassens,
            gare au gorille devenait gare aux morilles
            et je vous salue marie devenait je vous sali ma rue,
            c’était bien sur déclaré sur les fiches sacem, moi en tant que parolier, et je n’ai jamais eu le moindre problème.
            çà a peut-etre changé?
            à+

          • avatar
            9 novembre 2010 à 15 03 44 114411
            Permalink

            Et Jean Poiret a fait « La vache à mille francs ». Sur YouTube, il y a une tolérance. Peut-être que j’y ferai un jour des parodies.

          • avatar
            11 novembre 2010 à 4 04 21 112111
            Permalink

            Salut Olivier et les Choux,
            Oui, Olivier, je t’ai dit qu’à part les choux rouges, je n’en retrouvais pas dans mon assiette de préférence.
            J’ai eu tort. Je mange des brocolis ce midi avec de la crème fraiche.

            Paul,
            Si tu te rappelles de la Ménisquerie, j’ai eu aussi ma parodie en fin de billet sur la Vache à mille francs.
            J’adore les parodies.
            Je ne sais si vous avez vu le dernier Chabada avec Laurent Gerra.
            Je me suis bidonner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *