Libye – Onu : à quoi sert ce machin ?

 

Jeune diplômé en Relations internationales, mon premier emploi salarié comme consultant, se fit au sein de l’UNESCO (Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture), une des composantes de cette mastodonte mais coquille vide qu’est l’Onu (Organisation des nations-unies). Comme le disait à juste titre le général Charles de Gaulle, c’est un machin. Pénétrer l’Onu c’est entrer dans un monde trash fait de mensonges. C’est découvrir les méandres d’un quintet hypocrite, sanguinaire et surtout cynique. Les criminels que constituent les dirigeants des 5 pays membres du Conseil de sécurité n’est plus à démontrer et personne n’osera leur demander de payer pour leurs exactions à travers le monde depuis des décennies.

Entre eux, ils se protègent. Les États-Unis peuvent aller faire une guerre préventive en Irak, causer la mort de millions de personnes, les Russes peuvent tuer délibérément les Tchétchènes ou les Géorgiens, la Chine peut réprimander violemment ses propres populations ou mettre en esclavage le peuple tibétain mais, rien ne se passera. Pour une simple déclaration, Mouammar Kadhafi, le guide libyen, peut être attaqué, vilipendé et pire, son départ peut même être exigé, alors que rien, aucune loi internationale ne le permet.

Alors que le Conseil de sécurité s’articule sur trois principes et/ou pouvoirs spécifiques tels que le maintien de la paix, l’établissement de sanctions internationales et l’intervention militaire, jamais, on a vu cette institution, voter si vite la guerre, comme en Libye. Dans le même temps, lorsque vous parcourez toutes ses résolutions du Conseil de sécurité depuis 1948, jamais Israël, pour ne citer que lui, n’a jamais été victime de l’intervention militaire et n’a jamais respecté une seule résolution. Pourquoi ? Simplement parce que c’est l’Amérique. Ainsi, la résolution 1973 est triturée et violée depuis 4 mois en Libye.

En réalité, au lieu d’être un agrégat de Nations surtout égaux en droit, à l’Onu, en son Conseil de sécurité, rien n’y transparaît. C’est plutôt la Russie, la Grande Bretagne, les États-Unis, la Chine et la France, qui y font la loi. On se demande donc pourquoi les petits pays qui n’ont pas droit au chapitre restent dans ce machin. Il faudra finalement se poser la question de savoir pourquoi, ces laissés-pour-compte y sont encore. Il faut qu’ils envisagent de sortir de ce machin. Enfin, je pense, car, c’est une escroquerie qui fait force de loi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *