Libye – L’Otan a un mot d’ordre : « tuer Kadhafi »

 

Nous avons enfin la preuve !
Les observateurs avertis le savent. Les gens honnêtes le savent. Même les poules de la basse cour le savent aussi.  Comme le dit le proverbe Haoussa, « Le mensonge peut courir cent ans mais la vérité la rattrape en un seul jour ». La soi disant « communauté internationale » avec son bras armé nommé Otan et sa force juridique à géométrie variable (surtout contre les faibles) dit Organisation des nations unis (ONU) ne sont que l’incarnation de l’injustice mondiale. En votant sa résolution 1973 qui stipule pourtant que l’intervention n’a pas pour but l’éviction du colonel Kadhafi, les tueurs en col blanc, ce terrorisme bon teint et/ou d’État, n’avait qu’un seul but, celui d’éliminer physiquement Mouammar Kadhafi. L’autorisation de l’ONU avait trois composantes: le blocus, une zone d’exclusion aérienne et la protection des populations civiles. Ambiance.
Le tort du guide libyen, son arrogance et le crime suprême, celui d’avoir nationalisé ses ressources naturelles, notamment, le …pétrole. Personne, bien sûr, n’ira intervenir en Syrie puisque,  malgré le fait que ce pays produit du pétrole, il est obligé d’en exporter une partie pour sa subsistance. Ne rêvez non plus en pensant qu’il y aura aussi une intervention armée au Yémen. Le Yémen est l’un des pays les plus pauvres de la planète et cumule une situation économique fragile avec une démographie en forte expansion. Que voulez-vous que les puissances occidentales en déclin total aillent faire là-bas ? Les Yéménites peuvent donc crever et personne ne lèvera le petit doigt. Finalement, le pétrole est une malédiction pour les pays qui l’ont et veulent en faire bon usage pour leur peuple.
Comme je l’indiquais sur le plateau de Télésud jeudi dernier, il n’y a plus rien à bombarder à Tripoli. Du coup, les derniers raids des soldats de l’apocalypse de l’Otan se sont focalisés sur Brega et encore…Tripoli. Sur place à Brega, ils ont tués lâchement 15 civils et en ont blessés 20 autres, des innocents qui dînaient dans un restaurant et les 15 morts faisaient tranquillement leurs courses dans une boulangerie. Quant à Tripoli, ils  ont bombardé le quartier de Tajoura où, ils ont encore inventé et créé de toutes pièces, une zone militaire. En 4 mois, il faut avouer que Tripoli est simplement à elle seule, toutes les bases militaires que compte l’Afrique…
Comme l’Otan nous prend pour des cons, selon leur porte parole: « L’OTAN a visé des bâtiments dans un secteur abandonné de Brega. C’étaient des cibles militaires légitimes qui ont été touchées ». Comme d’habitude, ils ne sont responsables de rien. Ce sont soient les armes défectueuses, soient des mensonges et la propagande du camp adverse. « Secteur …abandonné de Brega » ? Quel est donc l’intérêt de bombarder une zone où il n’y a plus de vie ? Décidément, ces criminels, adeptes d’une propagandastaffel goebelienne, ne sont plus à un mensonge près. Néanmoins, c’est bien la preuve qu’il n’y a plus rien à bombarder. Mais alors, pour ne pas perdre la face d’autant plus que l’échec est criard devant un tout petit pays de 6 millions d’habitants, il faut continuer le travail de destruction de la Libye et s’accaparer de tous les marchés de reconstruction. Que fera le Conseil national de transition (CNT) qui voit la « révolution » faite à sa place ? Rien, évidemment.
Hier donc, selon une information du site The Huffingtonpost, un amiral américain, Samuel J. Locklear, a confirmé à un membre du Congrès américain, M. Turner, que les forces de l’OTAN tentent en ce moment de tuer Mouammar Kadhafi. Mais, pas seulement. Selon lui toujours, il y a nécessité pour que les troupes terrestres entre en action une fois la chute de Mouammar Kadhafi avérée. Normal, il est impossible de prendre un pays en apesanteur. Turner, le membre du Congrès qui a révélé ces intentions de l’Otan qui sont une violation complète de la résolution onusienne, a ajouté: « Tuer Kadhafi est la mission définie et actuelle de l’Otan ».

Dans la révélation de M. Turner poursuit The Huffingtonpost, il y a contradiction manifeste sur l’insistance antérieure de l’administration Obama pour qui, le changement de régime n’est pas le but ultime de l’implication de l’OTAN en Libye. Bien sûr, pour ceux qui ont pris les vessies pour des lanternes, ils connaissent désormais les intentions inavouées du pseudo prix Nobel de la paix. Quelle ironie ! Selon Turner encore, l’amiral américain n’a pas pu répondre sur le devenir de la Libye si jamais Kadhafi est éliminé. C’est le dernier de leur souci d’ailleurs, l’essentiel étant de se servir gracieusement au détriment des Libyens. Les renégats de Benghazi comprendront bientôt qu’ils sont les dindons de la farce. Que dire de plus avec ce flagrant délit de mensonge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *