L’uranium appauvri : la calamité d’un biocide silencieux

Le sujet de l`uranium appauvri démontre clairement que les médias de masse nous gardent de la vérité au lieu de nous la rapporter. C`est un cas bien documenté par plusieurs sources hautement crédibles, et visible par les conséquences déjà bien présentes. Il s`agit en fait d`un biocide, d`une menace bien plus réelle et dérangeante que le réchauffement du climat qui vous tient si occupé et préoccupé, gracieuseté de nos fantastiques médias de masse et de nos politiciens.

Avec tous les mensonges concernant la version officielle à propos des événements du 11 septembre 2001, l’uranium appauvri constitue un des sujet les plus censuré dans les médias. Les conséquences hallucinantes et dévastatrices de l’uranium appauvri menace littéralement la vie sur terre.

Elle est l`arme de destruction massive par excellence : elle continue de tuer des populations entières pendant des milliards d`années. En fait, l`uranium appauvri a une demie-vie de 4.5 milliards d`années, de quoi déranger les prochaines générations ainsi que toutes formes de vie pour un bon moment : juste pour donner une idée, ceci est l`âge actuel de la Terre et du système solaire…

Vous n’en n’avez peut-être pas entendu parler parce qu’il est dans l’agenda de l’armée et des médias de masse de ne pas soulever ce sujet. Pourquoi ? Parce que les conséquences de son utilisation dans les théatres de guerre sont horribles et il est question de crimes de guerre et contre l’humanité.

Vous trouverez ici des informations détaillées par rapport à ce qu’est l’uranium appauvri. Uranium appauvri : bombes sales des pays riches

L’uranium appauvri est en fait un déchet nucléaire provenant en grande partie des centrales nucléaires. Ne vous laissez pas berner par son nom, c’est loin d’être inoffensif. L’armée américaine, entre autre, adore se servir de ce métal extrêmement dense, car il pénètre les armures et les chars d’assaut comme un couteau chaud dans du beurre. On s’en sert aussi pour faire ce qu’on appelle des « bunker busters » : ce sont des missiles qui pénètrent une dalle de bunker souterrain de 1 mètre de béton sous 3 mètres de terre. Vous imaginez la joie des tacticiens militaires.

Le problème, c’est qu’en explosant – à une très haute température – les éléments radioatifs sont pulvérisés en fines poussières dans l’air et contaminent aussi le sol environnant. Quiconque respirera ses fines poussières radioatives sera contaminé. On a testé des afghans et des irakiens avec plus de 7000 fois la dose maximale d’exposition à la radioactivité acceptable.

Dire que les pays occidentaux comme les États-Unis, l`Angleterre, le Canada, l`Australie et d`autres se permettent de faire la morale aux autres et prétendent amener la liberté et la démocratie… d`être ni plus ni moins les sauveurs de ce monde ! Déjà, les afghans, yougoslaves et irakiens en meurent par milliers. Triple cancers, maladies dégénératives, bébés nés avec des déformations génétiques horribles. Même chose pour tous les soldats qui occupent présentement ces pays. Ils meurent aussi de maladies dégénératives, de cancers, et leurs enfants sont ravagés par des difformités, leurs gênes sont endommagés à tout jamais.

Suite à l’attaque « Shock and Awe » des américains sur l’Iraq en mars 2003, les niveaux de radioactivité dans l’air ont atteint des sommets historiques en Angleterre quelques jours seulement après le commencement des bombardements. Les poussières radioactives ont été transporté du Moyen-Orient par les courants d’air vers le reste du monde entier en quelques jours.
Les données étaient gardées secrètes par la compagnie qui gère les centres de depistage en Angleterre : Halliburton (Dont Dick Cheney fut CEO et profitant toujours à ce jour, de part ses actions dans la compagnie) !

Le début notoire de l’utilisation de cette arme destruction massive s’effectua en Iraq en 1991, en Yougoslavie en 1999, en Afghanistan et en Iraq de nouveau de mars 2003 jusqu’à aujourd’hui.

Selon les dernières études, c’est l’équivalent, en terme de radioactivité, de 400 000 bombes atomiques laché sur Nagasaki qui s’est retrouvé dans l’air ces 15 dernières années, causé par les essais nucléaires, l’uranium appauvri et autres activités nucléaires.

Ils sont en train de contaminer la planète entière avec des matières radioactives, qui, ne vous vous faites pas d’illusions chers lecteurs, se transportent à l’échelle globale. Lorsque que les fines poussières radioactives sont libérées dans l’air, elles sont transportées par les vents.
Nous sommes tous directement concernés par cette folie, ainsi que toute la vie sur Terre telle que nous la connaissons.

Maintenant, les taux de soldats rendu invalides durant des conflits impliquant les États-Unis durant le dernier siècle tournaient autour de 5%, approchant les 10% durant le guerre du Vietnam. Mais dû à l’uranium appauvri sur les champs de bataille, c’est 56% des 580 400 soldats américains qui ont servit durant la première guerre du Golfe Persique en 1991 qui sont sur la liste des invalides médicaux permanents en date de l’an 2000 !!!! Ils sont affligés de maladies incurables et dégénératives, reliées entre autre à la radioactivité de ces armes.
L’effet insidieux est qu’elles continuent de tuer longtemps après, silencieusement. 11 000 soldats américains sont morts depuis la fin du premier conflit en Iraq, alors que seulement environ 300 ont été tués en combat.

Maintenant, quelques 518 739 vétérans sont des invalides médicaux, soit presque la totalités des soldats ayant participé à la « Tempête (radioactive) du Désert » de 1991.

Ces gens ont même contaminé leurs conjointes qui étaient resté au pays, qui ont par la suite donné naissance a des enfants avec des déformations génétiques ?
Les taux de cancer ont explosé en Iraq, en Afghanistan et en Yougoslavie.
La radioactivité nucléaire ne se nettoie pas, ça reste là pendant 4.5 milliards d’années. Le processus devient de plus en plus toxique au fur et à mesure que le temps avance.

Cessons de tomber pour les faux débats. Il y a des choses extrêmement importantes à régler si on veut vraiment avoir un « futur »…

Et dire que pas un mot ne transpire dans les médias à ce sujet.

Sommes-nous tous complètement lavés du cerveau et totalement conditionnés à ne plus réagir devant des catastrophes sans nom ? À dissocier tout événement majeur des émotions qu’elles devraient susciter ? N’est-il pas temps d’emprisonner les responsables aux plus hauts échelons, les vrais terroristes, au sein du gouvernement, ceux qui les supportent financièrement et les corporations qui tirent du profit de la destruction de la vie sur Terre ?
Soyons les héros de notre monde et de notre époque, ou soyons condamnés à vivre les conséquences de ce qui se passe réellement sur cette planète, et la réalité est veille de cogner à la porte de nos chères petites illusions, nos comfortables vies organisées.

Nous sommes en panne de valeurs humaines orientées dans le sens de la vie. On souffre d`indifférence et de mollesse d`esprit. Pourtant, ça nous concerne tous. Les poussières radioactives sont transportées par les vents à travers le monde. Quelques semaines seulement après le début de la guerre d`aggression et d`occupation illégale de l`Iraq, les détecteurs en Angleterre enregistraient déjà des hausses significatives de radioactivité dans l`air, en provenance du Moyen-Orient… Pensez-y.

Il n’y a aucune justification qui peut expliquer le biocide commis sur la planète Terre avec des armes de destruction massive comme l’uranium appauvri, aucune justification pour rendre acceptable quelque guerre que ce soit.

Ça suffit.

10 pensées sur “L’uranium appauvri : la calamité d’un biocide silencieux

  • avatar
    7 janvier 2008 à 9 09 52 01521
    Permalink

    Très bonne analyse, et sans oublier les centaines de centrales nucléaires dans le monde, 480 environ qui seront en fin de vie d’ici une vingtaine d’années, rien que le petit paté de Brennilis ici en Bretagne occidentale pose de sérieux problème a l’exploitant qui ne respecte mème pas les règles consultative de 700 000 habitants de ce département, aucun endroit valide pour stocker les déchets ultimes, bref le nucléaire n’a pas fini de nous étonner.

    Moi cela me fait plutot craindre le pire, la fin de la récrée a bientot sonné, et le réveil va etre sacrément dure.

    Répondre
  • avatar
    7 janvier 2008 à 10 10 53 01531
    Permalink

    Je suis d’accord avec vous. Et non seulement ces vieilles centrales nucléaires posent des risques graves et grandissant , mais on nous pousse la solution nucléaire aussi dans le cadre de la peur du réchauffement climatique, et l’industrie nucléaire connait un boum, ce qui m’inquiète beaucoup aussi. Des fausses solutions vertes.

    Qu’est ce que le réveil va être dur, effectivement.
    Merci pour votre commentaire.

    Répondre
  • avatar
    7 janvier 2008 à 11 11 36 01361
    Permalink

    Pour vous rassurer, juste le début d’un article qui devrait vous interressez.


    http://www.sortirdunucleaire.org/

    - Même si le nucléaire permettait réellement de lutter réellement contre le réchauffement climatique – nous allons voir que ce n’est pas le cas-, il ne saurait représenter une option acceptable. En effet, quelle absurdité de vouloir sauver la planète… en la contaminant pour des centaines de milliers d’années. S’il faut lutter contre l’effet de serre, c’est pour laisser après nous une Terre habitable.

    - Soignez la peste par le choléra et le malade mourra quand même. Alors oui, absolument, il faut lutter contre le réchauffement climatique, mais surtout pas avec le nucléaire. Une énergie marginale sur Terre

    - Cependant, pour un instant, faisons nous l’avocat du diable et, contre toute logique, faisons comme si le risque nucléaire était négligeable par rapport au réchauffement climatique : tant pis pour les risques de catastrophes atomiques, tant pis pour les déchets radioactifs légués aux générations futures, acceptons de jouer la carte du nucléaire. Mais ce dernier ne représente que 6,5% de l’énergie consommée dans le monde : une part bien trop marginale pour avoir une quelconque chance d’influer sur le climat.

    - Qui plus est, c’est une part sur le déclin : l’Agence internationale pour l’énergie (AIE), pourtant favorable à l’atome, a reconnu le 27 octobre 2004 (World Energy Outlook) qu’il passerait sous les 5% vers 2030. C’est que, dans les trente ans à venir, au moins 200 des 440 réacteurs actuellement en fonction sur Terre seront fermés car arrivés en fin de vie.

    Le nucléaire… ne revient pas !

    On nous rétorquera que, justement, il n’y a qu’à construire des milliers de réacteurs nucléaires sur la planète afin de changer réellement la donne. La France compte 58 réacteurs, pratiquement 1 par million d’habitants. Rapporté à l’échelle de la planète, cela ferait plus de 6000 réacteurs, dont 1000 en Inde et 1300 en Chine. L’exemple de la Chine est d’ailleurs souvent mis en avant : ce serait le nouvel « eldorado » de l’atome, avec un gigantesque parc nucléaire en projet. Gigantesque ? Il s’agit en fait de 30 et peut-être 40 nouveaux réacteurs. Bien sûr, pour qui est conscient du risque nucléaire, ce sont 40 réacteurs de trop. Mais, en fin de compte, c’est un projet absolument ridicule par rapport aux milliers de réacteurs évoqués ci-dessus. Si ces 40 réacteurs sont réellement construits, ce qui reste à prouver, la Chine passera simplement de 2% à 4% d’électricité nucléaire en 2030. Soit moins de 1% de l’énergie chinoise. Une part infime, sans le moindre impact sur le réchauffement climatique.

    Malgré d’incessants effets d’annonce hélas trop souvent relayés par la presse – « Le grand retour du nucléaire », « L’atome revient », etc… – on voit bien que les quelques dizaines de réacteurs annoncés ne font pas le poids…/… …./…


    Et il y a d’autre éléments sur le site Sortir du Nucléaire, facile à consulter par Google, tapez Sortir du Nucléaire.

    Répondre
  • avatar
    7 janvier 2008 à 11 11 51 01511
    Permalink

    Vraiment excellent, merci beaucoup Skapad ! Je vais aller consulter ça.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2008 à 2 02 04 01041
    Permalink

    Terrifiant : Un effort de recherche sans précédent me parait nécessaire, pour tenter de trouver un remède qui atténuerait les conséquences dramatiques de ce qui est pire qu’une arme de destruction massive, un vrai tueur planétaire.

    Toutefois, je trouve un peu dommage que l’auteur l’ait mis en opposition avec la lutte contre le réchauffement climatique. Le réchauffement climatique c’est un peu la fièvre de la planète, et la réaction contre ce tueur planétaire permet aussi de lutter contre ce qui peut lui donner la fièvre.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2008 à 3 03 13 01131
    Permalink

    Idoine : « Toutefois, je trouve un peu dommage que l’auteur l’ait mis en opposition avec la lutte contre le réchauffement climatique. »

    Je ne le mets pas en opposition, mais bien en priorité, puisque que selon des études très crédibles, on sait que ce n’est pas le CO2 qui cause le réchauffement principalement, et aussi qu’en fait, nous n’avons pas enregistré de hausse de température depuis l’an 2000, alors que le cas de l’uranium appauvri est sans conteste un phénomène grave et réellement humain qu’on peut cesser dès aujourd’hui. Voilà tout ! Merci pour le commentaire !

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2008 à 5 05 35 01351
    Permalink

    la révolution est la seule solution
    l’argent nous a fais trop tourner la tête
    ce monde est pourri
    tout de façon je pense que tout ça va péter

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2008 à 6 06 03 01031
    Permalink

    PhaetoR, vous etes pessimiste et vous avez peut etre raison, malgré cela il faut bien l’admettre que pour vos enfants si vous en avez ou quand vous en aurez ; il est malgré tout nécessaire de leur préparer un avenir un peu moins sombre que celui qui ce montre à nous, pour les petits enfants et petits et etc etc

    Répondre
  • avatar
    9 janvier 2008 à 14 02 50 01501
    Permalink

    BRAVO François !

    Vous êtes un des rares à être capable de s’extirper du narratif corpo-médiatique… WOW 😉

    Check this out…

    How Many Kids Will The US Kill In 2008 ?

    By Dr Gideon Polya

    Those who KNOWINGLY deny, ignore, excuse, minimize, obfuscate, support, advocate or are otherwise complicit in the mass murder of CHILDREN have crossed the line separating decent humanity from proto-Nazi barbarism, from the unthinkable but real, barbaric actuality of Bush America.
    http://www.informationclearinghouse.info/article19026.htm

    « We must repudiate the structure of economic privilege and the tyranny of war makers » – George McGovern 1975

    Répondre
  • avatar
    10 janvier 2008 à 5 05 33 01331
    Permalink

    Heureusement, il semble qu’on soit de plus en plus comme ça, à redevenir indépendant de pensée, à avoir l’esprit critique. Merci pour votre lecture et commentaire, c’est apprécié !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *