L’ortograf employé ne garanti pas davoir compris

L’orthographe versus la phonétique

Selon Wikipedia, l’orthographe est un problème en France avant tout parce qu’il n’est, paradoxalement, pas enseigné. Il est contrôlé. L’outil essentiel utilisé est la dictée, qui est un moyen de vérification et non un outil d’apprentissage.

J’ai donc l’impression que ceci s’applique à toute la francophonie.

Je viens de recevoir un courriel amusant qui démontre que l’orthographe n’est pas la garantie d’avoir bien saisi la dictée énoncée. Mais quelle version est la bonne ?

——————————————–

La maîtresse a fait une dictée. Le petit François écoute attentivement et écrit exactement ce qu’il entend. Malgré qu’il ne fait aucune fautes d’orthographe, le résultat est inattendu :

Voici la dictée de l’enseignante :

« Dans la cuisine du vieux chalet
Un ravioli, au fond d’un petit poêlon, réchauffe. Et il dore sous une couche de gruyère râpé. Le vieux chalet est bien tranquille. Pour le dîner, tout sera grillé, appétissant, fondant ! Le fromage est posé sur un plat ravissant. Sans doute, et d’une bouchée, il sera avalé ! Le saucisson, gras et bien tendre, sera coupé en rondelles. Et, servi sur un plateau, le chocolat bout. Le verser sera délicat et dangereux ! D’un seul coup, il écume et gorge le chalet d’un bon et tranquille parfum. »

Et voici ce que François a « entendu » :

« Dans la cuisine du vieux chat laid
Un rat vit au lit, au fond d’un petit poêle long. Réchauffé, il dort sous une couche de gruyère râpé. Le vieux chat laid est bien tranquille : pour le dîner, tout ce rat, gris et appétissant, fond dans le fromage. Et posé sur un plat, ravi, sans s’en douter, d’une bouchée, il sera avalé ! Le sot, si son gras est bien tendre, sera coupé en rondelles et servi sur un plat. Oh ! le choc ! holà ! Bouleversé ce rat délicat est dangereux ! D’un seul coup, il écume, égorge le chat laid d’un bond et tranquille, part.
Fin

D’après certains commentaires,  J’ai parfois l’impression que le phénomène se  produit même lors de la lecture d’un article qui n’implique pas de « phonétique » .  À moins que certains lisent  à haute voix peut-être?

Amicalement

André Lefebvre

5 pensées sur “L’ortograf employé ne garanti pas davoir compris

  • avatar
    1 novembre 2010 à 4 04 29 112911
    Permalink

    En effet, la langue française est avant tout idéographique. Cet aspect est souvent négligé alors qu’on ne peut écrire et lire sans associer une image à un mot. Nous devons sans cesse confronter des dizaines de milliers d’homophones ou de paronymes, des centaines d’homographes non homophones, ainsi que toutes les associations phonétiques dont votre dictée est une illustration.
    D’où l’importance d’enrichir le champ lexical des élèves et de leur permettre d’exprimer leurs connaissances sur le sujet d’un texte avant de le lire ou de l’écrire.
    Une étude avait montré que nous ne pouvions pas comprendre le sens d’un texte dès qu’un pourcentage de mots nous était inconnu. En l’occurrence, il fallait connaitre « poêlon » pour s’orienter dans le contexte attendu.
    J’abonde d’autant plus dans votre voie que c’est un des objectifs du Dictho, tâche qui m’engage pour de nombreuses années encore.
    Quant à l’enseignement de l’orthographe, il se résume généralement à l’application de règles (souvent inutiles), à des mécanismes qui ne font qu’embrouiller les élèves. Mais c’est un autre sujet auquel j’ai tenté d’apporter des solutions sur mon site.
    Cordialement.

    Répondre
  • avatar
    2 novembre 2010 à 5 05 35 113511
    Permalink

     » Les lapins se sont échappés , des cons leur avaient ouvert la porte … »

    Le problème de l’enseignement de l’orthographe est lié à l’intérêt , à la recherche ou à laau sens (éthymologie), à la logique et enfin à la pratique de la lecture et de l’écriture …

    Répondre
    • avatar
      2 novembre 2010 à 5 05 59 115911
      Permalink

      le perte de sens (éthymologie)….

      …écriture .

      c’est ainsi qu’on rencontre des gamins nuls en « français » , ou en maths , mais extrêmement dégourdis en informatique .

      Pourquoi ? Parce qu’il s’y sont investis , qu’ils en font tous les jours , seuls, avec des copains, etc …

      Pour d’autres l’investissement se fait sur le ballon rond et tous leurs rêves y sont concentrés , sur la musique, sur tout hobby …

      D’autres encore ne rêvent qu’en $ ce qui explique pour partie l’évolution actuelle de la société .

      D’autres enfin sont cassés , déjà enfermés , ne s’intéressent à rien et en rejoignant des bandes , commencent une carrière de délinquant…
      :-S
      Car l’écrit disparaît : les livres à la poubelle ,pas ou plus de livres à la maison, etc.., remplacés par des slogans : publicitaires , politiques , par le langage SMS , ce qui entraînne automatiquement perte du vocabulaire, de la grammaire , de la syntaxe et plus grave de sens , car derrière les erreurs d’orthographe , il y a les mots qui permettent de formuler précisément sa pensée .

      Autre cause ,amha,la dévalorisation de la langue maternelle , cad transmise au départ par la mère liée à la pratique intensive de la TV envahissante et zappante .

      Nous assistons donc à une régression totale et depuis 20 ou 30 ans nous rencontrons des gens affaiblis , dépendants , handicapés , n’utilisant plus que des expressions passe-partout , des concepts vagues , qui font rapidement le tour des collèges ,et dont se délectent certains scénaristes , pour faire plus vrai, pour appâter ,au premier ou second degré , bref le triomphe du langage chébran ,de la pensée yaourt…….

      Cdt.

      TK. (8) (8)

      Répondre
  • avatar
    3 novembre 2010 à 4 04 28 112811
    Permalink

    Il est vrai que le manque de vocabulaire mais surtout la difficulté à déterminer quel registre employer est un catalyseur d’agressivité et d’isolement.

    _ Eh ! Juju, on a bien joué à la récréation !
    _ Oui c’était marrant, on recommencera ?
    _ Ouais, surtout que t’as été prestigieux !
    _ (Prestigieux, qu’est-ce qu’il raconte ?) M ‘sieur, il m’insulte !

    C’est, me semble-t-il, une des causes de la déshérence de la plupart des forums…

    Voici d’autres exemples suscitant des hésitations pour l’orthographe et la compréhension :

    Le prof : « Faites un trait centré. » (sans trait ?)

    Conseils pour une classe pas si fielleuse
    Quand le passif y est important et que les élèves campent assis, fiérots, il faut pacifier sans opacifier les problèmes, et ne pas s’y fier trop vite même s’il n’y a pas six fieffés rebelles.

    Là, il doit s’agir d’une réminiscence :
    Les pères dansent sous six lustres.
    Les pairs dansent saouls, s’illustrent.
    L’épeire dans ce souci, lustre.
    Les perdants se soucient, lustrent.

    Répondre
    • avatar
      3 novembre 2010 à 6 06 33 113311
      Permalink

      😀 😀 😀 (I) (I) (I) (L) (L)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *