« Libération » tente de salir Henry et Anelka

On a beau utiliser le présent en lieu et place du conditionnel, avec la piètre prestation des Bleus à Kirshna lors de la Coupe du monde sud-africaine, il y a certaines informations qui ne passent pas. Est-ce une tentative de buzz, un lynchage gratuit ou une tentative de scoop mal placée ?

Sans s’aventurer à examiner ou juger les motivations du journal Libération qui titrait en UNE ce matin que Nicolas Anelka et Thierry Henry s’accrochent à leur prime de droit à l’image du Mondial, puisqu’ils n’ont pas signer le document. C’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité. C’est simplement calomnieux et probablement impossible que ces milliardaires se cramponnent sur…150 000 € tout au plus.

Qui peut croire à ce genre d’arnaque ? Comment penser un seul instant que ces deux garçons, professionnels depuis plus de 10 ans, avec les émoluments qui vont avec, et qui ont toujours joué dans de très grands clubs, puissent ainsi se rabaisser ? Libération semble vouloir s’appuyer sur le fait que les deux joueurs n’ont pas signé les documents y référents ? Or, ledit document a été fait le 15 novembre dernier. A-t-on envoyé un exemplaire à Henry ou à Anelka pour qu’ils paraphent celui-ci ? Non. Alors qu’on sait très bien que c’est un accord de principe, c’est malsain de la part de ce journal.

Pourquoi ce fouillis de Libération ? Nul ne sait. Nicolas Anelka, sociétaire de Chelsea en Angleterre, avec un salaire annuel s’élevant à près de 6 millions d’euros pas an, soit la bagatelle de 405 000€ le mois, sans compter les contrats extra-sportifs, que voulez-vous vraiment qu’il fasse avec cette somme dérisoire ? Quant à Henry, actuellement aux  New-York Red Bulls, dont nous en parlions en août dernier, avec 4 350 000 euros/an, soit 362 500 euros par mois, il y a de quoi s’interroger sur les motivations réelles de Libération. Le journal l’affirme parce que les deux joueurs n’ont plus aucun intérêt avec les Bleus ? Quelle pantalonnade !

Heureusement que dans la journée, Henri Emile, le coordinateur sportif de l’équipe de France, a affirmé sur France Info que, Thierry Henry n’a jamais refusé de signer les documents: « Comme l’ensemble des autres joueurs qui ont déjà signé, renonce bien-sûr de manière logique à la prime ». Quant à Anelka, il n’y a pas de doute possible que, s’il est en possession de ce document, il n’hésitera pas une seconde à le signer.

Carton rouge à Libération !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *