Lorsque la démocratie devient tromperie

Dans nos sociétés occidentales la démocrate fait partie de l’acte de foi portant sur les valeurs fondamentales des droits de la personne et des peuples. En son nom, nos armées se déploient dans diverses régions  du monde pour apporter aux personnes et aux peuples la démocratie, ce bien devenu indispensable à toute société qui se respecte. Les citoyens et citoyennes que nous sommes, appuyons ces initiatives, toute humanitaires, au service du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à se gérer comme ils l’entendent dans le cadre du droit international. Les familles pleurent leurs soldats qui y meurent et nos représentants politiques mettent en évidence la grandeur de leur dévouement et du don de leur vie au service d’une cause aussi noble.

Les évènements des dernières semaines révèlent qu’il n’y a pas qu’une démocratie, qu’il y en a d’autres pas toujours aussi nobles. Ils nous révèlent également que nos gouvernements y ont trouvé plaisir à traiter avec ces types de démocratie qui n’ont de parenté avec celle décrite plus haut que le nom. Bien plus, ces évènements nous confrontent à une réalité encore plus douloureuse, celle d’apprendre qu’elles n’existent que grâce à nos propres gouvernements.

Nous découvrons que le régime démocratique d’Égypte, n’est qu’une dictature sanguinaire oppressive, digne d’être classée au même rang que ces dictatures militaires, en Amérique latine, qui ont fait, pendant de nombreuses années, la loi et des milliers de morts. Nous apprenons que Moubarak, l’actuel président, répond aux ordres de ceux qui lui donnent des milliards de dollars, dépensés en armements et en pourboires somptueux. Pendant 30 ans, nos gouvernements n’ont trouvé rien à redire sur ce bon gouvernement démocratique. Il en est de même pour la Tunisie où, pendant des années, le Président laissait  son peuple dans la misère et veillait à garnir ses coffrets de sécurité dans les banques suisses. Il a fallu que les peuples sortent dans la rue et mettent à nue la grande tricherie pour que nos gouvernements réalisent tout d’un coup qu’ils n’étaient pas des démocraties mais des dictatures. Comment n’ont-ils pas vu plus tôt qu’il en était ainsi? Ne disposent-ils pas des meilleurs services d’intelligence et de renseignements au monde?  La réalité est beaucoup plus simple : ils en étaient des complices.

Ce qui se passe au Moyen Orient met au banc des accusés non seulement ces dictateurs déguisés en démocrates, mais aussi, et avec encore plus de responsabilité, nos dirigeants de l’Occident qui se réclament des grandes valeurs de l’humanisme chrétien. Ce sont eux qui ont rendu possible ces dictatures, ce sont eux qui les ont couverts du manteau de la démocratie, ce sont eux qui ont menti à leurs peuples en ne leur disant pas la vérité.

Après autant de révélation, les peuples de l’Occident ne peuvent plus faire confiance à leurs dirigeants, croire à ce qu’ils racontent. Dans ces circonstances, que penser de cette guerre en Afghanistan pour laquelle nos soldats risquent leur vie et celle de milliers d’autres? Est-ce encore une autre grande tricherie où démocratie va rythmer avec dictature, asservissement du peuple, exploitation des richesses? Que penser de cette mascarade d’interventions en Haïti visant à modifier l’ordre dans les résultats obtenus lors de la première ronde de votation? Est-ce pour permettre au peuple de se prendre en main lui-même ou pour s’assurer qu’il ne s’écarte pas de leur influence déterminante dans la gestion de l’aide internationale et dans les orientations politiques à venir?

Nous pourrions repasser l’ensemble des interventions de nos gouvernements en relation à la démocratie, comprise comme pouvoir du peuple pour le peuple. Il y a gros à parier que nous sortirions de cet exercice fort déçus. D’abord, d’avoir été bernés par des gens en qui nous avons mis notre confiance, mais aussi par tout cet environnement médiatique qui sait si bien les servir.

Il faudra bien qu’un jour, le peuple que nous formons, se prenne en main et fasse le ménage avec ces faiseurs de mensonges et de tricheries.

Oscar Fortin

Québec, le 5 février 2011

http://humanisme.blogspot.com

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

2 pensées sur “Lorsque la démocratie devient tromperie

  • avatar
    7 février 2011 à 8 08 45 02452
    Permalink

    On ne peut qu’être d’accord avec cette prise de position.

    Bravo Oscar!

    Nos gouvernements apprendrons peut-être ainsi ce que signifie la « limpidité ».

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
  • avatar
    7 février 2011 à 15 03 34 02342
    Permalink

    merci bien pour votre commentaire, l’Artiste…

    Oscar

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *