Maurad Goual démissionne de son mandat d’élu marseillais : la révolte de l’Arabe de service à l’UMP

Il est sans doute l’adjoint aux Espaces verts et à l’Assainissement le plus célèbre de France ! Elu UMP des 9 et 10e arrondissements de Marseille, Maurad Goual fait buzzer la Toile, comme le montre le nombre d’internautes déboulant sur plumedepresse en tapant son nom sur Google. Il doit son actuelle notoriété à une pièce en trois actes qu’on pourrait titrer La révolte de l’Arabe de service. Acte I : il porte plainte contre le maire, UMP lui aussi, des Saintes-Marie-de-la-mer, ainsi que nous le narrions dans notre billet du 31 août dernier. Ce dernier, Roland Chassain, s’est en effet adonné au sport très en vogue au sein du parti présidentiel depuis le virage à l’extrême droite initié au coeur de l’été par Nicolas Sarkozy : la pratique de l’amalgame entre insécurité et minorités ethniques. Citant des déclarations du président de Paca, le socialiste Michel Vauzelle, Chassain a cru malin – comprenez électoralement payant – de commenter : « Frère des gitans », « président d’une grande région musulmane »… les propos de Michel Vauzelle démontrent au moins une chose : il n’est pas l’ami de la sécurité que l’on doit aux Français, sans distinction aucune. » Ce que Goual traduit avec justesse ainsi : il a « expliqué que les gitans et les musulmans sont responsables de l’insécurité dans la région. » D’où sa plainte, pour incitation à la haine raciale, non seulement contre Chassain mais aussi contre… son propre parti ! « J’ai saisi la justice pour qu’elle oriente aussi sa plainte vers l’UMP, parce qu’à un moment donné, il faudra que les responsables locaux s’affichent pour ou contre ces propos puisque, jusqu’à présent, on a eu plutôt droit à des silences. Et ces silences ont plutôt l’air complaisants, c’est ce qui est gênant », expliquait-il. Veilleur de jour, le blog d’Eric Azan, complète : « Tous les ténors marseillais du parti m’ont appelé aujourd’hui. (…) Ils  souhaitent que je retire ma plainte, me disent que je suis un fou, un traître,  qu’on ne fait jamais ça à son parti. C’est beaucoup de pressions, beaucoup  d’énervement, mais en tout cas je tiens debout et je ne cèderai pas ». C’est l’Union Majoritairement Pourrie : plutôt que d’exiger de Chassain qu’il présente ses excuses pour sa scandaleuse déclaration, les responsable du parti s’en prennent à celui qui la dénonce.

Mais sans réussir à le faire rentrer dans le rang, comme le précise Eric Azan, annonçant la suite de la pièce : Goual projetait de « se rendre avec 300 à 500 personnes qui se sont  retrouvées dans ma démarche » à la fête départementale de l’UMP, le 11 septembre  à Méjanes (Saintes-Maries-de-la-mer), où François Fillon et  plusieurs ministres, parlementaires et élus locaux sont attendus. » C’est donc là que se joue l’acte II, coup d’éclat résumé par le titre de notre billet de ce même 11 septembre, Des UMPistes musulmans contraignent Fillon à s’échapper d’un meeting par une porte dérobée ! Couard Premier ministre, à l’attitude illustrant la devise « Courage, F(u)illon ». Le troisième et dernier acte nous est narré par Le Point : « Maurad Goual, adjoint UMP de la mairie du 5e secteur de Marseille, a écrit, vendredi, au maire de la ville Jean-Claude Gaudin et à Nicolas Sarkozy pour leur faire part de sa démission de son poste d’adjoint, refusant de servir les idées d’un parti « fascisant », écrit-il. « Je renonce à servir la République d’un despote et les idées d’un parti fascisant », écrit Mourad Goual dans une lettre au président. « Vous avez fait de la France un laboratoire populiste » , écrit-il, ajoutant que « l’islam et les musulmans de France ne sont pas tels que vous les décrivez dans votre course effrénée à l’électorat du Front national. »  La Provence relaie une autre de ses déclarations : « Les motifs qui ont animé ma décision sont liés à la dérive populiste de notre pays et de notre parti, insufflée et orchestrée de main de maître par le président de la République. » Goual annonce qu’il va créer un nouveau parti, malicieusement baptisé UMP, pour Union des Minorités de la Patrie, dont on imagine que le combat sera la lutte contre les discriminations. Et il est clair qu’il y a bien du travail en la matière dans la douce France sarkozyste ! Avec ses amalgames entre immigration et insécurité, le président légitime le discours xénophobe et les racistes par lui enhardis s’en donnent à coeur joie. A titre d’exemple, quelques commentaires sur l’affaire Goual glanés sur le site d’extrême droite F. Desouche : « Mou de la rade ne veut plus servir, il veut se faire servir, comme un pacha de là-bas. Vas-y momo, crée-le ton parti de loosers, on verra comment tu le finances ! L’argent du deal ? Celui des boucheries de moustapha slimani ? celui de la caf de tes soeurs pondeuses ? » ; « Vous avez fait de la France un laboratoire populiste » : Alors qu’il suffit de mettre le nez dehors pour s’apercevoir que la France est avant tout un laboratoire d’involution, expérience de laboratoire démontrant qu’africanisation signifie dégénérecense économique, morale, intellectuelle, culturelle… aucun, absolument AUCUN domaine n’est épargné » ; « l’islam et les musulmans de France ne sont pas tels que vous les décrivez » : Ils sont bien pires, merci de le souligner » ; « Il « renonce à servir la République », mais, en créant un nouveau parti, il ne renonce pas à SE servir dans les poches de cette même République. Quand l’habitude des allocs est prise, c’est dur de s’en passer. Trop dur… » ; « l’Union des minorités de la patrie ? Ah oui, ceux qui encaissent la majorité des aides sociales ». On a là un joli concentré de clichés anti-Arabes : fainéants, dealers, profitant des allocations… Il n’y a pas de raison de se gêner lorsque la parole xénophobe provient du sommet de l’Etat et que le ministre de l’Intérieur a été condamné par la justice pour injure raciale. A propos de condamnation, justement, sur ce site nauséabond, le fil des commentaires est précédé par cette mention hypocrite autant que mensongère : « ATTENTION. En publiant un commentaire sur fdesouche.com, vous vous engagez à assumer personnellement les éventuelles conséquences légales qu’il pourrait entraîner. Fdesouche.com ne saurait en aucun cas être tenu pour responsable de vos propos. » Il est vrai que l’auteur d’un message contrevenant à la loi peut être à ce titre poursuivi, mais le site est évidemment, quoiqu’il en dise, co-responsable des propos qu’il laisse publier ! Il y a des procès pour incitation à la haine raciale qui se perdent, avis aux associations : pourquoi laisser ces minables haineux déverser leur fiel raciste en toute impunité ?

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *