Un cadeau empoisonné de Monsanto

ogm_danger-2-5b684

Tout le monde a encore à l’esprit la catastrophe qui a frappé les Haïtiens le 12 janvier 2010. Un tremblement de terre de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a provoqué la mort de plus de 100 000 personnes.

A ce drame est peut-être en train de s’en ajouter un autre.

La firme Monsanto, de triste mémoire, aurait proposé « d’offrir » aux Haïtiens 475 tonnes de semences OGM, des engrais et des pesticides dont le dangereux Roundup que Monsanto présente comme biodégradable. lien

Il faut se souvenir que le service de répression des fraudes de Lyon a déjà condamné Monsanto en janvier 2007 pour publicité mensongère sur le Roundup, et a ouvert un autre procès en octobre 2008. lien

C’est un prêtre, Jean-Yves Urfié, ex-professeur de chimie du Collège Saint Martial, à Port-au-Prince qui à été l’un des premiers à s’inquiéter de la situation.

Il pensait que la multinationale Monsanto avait même déjà commencé à distribuer les graines de maïs transgéniques dans les régions de Gonaïves, Kenscoff, de Pétion-Ville, de Cabaré, d’Arcahaie, de Croix-des-Bouquets et de Mirebalais.

Cette dénonciation a obligé le Ministre de l’Agriculture d’Haïti, Joana Gué, à s’exprimer lors d’une conférence de presse le 12 mai dernier à Port-au-Prince.

Le Ministre a affirmé « Haïti n’a pas de capacité à administrer les OGM” avant de démentir que la donation de Monsanto était du maïs transgénique.

Il a ajouté :

« Nous prenons toutes les précautions avant d’accepter l’offre faite par la multinationale Monsanto pour recevoir une donation de 475 947 kg de graines de maïs hybride et 2 067 kg de graines de légumes.

Nous devons aussi mentionner que, en l’absence d’une loi qui règlemente l’utilisation d’OGM en Haïti, je ne peux pas permettre l’introduction de graines « Roundup ready » ou de toute autre variété de transgénique.

Le Ministre à déclaré que les hybrides proposées par Monsanto (DK003, DK5005, DK1040) sont adaptés aux conditions tropicales et ne sont pas des semences transgéniques.

Il a ajouté :

« Haïti n’a pas la capacité de gérer les OGM. Pour pouvoir porter une meilleure surveillance sur les variétés animales et végétales qui rentrent dans le pays, c’est moi qui suis chargé de la signature pour toute introduction de ces produits sur le territoire haïtien ».

Le ministère à lancé depuis mars 2010 une vaste campagne de production agricole (projet Winner) sur plus de 10 000 hectares de terre avec des labourages aux tracteurs, des engrais, et pesticides et un encadrement agricole promettant de produire plus de 30 000 tonnes de céréales. lien

Le 13 mai, le Père Urfié a corrigé sa déclaration, car dit-il, d’après un agronome digne de foi, il y aurait bien eu une offre réelle qui n’aurait pas été acceptée par le Ministre. lien

Ce qui n’a pas été dit ni par Monsanto, ni par le Ministère de l’Agriculture haïtien, c’est que ces graines hybrides de maïs ne pourront accomplir leurs promesses de productivité et d’adaptation au climat tropical haïtien que si elles sont traitées par les herbicides, les engrais et les produits chimiques spécifiques, qui sont justement produits par Monsanto.

Cela veut aussi dire que les Haïtiens pourvus de graines hybrides devront acquérir herbicides et engrais auprès de Monsanto pour les rendre productifs.

De plus, les agriculteurs ne pourront pas replanter les graines issues de ce maïs, puisque l’une des caractéristiques de ces graines hybrides c’est que seule la première génération est fertile.

S’ils veulent continuer à semer, les agriculteurs haïtiens devraient donc acheter de nouvelles graines à Monsanto.

À ce rythme, avec l’augmentation de la consommation de graines et implicitement d’herbicides, d’engrais et de produits chimiques Monsanto, la prévision du curé Jean-Yves Urfié pourrait devenir réalité : “Bientôt, il n’y aura que des graines Monsanto en Haïti. Et alors, ce sera la fin de l’indépendance des agriculteurs”. lien

Il faut savoir que l’entreprise Monsanto connait actuellement quelques difficultés financières.

Hugh Grant directeur exécutif de l’entreprise a confirmé que Monsanto connaissait une grosse chute de 19% des ventes d’herbicides et de produits chimiques.

Les gains sont passés de 1,09 milliard de dollars à 887 pour la période de décembre 2009 à février 2010. lien

Olivier Cabanel

Ceci explique peut-être le « cadeau » proposé aux Haïtiens.

Pour Jean Baptise Chavannes, coordonnateur du MPP (Mouvman Peyizan Papay), «  il s’agit d’un tremblement de terre plus dangereux à long terme que celui du 12 janvier. Il ne s’agit pas d’une menace, mais d’une très forte attaque contre l’agriculture, les paysans et les paysannes, la biodiversité, les graines créoles que nous défendons, et à ce qu’il reste de notre milieu environnemental en Haïti  ».

Il appelle à une manifestation le 4 juin prochain pour que Monsanto avec ses « dons » ses dangereux « bisdithiocarbamates » et sa clique partent du pays. lien

Il convient donc de rester très attentifs à ce qui se passe en Haïti, car comme disait mon vieil ami africain :

« Ne te laisse pas lécher par ce qui peut t’avaler ».

13 pensées sur “Un cadeau empoisonné de Monsanto

  • avatar
    26 mai 2010 à 23 11 24 05245
    Permalink

    Mais entre la famine et les OGM, vous avez fait votre choix mais qu’en pensent les Haïtiens ?

    Ce mais est particulièrement facile à faire pousser dans ces conditions. Et RoundUp ou autre pesticide, ils ont tous des effets négatifs. L’important est bien plus dans la méthode d’utilisation que dans un produit ou un autre. Et justement, ces semences réduisent les besoins en herbicides/pesticides.

    Oui, en utilisant ces semences, l’agriculteur se commet au producteur. Mais rien ne l’empêche de changer éventuellement pour un autre(meilleur?) produit. Ces semences sont comme une ressource naturelle importée, ce n’est qu’un produit importé dans le processus de production.

    Vous dénoncez le fait que ces agriculteurs deviendront dépendant de ces semences. Mais ceci n’est aucunement un mal.
    Troquer une dépendance sur l’aide internationale par une dépendance à un partenaire commercial ressemble bien plus à de l’indépendance.

    N’oublions pas: rien n’oblige ces agriculteurs à refaire la même chose l’an prochain. Rien ne les empêchent d’acheter des semences non OGM éventuellement. Et pour le fait d’acheter des semences, ce n’est qu’un calcul commercial: le gain de production des ces semences devrait être significatif au point où l’achat de semences l’année suivante est insignifiant, autrement, ce n’est tout simplement pas un bon «deal».
    Et je fait entièrement confiance à ces agriculteurs d’Haiti pour être en mesure de faire seul ce calcul…

    « Ne te laisse pas lécher par ce qui peut t’avaler »
    Que serait notre monde si tous les humains adhéraient à cette maxime ?

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2010 à 3 03 06 05065
    Permalink

    @ OC

    Bienvenu chez nous qui peut devenir chez vous. Je pense que vus venez de lever ici un lièvre qui va nous faire tous courir un bout. Après les pétroliers salisseurs, les affameurs… Le clivage va être ici plus facile qu’entre ceux qui croient et ceux qui ne croient pas au réchauffement climatique… et Monsanto a le profil qu’on aime détester.

    Piere JC Allard

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2010 à 3 03 08 05085
    Permalink

    @ François J.

    « Ne te laisse pas lécher par ce qui peut t’avaler » Que serait notre monde si tous les humains adhéraient à cette maxime ?

    Bien plus sûr … 🙂

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2010 à 12 12 09 05095
    Permalink

    Je suis d’accord avec l’auteur. François J me semble pas mal dans le champs par contre.

    Voici pourquoi.

    Premièrement, le pauvre fermier haïtien, il va acheter ses graines de Monsanto ou autre compétiteur comment? Il est déjà pauvre comme un clou. Et au lieu de le rendre indépendant, on brise le cycle ancestral de récolter les semences à la fin d’un saison pour les semer la prochaine.

    Ça coute si cher que 125 000 Indiens se sont suicidé jusqu’à date parce qu’ils ont été ruiné par ce cycle vicieux des OGM.

    De plus, il est faux de croire que:

    – Les récoltes d’OGM sont plus abondantes, c’est en fait le contraire. (Voir exemple en lien plus bas)

    – Moins de pesticides sont nécessaires. Au contraire, les plantes sont supposées être résistantes à ceux-ci et alors les fermiers en utilisent plus, ce qui en fin de compte créé des variétés d’insectes nuisibles encore plus résistants et des super mauvaises herbes. (Voir exemple en lien plus bas)

    Pas contre, il est à noter que:

    – Les OGM sont toxiques, ils entrainent même des déformations des organes internes chez les souris de laboratoire et 25% de plus de mortalité infantile. Il y a fort à parier que ce n’est pas top bon pour nous aussi. Et ce n’est qu’un exemple parmi des centaines.

    – C’est une pollution génétique irréversible. En cas d’erreur (ce que je pense que les OGM sont), il est impossible de faire marche arrière.

    – Ces « dons » sont le baiser de mort pour les fermiers et les paysans. Cela fait parti de la « Révolution verte ».

    La Révolution verte – une dénomination trompeuse appliquée par les entreprises de relations publiques pour entamer la mondialisation de l’agriculture industrielle chimiquement intensive, qui est tout sauf respectueuse de l’environnement – se révèle être une catastrophe dans le monde entier. Elle est en train d’apporter la dévastation 10 millions d’agriculteurs de la Chine jusqu’aux plaines de l’Amérique.

    – Genetically modified crops failing worldwide

    [link to http://www.examiner.com]

    The Green Revolution — a misleading name applied by PR firms to the onset of globalized, chemical-intensive, industrial agriculture that is anything but friendly to the environment — is coming unraveled around the world, bringing devastation to farmers from the plains of China to the plains of America.

    It was revealed last week that China is dealing with an explosive infestation of the formerly inconsequential mirid bug in its orchards and cotton fields. The bug’s population exploded as a result of widespread planting of cotton that had been genetically altered to be resistant to the bollworm, formerly cotton’s worst enemy. Cotton farmers stopped spraying insecticides, since their plants shrugged off the bollworms, and thus allowed other insects, especially the mirid bug, to multiply without interference.

    According to a study published last week by Kongming Wu at the State Key Laboratory for Biology of Plant Diseases and Insect Pests in Beijing (reported by Reuters), the mirid bug is now laying waste to orchards and cotton fields in at least six provinces in Northern China, affecting 10 million farmers. Controlling one pest, as chemical companies boast frequently that they have discovered how to do, inevitably unleashes others in a cascade of unintended consequences. The lesson in this case, according to Wu, is that « We have to study the whole ecosystem. » Indeed.

    Similar effects are being felt by farmer in the American breadbasket as the result of their reliance on a single chemical. For decades, chemical farming was limited by the fact that pesticides were terribly persistent and toxic, and while they could kill broadleaf weeds without affecting cereal crops with narrow leaves, they could not distinguish between narrow-leafed weeds and those cereal crops, such as corn. Then Monsanto came up with Roundup, a glyphosate killer of weeds both broad- and narrow-leafed, that broke down quickly into inert compounds, and it then introduced genetically engineered seeds that produced crops that were immune to Roundup. (For more details see my book, Brace for Impact: Surviving the Crash of the Industrial Age by Sustainable Living.)

    – Haitian Farmers Commit to Burning Monsanto Hybrid Seeds

    http://www.dailykos.com/story/2010/5/17/122734/198

    “A new earthquake” is what peasant farmer leader Chavannes Jean-Baptiste of the Peasant Movement of Papay (MPP) called the news that Monsanto will be donating 60,000 seed sacks (475 tons) of hybrid corn seeds and vegetable seeds, some of them treated with highly toxic pesticides. The MPP has committed to burning Monsanto’s seeds, and has called for a march to protest the corporation’s presence in Haiti on June 4, for World Environment Day.

    In an open letter sent of May 14, Chavannes Jean-Baptiste, the Executive Director of MPP and the spokesperson for the National Peasant Movement of the Congress of Papay (MPNKP), called the entry of Monsanto seeds into Haiti “a very strong attack on small agriculture, on farmers, on biodiversity, on Creole seeds…, and on what is left our environment in Haiti.”[1] Haitian social movements have been vocal in their opposition to agribusiness imports of seeds and food, which undermines local production with local seed stocks. They have expressed special concern about the import of genetically modified organisms (GMOs).

    Together with Syngenta, Dupont and Bayer, Monsanto controls more than half of the world’s seeds.[8] The company holds almost 650 seed patents, most of them for cotton, corn and soy, and almost 30% of the share of all biotech research and development. Monsanto came to own such a vast supply by buying major seed companies to stifle competition, patenting genetic modifications to plant varieties, and suing small farmers. Monsanto is also one of the leading manufacturers of GMOs.

    Répondre
  • avatar
    30 mai 2010 à 11 11 13 05135
    Permalink

    « The Green Revolution — a misleading name applied by PR firms to the onset of globalized, chemical-intensive, industrial agriculture that is anything but friendly to the environment — is coming unraveled around the world, bringing devastation to farmers from the plains of China to the plains of America. »

    Oulà, va falloir se calmer, les enfants. La Green Revolution, c’est la révolution des graines. Elle a promu la culture de plantes à haut rendements plutôt que la culture de plantes indigènes. Cette révolution est ce qui a nourri le plus de monde sur la planète. Norman Borlaug, son principal chef d’orchestre, a transformé la Chine en exportateur de riz (et non importateur) malgré une population d’un milliard de gens. Les plantes ne sont pas résilientes (adaptables au changement), mais leurs rendements font que l’on est capables de nourir la population mondiale assez bien.

    Au niveau du don de Monsanto, je trouve ça quand même généreux. Contrairement à des entreprises qui se sont faites de la pub pour une bouchée de pain (des 100,000$ pour les banques, par exemple), Monsanto a au moins le mérite d’envoyer quelque chose d’utile: de quoi regarnir les entrepôts à nourriture du pays et offrir du travail aux agriculteurs. Le seul défaut est vraiment l’utilisation de pesticides. Il faut que les Haïtiens se limitent dans cette utilisation puisqu’il y a déjà des problèmes majeurs d’érosion des sols et que les pesticides ne seront pas retenus longtemps.

    J’ai donc des sentiments partagés là-dessus moi aussi. Je dirais que c’est important de recevoir de l’aide en ce genre, mais que Monsanto devrait choisir des graines capables de résister aux conditions Haïtiennes de façon plus naturelle.

    Répondre
  • avatar
    30 mai 2010 à 12 12 48 05485
    Permalink

    Oui, c’est ça, un cadeau empoisonné qui va rendre les fermiers dépendants de Monsanto. Des semences OGM dont probablement personne ne voulait, ce n’est pas un cadeau généreux, c’est trouver un moyen de se débarrasser de ses ordures en même temps que de polluer génétiquement la chaine alimentaire haïtienne et rendant les fermiers esclaves d’un nouveau cercle vicieux.

    Et les OGM, c’est santé, vous croyez?

    Pour ce qui est de la Green Revolution, il faut faire de véritable recherche sur les origines réelles et le véritable agenda qui se tient derrière tout cela, avant de demander aux enfants de se calmer et de révéler son ignorance.

    Commencez donc avec la lecture de F. William Engdahl l’auteur du livre « Seeds of Destruction: The Hidden Agenda of Genetic Manipulation ».

    Répondre
  • avatar
    31 mai 2010 à 2 02 16 05165
    Permalink

    Oulà, l’ignorance? Tiens donc, c’est marrant. J’étudie en alimentation et en agriculture. L’irrigation et le drainage, j’en ai vus les effets sur les rendements de production.

    La Green Revolution, c’est probablement la chose la plus bénéfique que le XXe siècle a apporté, malgré la controverse. La sélection génétique (pas la manipulation – on n’a jamais manipulé de gènes dans la GR), l’arrivée de la machinerie et la pratique de l’irrigation et du drainage sont ce qui fait que l’on a tant de nourriture. C’est probablement l’amas de technologies qui ont nourri le plus de gens au monde et ont prévenu la malnutrition dans le monde. On ne peut pas encore crier « mission accomplie », il existe encore de la malnutrition, mais bon…

    Les problèmes de pollution et de non-durabilité sont là, mais il faut comprendre que de 1970 à 2010, la population a doublé et que la surface agricole n’a pas doublé. Malgré tout, moins de gens souffrent de malnutrition.

    À ce sujet, je vais te référer aussi à une de mes discussions favorites de Juan Enriquez. Elle traite de la dernière révolution en alimentation, une révolution mécanique, et comment l’application de la biologie sera le prochain facteur d’influence dans les technologies des ressources. Il faut toujours garder en tête que les révolutions mécaniques et génétiques ont amélioré les conditions de vie des agriculteurs et que son but initial était de nourir les gens du Tiers-Monde.

    Le plus gros échec de la Green Revolution a été l’Afrique, qui n’a jamais su s’y adapter. Ce sont aussi les pays qui ont le plus de problèmes en agriculture. On espère que les changements au niveau biologique vont mieux s’adapter à l’Afrique sub-saharienne…

    Répondre
  • avatar
    1 juin 2010 à 4 04 03 06036
    Permalink

    au sujet du premier commentaire: vous évoquez le choix entre OGM ou Famine…
    c’est aussi le discours de monsanto.
    il y a peut-être d’autres alternatives?
    avez vous entendu parler du BRF?
    cette méthode de culture qui permet de cultiver sans labourer ni arroser…
    j’ai fais un article la dessus sur agoravox:
    voici le lien:
    http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/brf-trois-lettres-qui-vont-29330
    et puis je pense que le cadeau de monsanto est surtout intéressé.
    même si ce n’est pas des ogm, et que ce soit des plantes hybrides, le cadeau est valable un an.
    puis, comme les plantes ne sont pas fertiles, il faut en racheter l’année d’après.
    avec en plus les engrais, et les herbicides qui vont avec.
    aux indes, 1500 paysans se sont suicidés, après avoir acheté les graines monsanto,
    toutes les plantations ont été un échec, pour des raisons climatiques, et les 1500 paysans sont morts aujourd’hui,
    alors?
    toujours prèt a défendre monsanto?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *