Manipulation des chiffres : l’Elysée déciderait directement du pourcentage de grévistes SNCF officiellement communiqué

Grève illimitée du zèle jusqu’au retrait de la réforme antisociale des retraites, J 12, première édition.

« La direction de la SNCF serait contrainte de faire valider les chiffres du nombre de grévistes à l’Elysée, avant toute communication à la presse », accuse la Fédération CGT Cheminot, relayée par @rrêt sur images : « Le nombre de grévistes et le pourcentage afférent doivent être fournis à la Direction nationale pour transmission à l’Elysée avant toute communication à la presse ou aux organisations syndicales. L’Elysée donnera par la suite les chiffres à communiquer officiellement. » Le syndicat explique détenir cette information d’un haut cadre de la SNCF et précise que cette consigne aurait été passée à la direction le 12 octobre. Les services de Nicolas Sarkozy en profitent-ils pour modifier les chiffres ? Oui, à en croire la CGT : « Des cadres sont venus nous dire que les chiffres qui ont été communiqués officiellement ont un écart de 10 à 15% avec la réalité. Les pourcentages officiels deviennent le fruit d’une manoeuvre politique. » Le syndicat affirmait déjà la même chose le 14 octobre, pour nier les chiffres livrés par la direction, comme le rapporte L’Express. « Le taux de participation à la grève contre la réforme des retraites à la SNCF s’établissait jeudi à 20,3%, contre 24,6% mercredi et 40,4% mardi, a dit la direction de l’entreprise publique. » Traduction : le mouvement s’essouffle grave, youpi tralala, ça signifie que les Français ont compris que cette réforme des retraites était indispensable et vive Sarkozy ! Entre parenthèses, même si les chiffres sont exacts, en déduire que les Français acceptent la réforme relève du pur foutage de gueule, mais il s’agit du sport national des sarkozystes… Et en plus, les chiffres seraient faux ? La polémique rebondit ce dimanche : « Nous avons recensé 26,55% de grévistes parmi le personnel devant travailler dimanche », a indiqué à l’AFP Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF. Samedi en fin de matinée, le taux de grévistes était de 25,4%, en baisse de trois points par rapport à la veille. [Pour les distraits, ça a donc baissé samedi par rapport à vendredi mais ça remonte ce dimanche, NdA] Les cheminots ont déjà été appelés par la fédération CGT à « renforcer » la grève dès dimanche soir. M. Le Reste s’est dit « interpellé par le silence assourdissant du président de la SNCF », s’étonnant en outre que la direction n’ait pas communiqué de chiffres sur le taux de grévistes durant le week-end. » Doit-on en déduire que, même en appliquant une correction à la baisse, lesdits chiffres accréditent vraiment une augmentation de la mobilisation, et que c’est la raison qui explique que la direction préfère n’en souffler mot ? Difficile de ne pas faire cette déduction.

Dans un ancien article de ce blog, Le sarkozysme ou le mensonge érigé en système (septembre 2007), nous dénoncions « Une vraie entreprise de propagande totalitaire au sens orwellien du terme : dans 1984, l’un des slogans du pouvoir n’est-il pas « La vérité, c’est le mensonge » ? Il est à nouveau temps de fustiger cette dérive : outre les accusations de la CGT-Cheminots, rappelons celles d’un syndicat policier, citées dans notre billet au titre fleuve, La pantalonnade du comptage des manifestants par la police, dérive vers une propagande d’Etat totalitaire, qui livrait également une information d’Europe 1 que les chiffres marseillais auraient été tout simplement divisés par plus de quatre avant que d’être communiqués à la presse. Nous affirmons donc derechef aujourd’hui que cette façon de bidouiller les chiffres, pour nier la réalité dans le but de manipuler l’opinion publique, rapproche la Sarkozie d’un Etat non-démocratique.

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

A’ lire aussi:

  1. Retraites : ces chiffres qui donnent la migraine à Sarkozy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *