Mascarade!

Seules 7 Banques Européennes ont donc échoué au stress test, établissements qui doivent donc être recapitalisés à hauteur de … 3’500 milliards d’Euros globalement! La montagne Européenne a donc accouché d’une minuscule souris et ceux – rares – qui s’attendaient à un exercice de franchise de la part de nos dirigeants Européens en ont été pour leurs frais.

A l’évidence, l’objectif de ce simulacre était de rassurer les marchés: Auriez-vous imaginé un seul instant nos brillants technocrates Européens s’attabler pour se livrer à un mea culpa nous informant au passage que les Banques de notre Union étaient dans une situation bien plus périlleuse?

Ce chiffre de 7 établissements à avoir raté cet examen de passage décrédibilise ce test pour les seuls observateurs qui en attendaient réellement du concret. Pour les autres, pour moi: ce fut un « non event »… Comble du ridicule: les Banques testées ont pu inclure dans leurs calculs capitalistiques des valeurs hautement suspectes sachant, par ailleurs, que leur hypothèse d’école de scénario catastrophe – »worst case scenario » – était nettement moins dramatique que les prévisions des marchés et des analystes il y a seulement deux mois!

On croit rêver en effet car nos brillants cerveaux Européens n’ont pas tenu compte dans leur stress test d’une possibilité de faillite souveraine d’un Etat Européen! La vérité est que le seul et unique test qui aurait pu se révéler fiable et crédible aurait été celui qui aurait simulé – par exemple – un défaut de paiement grec … alors que cette hypothèse n’a même pas été jugée digne d’intérêt par nos chers testeurs. Bref, circulez, y a rien à voir! Que restera-t-il la semaine prochaine de ces stress test? Le souvenir d’une (pas très brillante) opération de Relations Publiques entreprise par l’Union Européenne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *