ME VOICI POUR SAUVER LA MISE

Me voici pour sauver la mise

Je fredonnais à la ritournelle américaine : « Here I come to save the day…which means that Mighty Mouse is on the way!!! »

Tout à coup l’image de François Legault m’est venue à l’esprit.

Il se dit le protecteur et défenseur des Québécois. Ce qui est totalement exagéré sinon, totalement faux. La réalité est qu’il est, strictement, le défenseur du système financier. La question est de savoir, si notre système financier est en danger.

Les Banques Canadiennes ont révélé 25,5 milliards de profit pour l’année 2011. Ce sont des profits record. Ils ont reçu du gouvernement Harper, de la part des contribuables, un bonus de 1,4 milliard de dollars. Les réductions d’impôts pour les banques ont passé de 22,12% en 2006 à 15% en 2012 (7,12% de baisse d’impôts! Avez-vous eu une baisse vous?).

Hydro Québec a terminé 2011 avec des profits nets de 2,6 milliards en hausse de 3,8% sur ceux de 2010. Encore une fois, elle dépasse l’objectif de son plan qui est de 2,4 milliards par an. Et on sait qu’il y a une hausse des tarifs de promise pour 2013 ($347.00 par année par famille).

Québécor, pour l’exercice consolidé de 2011 a attribué un bénéfice net à ses actionnaires de 201 millions. Ils n’ont certainement pas distribué TOUS les bénéfices. Les revenus, pour l’exercice ont atteint 4,21 milliards de dollars.

BCE (Bell Canada) les revenus ont progressé de 7,9% à 19,5 milliards de dollars. Le bénéfice net aux actionnaires a été de 2,2 milliards ou 2.88 $ par action en 2011.

Métro revenus brut = 11,4 milliards.

Weston revenus Brut = 32 milliards

Jean Coutu revenus brut = 2,7 milliards

Bombardier revenu Brut = 18,3 milliards

Rona revenus brut = 4,8 milliards

Société de transport de Mtl revenus brut = NON DISPONIBLE (Assez curieux non?)

St-Hubert revenus brut = NON DISPONIBLES (???)

Rio Tinto revenus brut = 12 milliards

Loto Québec revenus brut = 3,6 milliards

SNC Lavalin revenus brut = 7,2 milliards

TELUS revenus brut = 19,9 milliards.

Et cela continue de cette façon pour les 50 plus importantes entreprises du Québec.

 

Voilà ce que la CAQ tient à PROTÉGER. Et pour ce faire, François Legault va sabrer dans Hydro-Québec malgré ses profits, va faire disparaître les commissions scolaires, va « fouetter » les médecins pour qu’ils travaillent plus fort, va « évaluer » les professeurs pour les « tenir en laisse » et exiger de la « productivité » et va demander aux étudiants de « faire leur juste part » avant même de vérifier la « qualité » de l’administration des universités. À ce sujet, il y a deux ans, les recteurs dénonçaient la nécessité d’une injection de plus de 300 millions pour les universités. Ils en ont reçu plus de 600 millions; suite à quoi, ils ont dénoncé un sous-financement additionnel des mêmes universités. Entretemps, on connaît les hausses de revenus attribuées aux mêmes recteurs.

Legault et Charest font peur à la population avec le spectre de la crise financière « mondiale ». Il n’y a certainement pas, d’après ce que nous venons de voir, de crise financière au Québec; sauf celle qui se pointe au niveau des coûts de l’alimentation, produits en grande partie par la taxe de 3 cents le litre d’essence donné à la ville de Montréal. À noter que 1 cent/litre sur l’essence augmente les denrées d’au moins 10 cents à cause des différents distributeurs successifs de ces denrées qui dépenses de l’essence pour faire leur travail. Dépenses qui est multiplié par deux à chacun des niveaux de distributions subséquents.

Par exemple, la première taxe donnée à Montréal de 1,5 cent a fait augmenter le prix du pain, à l’unité, de 23 cents en 2011. C’est là la « logique économique » du maire de Montréal, appuyée par la même logique du gouvernement provincial. Et on en rajoute dernièrement : tous les maires veulent maintenant le même gâteau. Preuve qu’ils possèdent tous un niveau de QI plus que…très bas.

Je pense qu’il serait beaucoup moins coûteux de donner $12,000 dollars comme salaire du citoyen qui coûterait 4 milliards de dollars et qui éliminerait le coût de 3 milliards d’aide sociale sans mentionner les revenus additionnels en impôts que rapporteraient ce $12,000 dollars individuel par ceux qui n’en ont pas besoin.

Quant à « nationaliser » la distribution de l’essence au Québec, c’est ce que semble vouloir les distributeurs puisqu’il est évident que nous sommes victimes d’un vol systématique au prix à la pompe.

Il y a trois ans, nous avions des « spécialistes » qui venaient en onde nous expliquer que le prix de l’essence augmentait à cause de l’augmentation du brut.

L’an passé les mêmes « spécialistes » disaient que le prix au détail ne descendait pas parce qu’un équilibre se produisait à cause des manques à gagner précédants.

Et aujourd’hui, toujours les mêmes « spécialistes » nous disent que la baisse du coût du brut, ne signifie aucunement une baisse du prix à la pompe parce qu’il n’y a pas vraiment de « lien » entre les deux.

Tout cela découle toujours de la même « logique ». Celle qui fait dire à François Legault

1) que ce serait une « catastrophe » que le Québec perde un autre référendum, mais que lui… votera « NON »;

2) que la CAQ ne fera pas de mises à pied systématiques, mais qu’elle propose d’indemniser les syndicats les dédommager pour le manque à gagner suite aux « mises à pieds ».

3) qu’il n’aura aucun problème avec les enseignant et les médecins parce qu’il va hausser leur salaire. On voit tout de suite son degré d’évolution au  niveau de la « philosophie sociale ». Il doit avoir un doctorat à la « Séraphin Poudrier », assurément.

La logique derrière tout ça est que les personnes les plus susceptibles de prendre le pouvoir, aux profits des privilégiés du système, prennent la population pour une bande de « cruches » qu’on peut remplir de n’importe quoi simplement en leur faisant peur un « ti-peu » et en brandissant le certificat de « spécialiste ».

La preuve : l’utilisation à outrance de « la peur d’un référendum ».

La CAQ et le PLQ brandissent le référendum comme un spectre qu’il faut éviter, à notre société, à tous prix. Ils ajoutent que personne au Québec ne veut d’un référendum. C’est donc dire, que le NON gagnerait. Mais, dans ce cas c’est quoi cette peur dont ils parlent? Le NON gagnerait, un point c’est tout, et cela coûterait environ 10 millions à la société.

Est-ce pour économiser ce 10 millions qu’ils nous font peur? J’en doute beaucoup car cela à coûter beaucoup plus cher pour « ne pas régler » le problème des étudiants durant les six derniers mois.

Et si « Mighty Mouse Legault » devient premier ministre, il va lui falloir dépenser beaucoup plus, pour contrer ce qui lui pend au nez avec les étudiants, les syndicats, les pharmaciens, les médecins, les professeurs, les garde-malades et les autres dont il n’a pas parlé et auxquels il va ficher quelques coups de pieds au cul.

HERE I COME TO SAVE THE DAY….. pour créer une « grande nuit ».

 

Élie l’Artiste

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *