Lettre aux féministes

PHILIPPE DAVID   Mesdames,

Je m’explique mal votre attitude au sujet de l’avortement et de la motion m-312, ainsi que sur la position de Rona Ambrose sur cette motion. Ne vous en faites pas, je ne suis pas un zélote religieux, je ne crois pas en Dieu; mais ça ne m’empêche pas tout de même d’avoir un sens de la moralité et de l’éthique pour autant. Étant libertarien, je tire ma moralité des principes de cette philosophie. L’un d’eux, vous serez contentes de savoir, est que nous sommes tous propriétaires de notre corps. Je ne pourrais donc pas remettre en question votre droit de disposer de votre corps selon votre volonté sans trahir ce principe. Cependant, dans le cas de l’avortement, entre le noir de la prohibition et le blanc de votre droit absolu, il existe un océan de gris, et dans les faits, ce n’est pas parce qu’un juge a déclaré une loi inconstitutionnelle, que la question est réglée pour autant et que le débat est clos. Il n’y a en fait, jamais vraiment eu de véritable débat. Nous n’avons en réalité  qu’un vide juridique qu’il faudrait combler car si vous avez effectivement  le droit de disposer de votre corps, il faudrait aussi considérer un autre droit considéré inviolable par plusieurs : le droit à la vie.

Je sais, vous direz certainement que je suis un homme et que je ne peux pas comprendre. Je n’ai jamais eu à endurer la douleur l’accouchement, mais je n’ai jamais aussi ressenti la joie de sentir la vie croitre dans mes entrailles et de sentir ses moindres mouvements. Les libertariens ont la réputation d’être froids et calculateurs, mais je ne pourrais jamais avoir la froideur de considérer cette vie dans votre utérus comme un vulgaire parasite ou une tumeur à exciser. Je suis père et j’ai eu la joie, comme bien des parents, de voir ma fille alors qu’elle n’avait que 16 semaines dans le sein de sa mère. Elle avait ses deux bras, ses deux jambes, des yeux, un nez, une bouche et commençait déjà à montrer des comportements typiques de tous les bébés humains comme sucer son pouce. Comment peut-on dire que ce n’est pas un être humain? Comment ne pas ressentir une certaine réticence à l’idée de vouloir le tuer? Si ce n’est pas un dilemme moral dans votre cœur de femme et que vous ne ressentez rien, pour moi et bien d’autres, ça l’est et nous le ressentons.

Je l’ai dit plus haut et je le répète. Il ne sera jamais question de vous enlever le droit de vous faire avorter. Si vous lisez le texte de la motion, (vous l’avez bien lu, j’espère?) vous constaterez qu’il ne remet ce droit en question nulle part et très franchement, politiquement, ce serait impossible. Invoquer comme argument le retour aux aiguilles à tricoter ne tient pas la route et relève de la démagogie. C’est même hypocrite d’exiger que l’état s’ôte le nez de dans vos utérus alors que vous exigez également qu’il paie pour votre avortement. Vous y avez droit, soit! Mais rien ne dit que ce droit, comme bien d’autres ne peut pas être balisé. Il l’est d’ailleurs dans bien d’autres nations qui permettent l’avortement. Seuls le Canada, la Chine et la Corée du Nord n’imposent aucune restriction. Est-ce que les suédoises ou les norvégiennes, dans ces paradis de social-démocratie, se plaignent qu’on a violé leurs droits? Pas du tout.

Il est quand même intéressant de voir des organisations féministes comme la FFQ, qui se confessent à gauche de l’échiquier politique et que typiquement, la gauche s’attribue le monopole du cœur; vociférer contre une motion qui vise à défendre des êtres foncièrement  faibles et sans défense des abus d’un système trop permissif.  Dans ce débat, c’est la droite qui détient le monopole du cœur alors que la gauche revendique une liberté à tout crin. Seulement, dans une société, la liberté des uns s’est toujours terminée là ou celle des autres commence.  Comment équilibrer le droit d’une femme de disposer de son corps et le droit d’un fœtus de vivre est une question qui mérite une réponse et qu’une société se doit de débattre. L’avortement ne devrait pas être considéré comme une méthode contraceptive, ni comme une méthode de sélectionner le sexe. C’est un droit qu’on se doit d’exercer avec sagesse et retenue.

Ne vous en déplaise mesdames, les femmes comme Rona Ambrose, Sophie Durocher ou Lise Ravary ont certainement le droit de croire et d’exprimer que dans certaines  circonstances, un fœtus doit être protégé.  Elles parlent pour ceux qui ne peuvent se défendre. Pour cela, elles ne méritent pas votre hargne, mais plutôt le respect.

Ecrit par : Philippe David le 2 octobre 2012.

2 pensées sur “Lettre aux féministes

  • avatar
    14 octobre 2012 à 6 06 06 100610
    Permalink

    Le libre choix de la femme est nébuleux?
    La responsabilité du mâle est monolithique?

    Parle a mon cul ma tête est malade.

    Répondre
  • avatar
    14 octobre 2012 à 10 10 21 102110
    Permalink

    J’ai regroupé des commentaires sur d’autres site où vous avez publié votre texte.

    http://www.contrepoids.com/2012/10/02/lettre-aux-feministes/?replytocom=1057#respond

    1.Hermil LeBel dit :
    3 octobre 2012 à 13 h 31
    « L’accès libre et gratuit à l’avortement nous prive collectivement de 30 000 enfants chaque année au Québec, créant du même coup un vide démocratique qu’il faut combler en important des immigrés à plein charter, ce qui va entraîner de graves problèmes sociaux à moyen terme. »
    Réponse:
    La revanche des berceaux a la vie dure. Endettons-nous et pelletons cette dette en avant. L’esclavage au nom du nationalisme. J-F B

    http://www.republiquedebananes.com/en-manchette/lettre-aux-feministes.html

    « Je propose qu’en amont tous les garçons soient obligatoirement vasectomisés à 16 ans, réversible à 26 ans moyennant maturité démontrée. Lors de la première visite obstétricale, une preuve d’ADN doublée d’un consentement paternel éclairé sont obligatoires sous peine d’avortement immédiat.

    « Simultanément, au secondaire, les filles doivent établir leur biographie, une ontogenèse, afin que chacune d’elle « donne leur juste poids à ton père et à ta mère, et il sera ajouté à tes jours ». Ce qui laisse entendre « ainsi tu ne te feras pas longtemps d’illusion et tu pourras vivre plus tôt pour toi ». J-F B.

    http://www.centpapiers.com/dur-dur-detre-foetus-dur-dur-detre-femme/107797

    http://hosted.ap.org/dynamic/stories/U/US_MED_HEALTHBEAT_FREE_BIRTH_CONTROL?SITE=FLTAM&SECTION=HOME&TEMPLATE=
    « As a society, we want to reduce unintended pregnancies and abortion rates. This study has demonstrated that having access to no-cost contraception helps us get to that goal, » said Alina Salganicoff, director of women’s health policy at the Kaiser Family Foundation.
    ———————————————
    Comme société nous voulons réduire les grossesses non voulues et les taux d’avortement. Cette expérience a démontré que l’accès gratuit aux moyens de contraception nous aide à atteindre ces objectifs.
    ————————————
    « It’s just an amazing improvement, » Dr. James T. Breeden, president of the American College of Obstetricians and Gynecologists, said of the results. « I would think if you were against abortions, you would be 100 percent for contraception access. »
    ——————————————-
    « Je pense que si vous étiez contre l’avortement, vous seriez à 100% pour l’accès (gratuit) à l’implant sous la peau. »

    http://en.wikipedia.org/wiki/Political_positions_of_Hillary_Rodham_Clinton#Abortion

    “But we should also recognize what works and what doesn’t work, and to be fair, the jury is still out on the effectiveness of abstinence-only programs. I don’t think this debate should be about ideology, it should be about facts and evidence. »[141]

    Et j’ajoute :

    https://www.facebook.com/#!/note.php?note_id=287729197939008

    https://www.facebook.com/#!/note.php?note_id=300108776701050

    😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *