Libye – Exclusif: les forces libyennes à Benghazi et Misrata

 

C’est un coup de tonnerre. Vous avez dit scoop ?

Une exclusivité que nous vous livrons. Après s’être pavaner d’avoir pris deux petits villages à la frontière tunisienne, hier, après avoir assassiné leur chef militaire Abdel Fatah Younès, les renégats de Benghazi sont aux abois et l’Otan, malgré ses bombardements intensifs se retrouve dans l’obligation de négocier avec…Mouammar Kadhafi, selon des sources bien introduites.

A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes et en attendant des suites dans les heures qui viennent, c’est la grande débandade à Benghazi où, le port serait déjà repris par les forces spéciales libyennes. Et toc. A Benghazi désormais, malgré la présence des agents de Blackwater qui protègent les chefs renégats, tout le monde soupçonne tout le monde. Les fissures que nous vous annoncions ici même le 22 juillet dernier au sein du CNT sont entrain de se produire de plus en plus entre ses membres. Quoi de plus normal dans une organisation préfabriquée et hétéroclite entre des gens qui n’ont d’intérêt que leur propre personne et non les Libyens. Le résultat est logique.

Les forces spéciales loyalistes se seraient glissées méthodiquement dans Benghazi, avant de prendre d’assaut le port. Or, dans ledit port, ils sont entrés en possession d’un important stock d’armes. Comment l’Otan va réagir ? Il est pratiquement impossible de bombarder cette zone, d’autant plus que c’est le nerf de la guerre pour les bandits de grands chemins de Benghazi. Du coup, ils doivent eux-mêmes, tenter de reprendre le port à leurs risques et périls. Les populations de Benghazi dans leur majorité, devenant de plus en plus hostile à ceux qui leur avait promis la lune, ne leur apporteront aucune aide.

Du côté de Misrata, après la seconde livraison de pétrole faite par le CNT, la première ayant bénéficié aux américains avec un chargement en direction d’Hawaï, c’est encore plus tragique. En effet, aéroport de la ville, l’hôpital et l’école militaire seraient tombés sous contrôle de l’armée libyenne. La horde des barbares fanatiques de Benghazi risque, si ça se confirme, créer un gouvernement en exil à Paris ou Londres, puisque ces deux capitales ont expulsé les diplomates Libyens des ambassades, pour faire la place aux partisans de la haine et de la traîtrise.

Plus d’informations à venir.

ZENGA ZENGA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *